Tribus magyares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les tribus magyares (hongrois : magyar törzsek) forment le cadre politique du peuple magyar jusqu'à son installation dans le bassin des Carpates (Honfoglalás) et la fondation de la grande-principauté de Hongrie après 895.

Le système tribal magyar[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'origine du système de tribus chez les Magyars n'est pas encore élucidé, mais il est établi que sept tribus existaient vers le milieu du IXe siècle lors de l'Honfoglalás. Ces sept tribus (Jenő, Kér, Keszi, Kürt-Gyarmat, Megyer, Nyék et Tarján) forment alors la confédération Hétmagyar (en français, les « Sept Magyars »). Chaque tribu est composée de plusieurs clans. Il y en a une centaine (108 ?) dont un certain nombre se maintient - du moins par le nom - jusqu'au XIIIe-XIVe siècle. Parmi ces derniers, on peut citer les clans : Baksa, Balog, Osl, Szalók, etc.

Leurs dirigeants sont, aux côtés de Álmos - grand-prince des Magyars (nagyfejedelem)[1] -, Előd, Ond, Kond, Tas, Huba et Töhötöm, tous lui ayant fait serment par le sang d'une « fidélité éternelle »[2].

Vers l'an 881, on voit se joindre à la Confédération tribale magyares trois tribus khazares ayant fait scission avec leur khaganat[3]. Ces trois tribus sont organisées en une seule, appelée kabare, qui joue plus tard le rôle d'avant-garde et d'arrière-garde dans l'armée de la Confédération. Le fils d'Álmos, Árpád, maintient le système confédéré et conquiert ainsi la plaine danubienne en 895.

Vestiges contemporains[modifier | modifier le code]

La trace des tribus magyares dans la toponymie locale dans le bassin des Carpates.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Kristó, Gyula; Makk, Ferenc,Az Árpád-ház uralkodói ("les règles de la dynastie Árpád"), 1996
  • Kristen, Gyula, A Kárpát-medence és a magyarság régmúltja (1301-ig) (Középkortörténeti bibliothèque de Szeged), Szeged, 1993

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Constantin VII Porphyrogénète mentionne, dans son ouvrage De Administrando Imperio, Árpád en tant que "megas Turkias arkhon", tandis que Bruno de Querfurt se réfère à Géza dans son Sancti Adalberti Pragensis episcopi et martyris vita altera lorsqu'il parle de "Ungarorum senior magnus" .
  2. http://www.kislexikon.hu/hetmagyar.html (Hungarian).
  3. Kristó Gyula, Korai Magyar Történeti Lexikon (9-14. század) (Encyclopédie de la Jeune Histoire Hongroise- IX-XIV siècles), Ed. Presse Académique Akadémiai Kiadó, 1994, Budapest; ISBN 963 05 6722 9

Liens[modifier | modifier le code]