Gare de Bécon-les-Bruyères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bécon-les Bruyères
Image illustrative de l'article Gare de Bécon-les-Bruyères
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Courbevoie
Quartier Bécon les Bruyères
Adresse Rue Madiraa
92400 Courbevoie
Coordonnées géographiques 48° 54′ 20″ N 2° 16′ 08″ E / 48.905464, 2.268806 ()48° 54′ 20″ Nord 2° 16′ 08″ Est / 48.905464, 2.268806 ()  
Gestion et exploitation
Propriétaire RFF / SNCF
Exploitant SNCF
Service TransilienLigne L du Transilien
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite
Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye
Voies 6
Quais 4 centraux
Zone 3 (tarification Île-de-France)
Altitude 42[1] m
Historique
Mise en service 1er juillet 1892
Correspondances
Bus et Noctilien Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bécon-les Bruyères

Géolocalisation sur la carte : Île-de-France

(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Bécon-les Bruyères

Géolocalisation sur la carte : Paris et la petite couronne

(Voir situation sur carte : Paris et la petite couronne)
Bécon-les Bruyères

La gare de Bécon-les-Bruyères est une gare ferroviaire française des lignes de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite et de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye. Elle est située sur le territoire de la commune de Courbevoie, à proximité immédiate d'Asnières-sur-Seine et de Bois-Colombes, quartier dit de Bécon les Bruyères, dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France.

Bécon est un quartier de la commune de Courbevoie, situé entre la gare et la Seine ; on y trouve un parc. Le quartier des Bruyères est situé sur Asnières-sur-Seine et Bois-Colombes. Le site de l'ancienne usine Hispano-Suiza est devenu la ZAC des Bruyères.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) desservie par les trains de la ligne L du Transilien (réseau Paris-Saint-Lazare). Elle se situe à une distance de 5,7 km de la gare de Paris-Saint-Lazare.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 42 mètres d'altitude, la gare de bifurcation de Bécon-les-Bruyères est située au point kilométrique (PK) 5,708 de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite, entre les gares de Clichy - Levallois et de Courbevoie, et de la ligne de Paris-Saint-Lazare à Saint-Germain-en-Laye, entre les gares d'Asnières-sur-Seine et des Vallées. Cette dernière ligne est transférée à la RATP à partir de Nanterre-Université.

Vue d'ensemble de la gare

Avec une disposition en Y, c'est une gare de bifurcation des deux groupes de la ligne « L » : le groupe II avec les branches desservant les lignes de Versailles-Rive Droite et de Saint-Nom-la-Bretèche et le groupe III avec celle de Cergy-Le Haut (voir galerie de photographies en bas de page).

Sur la photo ci-contre, au premier plan, les trois voies sont celles de la ligne de Versailles (groupe II) ; une automotrice Z 6400 assure une mission en direction de Saint-Cloud. Au fond, le bâtiment voyageurs est établi parallèlement aux trois voies de la ligne de Saint-Germain-en-Laye. Les trains s'y dirigent aujourd'hui vers Nanterre-Université et Cergy (groupe III).

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1885, la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest propose la création d'une gare pour voyageurs et marchandises à hauteur du pont dit des « Quinze Perches », sur de ligne de Paris à Versailles. Le projet est soumis à l'enquête publique le 24 septembre 1886. Une décision ministérielle du 16 mai 1880 autorise la création du raccordement des Quinze Perches ainsi que l'établissement d'une gare sur le territoire de Courbevoie. Le nouveau raccordement créé sépare les flux des lignes de Rouen et de Saint-Germain-en-Laye.

La gare est édifiée à mi-chemin des gares d'Asnières et de Courbevoie, sur une ancienne sablière ouverte par la Compagnie de l'Ouest vers 1861 ; l'actuelle rue de la Sablière évoque encore le nom. Le pont de Quinze Perches est élargi à 8 mètres.

La gare de Bécon-les-Bruyères est ouverte en octobre 1891, et inaugurée le 1er juillet 1892 par M. Alexandre Ribot (ligne Paris-Saint-Lazare - Versailles-Rive-Droite). Elle profite immédiatement à Courbevoie qui voit jaillir de terre de nombreuses rues et logements organisés en étoile autour de la voie ferrée et se développer les quartiers de Bécon (sur Courbevoie) et des Bruyères (sur Asnières-sur-Seine et Bois-Colombes).

La gare en décembre 1943, après les bombardements alliés.

En 1943, le quartier de la gare subit plusieurs bombardements qui occasionnent d'importants dégâts (la cible semble avoir été les usines Hispano-Suiza).

En 1969, le bâtiment voyageurs est modernisé afin de mieux répondre à l'augmentation du trafic. Les travaux se déroulent essentiellement de nuit vu l'importance du trafic ferroviaire. Des consignes sont données afin d'en limiter les nuisances sonores pour les riverains.

Le trafic montant quotidien est de 851 par jour en 1893. Il progresse fortement et atteint 9 684 voyageurs en 1938, diminue pour atteindre 7 752 voyageurs en 1973 et enfin grimpe à 15 500 voyageurs par jour en 2003[2].

Elle est fermée au service du fret le 15 décembre 2008[3]. La halle des marchandises, sise sur la commune de Bois-Colombes, rue des Messageries, a été détruite et l'espace dégagé fait l'objet, depuis le printemps 2011, d'un important chantier de construction.

Courant 2010, les luminaires blancs sur les quais ont été remplacés par un éclairage au tungstène, plus puissant et offrant une meilleure visibilité aux voyageurs. En 2011, ce sont des écrans plats LCD de nouvelle génération qui font leur apparition en remplacement des anciens panneaux à palettes, vieillissants. Une restructuration plus importante de la gare est prévue à partir de 2012 avec notamment l'installation de tourniquets et d'accès aux personnes à mobilité réduite (PMR).

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Entrée sud de la gare.

Gare SNCF Transilien, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours de h à h 30. Les guichets Grandes Lignes sont ouverts du lundi au vendredi de h à 20 h et les samedis de h 30 à 13 h et de 14 h à 18 h. Elle est équipée d'automates Transilien et grandes lignes pour l'achat de titres de transport. Un magasin de presse Relay, des distributeurs de boissons ou friandises ainsi qu'une cabine de photographie automatique sont disponibles. Un fleuriste et une boîte aux lettres se trouvent en façade côté Courbevoie[4]. On accède à la gare par les deux côtés des voies, entrée nord par le bâtiment principal et entrée sud par l'autre côté des voies.

Un souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte[modifier | modifier le code]

Bécon-les-Bruyères est desservie par les trains de la ligne L du réseau Transilien. La gare est le terminus des navettes avecParis-Saint-Lazare[4]. Pour la direction de La Verrière - Saint-Quentin-en-Yvelines, un changement de train est nécessaire en gare de la Défense en prenant la ligne L direction Saint-Cloud, Versailles-Rive-Droite ou Saint-Nom-la-Bretèche.

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Elle ne dispose d'aucun parc relais pour les véhicules[5]. Elle est desservie par les lignes 167, 178 et 275 du réseau de bus RATP, par la ligne Curvia Bus[6] du service urbain de Courbevoie et, la nuit, par les lignes N52 et N152 du réseau de bus Noctilien.

Projet de modernisation[modifier | modifier le code]

En juin 2012, un projet de modernisation, mené par RFF et la SNCF, est en cours de concertation pour une réalisation prévue pour 2014-2017. Il consiste en la réalisation d’une passerelle équipée d’ascenseurs permettant la mise en accessibilité des quais et une meilleure desserte du quartier des Bruyères à Bois-Colombes et assurant une connexion avec la future station de la ligne 15 du Grand Paris Express, ainsi qu’en une rénovation des deux bâtiments voyageurs situés « côté Courbevoie » et « côté Asnières »[7].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Institut géographique national - Repère de nivellement P.B.L3 - 292
  2. Pierre Bouchez, De Paris St-Lazare à Versailles et St-Nom-la-Bretèche (1839-2007), p. 38
  3. Site Fret SNCF - Gare de Bécon-les-Bruyères
  4. a et b La gare de Bécon-les-Bruyères, sur le site officiel Transilien de la SNCF (consulté le 11 février 2014).
  5. Stif - Atlas des transports publics en Île-de-France
  6. Ville de Courbevoie, Venir et se déplacer à Courbevoie, dernière rubrique (Curvia Bus), sur ville-courbevoie.fr. Consulté le 25 octobre 2013.
  7. Compte rendu de la réunion sur l'avenir de la gare de Bécon du 27.06.2012, article du 2 juillet 2012, sur le blog de Jean Spiri, élu de Courbevoie. Consulté le 2 juillet 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Carrière, Les trains de banlieue, tome I, éditions La Vie du Rail, 1997 (ISBN 2902808666),, 303 pages
  • Bernard Collardey, Les trains de banlieue, tome II, éditions La Vie du Rail, 1999 (ISBN 2902808763), , 335 pages
  • Pierre Bouchez, De Paris Saint-Lazare à Versailles et Saint-Nom-la-Bretèche (1839-2007), éditions La Vie du Rail, 2007 (ISBN 9782915034677), , 170 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Nanterre-Université
ou Maisons-Laffitte
Les Vallées Transilien Ligne L du Transilien Asnières-sur-Seine Paris-Saint-Lazare
Cergy-le-Haut Nanterre-Université Transilien Ligne L du Transilien Clichy - Levallois
ou Paris-Saint-Lazare
Paris-Saint-Lazare
Saint-Cloud Courbevoie Transilien Ligne L du Transilien Asnières-sur-Seine Paris-Saint-Lazare
Versailles-Rive-Droite
ou Saint-Nom-la-Bretèche - Forêt de Marly
Courbevoie Transilien Ligne L du Transilien Paris-Saint-Lazare
ou Asnières-sur-Seine
Paris-Saint-Lazare