Timeo Danaos et dona ferentes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

« Timeo Danaos et dona ferentes » est une phrase mise dans la bouche de Laocoon par Virgile dans l'Énéide. Elle peut se traduire par « Je crains les Grecs, même ceux apportant des cadeaux ». Elle fait référence au Cheval de Troie. Elle est devenue une locution usuelle et a mené à l'adage populaire cadeau de grec[1].

Traduction[modifier | modifier le code]

La forme commune utilise le mot ferentēs alors que le texte original écrit ferentīs. La première forme est plus commune en latin classique.

Dans la plupart des expressions latines, et est une conjonction signifiant « et ». Ici, il est plutôt un adverbe signifiant « même ».

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Dans Astérix légionnaire, les Romains utilisent la phrase « T comme dans Timeo Danaos et dona ferentes ? » à chaque fois qu'ils parlent à Astérix et Obélix à propos du légionnaire perdu Tragicomix.

Dans le film Rock, John Mason (Sean Connery) cite la phrase en latin lorsque le FBI lui offre la liberté en échange de sa coopération.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Manon Globensky, « Un cadeau de Grec? », sur http://www.radio-canada.ca,‎ 8 février 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]