Parlement de la République italienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politique en Italie
Image illustrative de l'article Parlement de la République italienne
  • Parlement :

Le Parlement de la République italienne (Parlamento della Repubblica Italiana) est l'organe constitutionnel titulaire du pouvoir législatif en Italie.

Structure[modifier | modifier le code]

Bicaméralisme parfait[modifier | modifier le code]

Il repose sur une structure bicaméraliste égalitaire, étant composé de deux chambres aux pouvoirs égaux : la Chambre des députés (Camera dei deputati) et le Sénat de la République (Senato della Repubblica).

La première se compose de 630 députés, tandis que la seconde en comprend la moitié, soit 315 sénateurs élus, auxquels s'ajoutent les sénateurs de droit (uniquement les anciens président de la République italienne) et les sénateurs à vie, dont la nomination relève du seul président de la République.

Les chambres sont élues simultanément pour un mandat de cinq ans, le dernier scrutin ayant eu lieu en 2013.

Présidents actuels[modifier | modifier le code]

La Chambre des députés est présidée par Laura Boldrini, et le Sénat par Pietro Grasso.

Séance commune[modifier | modifier le code]

Selon l'article 55 de la Constitution italienne, le Parlement a la faculté de se réunir en séances communes, dans les cas limitativement et expressément prévus par elle.

Ce type de réunion se tient à Rome, au palais Montecitorio, siège de la Chambre des députés où se trouve un hémicycle de taille suffisante pour accueillir près d'un millier de personnes, et sous la présidence du président de la Chambre.

La séance commune est convoquée pour l'élection du président de la République, à laquelle participent également des représentants des Régions, sa prestation de serment, sa mise en accusation pour « haute trahison » ou « attentat à la Constitution ». Elle se réunit également pour désigner cinq juges de la Cour constitutionnelle, un tiers des membres du Conseil supérieur de la magistrature et tirer au sort quarante-cinq citoyens parmi lesquels seront choisis les jurés à un éventuel procès du chef de l'État.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]