Assemblée nationale de Hongrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

47° 30′ 26″ N 19° 02′ 45″ E / 47.50722, 19.04583

Page d'aide sur les redirections Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Assemblée nationale.

Assemblée nationale de Hongrie
Magyar Országgyűlés

7e législature

alt=Description de l'image Coat of Arms of Hungary.svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Président László Kövér (Fidesz)
Élection 6 août 2010
Structure
Membres 199
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Composition

Groupes politiques Gouvernement :
Élection
Dernière élection 6 avril 2014

Parlement hongrois, Kossuth Lajos tér, Budapest

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie du lieu de réunion

Divers
Site web http://www.parlament.hu/
Politique en Hongrie
Image illustrative de l'article Assemblée nationale de Hongrie

L'Assemblée nationale[1] de Hongrie ou Diète hongroise (en hongrois : Országgyűlés ; en forme longue : Magyar Országgyűlés [ˈmɒɟɒɾ ˈoɾsaːgɟyːleːʃ]) est le parlement monocaméral de Hongrie, cœur du pouvoir législatif du pays. Composée de 199 représentants élus pour quatre ans, elle se réunit dans le bâtiment du Parlement hongrois à Budapest depuis 1902.

Histoire[modifier | modifier le code]

Palais Uhorskej kráľovskej komory, siège de la Chambre royale hongroise à Bratislava/Pozsony.

L'Assemblée hongroise en tant qu'institution (országgyűlés, littéralement « assemblée du pays ») se constitue progressivement à partir du conseil du roi à l'époque du plein essor de la féodalité ; la vision romantique de l'histoire en a fait la subsistance d'une assemblée (népgyűlés « assemblée du peuple ») des Hongrois de l'époque de la Conquête du pays, mais cela n'est pas confirmé par des sources écrites, même si ce genre d'assemblée a pu exister à l'époque des tribus hongroises. À partir du XIIIe siècle, le pouvoir législatif appartient en commun au roi et à l'Assemblée, ce qui constitue ensuite l'un des principes de bases de la définition juridique (alkotmány « constitution ») des débuts de l'organisation sociale en ordres. Après l'extinction de la dynastie d'Árpád, il arrive plusieurs fois que le roi soit élu par l'Assemblée (droit de libre choix du roi).

Cette Assemblée (dont l'équivalent en France est appelé « États généraux ») est au départ constituée de la haute noblesse (barons ou magnats : főurak) et des hauts dignitaires ecclésiastiques ; il est ensuite donné place aussi aux représentants de la noblesse hongroise et des villes libres royales dans l'Assemblée des ordres (rendi országgyűlés). À partir du XVIe siècle, elle est constituée de deux chambres :

  • la Chambre haute (felsőtábla, ou főrendi tábla « des ordres principaux », en latin tabula magnatum « des magnats ») où siégent la haute noblesse et les hauts dignitaires ecclésiastiques (archevêques et évêques),
  • la Chambre basse (alsótábla, tabula statuum « des états ») où siégent les représentants élus des comitats nobles (nemesi vármegye), ainsi que les envoyés des villes libres royales et les représentants des chapitres de chanoines.

C'est le souverain qui peut convoquer les Assemblées, et il peut indiquer sommairement ses souhaits par un discours inaugural ou par écrit. Les Assemblées se tiennent le plus souvent près de Pest, au « champ du Rákos » (Rákos-mező). Après la division du pays en trois parties (bataille de Mohács, 1526), les Assemblées de Hongrie royale sont convoquées dans la plupart des cas à Pozsony (aujourd'hui Bratislava), éventuellement à Sopron. Dans la principauté de Transylvanie, puis dans la Transylvanie gouvernée séparément par les Habsbourg à partir du XVIIIe siècle, il se tient des Assemblées transylvaines (erdélyi országgyűlés) séparées.

Lors de la Révolution hongroise de 1848, cette Assemblée des ordres (rendi országgyűlés) est remplacée par une Assemblée (országgyűlés) fondée sur la démocratie représentative. Après l'écrasement de la Révolution, l'Assemblée est interdite de 1849 à 1861, puis est autorisée pendant quelques mois, et est à nouveau interdite de 1861 à 1865. Après le Compromis austro-hongrois de 1867, sa chambre haute, la Chambre des magnats, est appelée Főrendiház (littéralement « des ordres principaux »), et sa chambre basse Chambre des représentants (Képviselőház). À partir de 1885, il y a aussi des hauts dignitaires religieux protestants membres d'office de la chambre haute. À partir de 1902, cette assemblée se réunit dans l'actuel Parlement hongrois de Budapest.

Après la Révolution des chrysanthèmes de 1918, l'Assemblée ne se réunit pas sous le gouvernement Károlyi (1918-1919), son rôle est assumé par le Conseil national hongrois (Magyar Nemzeti Tanács). Avec la chute de Károlyi et l'arrivée au pouvoir du Conseil gouvernemental révolutionnaire (Forradalmi Kormányzótanács, régime communiste), l'Assemblée fonctionne après les élections des conseils locaux d'avril 1919 sous le nom d'Assemblée nationale des conseils (Tanácsok Országos Gyűlése ; ses membres sont « délégués » par les conseils des villes et des départements et non pas élus directement), mais les circonstances font qu'elle ne se réunit qu'une seule fois du 14 au 23 juin 1919 avant la chute de la République des conseils.

L'Assemblée voit ensuite ses prérogatives s'élargir, alors qu'elle bénéficiait de droits législatifs restreints au sein de l'Empire d'Autriche (puis de l'Autriche-Hongrie), très centralisé autour des Habsbourgs. De 1918 à 1927, elle est unicamérale, sous le nom de Nemzetgyűlés (littéralement « de la nation » et non plus « du pays »). Le fonctionnement bicaméral est rétabli en 1927, à cette différence près que le nom de la Chambre des magnats (Főrendiház « des ordres principaux ») devient Chambre haute (Felsőház), et que ses membres ne sont pas seulement les ordres principaux (haute noblesse) et les hauts dignitaires ecclésiastiques, mais aussi des membres choisis par différentes institutions publiques (Académie hongroise des sciences, universités, etc.).

Une Nemzetgyűlés provisoire fonctionne de décembre 1944 à l'automne 1945 pendant l'occupation soviétique, puis l'Assemblée siège à nouveau sous le nom Országgyűlés (désormais avec une majuscule en hongrois pour la distinguer des autres Assemblées historiques) et est depuis lors unicamérale. La constitution de 1949 crée le conseil présidentiel de la République populaire de Hongrie, qui prend la place de l'Assemblée dans un domaine de compétences très large, si bien que jusqu'en 1990 celle-ci voit son rôle passer au second plan et devenir essentiellement formel, avec seulement quatre sessions de quelques jours par an.

Depuis 1990, elle fonctionne en deux sessions annuelles de plusieurs mois chacune.

Pouvoirs et compétences[modifier | modifier le code]

Pour avoir des sièges à l'Assemblée nationale, les partis politiques doivent réunir au moins 5 % des suffrages exprimés. La diète hongroise est composée d'une unique Chambre des représentants (országgyűlési képviselő). Ces derniers votent le budget et les lois, votent la confiance au gouvernement, travaillent en commission pour préparer les lois, vérifient les comptes de l'État et élisent le président de la République. Les représentants exercent également un certain pouvoir de contrôle.

Les présidents de l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Le président de l'Assemblée nationale préside la Chambre des représentants. Il s'agit du deuxième personnage de l'État après le président de la République. Il remplace ce dernier par intérim à la tête de l'État en cas de démission ou de décès.

Le président de l'Assemblée nationale préside les séances, modère les débats, contresigne les lois votées en séance, contrôle le travail des représentants et des commissions et vérifie le budget du parlement.

Présidents de l'Assemblée nationale (1920-1927)[modifier | modifier le code]

Président de la Diète provisoire (1944-1945)[modifier | modifier le code]

Présidents de la Diète hongroise (depuis 1946)[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Collection des constitutions, chartes et lois fondamentales des peuples de l'Europe et des deux Amériques, Tome IV, par MM. Dufau, Duvergier, Guadet, Ed. Pichon & Didier, Paris, 1830
  • The Nobilities of Europe par H. Ruvigny, Ed. Melville & Co., Londres, 1910 - Elibron Classics, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

(hu) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en hongrois intitulé « Országgyűlés » (voir la liste des auteurs)

  1. « Nationale » est le terme constitutionnel officiel en français, mais n'est pas présent dans le terme hongrois Országgyűlés qui signifie littéralement « assemblée du pays » : « nation » est donc utilisé ici dans le sens « État » des États-nations, et non dans le sens « ethnie » comme lorsqu'il traduit nemzet hongrois (comme par exemple nemzeti kisebbség = minorité nationale en Hongrie).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]