Équipe d'Haïti de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe d'Haïti de football féminin.

Drapeau : Haïti Équipe d'Haïti

Écusson de l' Équipe d'Haïti
Généralités
Confédération CONCACAF
Couleurs Bleu et rouge
Surnom Les Grenadiers
Les Rouges et Bleus
Stade principal Stade Sylvio-Cator
Classement FIFA en diminution 113e (17 juillet 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : France Marc Collat
Plus sélectionné Emmanuel Sanon : 100
Meilleur buteur Emmanuel Sanon : 47

Rencontres officielles historiques

Premier match Haïti Drapeau : Haïti 1 - 2 Flag of Jamaica (1906-1957).svg Jamaïque
(22 mars 1925)
Plus large victoire Haïti Drapeau : Haïti 12 - 1 Drapeau : Îles Vierges américaines Îles Vierges des États-Unis
(10 avril 2001)
Haïti Drapeau : Haïti 11 - 0 Drapeau : Îles Vierges américaines Îles Vierges des États-Unis
(24 novembre 2004)
Plus large défaite Mexique Drapeau : Mexique 8 - 0 Drapeau : Haïti Haïti
(19 juillet 1953)
Brésil Drapeau : Brésil 9 - 1 Drapeau : Haïti Haïti
(30 août 1959)
Costa Rica Drapeau : Costa Rica 8 - 0 Drapeau : Haïti Haïti
(19 mars 1961)

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 1
1er tour en 1974
Championnat CONCACAF/Gold Cup Phases finales : 12
médaille d'or, Amérique du Nord Vainqueur en 1973
Coupe caribéenne des nations Phases finales : 9
médaille d'or médaille d'or Vainqueur en 1979 et 2007

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour les résultats en cours, voir :
Équipe d'Haïti de football en 2014

L'équipe d'Haïti de football, surnommée les Grenadiers est constituée par une sélection des meilleurs joueurs haïtiens sous l'égide de la Fédération haïtienne de football et représente le pays lors des compétitions régionales, continentales et internationales depuis sa création en 1925. Les Rouge et Bleus, comme on les appelle dans le pays, disputent leurs rencontres à domicile au Stade Sylvio-Cator, situé dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince. En janvier 2013, les Haïtiens se sont hissés au 38e rang mondial selon le classement FIFA, soit leur meilleure position depuis la création de ce classement.

L'équipe est entraînée par le Français Marc Collat depuis janvier 2014. En juillet 2013, la sélection nationale fait son retour lors d'une grande compétition internationale, en participant à la phase finale de la Gold Cup 2013 aux États-Unis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de la sélection (1925-1970)[modifier | modifier le code]

une page de journal
Une du journal haïtien Le Nouvelliste du 25 mars 1925 relatant la rencontre Haïti-Jamaïque

Le premier match officiel de la sélection d'Haïti date du 22 mars 1925 et l'oppose à une autre sélection caribéenne, l'équipe de Jamaïque, dont c'est également le premier match de l'histoire. La rencontre est gagnée deux à un par les Jamaïcains, le premier but de l'histoire de la sélection est inscrit par Painson à la 86e minute[2],[3]. À la suite de l'affiliation de la Fédération haïtienne auprès de la FIFA en 1933, Haïti peut s'inscrire aux éliminatoires pour la Coupe du monde 1934 en Italie. Les Grenadiers, dirigés par Édouard Baker[4], sont opposés à l'équipe de Cuba, lors d'une confrontation en trois matchs, tous disputés au Parc Leconte de Port-au-Prince en janvier 1934. Battus trois à un au premier match[5] puis accrochés un partout au second[6], Haïti subit une lourde défaite lors de la troisième et dernière rencontre sur le score de six à zéro.

Les Haïtiens ne vont réapparaître sur la scène internationale que près de vingt ans plus tard, puisque la Fédération n'a pas inscrit l'équipe nationale pour les éliminatoires des éditions de 1938 et 1950. Pour l'édition de 1954 organisée en Suisse, les hommes du Français Paul Baron retrouvent en poule de qualification les États-Unis et le Mexique. Haïti termine à la dernière place, perdant tous ses matchs, avec même une très lourde défaite concédée à Mexico huit à zéro[7]. Ils vont à nouveau se retirer des éliminatoires pour la Coupe du Monde jusqu'en 1970. Au niveau régional, l'équipe haïtienne remporte en 1957, pour sa première participation dans la compétition, la Coupe CCCF avec notamment une victoire six à zéro sur Cuba[8] puis dispute, en 1959, les Jeux panaméricains. La sélection s'incline lourdement face aux États-Unis, sept à deux, et au Brésil, neuf à un, et refuse de reprendre le jeu face à l'Argentine après une décision arbitrale[9]. Victorieuse huit à deux de la sélection cubaine[10], l'équipe termine quatrième de la compétition[11]. Après une saison 1960 sans rencontres internationales[2], la sélection haïtienne, dirigée par Antoine Tassy[12], fait sa deuxième apparition en Coupe CCCF en 1961. Deuxième de sa poule derrière le pays hôte, le Costa Rica, l'équipe termine quatrième et dernière de la phase finale avec trois défaites en trois matchs et douze buts encaissés pour zéro buts inscrits. L'équipe subit pour son dernier match dans la compétition une cuisante défaite, huit à zéro face aux Costaricains[13],[14].

En 1961, Haïti rejoint la CONCACAF née de la fusion de la NAFC et de la CCCF. En 1965, Haïti prend part à la deuxième édition de la Coupe des nations de la CONCACAF, après avoir été éliminée lors des qualifications de l'édition inaugurale (Coupe des nations de la CONCACAF 1963). Ce rendez-vous continental est un échec puisque les Haïtiens terminent à la dernière place, sans avoir remporté un seul de leurs cinq matchs joués et Antoine Tassy présente alors sa démission[15],[16]. Il revient cependant l'année suivante à la tête de l'équipe et, remporte la Coupe Duvalier[17],[18]. Lors de l'édition 1967, la sélection est également performante. Elle termine d'abord invaincue en tête de son groupe de qualification, devant Trinité-et-Tobago[19]. Le 16 janvier 1967 est une date historique puisque c'est celle de la première victoire haïtienne en match officiel, face aux Trinidadiens, battus 4-2[20]. Mais les hommes de Antoine Tassy ne vont pas exister lors du tour final, joué sous forme d'une poule unique de six équipes, en terminant à la 5e place, ne battant le Nicaragua que lors de la dernière journée, dans un match sans autre enjeu que celui d'éviter la dernière place.

Dans le cadre des Éliminatoires à la Coupe du Monde 1970 organisée par le Mexique, les Haïtiens sont engagés dans le groupe 2, en compagnie du Guatemala et de la sélection de Trinité-et-Tobago. Toujours dirigés par Antoine Tassy, ils s'imposent pour la première fois en éliminatoires de la Coupe du monde le 23 novembre 1968 à Port of Spain face à Trinité-et-Tobago. Les Grenadiers vont parvenir à se classer en tête de la poule (deux victoires, un nul et une défaite, concédée à domicile face aux Soca Warriors trinidadiens accédant ainsi au deuxième tour de qualification. Ils éliminent ensuite les Américains (s'imposant même sur la pelouse de San Diego un but à zéro lors du match retour) avant de voir le billet pour le tournoi final s'envoler face au Salvador. Le duel est acharné : les Haïtiens s'inclinent à domicile 1-2, parviennent à gagner 3-0 à San Salvador avant de perdre à nouveau lors du match de barrage organisé sur terrain neutre, à Kingston en Jamaïque, 1-0 dans les prolongations[21].

À la Coupe des nations de la CONCACAF 1969, Haïti est disqualifié pour le tour final, alors qu'il s'était qualifié sur le terrain en battant les États-Unis (ce tour de qualification est couplé aux qualifications pour la Coupe du monde 1970). En effet, la Fédération n'a pas pu inscrire l'équipe pour le tour final dans les délais impartis par la CONCACAF et ne peut donc participer à la poule finale[22].

L'âge d'or du football haïtien (1971-1979)[modifier | modifier le code]

photo en noir et blanc montrant des footballeurs sur un terrain dont deux à terre après un tacle
Les Haïtiens et leur capitaine Wilner Nazaire contre l'Italie lors de la Coupe du monde 1974.

En 1971, toujours avec Antoine Tassy à sa tête, la sélection haïtienne participe à la troisième édition de la Coupe des nations de la CONCACAF, dont la phase finale a lieu à Trinité-et-Tobago. Elle bénéficie du forfait des Antilles néerlandaises au premier tour des préliminaires et lors du second tour, les sélections de Cuba et du Suriname refusent de se rendre à Port-au-Prince pour disputer avec les Grenadiers les matches de poule. La CONCACAF tranche et décide de délivrer les deux billets pour la phase finale aux Haïtiens et aux Cubains, sans que l'on connaisse les raisons de ce choix[23]. La phase finale, disputée sous forme d'une poule unique réunissant les six nations qualifiées se déroule à Port of Spain en fin d'année 1971. Les Haïtiens terminent invaincus la compétition avec une médaille d'argent, derrière les Mexicains. C'est la première performance remarquable de la sélection.

Deux ans plus tard, l'édition 1973 de la Coupe des nations de la CONCACAF revêt un enjeu double. En effet, elle est couplée avec le tour final des éliminatoires de la CONCACAF pour la Coupe du monde 1974, ce qui veut dire que l'équipe sacrée championne de la CONCACAF obtient automatiquement son billet pour la phase finale, prévue en Allemagne de l'Ouest. Haïti part avec un certain avantage puisque cette 4e édition se dispute au stade Sylvio-Cator de Port-au-Prince. Après avoir facilement disposé de l'équipe de Porto Rico en tour préliminaire (12 à 0 sur l'ensemble des deux rencontres), les Rouge et Bleus vont réaliser un parcours quasiment parfait en poule finale, remportant leurs quatre premiers matchs, face aux Antilles néerlandaises, à Trinité-et-Tobago, au Honduras et au Guatemala. La dernière rencontre, perdue face au Mexique, est sans importance puisque les coéquipiers d'Emmanuel Sanon, le buteur vedette de l'équipe, étaient assurés avant de jouer de terminer en tête et de se qualifier pour la Coupe du Monde[24],[25]. Le président haïtien Jean-Claude Duvallier promet alors aux joueurs sélectionnés une prime de 300 000 dollars pour une victoire et de 200 000 dollars pour un nul aux joueurs disputant la compétition mondiale[26].

photo en noir et blanc d'un match de football, deux joueurs luttent devant les cages pendant que la gardien plonge
Henri Françillon lors de la rencontre Haïti-Pologne de la Coupe du Monde 1974

Le tirage au sort n'est pas tendre avec l'équipe haïtienne : elle est reversée dans le groupe 4 en compagnie de l'Italie, finaliste du dernier Mondial, de l'Argentine et de la Pologne. Haïti va marquer les esprits lors de cette Coupe du monde ouest-allemande. Avec Antoine Tassy sur le banc, les Grenadiers vont créer l'une des premières surprises de la phase finale en ouvrant le score contre les Italiens, grâce à un but de l'inévitable Emmanuel Sanon qui met fin à ainsi à la série d’invincibilité, 1 143 minutes, du gardien Dino Zoff[27]. Les Azzurri se reprennent et l'emportent finalement 3-1. La préparation du second match est marquée par le contrôle positif d'Ernst Jean-Joseph à un produit anti-asthmatique, il est alors suspendu jusqu'à la fin de la compétition[28]. Marqués par cette exclusion, cette seconde rencontre est catastrophique pour les Haïtiens. Ils s'inclinent contre la Pologne sur le score de 7-0 malgré le bon match du gardien Henri Françillon[29]. Enfin, le troisième et dernier match, sans enjeu puisque Haïti est d'ores et déjà éliminé, les voit s'incliner contre l'Argentine, avec un nouveau but de Sanon et une défaite 1-4.

En 1977, la 5e édition de la Coupe des nations de la CONCACAF voit à nouveau les Haïtiens réussir un superbe parcours. Qualifiés par le biais de plusieurs tours préliminaires, où ils éliminent successivement la République dominicaine, les Antilles néerlandaises et Cuba, ils terminent comme six ans auparavant à la deuxième place, derrière leur rival du moment, le Mexique, auteur à domicile d'un parcours parfait (cinq victoires en autant de rencontres). Deux ans plus tard, la sélection olympique remporte la Coupe caribéenne des nations en battant lors de la dernière rencontre le tenant du titre, le Suriname sur le score d'un à zéro[30],[31].

Une longue période sans résultats (1979-1997)[modifier | modifier le code]

En 1981, Haïti participe à la Coupe des nations de la CONCACAF, organisée cette année-là au Honduras. Comme lors des éditions précédentes, le champion se qualifie pour la phase finale de la Coupe du monde de football de 1982 en Espagne, mais aussi son dauphin, puisque la zone CONCACAF a droit à deux représentants en phase finale à partir de cette Coupe du monde. Les Grenadiers parviennent à se qualifier pour la poule finale à six, après avoir écarté Trinité-et-Tobago et les Antilles néerlandaises mais vont finir à la dernière place, sans parvenir à remporter un seul match. C'est la dernière apparition des Haïtiens à ce niveau de la compétition avant une longue période de mauvais résultats.

Lors de l'édition 1985 de la Coupe de la CONCACAF, une fois encore couplée aux éliminatoires de la Coupe du monde 1986 au Mexique, la sélection dirigée par l'ancien international Claude Barthélémy est éliminée dès le premier tour préliminaire, terminant dernière de sa poule, derrière le Canada et le Guatemala, en perdant même tous ses matches et sans parvenir à marquer un but.

La Fédération va écarter l'équipe nationale des compétitions officielles entre 1986 et 1990. Les Rouge et Bleus vont ainsi manquer la Coupe des nations de la CONCACAF 1989 (qualificative pour la Coupe du monde 1990 en Italie) et les deux premières éditions de la Coupe caribéenne des nations, organisées en 1989 à la Barbade et en 1990 à Trinité-et-Tobago. Entre juin 1985 et avril 1991, l'équipe nationale ne va disputer qu'une seule rencontre, le 27 juin 1989 aux États-Unis, un match amical perdu 0-4 face à la Colombie.

Son retour en compétition officielle se fait lors de la Coupe caribéenne des nations 1991. La refonte de la Coupe des nations de la CONCACAF, qui devient à partir de 1991 la Gold Cup, a transformé la Coupe caribéenne des nations en tournoi de qualification pour la compétition continentale. Opposée au premier tour de qualification à son voisin de la République dominicaine et à Porto Rico, Haïti se classe deuxième, devancée à la différence de but par les Dominicains. La sélection va à nouveau manquer les deux éditions suivantes, en 1992 à Trinité-et-Tobago et en 1993 en Jamaïque. Les seules rencontres disputées durant cette période sont les matchs de qualification pour la Coupe du monde 1994, dont la phase finale est organisée aux États-Unis. Opposés à la sélection des Bermudes, les Grenadiers voient leur parcours s'arrêter prématurément (défaite 1-0 aux Bermudes et victoire insuffisante 2-1 au stade Sylvio-Cator).

En 1994, les Grenadiers s'inscrivent à cette 6e édition de la Coupe caribéenne, organisée une nouvelle fois à Port of Spain. Après avoir éliminé la République dominicaine (et profité du forfait de Cuba), ils ne finissent qu'à la 3e place de la phase de poules, derrière la Martinique et le Suriname. Dès leur élimination, 17 des 18 joueurs de l'équipe demandent l'asile politique aux États-Unis mais, devant le refus de l'ambassade américaine[32], la majorité des joueurs décident alors de rentrer à Haïti[33]. L'année suivante, la Fédération fait une fois encore le choix de ne pas inscrire à la Coupe caribéenne des nations la sélection, qui ne va d'ailleurs jouer aucune rencontre au cours de l'année civile.

Lors de l'édition 1996, toujours à Port of Spain, les Haïtiens réalisent un parcours identique à celui effectué deux ans plus tôt : ils éliminent en tour préliminaire la République dominicaine puis ils accrochent une 3e place en poule, derrière cette fois-ci Cuba et une nouvelle fois la Martinique. Durant la même période, ils s'engagent dans la campagne éliminatoire pour tenter de se qualifier pour la phase finale de la Coupe du monde 1998, prévue en France. Après avoir éliminé la sélection de Grenade au deuxième tour préliminaire, les Rouge et Bleus s'inclinent lourdement face aux Cubains, avec notamment une déroute au match aller (6-1) à La Havane.

L'année suivante, à l'origine inscrite en compétition, Haïti déclare forfait avant le début des éliminatoires, comme d'autres sélections voisines telles que la République dominicaine, Porto Rico et les Îles Caïmans.

Des hauts et des bas (1998-2006)[modifier | modifier le code]

En 1998, la sélection parvient à monter pour la première fois sur le podium lors de la Coupe caribéenne des nations. Lors de cette édition coorganisée par la Jamaïque et Trinité-et-Tobago, ils finissent deuxième de la poule derrière les Reggae Boyz, tout juste rentrés de la Coupe du monde en France. Ils s'inclinent ensuite en demi-finales contre l'autre pays organisateur, Trinité-et-Tobago puis battent Antigua et Barbuda. Cette performance est réitérée l'année suivante avec une nouvelle 3e place, partagée avec la Jamaïque à la suite de l'impossibilité d'organiser le match de classement entre les deux équipes.

Avec ces bons résultats, Haïti participe à la poule de qualification pour la Gold Cup 2000 en compagnie du Canada, de Cuba et le Salvador. Grâce à une deuxième place en poule, les Grenadiers obtiennent leur billet pour la phase finale de la Gold Cup, pour la première fois depuis l'instauration de la nouvelle formule de la compétition. Placés dans le groupe B en compagnie des États-Unis et du Pérou, sélection invitée par la CONCACAF, ils s'inclinent 3-0 contre les Américains et parviennent à accrocher la Blanquirroja péruvienne (1-1), une performance insuffisante pour accéder aux quarts de finale. Le mois suivant démarrent les éliminatoires pour la Coupe du monde 2002 coorganisée par le Japon et la Corée du Sud. Les hommes d'Emmanuel Sanon éliminent successivement l'équipe de Dominique, les Bahamas avant de tomber contre Trinité-et-Tobago, synonyme de passage via les barrages, joués et perdus sèchement (7-1 sur l'ensemble des deux matchs) contre le Honduras.

En 2001, Haïti s'engage en Coupe des Caraïbes et va à nouveau s'illustrer. Après avoir terminé en tête de sa poule lors du premier tour, devant Cuba, Saint-Christophe-et-Niévès et le Suriname, l'équipe nationale bat la Martinique en demi-finale puis s'incline, une fois encore face à Trinité-et-Tobago. Néanmoins, cette place de finaliste permet aux Haïtiens de participer pour la deuxième fois consécutive à la Gold Cup. Versés dans le groupe D avec le Canada et l'Équateur, ils parviennent à se qualifier pour le tableau final de la plus curieuse des manières: les trois équipes ont terminé à égalité parfaite à l'issue du premier tour et ont dû être départagées par un tirage au sort. En quart de finale, ils passent près de l'exploit en s'inclinant face au Costa Rica après avoir encaissé un but en or de Rónald Gómez.

En 2002, en l'absence de Coupe caribéenne des nations, c'est un tournoi qualificatif qui est mis en place pour obtenir une place en phase finale de la Gold Cup 2003. Après avoir terminé en tête du groupe D du premier tour devant Antigua et Barbuda et les Antilles néerlandaises, les Rouge et Bleus ne finissent qu'à la troisième place de la poule derrière la Jamaïque et la sélection de Martinique, un résultat insuffisant qui leur ferme les portes du tournoi continental.

Deux ans plus tard, les Haïtiens s'engagent dans les éliminatoires pour la Coupe du monde 2006 en Allemagne. En février 2004, ils disputent leur premier match à domicile à Miami en raison du conflit armé sur l'île. Ils éliminent l'équipe des îles Turques-et-Caïques (5-0 et 2-0 en matchs aller et retour) avant de s'incliner au tour suivant face aux Reggae Boyz (1-1, toujours à Miami et défaite 3-0 à Kingston)[34]. L'année suivante, lors de l'édition 2005 de la Coupe caribéenne des nations, Haïti passe le premier tour de poules en compagnie de la Jamaïque puis au tour suivant, s'impose face à Saint-Christophe-et-Niévès. Leur parcours s'achève face à Cuba à l'issue des prolongations lors du match retour.

Un titre et des résultats en hausse (2007-2009)[modifier | modifier le code]

portrait en buste d'un homme noir en survêtement
Pierre Richard Bruny, ici en 2004, remporte avec la sélection la Coupe caribéenne des nations 2007

À l'automne 2006, les Haïtiens s'engagent dans les qualifications pour la phase finale de la Coupe caribéenne des nations 2007 qui doit avoir lieu à Port of Spain. Ils réussissent d'abord à terminer en tête de leur poule éliminatoire, se qualifiant avec Saint-Vincent-et-les-Grenadines aux dépens de la Jamaïque, pourtant tenante du titre et pays hôte de la poule. Au tour suivant, ils ne se classent que troisièmes, derrière les Cubains et les Martiniquais, une place synonyme de barrage joué quelques jours avant le début de la compétition à proprement parler. Cette nouvelle étape est aisément franchie, après être venu à bout de la sélection des Bermudes (5-0 sur l'ensemble des deux matchs). Lors du premier tour, les Grenadiers finissent deuxième de leur poule, derrière le pays organisateur, Trinité-et-Tobago et devant la Martinique et la Barbade. En demi-finales, Haïti bat une autre équipe francophone, la Guadeloupe avant de prendre sa revanche en finale sur les Trinidadiens, qui les avaient battus 3-1 en match de poule. Cette victoire en Coupe caribéenne des nations est le premier titre d'Haïti depuis 1979. Elle leur permet également de revenir en phase finale de la Gold Cup, après avoir manqué les éditions 2003 et 2005[35].

En juin 2007, armés de leur titre de champion des Caraïbes, les hommes du Cubain Luis Armelio García voient leur parcours américain s'achever dès le premier tour. Versés dans le groupe A en compagnie du Canada, du Costa Rica et de la Guadeloupe, ils terminent derniers, sans avoir remporté un seul de leurs trois matchs et avec deux buts inscrits (par Monès Chéry face à la Guadeloupe et Alexandre Boucicaut contre les Costaricains). Après la démission surprise de Luis Armelio Garcia[36] en janvier 2008, la Fédération haïtienne décide de placer sur le banc Wagneau Eloi, ancien attaquant haïtien qui a fait toute sa carrière en France et en Belgique[37].

La première mission d'Eloi est de réussir au mieux les Éliminatoires de la Coupe du Monde 2010, dont la phase finale est prévue en Afrique du Sud. Haïti écarte d'abord l'équipe des Antilles néerlandaises avant de chuter au troisième tour, terminant 3e de sa poule derrière le Costa Rica et le Salvador, sans avoir remporté une seule rencontre (3 nuls et 3 défaites). À l'automne, protégé par son statut de tenant du titre, Haïti fait son entrée lors de la phase finale de la Coupe caribéenne des nations, qui a lieu en Jamaïque. Ses adversaires de poule sont Cuba, la Guadeloupe et Antigua-et-Barbuda. Comme lors de la Gold Cup 2007, la déception est immense puisque les Rouge et Bleus vont quitter la compétition dès le premier tour, devancés par Cuba et la Guadeloupe.

Un coup du sort va permettre à la sélection haïtienne de participer à la phase finale de la Gold Cup 2009, malgré son échec en Coupe caribéenne des nations. En effet, Cuba, à l'origine quatrième de la compétition et détenteur d'un billet pour le premier tour de la Gold Cup 2009, déclare forfait. La CONCACAF procède donc à un tirage au sort entre Haïti et Trinité-et-Tobago, qui avaient terminé 3e de leur groupe respectif et c'est Haïti qui est désigné[38]. Placé dans le groupe B avec les Américains, le Honduras et la sélection de Grenade, le groupe coaché par le Colombien Jairo Rios va terminer à la troisième place, avec notamment un nul 2-2 décroché face aux Américains et poursuit sa route en quarts de finale, égalant sa performance réalisée en 2002. Malheureusement pour les Grenadiers, le parcours s'arrête brutalement en quarts, laminés par le Mexique (0-4), futur vainqueur de la compétition.

Après le séisme (depuis 2010)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Séisme de 2010 à Haïti.

Le 12 janvier 2010, un séisme de magnitude 7 sur l'échelle Richter dévaste Haïti avec un épicentre à 15 kilomètres de la capitale, Port-au-Prince. Devant les ruines de l'immeuble complètement effondré, le président de la Fédération haïtienne a confirmé que 30 personnes étaient là au moment du séisme et aucune n'a survécu. Les victimes sont des personnes travaillant dans les services administratifs, des arbitres ou des entraîneurs nationaux, comme l'entraîneur de la sélection des moins de 17 ans, Jean-Yves Labaze[39],[40]. Les dégâts dans le pays sont immenses et les conséquences de cette catastrophe sont nombreuses. L'une d'elles est le déplacement de la phase finale de la Coupe caribéenne des nations 2010, qui était prévue à Port-au-Prince et qui est déplacé en urgence en Martinique. Cependant, grâce à leur participation à la phase finale deux ans plus tôt, les Haïtiens sont dispensés de tour préliminaire, ce qui leur permet de disposer de dix mois pour pouvoir rebâtir une équipe compétitive. Le 2 novembre 2010 à Port of Spain se joue le premier match des Haïtiens depuis le séisme, face à l'équipe du Guyana, une rencontre qui se termine sur un score nul et vierge. Haïti s'impose ensuite face à Saint-Vincent-et-les-Grenadines avant de sombrer 4-0 contre la sélection hôte, Trinité-et-Tobago. Avec une troisième place de poule, les portes de la phase finale de la Gold Cup 2011 se ferment définitivement.

Le 2 septembre 2011 a eu lieu le premier match officiel de l'équipe d'Haïti au Stade Sylvio-Cator depuis le séisme. Cette rencontre se déroule dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 et oppose l'équipe d'Haïti aux Îles Vierges américaines, elle se conclut par une victoire sans appel des Haïtiens 6-0. Hélas Haïti finit second de son groupe derrière Antigua et Barbuda - ce qui provoqua le courroux de nombreux supporteurs car Antigua-et-Barbuda est considérée comme hiérarchiquement inférieure - et est éliminé de la Coupe du monde 2014.

L'année suivante, les Grenadiers parviennent à remonter sur le podium de la Coupe caribéenne des nations 2012. Le premier tour des éliminatoires, organisé à Port-au-Prince, leur porte chance. Après trois victoires en autant de matchs, ils finissent en tête de leur poule, se qualifiant en compagnie de Porto Rico. Au tour suivant, sur l'île de la Grenade, ils terminent à nouveau premiers du groupe, devant l'équipe de Guyane française. La phase finale de la Coupe caribéenne est organisée à Antigua-et-Barbuda et voit les Haïtiens dominer le premier tour, en devançant Trinité-et-Tobago et éliminant du même coup le pays organisateur. Haïti chute en demi-finales face à Cuba mais parvient à accrocher la troisième place de la compétition, à la suite d'une victoire, après prolongations, contre la Martinique. La présence dans le dernier carré du tournoi leur permet d'accéder à la phase finale de la Gold Cup 2013, organisée aux États-Unis. Haïti débute le tournoi continental en concédant une défaite face au Honduras sur le score de deux buts à zéro. Cependant, les Grenadiers se ressaisissent lors de la deuxième journée en battant Trinité-et-Tobago sur le même score. Le troisième et dernier match de la poule vut Haïti s'incliner 0-1 face au Salvador avec un arbitrage très discutable du Portoricain Javier Santos qui concéda un pénalty imaginaire[41] aux Salvadoriens. Cette défaite mit un terme au parcours des Grenadiers dans la compétition.

Tenues, emblèmes et symbole de l'équipe d'Haïti[modifier | modifier le code]

un logo sous forme de blason
Ancien logo de la Fédération jusqu'à 2012

L'équipe évolue depuis ses débuts dans une tenue reprenant les couleurs du drapeau d'Haïti. La tenue a connu de nombreuses variations de couleur au gré des équipementiers, les maillots sont généralement bleus, les shorts et les chaussettes rouges ou bleus. La tenue extérieure est à dominance rouge[42].

La sélection a connu ses dix dernières années de nombreux équipementiers. Certains sont locaux comme Sport Globe en 2002, Wanga Neguess en 2008 et 2010 et Plus One en 2009 et d'autres plus connus. Ainsi de 2004 à 2006, la sélection est équipée par Umbro puis, en 2007, c'est l'équipementier italien Diadora et le brésilien Finta qui fournissent les tenues de la sélection. Depuis 2010, l'équipe nationale porte des tenues fournies par Adidas. L’équipe haïtienne porte sur son maillot l'écusson de la Fédération[43].

Le surnom de l'équipe nationale, les Grenadiers prend sa source dans le chant patriotique national de la révolution haïtienne, « Grenadiers à l'assaut ! Point de mère, point de fils, tant pis pour ceux qui meurent ! »[44]. Le surnom, les rouges et bleus fait lui référence aux couleurs du pays.

Composition de l'équipe d'Haïti[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

Si lors de la participation à la Coupe du monde 1974, la quasi-totalité du groupe haïtien évoluait au pays (exception faite du capitaine Wilner Nazaire qui portait les couleurs du club français de l'US Valenciennes-Anzin et de Roger Saint-Vil, licencié au club trinidadien d'Archibald FC), actuellement, ce sont les joueurs évoluant à l'étranger, et surtout en Europe, qui sont en majorité. La principale explication est l'exil de nombreux Haïtiens après la prise de pouvoir par la famille Duvalier. Ainsi, de nombreux internationaux haïtiens sont natifs de l'étranger, de France (comme Jean-Eudes Maurice, Johny Placide ou Kevin Lafrance) mais aussi de Suisse comme le défenseur du FC Wil Kim Jaggy. Sur les 15 joueurs appelés par Israel Blake Cantero, seuls trois évoluent en Ligue Haïtienne, un autre joue en MLS américaine, un est sans club et tous les autres sont dans des clubs européens.

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

photo d'un homme noir en survêtement rouge
Jean-Jacques Pierre, ici en 2012 sous le maillot du SM Caen, est le joueur en activité le plus capé de la sélection

Joe Gaetjens est le premier joueur haïtien à connaître la renommée internationale. Né en 1924 d'un père allemand et d'une mère haïtienne, l'attaquant joue la Coupe du monde de football 1950 sous les couleurs américaines, alors qu'il n'en a pas la nationalité, et inscrit le but de la victoire historique face à l'Angleterre. Revenu à Haïti, il joue une rencontre des éliminatoires de la Coupe du monde 1954 avec les Grenadiers puis arrête sa carrière et devient entrepreneur. Il est arrêté par la police secrète de François Duvalier, les tontons macoutes, le 8 mai 1964 et meurt quelques jours plus tard en prison. Il entre en 1976 au Temple de la renommée du football américain (United States National Soccer Hall of Fame)[45].

Emmanuel Sanon est considéré comme le plus grand footballeur haïtien de tous les temps. Né en 1951, il porte pendant six ans les couleurs du club belge de Beerschot puis participe pendant trois saisons à la Major League Soccer. Sélectionné à cent reprises en équipe nationale, il est surtout le héros de la campagne haïtienne lors de la phase finale de la Coupe du monde 1974 en Allemagne de l'Ouest puisqu'il va inscrire les deux seuls buts de sa formation lors de la compétition : contre l'Italie de Dino Zoff (jusque là invaincu depuis plus de 19 matchs) puis face à l'Argentine. Avec 47 buts inscrits avec les Grenadiers, il en est l'un des meilleurs buteurs. Sanon raccroche les crampons en 1983 et s'éloigne du football. En 1999, il est appelé par les dirigeants de la Fédération afin de prendre en charge l'équipe nationale, qualifié pour la Gold Cup. Le parcours haïtien s'achève au premier tour et Sanon quitte définitivement le banc[46]. Il meurt le 21 février 2008 d'un cancer du pancréas et reçoit des funérailles nationales[47]. Le gardien de but Henri Françillon est également un des joueurs les plus en vue lors de la Coupe du monde 1974. Joueur du Victory SC, ses bonnes performances lors de la compétition lui valent de rejoindre le club allemand du TSV Munich 1860 où il évolue pendant une saison avant de revenir dans son club d'origine. Françillon et Sanon font partie des sept joueurs haïtiens sélectionnés pour représenter la CONCACAF lors de la Coupe de l'Indépendance du Brésil disputée en 1972[48].

Pierre Richard Bruny est né en 1972 et évolue depuis le début de sa carrière au poste de défenseur dans le club haïtien de Don Bosco FC (excepté une saison sous les couleurs du club trinidadien de Joe Public FC). Il est régulièrement appelé en équipe nationale à partir de 1998 et compte à son palmarès la Coupe caribéenne des nations 2007. À quarante ans passés, il n'a pas encore mis fin à sa carrière mais n'a plus été sélectionné depuis 2010. Retenu à 43 reprises depuis sa première cape en 2006, le milieu de terrain Jean Sony Alcenat évolue au club d'Aigle Noir AC avant de partir au Portugal (Leixões SC puis Rio Ave). Il joue depuis 2012 dans le club roumain de Petrolul Ploiești.

Fucien Brunel est né en 1984 et compte plus de quarante sélections sous les couleurs rouges et bleues de l'équipe nationale. Il joue en Haïti (à l'Aigle Noir AC), au Chili, au sein du Club de Deportes Cobreloa, et en Martinique avec l'Aiglon du Lamentin, son club actuel. Jouant au milieu de terrain, il marque ses huit buts en équipe nationale en deux saisons (2007 et 2008), dont quatre lors de la phase finale de la Coupe caribéenne des nations 2007.

Jean-Jacques Pierre est le joueur en activité le plus capé du football haïtien. Sélectionné à 56 reprises depuis 2001, le défenseur natif de Léogâne est passé très jeune par les championnats sud-américains, avec les clubs argentins d'Arsenal de Sarandi et du CD Moron puis la formation uruguayenne du Peñarol avant d'arriver en Europe où il est recruté par le FC Nantes. Resté six ans sur les bords de l'Erdre, il joue ensuite quelques mois au sein du club grec de Panionios avant de revenir en France, enrôlé par le SM Caen en Ligue 2. Son palmarès avec les Grenadiers est vierge car il ne prend pas part à la campagne victorieuse de la Coupe caribéenne des nations 2007.

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Liste des 18 joueurs sélectionnés par Marc Collat pour disputer le match amical contre le Kosovo le 5 mars 2014. À la suite du forfait de plusieurs joueurs, Frantz Bertin et Stéphane Lambese sont appelés.

Pos Nom Date de naissance Sélections Buts Club
1 GB Johny Placide 29 janvier 1988 (26 ans) 10 0 Drapeau : France Stade de Reims
30 GB Dominique Jean-Zéphirin 3 juin 1982 (32 ans) 10 0 Drapeau : France ES Fréjus
3 DF Mechack Jérôme 21 avril 1990 (24 ans) 29 0 Drapeau : Canada Impact de Montréal
DF Jean-Jacques Pierre 23 janvier 1981 (33 ans) 60 5 Drapeau : France SM Caen
19 DF Kim Jaggy 14 novembre 1982 (31 ans) 3 1 Drapeau : Suisse FC Aarau
6 DF Frantz Bertin 30 mai 1983 (31 ans) 30 1 Drapeau : Grèce Apollon Kalamarias
13 DF Kevin Lafrance 13 janvier 1990 (24 ans) 13 2 Drapeau : Pologne Widzew Łódź
22 DF Réginal Goreux 31 décembre 1987 (26 ans) 6 3 Drapeau : Russie Krylia Sovetov Samara
5 ML Sony Mustivar 12 février 1990 (24 ans) 2 0 Drapeau : Roumanie FC Petrolul Ploiești
2 ML Jean Sony Alcenat 23 janvier 1986 (28 ans) 44 5 Drapeau : Roumanie FC Petrolul Ploiești
ML Jeff Louis 8 août 1992 (21 ans) 12 0 Drapeau : France AS Nancy Lorraine
4 ML Wilde-Donald Guerrier 31 mars 1989 (25 ans) 21 2 Drapeau : Pologne Wisla Cracovie
17 ML Stéphane Lambese 10 novembre 1995 (18 ans) 1 0 Drapeau : France Paris Saint-Germain
8 ML Renald Metelus 6 janvier 1993 (21 ans) 1 0 Drapeau : France US Ivry
7 ML Fabien Vorbe 4 janvier 1990 (24 ans) 3 0 Drapeau : Suède IFK Varnamo
9 AT Kervens Belfort fils 16 mai 1992 (22 ans) 13 6 Drapeau : France Grenoble Foot 38
11 AT Jean-Eudes Maurice 21 juin 1986 (28 ans) 16 10 Drapeau : France Paris Saint-Germain
20 AT Gary Ambroise 17 juin 1985 (29 ans) 3 0 Drapeau : Belgique AFC Tubize
14 AT James Jean-François 15 août 1993 (20 ans) 1 0 Drapeau : France Sablé-sur-Sarthe
24 AT Duckens Nazon 7 mai 1994 (20 ans) 1 0 Drapeau : France US Roye

Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ont aussi été appelés en équipe par le sélectionneur pendant les 12 derniers mois et restent toujours sélectionnables.

Pos. Nom Date de Naissance Sélections (buts) Club Dernier appel
GB James Elan 21 janvier 1989 (25 ans) 0 (0) Drapeau : Haïti Baltimore SC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
GB Guerry Romondt 8 octobre 1985 (28 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Tempête FC v. Drapeau : Bolivie Bolivie le 6 février 2013[50]
DF Jean Garry Rubin 19 décembre 1989 (24 ans) 15 (0) Drapeau : Haïti America des Cayes v. Impact de Montréal U21 le 22 juin 2013
DF Bitielo Jean Jacques 28 décembre 1990 (23 ans) 0 (0) Drapeau : États-Unis VSI Tampa Bay FC v. Impact de Montréal U21 le 22 juin 2013
DF Vaniel Sirin 20 octobre 1989 (24 ans) 19 (1) Drapeau : Haïti Tempête FC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
DF Jean-Charles Canès 6 mars 1987 (27 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Don Bosco FC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
DF Jean-Ismaël Voltaire 4 mai 1994 (20 ans) 0 (0) Drapeau : Haïti Victory SC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
DF Frantz Bertin 30 mai 1983 (31 ans) 29 (1) Drapeau : Grèce PAE Veria v. Drapeau : Oman Oman le 20 mars 2013[51]
DF Ednerson Raymond 19 mai 1985 (29 ans) 21 (1) Drapeau : Haïti Baltimore SC v. Drapeau : Chili Chili le 19 janvier 2013[52]
DF Foreste Sonthonax 21 janvier 1988 (26 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti AS Cavaly v. Drapeau : Chili Chili le 19 janvier 2013[52]
DF Makendy Duverger 1er juin 1976 (38 ans) 2 (0) Drapeau : Haïti Tempête FC v. Drapeau : Chili Chili le 19 janvier 2013[52]
ML Joseph Géraldy 2 avril 1978 (36 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Valencia de Leogane v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
ML Luckner Horat Junior 27 septembre 1994 (19 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Aigle Noir AC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
ML Wilberne Augusmat 8 décembre 1994 (19 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Violette AC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
ML Nicodème Beauge 9 octobre 1990 (23 ans) 2 (0) Drapeau : Haïti Victory SC v. Drapeau : Chili Chili le 19 janvier 2013[52]
ML Max Hilaire 6 décembre 1985 (28 ans) 2 (0) Drapeau : France Pau FC v. Drapeau : Oman Oman le 20 mars 2013[51]
ML Fucien Brunel 26 août 1984 (29 ans) 43 (8) Drapeau : France Aiglon du Lamentin v. Drapeau : Oman Oman le 20 mars 2013[51]
ML Wiselet Saint-Louis 10 septembre 1992 (21 ans) 4 (0) Drapeau : Haïti Don Bosco FC v. Drapeau : Bolivie Bolivie le 6 février 2013[50]
AT Junior Alexandre 25 mars 1989 (25 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Baltimore SC v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
AT Fritznel Louis 20 décembre 1989 (24 ans) 10 (0) Drapeau : Haïti Racing Club Haïtien v. Drapeau : République dominicaine République dominicaine le 24 mars 2013[49]
AT Bony Pierre 24 avril 1991 (23 ans) 1 (0) Drapeau : Haïti Victory SC v. Drapeau : Chili Chili le 19 janvier 2013[52]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Rang Nom Période
1 Drapeau : Haïti Edouard Baker 1934
2 Drapeau : Haïti Antoine Champagne 1951[53]
3 Drapeau : France Paul Baron 1953
4 Drapeau : Grèce Dan Georgiádis 1956[54]
5 Drapeau : Haïti Lucien Barozy 1957[55]
6 Drapeau : Grèce Dan Georgiádis 1959
7 Drapeau : Haïti Antoine Tassy 1961
8 Drapeau : Haïti Antoine Tassy 1965-1976
9 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Sepp Piontek 1977-1978
10 Drapeau : Haïti René Vertus 1978-1979[56]
11 Drapeau : Haïti Antoine Tassy 1980
12 Drapeau : Haïti Claude Barthelemy 1984-1985
Sélectionneurs de l’équipe de Haïti
Rang Nom Période
13 Drapeau : Haïti Jean-Ernst Jean-Baptiste 1992-1994
14 Drapeau : Haïti Hervé Calixte 1996
15 Drapeau : Haïti Jean-Michel Vaval
16 Drapeau : Haïti Jean-Ernst Jean-Baptiste 1999
17 Drapeau : Haïti Emmanuel Sanon 1999-2000
18 Drapeau : Argentine Jorge Castelli 2001-2002
19 Drapeau : Argentine Andrés Cruciani 2002-2003
20 Drapeau : États-Unis Fernando Clavijo 2003-2004
21 Drapeau : Haïti Carlo Marcelin 2005-2006
22 Drapeau : Cuba Luis Armelio Garcia 2006-2008
23 Drapeau : Haïti Sonche Pierre 2008[57]
24 Drapeau : Haïti Wagneau Eloi 2008
Rang Nom Période
25 Drapeau : Colombie Jairo Rios Rendon 2009-2010
26 Drapeau : Brésil Edson Tavares 2010-2011
27 Drapeau : Haïti Carlo Marcelin 2011-2012[58]
28 Drapeau : Cuba Israel Blake Cantero 2012-2013
29 Drapeau : Haïti Pierre Roland Saint-Jean (intérim) 2013
30 Drapeau : France Marc Collat 2014-

Antoine Tassy reste l'entraîneur emblématique de la sélection nationale haïtienne. Né le 26 mars 1924, l'ancien international a marqué les esprits, autant par sa longévité à son poste (onze ans, un record inégalé) que par les résultats obtenus avec l'équipe haïtienne. Il est choisi par la Fédération en 1961 et débute sa carrière avec une quatrième place en Coupe CCCF en mars. Après un passage en sélection jamaïcaine de 1962 à 1964[59], il revient à la tête de la sélection en 1965. Le véritable âge d'or d'Haïti survient entre 1971 et 1977. Les hommes de Tassy vont terminer à la deuxième place de la compétition continentale en 1971 mais surtout remporter le titre en 1973, synonyme de qualification historique pour la phase finale de la Coupe du monde 1974. Il quitte son poste en 1976, remplacé par le technicien ouest-allemand Sepp Piontek. Antoine Tassy va cependant revenir assurer un intérim sur le banc, coachant les Haïtiens lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1982.

Sepp Piontek parvient à maintenir l'équipe nationale sur sa bonne lancée. Avec ses hommes, il réussit une nouvelle fois à placer Haïti sur le podium de la Coupe des nations de la CONCACAF en 1977, derrière les intouchables Mexicains. Son mandat de sélectionneur ne dure que deux saisons puisqu'il quitte l'équipe nationale en avril 1978[60] pour diriger l'équipe nationale du Danemark.

Luis Armelio Garcia est recruté en 2006 pour mener la sélection haïtienne vers la Gold Cup. Le technicien cubain réussit parfaitement sa mission : il parvient à remporter la Coupe caribéenne des nations, le deuxième succès d'Haïti dans cette compétition et qualifie du même coup les Grenadiers pour la phase finale du tournoi continental, après cinq ans d'absence. Ce titre est le premier du football haïtien depuis la Coupe caribéenne des nations 1979. Luis Armelio Garcia et ses hommes voient cependant leur parcours en Gold Cup s'achever dès le premier tour, devancés par le Canada, le Costa Rica et la Guadeloupe. Reconduit malgré cet échec, il démissionne à la surprise générale en janvier 2008[36] et est remplacé par Wagneau Eloi, qui va occuper un poste inédit d'entraîneur-joueur.

C'est un autre technicien cubain, Israel Blake Cantero qui est recruté en 2012. Il réussit à hisser les Haïtiens sur le podium de la Coupe caribéenne des nations 2012 pour la première fois depuis le titre de 2007. Cette performance permet aux Rouge et Bleus d'obtenir le droit de participer à la phase finale de la Gold Cup 2013. C'est sous ses ordres que l'équipe nationale obtient son meilleur classement FIFA, avec une 39e place en fin d'année 2012. Après sa démission en 2013, l'intérim est exercé par l'Haïtien Pierre Roland Saint-Jean puis, en janvier 2014, le Français Marc Collat devient le nouveau sélectionneur.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Parc Leconte[modifier | modifier le code]

Inauguré le 12 octobre 1913[61], le Parc Leconte, situé dans la capitale Port-au-Prince, est le premier stade utilisé dans l'histoire de la sélection nationale. Tout d'abord appelé parc d’État ou parc d'herbe[61], il prend le nom de Cincinnatus Leconte, président d’Haïti mort en 1912, qui avait permis sa construction[62]. Il accueille notamment les trois matchs d'Haïti lors de sa participation aux éliminatoires du Mondial 1934, tous trois face à la sélection de Cuba. C'est sur le site du Parc Leconte qu'est construit le stade national en 1953.

Stade Sylvio Cator[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Stade Sylvio-Cator.
Vue aérienne du Stade Sylvio-Cator et de ses quartiers environnants
Vue aérienne du Stade Sylvio-Cator et de ses quartiers environnants.

Le Stade Sylvio-Cator est situé au cœur de la capitale haïtienne, Port-au-Prince et accueille la totalité des rencontres, amicales et officielles, disputées par la sélection sur son sol. Construit en 1953 et inauguré sous le nom de Stade Paul-Magloire, du nom du président haïtien au moment de son ouverture, le stade est renommé en 1958, par le nouveau président François Duvalier et prend le nom de Sylvio Cator[61], un athlète haïtien spécialiste du saut en longueur mais pratiquant également d'autres sports, comme le football. Sylvio Cator évolue au plus haut niveau avec le Racing Club Haïtien et dispute la première rencontre internationale de la sélection haïtienne face à la Jamaïque[3]. En 1928, à l'occasion des Jeux olympiques d'Amsterdam, Cator remporte la médaille d'argent en longueur, devenant le premier sportif haïtien médaillé olympique. Devenu par la suite maire de Port-au-Prince, il meurt en 1952[63],[64].

Le stade a une capacité d'accueil de 17 000 spectateurs et est situé dans le quartier de Turgeau. Il subit une rénovation complète en 1994 et ne rouvre ses portes que le 18 octobre 1997 à l'occasion d'un tournoi opposant Haïti à la Jamaïque, Cuba, Cameroun et la Martinique[65].

La phase finale de la Coupe des nations de la CONCACAF organisée par Haïti en 1973 a été disputée dans ce stade. Il a également servi de cadre à la première édition du championnat de la CONCACAF féminin en 1991. En plus d'accueillir les rencontres de l'équipe nationale, le stade héberge les rencontres à domicile de trois clubs de Ligue Haïtienne: le Racing Club Haïtien, Violette AC et le club d'Aigle Noir AC.

À la suite du tremblement de terre à Haïti en janvier 2010, le stade a servi de camp de base à Port-au-Prince et a accueilli sous des tentes les rescapés de la catastrophe pendant plusieurs mois. En 2011, après quatre mois de travaux financés par la FIFA, l'enceinte est entièrement rénovée et une pelouse artificielle est posée[66]. Les Grenadiers disputent leur premier match depuis le séisme le 2 septembre 2011, en recevant la sélection des Îles Vierges américaines dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 et s'imposent facilement six buts à zéro.

Centre technique FIFA Goal[modifier | modifier le code]

Le Centre FIFA Goal est le centre d'entraînement mis à disposition de la sélection nationale lors de la préparation des matchs officiels et amicaux. Comme son nom l'indique, il a pu être construit grâce au programme Goal de la FIFA pour un montant total de 750 000 dollars. Situé dans la commune de la Croix-des-Bouquets à douze kilomètres de Port-au-Prince, il a été inauguré le 25 avril 2002[67] en présence du vice-président de la FIFA, le Trinidadien Jack Warner. Une deuxième phase de développement du centre (d'un budget de près de 500 000 dollars[67], toujours financé par le programme Goal a permis la construction de bureaux, de logements pour les joueurs ainsi que d'un dortoir réservé aux équipes nationales féminines. La Fédération haïtienne y a inauguré en fin d'année 2012 ses nouveaux locaux. Le bâtiment fédéral porte le nom de Jean Vorbe, président de la Fédération lors de la qualification des Grenadiers pour la Coupe du monde 1974.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant résume le palmarès de la sélection haïtienne en compétitions officielles. Il se compose de quatre titres: un en Coupe d'Amérique Centrale et des Caraïbes (CCCF) en 1957, un en Coupe des nations de la CONCACAF 1973 et deux en Coupe caribéenne des nations (1979 et 2007).

Palmarès de l’équipe de Haïti en compétitions officielles
Coupe d'Amérique Centrale et des Caraïbes (CCCF) Coupe des nations de la CONCACAF Coupe caribéenne des nations

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
Drapeau de l'Uruguay 1930 Non inscrit Drapeau de l'Angleterre 1966 Non inscrit Drapeau des États-Unis 1994 Tour préliminaire
Drapeau de l'Italie 1934 Tour préliminaire Drapeau du Mexique 1970 Tour préliminaire Drapeau de la France 1998 Tour préliminaire
Drapeau de la France 1938 Non inscrit Drapeau de l'Allemagne 1974 Premier tour Drapeau de la Corée du SudDrapeau du Japon 2002 Tour préliminaire
Drapeau du Brésil 1950 Non inscrit Drapeau de l’Argentine 1978 Tour préliminaire Drapeau de l'Allemagne 2006 Tour préliminaire
Drapeau de la Suisse 1954 Tour préliminaire Drapeau de l'Espagne 1982 Tour préliminaire Drapeau de l'Afrique du Sud 2010 Tour préliminaire
Drapeau de la Suède 1958 Non inscrit Drapeau du Mexique 1986 Tour préliminaire Drapeau du Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau du Chili 1962 Non inscrit Drapeau de l'Italie 1990 Non inscrit

Parcours en Coupe des nations de la CONCACAF et Gold Cup[modifier | modifier le code]

La Coupe des nations de la CONCACAF change de nom à partir de l'édition 1991 et devient la Gold Cup. À noter que les éditions de 1973 à 1989 servent également de tournoi qualificatif pour la Coupe du monde.

Parcours en Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup
Année Position Année Position Année Position
Drapeau du Salvador 1963 Non qualifié 1985 Premier tour Drapeau des États-UnisDrapeau du Mexique 2003 Tour préliminaire
Drapeau du Guatemala 1965 Sixième 1989 Non inscrit Drapeau des États-Unis 2005 Tour préliminaire
Drapeau du Honduras 1967 Cinquième Drapeau des États-Unis 1991 Tour préliminaire Drapeau des États-Unis 2007 Premier tour
Drapeau du Costa Rica 1969 Disqualifié Drapeau des États-UnisDrapeau du Mexique 1993 Non inscrit Drapeau des États-Unis 2009 Quart de finale
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1971 médaille d'argent, Amérique du Nord Deuxième Drapeau des États-Unis 1996 Non inscrit Drapeau des États-Unis 2011 Tour préliminaire
Drapeau d'Haïti 1973 médaille d'or, Amérique du Nord Vainqueur Drapeau des États-Unis 1998 Tour préliminaire Drapeau des États-Unis 2013 Premier tour
Drapeau du Mexique 1977 médaille d'argent, Amérique du Nord Deuxième Drapeau des États-Unis 2000 Premier tour Pays inconnu 2015
Drapeau du Honduras 1981 Sixième Drapeau des États-Unis 2002 Quart de finale
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe des nations de la CONCACAF que l'équipe d'Haïti a disputées à domicile.

Parcours en Coupe caribéenne des nations[modifier | modifier le code]

Parcours en Coupe caribéenne des nations
Année Position Année Position Année Position
Drapeau : Suriname 1978 Tour préliminaire[note 1] Drapeau de la Jamaïque 1991 Tour préliminaire Drapeau : Trinité-et-Tobago 1999 médaille de bronze Troisième[note 2]
Drapeau : Suriname 1979 médaille d'or Vainqueur Drapeau : Trinité-et-Tobago 1992 Non inscrit Drapeau : Trinité-et-Tobago 2001 médaille d'argent Finaliste
Drapeau de Porto Rico 1981 Non inscrit Drapeau de la Jamaïque 1993 Non inscrit Drapeau de la Barbade 2005 Tour préliminaire
Drapeau de la Guyane 1983 Non inscrit Drapeau : Trinité-et-Tobago 1994 Premier tour Drapeau : Trinité-et-Tobago 2007 médaille d'or Vainqueur
Drapeau de la Barbade 1985 Non inscrit Drapeau de la JamaïqueDrapeau des Îles Caïmans 1995 Non inscrit Drapeau de la Jamaïque 2008 Premier tour
Drapeau de la Martinique 1988 Non inscrit Drapeau : Trinité-et-Tobago 1996 Premier tour Drapeau de la Martinique 2010 Tour préliminaire
Drapeau de la Barbade 1989 Non inscrit Drapeau d'Antigua-et-BarbudaDrapeau : Saint-Christophe-et-Niévès 1997 Forfait Drapeau d'Antigua-et-Barbuda 2012 médaille de bronze Troisième
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1990 Non inscrit Drapeau de la JamaïqueDrapeau : Trinité-et-Tobago 1998 médaille de bronze Troisième Drapeau de la Jamaïque 2014

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Au niveau mondial[modifier | modifier le code]

carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par Haïti[note 3].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe d'Haïti de football :
  •      Un seul match
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à dix-neuf matchs
  •      De vingt à vingt-neuf matchs
  •      Plus de trente matchs

Malgré ses quatre-vingt-dix ans d'existence, la sélection haïtienne n'a que très rarement affronté des nations d'autres continents que le sien. Elle n'a ainsi affronté en match officiel que deux équipes européennes  : l'Italie et la Pologne, qui étaient dans sa poule lors du premier tour de la Coupe du monde 1974, avec également l'Argentine. Dans le cadre des matchs de préparation pour la Coupe des confédérations 2013, l'Espagne et l'Italie ont affronté la sélection haïtienne en amical.

En Afrique, seul le Congo a rencontré les Grenadiers, lors du Tournoi des Black Stars 1992 organisé à Créteil en France.

En Asie, seule la Chine a disputé un match contre Haïti, en 2003. Enfin, plus récemment, les Haïtiens ont affronté plusieurs nations du Moyen-Orient : la Syrie (en 2009), le Qatar (en 2010) et le sultanat d'Oman (en mars 2013), toujours lors de matchs amicaux.

Le bilan face à ces nations non-américaines est faible avec seulement deux victoires (contre le Qatar et la Chine) et cinq défaites en sept rencontres. Les Haïtiens ont tout de même réussi à accrocher la Squadra Azzurra (2-2) lors du match amical de juin 2013.

Haïti a rencontré la totalité des sélections d'Amérique du Nord, centrale et du Sud, à l'exception du Belize et du Paraguay.

Dans les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Carte colorée des Caraïbes
Carte des équipes rencontrées par Haïti[note 3].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe d'Haïti de football :
  •      Un seul match
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à dix-neuf matchs
  •      De vingt à vingt-neuf matchs
  •      Plus de trente matchs

C'est fort logiquement avec les sélections de la région Caraïbe que Haïti a disputé le plus de rencontres au cours de son histoire. La Jamaïque, premier adversaire historique des Grenadiers, est également son adversaire le plus souvent rencontré, tout comme Trinité-et-Tobago et Cuba, qui ont disputé plus de trente matchs face aux Haïtiens. Les autres nations fréquemment affrontées sont les équipes voisines comme la République dominicaine ou les Antilles néerlandaises. La participation régulière d'Haïti à la Coupe caribéenne des nations a permis à la sélection de rencontrer la quasi-totalité des nations caribéennes, à l'exception d'Anguilla et Montserrat, deux des plus faibles équipes de la région.

Le bilan face aux grandes nations de la zone CONCACAF est assez moyen. Si les Haïtiens font jeu égal avec la sélection américaine, elle reste largement déficitaire face au Canada (une victoire -en novembre 1973- sur dix rencontres disputées), tout comme contre la meilleure équipe de la région, le Mexique, qui n'a été battu par les Rouges et Bleus qu'une seule fois, lors des Jeux panaméricains de 1959.

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec la Jamaïque[modifier | modifier le code]

La Jamaïque est la première équipe à avoir rencontré Haïti, en 1925. Les deux formations ont joué de nombreux matchs amicaux depuis et se sont également affrontés en matchs officiels. Jamaïcains et Haïtiens ont ainsi joué cinq matchs en Coupe caribéenne des nations, un match en Coupe des nations de la CONCACAF et se sont également rencontrés lors des éliminatoires de la Coupe du monde de football 2006. Le bilan face aux Reggae Boyz est assez équilibré avec plus de vingt succès de chaque côté et très peu de matchs nul (trois seulement en plus de quarante matchs).

Avec Cuba[modifier | modifier le code]

Le premier match entre Cuba et Haïti a un intérêt majeur pour les deux nations, puisqu'il a eu lieu dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 1934 et ce sont les Cubains qui passent, avec deux victoires et un match nul. Les deux équipes se sont à nouveau affrontées lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 1998. Contre Cuba, la balance des Rouge et Bleus est finalement déficitaire avec sept succès en plus de trente matchs.

Avec Trinité-et-Tobago[modifier | modifier le code]

C'est en 1948 que Haïti a affronté pour la première fois la sélection de Trinité-et-Tobago, lors d'une série de trois matchs amicaux disputés à Port of Spain. Les deux sélections se sont ainsi rencontrés quatre fois lors d'éliminatoires de Coupe du monde (1970 et 2002) et à de nombreuses reprises lors des phases finales de la Coupe caribéenne des nations. En 2013, pour la première fois, le tirage au sort de la Gold Cup 2013 les oppose au premier tour de la phase finale. Le bilan face aux Trinidadiens est équilibré, les deux nations ont gagné autant de fois l'une que l'autre, avec peu de matchs nuls.

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'Équipe d'Haïti
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[fifa 1] 145 132 153 114 125 109 99 84 82 72 96 95 98 102 69 102 90 90 81 39 79
Classement zone CONCACAF[fifa 2] 21 13 23 14 15 11 11 11 9 9 11 10 11 13 6 10 10 10 10 3 7

Légende du classement mondial :
Légende du classement CONCACAF :

  •      de 1 à 50
  •      de 1 à 10
  •      de 51 à 100
  •      de 11 à 20
  •      de 101 à 200
  •      de 21 à 29

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Haïti est représenté par une sélection de joueurs évoluant au sein du club d'Aigle Noir AC.
  2. Haïti partage la troisième place avec la Jamaïque à la suite de l'annulation du match de classement pour cause de terrain impraticable.
  3. a et b Carte mise à jour le 17 juin 2013 après le match contre l'Italie

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 17 juillet 2014 (consulté le 17 juillet 2014).
  2. a et b (en) Barrie Courtney, « Haiti - List of International Matches », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 31 janvier 2007 (consulté le 23 avril 2013)
  3. a et b « Par 2 buts contre 1 l'équipe jamaïcaine gagne le premier match », Le Nouvelliste, no 10711,‎ 23 mars 1925, p. 1 (lire en ligne)
  4. (en) « World cup 1934 », sur allworldcup.narod.ru (consulté le 15 mai 2013)
  5. « Cuba bat Haïti par 3 buts contre 1 », Le Nouvelliste, no 13219,‎ 29 janvier 1934, p. 1 (lire en ligne)
  6. « Le match d'hier », Le Nouvelliste, no 13223,‎ 2 février 1934, p. 1 (lire en ligne)
  7. Lucien Montas, « Les causes de la retentissante défait à Mexico », Le Nouvelliste, no 23053,‎ 22 juillet 1953, p. 1-6 (lire en ligne)
  8. (en) Macario Reyes, « CCCF Championship 1957 (Willemstad, Curaçao, Aug 11-25) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 6 août 1999 (consulté le 23 avril 2013)
  9. « Incident au match Argentine-Haïti », Le Nouvelliste, no 24827,‎ 1re septembre 1959, p. 1 (lire en ligne)
  10. « Haïti inflige une défaite retentissante à Cuba », Le Nouvelliste, no 24826,‎ 29 août 1959, p. 1 (lire en ligne)
  11. (en) José de Jesus Mora Rivera, Dave Litterer, Niel Morrison et Mikael Jönsson, « Panamerican Games 1959 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 4 janvier 2013 (consulté le 23 avril 2013)
  12. « Le championnat Centre-Amérique de football », Le Nouvelliste, no 25246,‎ 13 mars 1961, p. 1 (lire en ligne)
  13. « Costa Rica gagne le championnat du Centre Amérique », Le Nouvelliste, no 25262,‎ 20 mars 1961, p. 1 (lire en ligne)
  14. (en) Macario Reyes, « CCCF Championship 1961 (San José, Costa Rica, March) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 6 août 1999 (consulté le 30 avril 2013)
  15. « Zoupim démissionne, la cuisante défaite de l'équipe d'Haïti au Championnat du Centre Amérique et des Caraïbes », Le Nouvelliste, no 25606,‎ 12 avril 1965, p. 1 (lire en ligne)
  16. « La catastrophe de Guatemal expliquée par Zoupim », Le Nouvelliste, no 25608,‎ 18 avril 1965, p. 1-4 (lire en ligne)
  17. (en) Mikael Jönsson, « Coupe Duvalier 1966 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 7 juillet 2002 (consulté le 21 avril 2013)
  18. « Heures exaltantes au stade », Le Nouvelliste, no 26937,‎ 24 juin 1965, p. 1-4 (lire en ligne)
  19. (en) « Haiti win Carib soccer crown », Jamaica Gleaner,‎ 22 janvier 1967, p. 1 (lire en ligne)
  20. Louis Acascas, « Ce que fut le match Haïti - Trinidad », Le Nouvelliste, no 27085,‎ 17 janvier 1967, p. 1-4 (lire en ligne)
  21. Grégoire Eugène, « Sélection nationale, salut ! », Le Nouvelliste, no 27919,‎ 8 octobre 1969, p. 1-4 (lire en ligne)
  22. (en) Macario Reyes, « IV. CONCACAF Nations Cup 1969 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 13 novembre 2006 (consulté le 21 avril 2013)
  23. (en) Macario Reyes, « V. CONCACAF Nations Cup 1971 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 3 janvier 2007 (consulté le 21 avril 2013)
  24. (en) AAP-Reuter, « Haiti qualifies », The Age,‎ 17 décembre 1973, p. 19 (lire en ligne)
  25. (en) AP, « Haiti aware of its role », Jamaica Gleaner,‎ 30 décembre 1973, p. 13 (lire en ligne)
  26. (en) John Snyder, Soccer's Most Wanted™: The Top 10 Book of Clumsy Keepers, Clever Crosses, and Outlandish Oddities, Potomac Books, Inc., coll. « Most Wanted »,‎ 2001, 304 p. (ISBN 9781574883657, lire en ligne), p. 50
  27. Jacques Ferran et Jean Cornu, « L'Italie déconcertée », Football 75 Les cahiers de l’Équipe, no 54,‎ septembre 1974, p. 45
  28. Victor Peroni, « Jean-Joseph "dopé" et suspendu », l’Équipe, no 8760,‎ 19 juin 1974, p. 7
  29. Jacques Ferran et Jean Cornu, « La Pologne seule », Football 75 Les cahiers de l’Équipe, no 54,‎ septembre 1974, p. 46
  30. (en) « Haiti snatch CFU title », Jamaica Gleaner,‎ 20 novembre 1979, p. 8 (lire en ligne)
  31. « Haiti nouveau champion de la Caraïbe », [[Le Nouvelliste (Haïti)|Le Nouvelliste]], no 31210,‎ 19 novembre 1979, p. 1-2 (lire en ligne)
  32. (en) Mitch Gelman, « Soccer Team Stuck », Newsday,‎ 16 avril 1994 (lire en ligne)
  33. (en) Mitch Gelman, « Asylum's the Goal », Newsday,‎ 19 avril 1994 (lire en ligne)
  34. « Haïti se faufile », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 19 mai 2005 (consulté le 24 avril 2013)
  35. « Haïti sur la route de l'or », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 1re février 2007 (consulté le 24 avril 2013)
  36. a et b Raphaël Féquère, « Armelio Garcia : \'Maintenant je suis libre\' », sur lenouvelliste.com, Le Nouvelliste,‎ 25 janvier 2008 (consulté le 18 août 2013)
  37. « Eloi croit en son Haïti », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 15 mai 2008 (consulté le 24 avril 2013)
  38. « Haiti-Gold Cup 2009: Cuba se désiste, Haïti le remplace » (version du 13 mai 2009 sur l'Internet Archive)
  39. (es) Pablo Aro Geraldes, « Haití duele », sur arogeraldes.blogspot.com,‎ 18 janvier 2010 (consulté le 24 avril 2013)
  40. « Haïti fait front », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 20 mai 2010 (consulté le 24 avril 2013)
  41. Le Matin: "Défaite des Grenadiers"
  42. « La Fiche de Haïti », sur lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 29 avril 2013)
  43. (ja) « ハイチ代表ユニフォーム(Haiti National Football Team Kit) », sur football-uniform.seesaa.net (consulté le 29 avril 2013)
  44. Berthony Dupont, Jean-Jacques Dessalines: itinéraire d'un révolutionnaire, L'Harmattan,‎ 2006, 374 p. (ISBN 9782296013353, lire en ligne), p. 226
  45. (en) Leander Schaerlaeckens, « Chasing Gaetjens », sur soccernet.espn.go.com, ESPN,‎ 26 février 2010 (consulté le 26 février 2010)
  46. « A la mémoire de Manno », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 5 mars 2008 (consulté le 24 avril 2013)
  47. AFP, « Haïti rend hommage à son seul buteur en Coupe du monde », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 25 février 2008 (consulté le 24 avril 2013)
  48. (en) Eliézer Sebastián Pérez Pérez, « Brazil Independence Cup 1972 - Additional Details », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 6 juillet 2007 (consulté le 29 avril 2013)
  49. a, b, c, d, e, f, g, h et i Esther Versière, « 18 joueurs locaux convoques pour affronter la République dominicaine », sur hpnhaiti.com,‎ 21 mars 2012 (consulté le 24 avril 2013)
  50. a et b (en) « Match report Bolivia - Haiti, 07.02.2013 », sur transfermarkt.co.uk (consulté le 21 avril 2013)
  51. a, b et c Esther Versière, « Haïti-Foot-Sélection : Oman, le troisième match amical d’Haïti pour 2013 », sur hpnhaiti.com,‎ 19 mars 2013 (consulté le 23 avril 2013)
  52. a, b, c, d et e (en) « Match report Chili - Haiti, 19.01.2013 », sur transfermarkt.co.uk (consulté le 22 avril 2013)
  53. « Pour la première fois, une équipe haïtienne revient de l’étranger invaincue », Le Nouvelliste, no 22823,‎ 31 décembre 1951, p. 1 (lire en ligne)
  54. « Magnifique victoire de la formation nationale », Le Nouvelliste, no 23815,‎ 17 mars 1956, p. 1 (lire en ligne)
  55. (en) Ken Knight et Neil Morrison, « CCCF Championship 1957 (Willemstad, Curaçao, Aug 11-25) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 9 août 2013 (consulté le 15 août 2013)
  56. « Haïti nouveau champion à la Caraïbe », Le Nouvelliste, no 31210,‎ 19 novembre 1979, p. 1-2 (lire en ligne)
  57. « La sélection nationale à l'épreuve de l'Equateur », sur radiokiskeya.com,‎ 26 mars 2008 (consulté le 15 août 2013)
  58. Gerald Bordes, « Carlo Marcelin, le nouveau sélectionneur national », sur radiotelevisioncaraibes.com,‎ 14 novembre 2011 (consulté le 15 août 2013)
  59. (en) Russell Bell, « Keynote adress to Jackie Bell K.O. Award Presentation », sur ksafa.net,‎ 26 mars 2009 (consulté le 5 avril 2013)
  60. « Départ de Piontek », Le Nouvelliste, no 30774,‎ 3 avril 1978, p. 4 (lire en ligne)
  61. a, b et c « Histoire », sur membres.multimania.fr (consulté le 17 mai 2013)
  62. (en) David Campbell, A historical analysis of association football’s impact on haitian national identity, McGill University,‎ 11 avril 2007, 14 p. (lire en ligne), p. 6
  63. Walkys.L, « Silvio Cator », sur planetekreyol.com,‎ 1re février 2013 (consulté le 23 avril 2013)
  64. (en) Michael R. Hall, Historical Dictionary of Haiti, Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of the Americas »,‎ 2012, 330 p. (ISBN 9780810875494, lire en ligne), p. 54-55
  65. (en) David Campbell, A historical analysis of association football’s impact on haitian national identity, McGill University,‎ 11 avril 2007, 14 p. (lire en ligne), p. 11
  66. Gérald Bordes, « Nos terrains de jeu, deux ans après ! », sur lematinhaiti.com, Le Matin,‎ 6 janvier 2012 (consulté le 23 avril 2013)
  67. a et b [PDF]« Projets Goal », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 20 janvier 2009 (consulté le 26 avril 2013)
  1. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
  2. Classement de la zone CONCACAF :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yves Jean-Bart, Haïti dans la merveilleuse histoire de la coupe du monde de football,‎ 1998, 455 p. (lien OCLC?)
  • Louis Chauvel, Le football haïtien à travers les âges, Impr. H. Deschamps,‎ 1977, 144 p. (lien OCLC?)
  • Patrice Dumont, Haïti à Munich : vingt ans après, une analyse élargie de l'équipe haïtienne de 71-74 et des propositions pour un renouveau du football haïtien,‎ 1994, 172 p. (lien OCLC?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]