Équipe de Jamaïque de football

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe de Jamaïque de football féminin.

Drapeau : Jamaïque Équipe de Jamaïque

Écusson de l' Équipe de Jamaïque
Généralités
Confédération CONCACAF
Couleurs Vert, jaune et noir
Surnom Reggae Boyz
Stade principal Independence Park
Classement FIFA en diminution 85e(14 août 2014)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : Allemagne Winfried Schäfer
Plus sélectionné Ian Goodison : 120
Meilleur buteur Luton Shelton : 35

Rencontres officielles historiques

Premier match 9 mars 1925
1 - 2 Haïti Drapeau : Haïti
Plus large victoire 12 - 0 Drapeau : Îles Vierges britanniques Îles Vierges britanniques
4 mars 1994
Drapeau : France Saint-Martin
24 novembre 2004
Plus large défaite 9 - 0 Drapeau : Costa Rica Costa Rica
24 février 1999

Palmarès

Coupe du monde Phases finales : 1
1er tour en 1998
Championnat CONCACAF/Gold Cup Phases finales : 10
médaille de bronze, Amérique du Nord Troisième en 1993
Coupe caribéenne des nations Phases finales : 14
médaille d'or médaille d'or médaille d'or médaille d'or médaille d'or Vainqueur en 1991, 1998, 2005, 2008, 2010

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

L'équipe de Jamaïque de football est la sélection des joueurs de football jamaïcains représentant le pays lors des compétitions internationales sous l'égide de la Fédération de Jamaïque de football. Ses joueurs sont surnommés les « Reggae Boyz ».

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire le 22 mars 1925 face à Haïti, match remporté sur le score de deux buts à un. À la suite de l'indépendance du pays en 1962, la sélection jamaïcaine dispute ses premières qualifications à une phase finale de Coupe du monde en 1966. Elle ne remporte son premier trophée qu'en 1991 lors de la Coupe caribéenne des nations. Elle compte cinq victoires dans cette compétition, la dernière en 2010. En Gold Cup, le championnat continental, la sélection obtient son meilleur résultat en 1993 en se classant troisième de la compétition. En Coupe du monde, la Jamaïque s'est qualifiée à une seule occasion pour un tournoi final en 1998, devenant ainsi la troisième nation de la Caraïbe à atteindre ce niveau.

Les Jamaïcains disputent depuis 1962 leurs rencontres à domicile à l'Independence Park, stade de 35 000 places situé dans la capitale, Kingston. Les « Reggae Boyz » ont terminé l'année 2013 au 80e rang mondial selon le classement FIFA et au 8e rang de la CONCACAF. L'équipe est entraînée depuis juillet 2013 par l'Allemand Winfried Schäfer.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les débuts de la sélection sous le régime colonial (1925-1962)[modifier | modifier le code]

une page de journal
Une du journal haïtien Le Nouvelliste du 25 mars 1925 relatant la rencontre Haïti-Jamaïque.

La Fédération de Jamaïque de football est fondée en 1910 pour gérer l'ensemble des rencontres se disputant dans la colonie britannique[2]. Il faut cependant attendre 1925 pour qu'une équipe nationale soit constituée. Invités à Haïti, les Jamaïcains disputent une série de trois matchs contre leurs hôtes[3]. La première rencontre officielle se déroule le 22 mars et se solde par la victoire des Jamaïcains sur le score de deux buts à un, le premier but de l'histoire de la sélection étant inscrit par Clarence Parsaillaigue à la 40e minute de jeu[4]. Les deux autres rencontres amicales disputées lors de cette tournée sont également remportées par la Jamaïque, par trois buts à zéro puis par un but à zéro[5]. L'année suivante, en novembre 1926, les Jamaïcains reçoivent à leur tour les Haïtiens au Sabina Park à Kingston et s'imposent sur le score de six buts à zéro[5].

photo noir et blanc d'une équipe de football disposée sur trois rangs
L'équipe jamaïcaine lors de la finale de la série inter-coloniale disputée en janvier 1936 face à Trinité-et-Tobago.

Quatre ans plus tard, en 1930, l'équipe nationale dispute sa première compétition internationale, le tournoi de football des deuxièmes Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes organisés à La Havane. Placés dans le groupe A, les Jamaïcains sont éliminés à la suite de deux défaites face à Cuba et au Honduras[6]. La Jamaïque dispute deux nouvelles rencontres contre Haïti, puis accueille Trinité-et-Tobago, en décembre 1935, pour une tournée inter-coloniale. Les Trinidadiens remportent les trois rencontres, dont la dernière sur le score de deux buts à un[7]. Après une nouvelle tournée à Haïti en 1938 ponctuée par trois défaites, les rencontres s'interrompent pendant la Seconde Guerre mondiale et ne reprennent qu'en 1947 avec une série de matchs contre Trinité-et-Tobago[5]. La même année, la Jamaïque dispute un tournoi triangulaire à Trinité-et-Tobago face à l'équipe hôte et à la Guyane britannique[8]. Les Jamaïcains l'emportent face aux Guyaniens[9] mais perdent leurs trois matchs disputés face aux Trinidadiens, dont le deuxième sur le score de six buts à zéro[10].

Les années suivantes, l'équipe nationale dispute de nombreuses rencontres amicales face à Cuba, Trinité-et-Tobago et Haïti ainsi qu'une série de quatre matchs face à une sélection des meilleurs joueurs caribéens en février 1952[11]. Les Jamaïcains perdent cette série de rencontres malgré la présence dans l'équipe de Lindy Delapenha et de Gil Heron, professionnels en Europe[12].

De nombreuses déconvenues avant le premier succès en Coupe caribéenne (1962-1994)[modifier | modifier le code]

À l'indépendance du pays en 1962, la fédération de Jamaïque de football s'affilie à la FIFA puis devient membre de la CONCACAF en 1965. Elle fait également construire un stade national et engage un sélectionneur, le Brésilien Jorge Penna[13]. En août 1962, pour la deuxième fois de son histoire, l'équipe nationale dispute les Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes organisés à domicile. L'équipe termine quatrième de la compétition avec notamment deux victoires sur le score de six buts à un face à Porto Rico et à Cuba, l'attaquant Sydney Bartlett inscrivant lors de ce dernier match un triplé[14]. Menée par l'Haïtien Antoine Tassy, l'équipe dispute ensuite en mars 1963 la Coupe des nations de la CONCACAF, à l'occasion de la première édition de cette compétition. Versée dans le groupe 2, l'équipe termine dernière en n'inscrivant qu'un but pour seize encaissés. Elle subit également la plus lourde défaite de son histoire, huit buts à zéro, face au Mexique[15].

Engagée pour la première fois dans des éliminatoires de la Coupe du monde, l’équipe de Jamaïque de football bat Cuba et les Antilles néerlandaises au 1er tour. Dans le tour final joué en mai 1965, l'équipe termine dernière derrière le Costa Rica et le Mexique, contre qui elle subit une nouvelle défaite huit buts à zéro[3],[5]. L'équipe, de nouveau dirigée par Jorge Penna, dispute ensuite en janvier 1967 les éliminatoires de la Coupe des nations de la CONCACAF. L'équipe termine troisième de la poule et ne parvient pas à se qualifier pour la phase finale[16].

En novembre 1967, un nouveau sélectionneur est nommé, le Jamaïcain George Thompson, ancien entraîneur de Kingston College[17],[18]. De nombreux joueurs ayant quitté l'île pour évoluer aux États-Unis, la sélection se retrouve amoindrie et connaît, l'année suivante, une élimination dès la première phase des éliminatoires de la Coupe du monde 1970[3]. Elle perd les quatre rencontres de son groupe face au Costa Rica et au Honduras. Éliminée également en phase de groupe de la Coupe des nations de la CONCACAF, l'équipe jamaïcaine se retire des éliminatoires de la Coupe du monde 1974 après la suspension de dix-sept de ses joueurs par la fédération, dont le capitaine Delroy Scott, à la suite de leur grève pour une question de primes, lors d'une tournée aux Bermudes en décembre 1972[19],[20],[21]. La sélection traverse alors une longue période d'insuccès due à une mauvaise organisation et à un manque de moyens financiers[22]. Elle est ainsi éliminée au 1er tour des qualifications pour la Coupe du monde 1978 par Cuba, puis ne participe pas aux éliminatoires des deux éditions suivantes, n'ayant pas payé sa cotisation FIFA[3],[19].

Après une élimination au deuxième tour des qualifications de la Coupe du monde 1990, la sélection jamaïcaine, dirigée par l'ancien international Carl Brown[23], remporte en 1991 la Coupe des Caraïbes. L'équipe y bat en finale Trinité-et-Tobago sur le score de deux buts à zéro et se qualifie ainsi pour la Gold Cup 1991, l'attaquant Paul Davis marquant lors de toutes les rencontres de la compétition[24]. Lors de la Gold Cup, l'équipe de Jamaïque termine dernière du groupe A avec trois défaites contre le Honduras, le Canada et le Mexique. À la même période, la Jamaïque atteint le deuxième tour des éliminatoires de la Coupe du monde 1994. Elle termine troisième du groupe B et ne se qualifie pas pour le tour final de qualification. En 1992, la sélection s'incline en finale de la Coupe caribéenne des nations, sur le score de trois buts à un, face à Trinité-et-Tobago, qui prend ainsi sa revanche par rapport à l'édition de 1991[25]. La Jamaïque est de nouveau finaliste de la compétition l'année suivante. Battue lors de la séance des tirs au but par la Martinique, elle se qualifie cependant pour la Gold Cup 1993. Deuxième du groupe A derrière les États-Unis, la sélection se qualifie pour les demi-finales de la compétition. À ce stade, elle est battue sèchement six buts à un par le Mexique et dispute alors le match pour la troisième place face au Costa Rica. Menée un but à zéro dès la 10e minute de jeu, la Jamaïque parvient à égaliser à la dernière minute de la rencontre et les deux équipes se partagent alors la troisième place. La sélection ne confirme pas cette prestation lors des éliminatoires de la Coupe caribéenne des nations 1994 où elle est éliminée dès les phases de groupes. Elle enregistre cependant lors de cette compétition sa plus large victoire en match international, en s'imposant le 4 mars 1994 douze buts à zéro face aux Îles Vierges britanniques dans un match disputé à Grand Cayman.

René Simões et les « Reggae Boyz » (1994-2000)[modifier | modifier le code]

En octobre 1994, le nouveau président de la fédération, Captain Horace G. Burrell[2], nomme René Simões sélectionneur de l’équipe nationale[27], Carl Brown devenant son adjoint[28]. Sa mission est de qualifier la Jamaïque pour la Coupe du monde 1998, cinq millions de francs suisses étant investis par la fédération pour atteindre cet objectif[29]. Le sélectionneur multiplie les rencontres amicales au National stadium pour s'assurer du soutien de la population et met en place des séances d'entraînement plus consistantes[2]. Éliminée au premier tour de la Coupe caribéenne des nations 1995, la sélection dispute ensuite une tournée en Zambie où les journalistes locaux surnomment l'équipe les « Reggae Boyz », expression ensuite reprise en Jamaïque[30]. Grâce aux nombreuses victoires en 1995, l'équipe monte au classement FIFA et reçoit par la Fédération internationale le prix de la meilleure progression[19].

L'équipe nationale entame les qualifications pour la Coupe du monde 1998 le 31 mars 1996. Elle remporte deux victoires sur le Suriname, puis s'impose face à la Barbade et se qualifie ainsi pour le second tour. En début d'année 1997, René Simões convainc plusieurs joueurs ayant des origines jamaïcaines et évoluant en Angleterre de rejoindre la sélection[31]. Deon Burton, Paul Hall, Robbie Earle et Fitzroy Simpson complètent ainsi l'effectif des « Reggae Boyz » en septembre 1997 pour la suite des éliminatoires. La sélection, qui vient de terminer troisième de la Coupe caribéenne des nations 1997, enchaîne avec eux les résultats positifs. À la suite d'un match nul et vierge de buts obtenu face au Mexique le 16 novembre, la Jamaïque se qualifie pour la première fois de son histoire pour une phase finale de Coupe du monde[31],[32]. La journée du lendemain est déclarée fériée par le gouvernement, le premier ministre jamaïcain Percival James Patterson déclarant que cette qualification est « sans aucun doute le plus beau jour de [leur] histoire sportive[33],[34] ». Pour soutenir l'équipe nationale, des artistes jamaïcains, dont Ziggy Marley, Shaggy, Maxi Priest et Diana King enregistrent alors un album intitulé Rise Up[35].

Après cette qualification historique, la Jamaïque dispute la Gold Cup en février 1998. Renforcée par deux nouveaux joueurs évoluant en Angleterre, Frank Sinclair et Marcus Gayle[36], la sélection fait match nul zéro but à zéro avec le Brésil, puis bat le Guatemala et le Salvador. Elle s'incline ensuite en demi-finale face au Mexique, un but à zéro après prolongations, et prend finalement la quatrième place de la compétition après une défaite face au Brésil par un but à zéro.

un joueur de football en mouvement cherchant le ballon des yeux
Frank Sinclair, ici en 2009 avec Bury FC, dispute 28 rencontres pour un but marqué avec la sélection jamaïcaine de 1998 à 2001.

Lors du tirage de la Coupe du monde, la Jamaïque se retrouve placée dans le groupe H composé de l'Argentine, de la Croatie et du Japon. L'avant compétition est marquée par la diffusion d'un reportage sur les « Reggae Boyz » par la chaine de télévision britannique Channel 4 qui provoque des tensions entre « Anglais » et Jamaïcains. Malgré l'intervention du ministre jamaïcain des sports, Portia Simpson-Miller, qui recrée l'unité dans l'équipe[37], René Simões indique qu'« à partir de ce moment-là, les joueurs n'étaient plus les mêmes sur les terrains[38] ». Lors du premier match, disputé le 14 juin contre la Croatie au Stade Félix-Bollaert de Lens, Mario Stanić ouvre le score pour les Croates à la 27e minute. Les Jamaïcains créent la sensation en parvenant à égaliser juste avant la mi-temps sur tête de Robert Earle. En deuxième période, les Croates mettent fin au rêve jamaïcain en inscrivant deux nouveaux buts par Robert Prosinečki et Davor Šuker[39]. Le sélectionneur René Simões déclare après la rencontre « La Jamaïque ne perd pas, les Jamaïcains sont toujours gagnants parce qu'ils apprennent[40] ».

Le second match a lieu au Parc des Princes à Paris, une semaine plus tard, face à l'Argentine. Menés un but à zéro à la 31e minute à la suite d'un but d'Ariel Ortega, les Jamaïcains, qui évoluent en 3-5-2, disputent toute la seconde mi-temps à dix après l’expulsion de leur milieu de terrain Darryl Powell à la suite de deux fautes sur Ortega[41]. Conservant le même dispositif tactique malgré cette expulsion, les Jamaïcains craquent en seconde période et encaissent un nouveau but d'Ortega ainsi qu'un triplé de Gabriel Batistuta[42],[43]. Après ces deux revers, le sélectionneur dit, « nous n'avons pas à rougir de ces défaites. Nous sommes juste là pour apprendre. Face à d'aussi brillantes formations, on a pu constater qu'il existait encore beaucoup d’écart entre les maîtres et les élèves[44] ».

Pour le dernier match de groupe disputé devant plus de 43 500 spectateurs au Stade de Gerland de Lyon, les Jamaïcains s'imposent face au Japon sur le score de deux buts à un grâce au doublé de leur milieu de terrain Theodore Whitmore qui marque d'abord à la 39e minute de jeu sur une frappe dans la surface de réparation et à la 54e sur un tir venu de la droite, à l'entrée de la surface, qui passe entre le gardien et son poteau[45]. À la fin de la rencontre, René Simões déclare « aujourd'hui, [...] je suis fier de cette équipe et de mes joueurs. Leur victoire va énormément aider le football à se développer en Jamaïque[42] ». Le retour sur l'île est marqué par l'organisation d'un défilé dans l'artère principale de Kingston qui dure trois heures et demie[44].

Un mois après leur aventure en Coupe du monde, les Jamaïcains disputent la Coupe caribéenne des nations. Sans ses joueurs évoluant en Angleterre, la sélection remporte le trophée en battant Trinité-et-Tobago en finale sur le score de deux buts à un[46]. Theodore Whitmore reçoit à l'issue de la compétition le titre de joueur Caribéen de l'année[47]. La saison suivante, la Jamaïque débute sa saison par deux matchs amicaux disputés face au Costa Rica. Après avoir réalisé le match nul un but partout à domicile, les « Reggae Boyz », toujours sans leurs internationaux évoluant en Europe, subissent à San José la plus lourde défaite de leur histoire, neuf buts à zéro[48]. Après deux défaites au premier tour de la Gold Cup 2000 qui provoquent de nombreuses critiques en Jamaïque, le sélectionneur René Simões démissionne pour rejoindre l'équipe brésilienne du Flamengo FC[49].

Une transition difficile (2000-2008)[modifier | modifier le code]

un joueur de football en tenue bleue en mouvement sur la pelouse d'un stade
Luton Shelton, ici en 2012 sous les couleurs de Karabükspor, inscrit un quadruplé face à Saint-Martin le 24 novembre 2004.

La sélection connaît alors une période d'instabilité dans ses résultats et plusieurs sélectionneurs se succèdent. Engagée dans les phases qualificatives la Coupe du monde 2002, elle termine deuxième du groupe 2 derrière le Honduras et se qualifie ainsi pour le tour final. L'équipe est en course pour la qualification jusqu'en septembre 2001, mais connaît deux défaites de suite à domicile, après quarante-cinq matchs d'invincibilité au National Stadium, d'abord face au Mexique puis face au Honduras qui l'élimine définitivement[50]. La sélection parvient ensuite à se qualifier pour les phases finales de la Gold Cup 2003 où elle est battue sèchement par le Mexique sur le score de cinq buts à zéro en quart de finale[51].

Photo de Donovan Ricketts
Donovan Ricketts est le capitaine de la sélection jamaïcaine, il évolue avec la sélection depuis 1998.

En juin 2004, la sélection entame les éliminatoires de la Coupe du monde de football 2006. Après avoir éliminé Haïti au deuxième tour préliminaire, les Jamaïcains échouent dans leur course à la qualification en demi-finale de groupe[52]. Une semaine après cette élimination, le 24 novembre 2004, la Jamaïque affronte Saint-Martin en match qualificatif de la Coupe caribéenne des nations 2005. Avec seulement quatre joueurs ayant disputé le match contre Haïti en juin, les Jamaïcains l'emportent douze buts à zéro, égalant ainsi la performance réalisée contre les îles Vierges britanniques, Luton Shelton inscrivant un quadruplé[53]. Deux jours plus tard, la sélection s'impose également largement face aux Îles Vierges des États-Unis sur le score de onze buts à un[54]. En finale de la compétition, disputée sous forme de championnat, les Jamaïcains remportent toutes leurs rencontres et gagnent le titre[55]. Luton Shelton termine même meilleur buteur de la compétition avec neuf buts inscrits. Qualifiée pour la Gold Cup 2005, l’équipe de Jamaïque atteint les quarts de finale de la compétition où elle est battue par les États-Unis.

L'équipe jamaïcaine débute sa saison 2005-2006 par une série de matchs amicaux aux États-Unis et en Angleterre. Sur les six rencontres disputées, la sélection n'en remporte qu'une face au Guatemala et en perd quatre dont deux largement face à l'Australie, cinq buts à zéro, et face à l'Angleterre, six buts à zéro[56]. À la suite de cette série de défaites et des mauvaises performances collectives, l'équipe est renommée par des journalistes les « Reggae Toyz »[note 1],[57]. L'équipe ne parvient pas ensuite à se qualifier pour les phases finales de la Coupe caribéenne des nations 2007 dont elle est la tenante du titre[58].

Pour relancer la sélection, la fédération engage pour un million de dollars l'entraîneur serbe Bora Milutinović en novembre 2006[59]. Sous ses ordres, l'équipe jamaïcaine enchaîne les défaites et tombe à la 103e place du classement FIFA[60]. Après un huit buts à un concédé face à l'Iran, il est démis de ses fonctions par la fédération en novembre 2007[61]. Le Brésilien René Simões est alors rappelé à la tête de la sélection pour disputer les qualifications pour la Coupe du monde 2010. À la suite de deux défaites à quatre jours d'intervalle face au Mexique et face au Honduras, il est démis de son poste le 12 septembre 2008[62]. Après un intérim du héros de la Coupe du monde 1998, Theodore Whitmore, qui parvient à relancer l'équipe dans la course aux qualifications grâce à des victoires face au Mexique et au Honduras[63], l'ancien international anglais d'origine jamaïcaine John Barnes est nommé sélectionneur en novembre[64]. Lors de son dernier match de poule face au Canada, l'équipe mène un but à zéro à la mi-temps et est alors qualifiée pour le tour suivant[65], le Honduras, son rival, étant tenu en échec par le Mexique zéro but à zéro. Un but contre son camp à la 51e du défenseur mexicain Ricardo Osorio met fin aux espoirs des « Reggae Boyz » qui terminent troisième de leur groupe[66].

Nouveaux succès en Coupe caribéenne et nouvelles désillusions (2008- )[modifier | modifier le code]

trois footballeurs attendant la retombée du ballon devant le regard de trois autres joueurs
Lutte pour récupérer le ballon entre Ryan Johnson et les Américains Clarence Goodson et Steve Cherundolo, sous le regard de Luton Shelton lors de la rencontre États-Unis-Jamaïque du 20 juin 2011 comptant pour la Gold Cup.

Un mois après son échec en qualifications de la Coupe du monde, la Jamaïque dispute à domicile la phase finale de la Coupe caribéenne des nations 2008. Les Jamaïcains remportent, le 14 décembre, leur quatrième succès dans cette compétition en s'imposant deux buts à zéro en finale face à Grenade. Luton Shelton, auteur des deux buts en finale, termine meilleur buteur de la compétition, tandis que Eric Vernan est nommé meilleur joueur[67]. Après une série de trois matchs nuls et une victoire en match amical, John Barnes quitte son poste pour devenir entraîneur de l'équipe anglaise des Tranmere Rovers en juin 2009[68]. Il est alors remplacé par Theodore Whitmore, qui revient à la tête de la sélection[69]. Un mois après, l'équipe jamaïcaine dispute la Gold Cup 2009. Avec une seule victoire pour deux défaites face au Canada et au Costa Rica, les « Reggae Boyz » sont éliminés dès les phases de poule. Qualifiés d'office en tant que tenant du titre, les Jamaïcains disputent ensuite, en novembre 2010, la Coupe caribéenne des nations organisée en Martinique. Ils parviennent à conserver leur titre grâce à une victoire acquise dans la séance des tirs aux buts face à la Guadeloupe[70]. Theodore Whitmore devient ainsi le premier à remporter la Coupe caribéenne en tant que joueur et en tant qu'entraîneur[71]. Revenue à la 55e place du classement FIFA, la sélection dispute ensuite en juin 2011 la Gold Cup[72]. Premiers du groupe B avec trois victoires et sept buts inscrits pour zéro encaissés, les Jamaïcains sont battus au stade des quarts de finale par les Américains sur le score de deux buts à zéro.

Invaincue en matchs amicaux depuis leur défaite contre les États-Unis, la sélection débute en juin 2012 les éliminatoires de la Coupe du monde 2014[73]. L'équipe se qualifie pour le quatrième tour en terminant deuxième du groupe A derrière les États-Unis et remporte à cette occasion la première victoire de son histoire sur les Américains[74]. La sélection dispute ensuite en décembre la Coupe caribéenne des nations 2012 où elle ne confirme pas son bon parcours en éliminatoires de la Coupe du monde. Les « Reggae Boyz » sont éliminés dès la phase de groupe et se retrouvent ainsi non qualifiés pour la prochaine Gold Cup[75]. La sélection enchaîne également les mauvaises performances lors du quatrième tour des éliminatoires de la Coupe du monde. Elle concède quatre défaites et deux matchs nuls en six rencontres et, le 13 juin 2013, deux jours après la défaite face au Honduras sur le score de deux buts à zéro, Theodore Whitmore présente alors sa démission[76],[77].
Le 18 juillet 2013, l'Allemand Winfried Schäfer, ancien sélectionneur du Cameroun, est choisi par la Fédération de Jamaïque de football pour succéder à Theodore Whitmore[78]. Il parvient à enrayer la série de défaites en éliminatoires en réalisant le match nul zéro buts partout, lors du déplacement à Panama, le 6 septembre 2013, puis un autre match nul, un but partout, quatre jours plus tard, face au Costa Rica. La Jamaïque termine néanmoins à la dernière place du tour de qualifications, avec cinq points.

Tenues, emblèmes et symboles[modifier | modifier le code]

Équipementier[modifier | modifier le code]

La Fédération de Jamaïque de football signe son premier accord avec un équipementier en 1995 avec Lanzera, qui fusionne l'année suivante avec l'entreprise italienne Kappa[79],[80]. Ce contrat est renouvelé après la Coupe du monde 1998, mais la fédération y met fin en 1999 car les approvisionnements en tenue ne sont plus assurés, obligeant ainsi les équipes nationales à utiliser des maillots de différentes années[81],[82]. En décembre 2000, la Fédération signe un contrat de deux ans pour une valeur de 30 millions de dollars jamaïcains avec l'équipementier allemand Uhlsport[82]. Ce contrat est ensuite renouvelé puis prend fin en 2006[83].

Après deux ans sans équipementier officiel, un contrat de 1,7 million de dollars américains est signé avec Kappa pour une durée de deux ans. Il concerne l'équipement de l'ensemble des équipes nationales féminines et masculines[84]. Des primes de performance sont également prévues en cas de qualification à la Coupe du monde et à la Gold Cup[85]. L'absence de distributeur de Kappa dans la région des Caraïbes entraîne cependant de nombreuses difficultés d'approvisionnement pour les équipes nationales et la quasi-impossibilité pour les supporteurs d'acheter des répliques des maillots[86].

photo d'un maillot jaune avec une bande verte sur le côté droit posé sur un parquet
Maillot de la Jamaïque pour la Coupe du monde 1998

De nouveau sans équipementier officiel en 2010 et en 2011, un nouveau contrat est signé avec Kappa en janvier 2012. D'une durée de trois ans et d'une valeur de 1,7 million de dollars américains, ce contrat est également assorti de bonus en cas de qualification en Coupe du monde[87].

Tenues et emblèmes[modifier | modifier le code]

La tenue de l'équipe nationale se compose à domicile d'un maillot jaune, d'un short noir et de bas jaunes. La tenue de réserve se compose d'un maillot vert, d'un short jaune et de bas verts. Il existe également un troisième jeu de maillot entièrement noir.

L'équipe nationale porte sur ses tenues le logo de la Fédération. Leur surnom, les « Reggae Boyz », est popularisé lors de la Coupe du monde 1998. La Fédération décide alors de déposer la marque dans onze pays[88].

Composition de l'équipe de Jamaïque[modifier | modifier le code]

Joueurs[modifier | modifier le code]

Provenance des joueurs[modifier | modifier le code]

À ses débuts, la sélection jamaïcaine est composée principalement de joueurs évoluant dans le championnat local, le retour de joueurs expatriés comme Lindy Delapenha et Gil Heron s'avèrant exceptionnel.

un footballeur dans un maillot blanc devant un filet de cage de football
Ian Goodison, ici sous les couleurs de Tranmere Rovers, compte 120 sélections en équipe nationale.

En 1997, le sélectionneur René Simões appelle pour la première fois en équipe nationale des joueurs non natifs de l'île[32]. Ce recours aux enfants de la diaspora jamaïcaine est critiqué par la presse[31], mais également par le joueur Paul Young, non sélectionné pour la Coupe du monde alors qu'il participe activement à la qualification[89],[90]. Pour la fédération, cet apport est bénéfique pour l'ensemble de la sélection, étant donné que « l'arrivée de joueurs professionnels de la plus haute classe a obligé [les] joueurs locaux à relever le niveau de leur jeu[30] ». L'équipe retenue pour disputer la Coupe du monde comprend ainsi sept joueurs nés en Angleterre et évoluant dans le championnat anglais.

Ce recours aux joueurs évoluant à l'étranger se poursuit après la Coupe du monde. Ainsi, le 26 mars 2013, lors d'une rencontre face au Costa Rica, vingt-et-un des vingt-quatre sélectionnés évoluent à l'étranger[91]. La sélection est cependant dépendante des dates fixés par la FIFA pour bénéficier de l’apport des joueurs expatriés en Europe[89].

Joueurs importants[modifier | modifier le code]

Lindy Delapenha, né en 1927, est le premier footballeur jamaïcain à jouer en professionnel en Angleterre. Il évolue de 1948 à 1960 à Portsmouth FC, Middlesbrough FC et Mansfield Town. Après sa carrière professionnelle, il devient le directeur des sports de la Jamaica Broadcasting Corporation[92]. Gil Heron, né en 1922 et mort en 2008, est lui le premier jamaïcain à évoluer dans le championnat écossais et le premier noir à jouer pour le Celtic FC en 1951. Il est le père du poète Gil Scott-Heron[92]. Bien qu'ils ne comptent aucune sélection officielle, ces deux joueurs disputent néanmoins sous les couleurs de la Jamaïque la série de rencontres non officielles face aux Caribbean All Stars en 1952.

Au milieu des années 1960, Alan Cole, né en 1950, devient à 15 ans le plus jeune joueur sélectionné en équipe de Jamaïque. Premier footballeur de l'île à évoluer dans le championnat brésilien, il est considéré par ses compatriotes comme le meilleur joueur jamaïcain de tous les temps[92]. Après sa carrière professionnelle, il devient l'entraîneur et le confident de Bob Marley et son road manager lors de sa dernière tournée[93].

Warren Barrett est le capitaine et le gardien de but des « Reggae Boyz » durant les années 1990. Très respecté par ses coéquipiers[94], il compte plus de 120 apparitions sous le maillot jamaïcain dont trente-et-une dans des rencontres FIFA[95]. Son coéquipier à la Coupe du monde 1998, le défenseur Ian Goodison, est le joueur le plus capé de la sélection jamaïcaine. Sélectionné pour la première fois en 1996, il arrête sa carrière internationale en 2009 et compte 120 sélections pour dix buts inscrits[96]. Considéré comme le meilleur défenseur de l'histoire de la sélection[97], il est également un des joueurs emblématiques de Tranmere Rovers[98].

Autre joueur marquant de la génération 1998, Ricardo Gardner est le deuxième joueur le plus capé de la sélection avec 112 sélections pour neuf buts marqués. Évoluant au poste de défenseur gauche ou de milieu de terrain, il est le capitaine de la sélection de 2005 à 2009[99]. Il met fin à sa carrière professionnelle en 2012 après avoir disputé plus de 400 matchs sous les couleurs de Bolton Wanderers[100]. Le milieu de terrain Theodore Whitmore est le héros de la Coupe du monde avec ses deux buts inscrits face au Japon, offrant à la Jamaïque la première victoire de son histoire dans cette compétition. En fin de saison 1998, il obtient le titre de footballeur caribéen de l’année[92]. Sélectionné à 105 reprises de 1993 à 2005, il est, de 2009 à juin 2013, le sélectionneur de l'équipe de Jamaïque. L'attaquant Luton Shelton est le meilleur buteur de l'histoire de la sélection jamaïcaine. Pour sa deuxième sélection, en 2004, il inscrit un quadruplé lors de la victoire historique douze buts à zéro sur Saint-Martin[101].

Équipe actuelle[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente les 21 joueurs sélectionnés pour les matchs amicaux contre la Suisse les 30 mai 2014 :

Effectif et encadrement de l'équipe de Jamaïque au 2 juin 2014[102],[103]
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
23 G Barrett, JacomenoJacomeno Barrett 10 863 3/12/1984 (29 ans) 3 0 Drapeau : Jamaïque Montego Bay United 2012
1 G Blake, AndreAndre Blake 8 684 21/11/1990 (23 ans) 4 0 Drapeau : États-Unis Union de Philadelphie 2014
13 G Miller, DwayneDwayne Miller 9 910 14/7/1987 (27 ans) 32 0 Drapeau : Suède Syrianska FC 2007
3 D Doyley, LloydLloyd Doyley 11 596 1/12/1982 (31 ans) 7 0 Drapeau : Angleterre Watford FC 2013
2 D Edwards, UpstonUpston Edwards 9 030 10/12/1989 (24 ans) 4 0 Drapeau : Jamaïque Portmore United 2013
20 D Lawrence, KemarKemar Lawrence 8 018 17/9/1992 (21 ans) 6 0 Drapeau : Jamaïque Harbour View FC 2013
19 D Mariappa, AdrianAdrian Mariappa 10 194 3/10/1986 (27 ans) 17 0 Drapeau : Angleterre Crystal Palace 2012
4 D Morgan, WesWes Morgan 11 180 21/1/1984 (30 ans) 6 0 Drapeau : Angleterre Leicester City 2013
12 D Phillips, DemarDemar Phillips 11 300 23/9/1983 (30 ans) 62 12 Drapeau : Norvège Aalesunds FK 2006
5 D Simpson, KeithyKeithy Simpson 8 900 19/4/1990 (24 ans) 1 0 Drapeau : Finlande VPS 2014
17 M Austin, RodolphRodolph Austin Capitaine 10 683 1/6/1985 (29 ans) 64 5 Drapeau : Angleterre Leeds United 2004
6 M Beckett, NicholasNicholas Beckett 9 851 11/9/1987 (26 ans) 3 0 Drapeau : Jamaïque Harbour View 2014
11 M Campbell, RomarioRomario Campbell 9 086 15/10/1989 (24 ans) 5 0 Drapeau : Jamaïque Waterhouse FC 2010
18 M Dawkins, SimonSimon Dawkins 9 770 1/12/1987 (26 ans) 2 0 Drapeau : Angleterre Derby County 2014
14 M Edwards, John-RossJohn-Ross Edwards 9 713 27/1/1988 (26 ans) 2 0 Drapeau : Jamaïque Harbour View 2014
7 M Finlayson, NicholyNicholy Finlayson 10 482 19/12/1985 (28 ans) 14 0 Drapeau : Jamaïque Waterhouse FC 2005
15 M Grant, JoelJoel Grant 9 867 26/8/1987 (27 ans) 2 0 Drapeau : Angleterre Yeovil Town 2014
8 M Gray, HughanHughan Gray 10 021 25/3/1987 (27 ans) 2 0 Drapeau : Jamaïque Waterhouse FC 2014
10 A Mattocks, DarrenDarren Mattocks 8 561 24/3/1991 (23 ans) 13 3 Drapeau : Canada Whitecaps de Vancouver 2012
9 A Seaton, MichaelMichael Seaton 6 696 1/5/1996 (18 ans) 6 2 Drapeau : États-Unis DC United 2013
16 M Humphrey, ChrisChris Humphrey 9 843 19/9/1987 (26 ans) 5 0 Drapeau : Angleterre Preston North End 2012
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Kinésithérapeute
  • Drapeau : Jamaïque Juan Pablo Camargo
  • Drapeau : Jamaïque Andre Waugh

Intendant

  • Drapeau : Jamaïque Norman Stone

Légende

[modifier]
Effectif sur le site de la fédération 


Appelés récemment[modifier | modifier le code]

Les joueurs suivants ont aussi été appelés en équipe par le sélectionneur pendant les douze derniers mois et restent toujours sélectionnables.

Joueurs appelés récemment
Pos. Nom Date de Naissance Sélections Buts Club Dernier appel
GB Gariece McPherson 14 mai 1989 (25 ans) 0 0 Drapeau : Jamaïque Cavalier FC v. Drapeau : Sainte-Lucie Sainte-Lucie, 5 mars 2014[104]
GB Richard McCallum 24 avril 1984 (30 ans) 11 0 Drapeau : Jamaïque Waterhouse FC v. Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago, 19 novembre 2013
GB Duwayne Kerr 16 janvier 1987 (27 ans) 10 0 Drapeau : Norvège Sarpsborg 08 FF v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
GB Donovan Ricketts 7 juin 1977 (37 ans) 98 0 Drapeau : États-Unis Timbers de Portland v. Drapeau : Panamá Panama, 6 septembre 2013[105]
DF Alvas Powell 18 juin 1994 (20 ans) 11 0 Drapeau : États-Unis Timbers de Portland v. Drapeau : Serbie Serbie, 30 mai 2014
DF Dicoy Williams 7 octobre 1986 (27 ans) 14 0 Drapeau : Jamaïque Harbour View v. Drapeau : Barbade Barbade, 2 mars 2014[104]
DF Daniel Gordon 16 janvier 1985 (29 ans) 4 0 Drapeau : Allemagne Karlsruher SC v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
DF Shaun Cummings 25 février 1989 (25 ans) 2 0 Drapeau : Angleterre Reading FC v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
DF Jermaine Taylor 14 janvier 1985 (29 ans) 72 0 Drapeau : États-Unis Dynamo de Houston v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 10 septembre 2013
DF O'Brian Woodbine 11 janvier 1988 (26 ans) 15 0 Drapeau : États-Unis New England Revolution v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 10 septembre 2013[106]
DF Adrian Reid 10 mars 1985 (29 ans) 24 0 Drapeau : Jamaïque Portmore United v. Drapeau : Honduras Honduras, 11 juin 2013[107]
DF Montrose Phinn 1er août 1987 (27 ans) 3 0 Drapeau : Jamaïque Harbour View v. Drapeau : Honduras Honduras, 11 juin 2013[107]
ML Ricardo Morris 2 novembre 1992 (21 ans) 1 0 Portmore United v. Drapeau : Sainte-Lucie Sainte-Lucie, 5 mars 2014[104]
ML Je-Vaughn Watson 22 octobre 1983 (30 ans) 33 1 Drapeau : États-Unis FC Dallas v. Drapeau : Sainte-Lucie Sainte-Lucie, 5 mars 2014[104]
ML Garath McCleary 15 mai 1987 (27 ans) 8 1 Drapeau : Angleterre Reading FC v. Drapeau : Sainte-Lucie Sainte-Lucie, 5 mars 2014[104]
ML Omar Daley 26 avril 1981 (33 ans) 74 7 Drapeau : États-Unis Minnesota United v. Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago, 19 novembre 2013
ML Jermaine Johnson 25 juin 1980 (34 ans) 75 9 Drapeau : Angleterre Sheffield Wednesday v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
ML Marvin Elliott 15 novembre 1984 (29 ans) 9 1 Drapeau : Angleterre Bristol City v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
ML Jobi McAnuff 9 novembre 1981 (32 ans) 8 0 Drapeau : Angleterre Reading FC v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
ML Jermaine Hue 15 juin 1978 (36 ans) 42 12 Drapeau : Jamaïque Harbour View v. Drapeau : Honduras Honduras, 11 juin 2013[107]
ML Damion Williams 26 février 1981 (33 ans) 13 0 Drapeau : Jamaïque Portmore United v. Drapeau : Honduras Honduras, 11 juin 2013[107]
ML Keammar Daley 18 février 1988 (26 ans) 27 2 Drapeau : Jamaïque Tivoli Gardens v. Drapeau : Mexique Mexique, 4 juin 2013[108]
AT Deshorn Brown 22 décembre 1990 (23 ans) 6 3 Drapeau : États-Unis Rapids du Colorado v. Drapeau : Serbie Serbie, 30 mai 2014
AT Dino Williams 31 mars 1990 (24 ans) 4 0 Drapeau : Jamaïque Montego Bay United v. Drapeau : Serbie Serbie, 30 mai 2014
AT Renae Lloyd 22 juin 1987 (27 ans) 3 0 Drapeau : Jamaïque Arnett Gardens FC v. Drapeau : Sainte-Lucie Sainte-Lucie, 5 mars 2014[104]
AT Jermaine Anderson 22 février 1979 (35 ans) 11 2 Drapeau : Salvador CD Aguila v. Drapeau : Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago, 19 novembre 2013
AT Ryan Johnson 26 novembre 1984 (29 ans) 36 8 Drapeau : République populaire de Chine Henan Jianye v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
AT Theo Robinson 22 janvier 1989 (25 ans) 6 0 Drapeau : Angleterre Doncaster Rovers v. Drapeau : Honduras Honduras, 16 octobre 2013
AT Luton Shelton 11 novembre 1985 (28 ans) 73 35 Drapeau : Turquie Karabükspor v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 10 septembre 2013[106]
AT Jermaine Beckford 9 décembre 1983 (30 ans) 5 1 Drapeau : Angleterre Huddersfield Town v. Drapeau : Costa Rica Costa Rica, 10 septembre 2013[106]

Sélectionneurs[modifier | modifier le code]

Dix-sept techniciens ont occupé la fonction de sélectionneur de l’équipe nationale depuis 1962. Peu d'entre eux ont effectué de longs mandats. Le record de longévité est détenu par le Jamaïcain Carl Brown, qui effectue plusieurs passages à la tête de la sélection pour une durée totale de onze ans. Le Brésilien René Simões est le sélectionneur ayant passé le plus de temps consécutivement à la tête de la sélection, six ans de 1994 à 2000.

Rang Nom Période
1 Drapeau : Brésil Jorge Penna 1962
2 Drapeau : Haïti Antoine Tassy 1962-1964
3 Drapeau : Brésil Jorge Penna (2) 1965-1967
4 Drapeau : Jamaïque George Thomson 1967-1974
5 Drapeau : Jamaïque George Prescod 1974-1975
6 Drapeau : Allemagne Otmar Calder 1975
7 Drapeau : Jamaïque George Prescod (2) 1975-1978
8 Drapeau : Jamaïque Jackie Bell 1978-1982
9 Drapeau : Jamaïque Carl Brown 1983-1986
10 Drapeau : Jamaïque Aldrick McNab 1987
Sélectionneurs de l’équipe de Jamaïque
Rang Nom Période
11 Drapeau : Jamaïque Delroy Scott 1987-1988
12 Drapeau : Jamaïque Geoffrey Maxwell 1988-1990
13 Drapeau : Jamaïque Carl Brown (2) 1990-1994
14 Drapeau : Brésil René Simões 1994-2000
15 Drapeau : Brésil Sebastião Lazaroni 2000
16 Drapeau : Brésil Clovis De Olivera 2000-2001
17 Drapeau : Jamaïque Carl Brown (3) 2001-2004
18 Drapeau : Brésil Sebastião Lazaroni (2) 2004
19 Drapeau : Jamaïque Wendell Downswell 2004-2006
20 Drapeau : Jamaïque Carl Brown (4) 2006
Rang Nom Période
21 Drapeau : Serbie Bora Milutinović 2006-2007
22 Drapeau : Jamaïque Theodore Whitmore 2007
23 Drapeau : Brésil René Simões (2) 2008
24 Drapeau : Jamaïque Theodore Whitmore (2) 2008
25 Drapeau : Angleterre John Barnes 2008-2009
26 Drapeau : Jamaïque Theodore Whitmore (3) 2009-2013
27 Drapeau : Allemagne Winfried Schäfer 2013-

Le premier sélectionneur de l'équipe nationale, nommé en 1962 à la suite de l'indépendance de la Jamaïque, est le Brésilien Jorge Penna. Il dirige l'équipe lors des Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes organisés à domicile puis, à l'issue de la compétition, est remplacé par l'ancien international haïtien Antoine Tassy, qui s'occupe des différentes équipes nationales jusqu'en mars 1964[109]. En janvier 1965, Jorge Penna est rappelé à la tête de la sélection jamaïcaine qui se professionnalise et qui multiplie les rencontres internationales amicales[109]. Il modifie le style de l'équipe, qui joue alors un jeu direct à base de jeu long et introduit le style brésilien fait de passes, de contrôles et de possession du ballon. Il fait également appel à de jeunes joueurs non issus des clubs officiels réservés à certaines classes de la population[110]. Ces méthodes inspirent de nombreux entraîneurs jamaïcains comme Winston Chung Fah ou Jackie Bell[111].

Jorge Penna est remplacé au début de l'année 1967 par le Jamaïcain George Thomson[18]. Cet ancien international, né en 1934 et mort en 2008, est le seul joueur à avoir été nommé capitaine pour sa première sélection en 1958[112]. Comme entraîneur, il dirige précédemment de 1964 à 1966 le Kingston College[17]. Il doit faire face à une équipe affaiblie par le départ des meilleurs joueurs dans le championnat américain et aux faibles moyens financiers. À son départ, il est remplacé par le Jamaïcain George Prescod[113], qui dirige également l'équipe de cricket[114],[115],[109] et assisté par l'Allemand Otmar Calder, également responsable de l'équipe olympique[116]. Après l'élimination de l'équipe olympique, Otmar Calder dirige l'équipe nationale jusqu'en novembre 1975[117] puis, à son départ, un comité de sélection est mis en place, dirigé par George Prescod. Un autre ancien international jamaïcain, Jackie Bell, prend en main l’équipe nationale en 1978 et occupe ce poste jusqu'en janvier 1983[118]. Il meurt dans un accident de bus en 1986 au Mexique, de retour du match France-Brésil comptant pour la Coupe du monde[119].

L'ancien international des années 1970-1980, Carl Brown, lui succède en février[120] et reste en fonction jusqu'en 1986[121]. Un autre ancien international jamaïcain, Aldrick Allie McNab, devient sélectionneur de l'équipe en janvier 1987[122],[123] et dirige l'équipe jusqu'en mai[124]. Il devient par la suite ministre des sports de la Jamaïque. L'ancien international Delroy Scott lui succède jusqu'en février 1988[125], où il est remplacé par un autre Jamaïcain, Geoffrey Maxwell, qui échoue à qualifier l'équipe à la Coupe du monde 1990[126],[127]. Carl Brown redevient en février 1990 sélectionneur de l’équipe[128],[121]. Sous son autorité, l'équipe remporte son premier titre international, la Coupe caribéenne des nations 1991, et termine troisième de la Gold Cup 1993. Il devient ensuite entraîneur adjoint de son successeur et revient à la tête de l'équipe nationale de 2001 à 2004, puis assure un intérim en 2006[129].

visage d'un homme aux cheveux gris faisant la moue
Sebastião Lazaroni occupe à deux reprises le poste de sélectionneur de l'équipe de Jamaïque.

Le Brésilien René Simões, ancien entraîneur d'Al-Rayyan SC, est nommé sélectionneur en 1994. L'équipe est alors 98e au classement FIFA. Sous sa direction, les séances d'entraînement se multiplient pour augmenter la condition physique des joueurs et améliorer leur jeu d'équipe[130]. Comme son prédécesseur Jorge Penna, il base le jeu de l'équipe sur des passes courtes et la possession du ballon tout en s'appuyant sur une défense forte et une organisation tactique en 3-5-2[131]. Renforcée par des joueurs d'origine jamaïcaine évoluant en Angleterre, l'équipe se qualifie pour la Coupe du monde 1998 où elle remporte un succès historique face au Japon. Après la Coupe du monde, Simões doit faire face à de nombreuses critiques sur sa sélection de joueurs venant d’Angleterre au détriment des joueurs locaux. Il quitte la sélection en février 2000 à la suite de deux défaites en Gold Cup pour rejoindre la direction technique du Flamengo FC[132].

Il est remplacé par son compatriote Sebastião Lazaroni, ancien sélectionneur du Brésil[133] qui ne reste en poste qu'un mois. Il démissionne le 18 juin en donnant pour raison l'absence de nombreux joueurs basés à l'étranger lors du rassemblement de l'équipe nationale[134]. Clovis De Olivera, un autre Brésilien, ancien adjoint de Simões, lui succède et signe un contrat de deux ans[135]. En septembre 2001, à la suite d'une défaite un but à zéro face au Honduras qui met fin aux espoirs de qualifications des « Reggae Boyz » à la Coupe du monde 2002, il est démis de ses fonctions. La fédération lui reproche également la sortie nocturne des joueurs après la défaite deux buts à un face au Mexique[136]. Carl Brown redevient alors pendant trois ans le sélectionneur de l’équipe nationale.

Sebastião Lazaroni revient à la tête de la sélection en août 2004 avec pour objectif la qualification à la Coupe du monde 2006[137]. Son contrat prend fin en novembre 2004 après le match nul un but partout face aux États-Unis qui met fin aux espoirs de qualification en Coupe du monde[138]. Le technicien jamaïcain Wendell Downswell, responsable de l'équipe des moins de 20 ans, lui succède[139]. Adepte de la formation en 4-4-2 et faisant confiance aux jeunes joueurs locaux, il remporte la Coupe caribéenne des nations 2005, mais après une série de défaites en match amical, la dernière six buts à zéro face à l'Angleterre, il démissionne en août 2006[140]. Carl Brown assure alors de nouveau l'intérim avant la nomination d'un nouveau sélectionneur[141]. L'Anglais d'origine jamaïcaine John Barnes, le Suédois Sven-Göran Eriksson et l'Argentin José Pekerman apparaissent alors comme les favoris pour le poste[140], mais c'est finalement le Serbe Bora Milutinović qui est recruté par la fédération en novembre 2006[59]. Il ne reste qu'un an à la tête de la sélection et est alors remplacé, après une défaite huit buts à un face à l'Iran, par l'ancien international jamaïcain Theodore Whitmore[142].

Le Brésilien René Simões effectue ensuite son retour à la tête des « Reggae Boyz ». Il est assisté de quatre techniciens locaux en plus de ses trois adjoints brésiliens[143]. Lui aussi se voit licencié, moins d'un an après son arrivée, à la suite de deux défaites de rangs lors des qualifications de la Coupe du monde 2010. Theodore Whitmore assure de nouveau l'intérim avant le recrutement de John Barnes qui ne reste en poste que six mois. En juillet 2009, Theodore Whitmore devient le sélectionneur de l’équipe nationale. Sous ses ordres, la sélection remporte la Coupe caribéenne des nations 2010 mais ne parvient pas à se qualifier pour la Gold Cup et, après six rencontres sans victoire en éliminatoires de la Coupe du monde, il démissionne de son poste en juin 2013. Son remplaçant est nommé le 18 juillet par la Fédération, il s'agit de l'Allemand Winfried Schäfer, ancien sélectionneur de Thaïlande[144], qui signe un contrat de cinq mois[145]. Après une mission de quatre mois, il quitte son poste à la fin des qualifications pour la Coupe du monde. En janvier, il signe finalement un nouveau contrat avec la Fédération, cette fois-ci d'une durée de quatre ans[146].

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Independence Park.

La sélection jamaïcaine dispute sa première rencontre à domicile le 26 novembre 1925 face à Haïti au stade Sabina Park de Kingston[147]. L'équipe de football partage ce stade avec l'équipe nationale de cricket et l'équipe de cricket des Indes occidentales. La Jamaïque dispute trente rencontres dans ce stade[147] avant de déménager au National Stadium.

vue d'un stade avec une piste d'athlétisme bleue
Vue du National Stadium en 2011.

Le National Stadium, dessiné par l'architecte Wilson Chong, est construit entre 1960 et 1962[148], dans le but d'accueillir les neuvièmes Jeux d'Amérique centrale et des Caraïbes en août 1962[149]. Aussi connu sous le nom de « The office »[150], il a une capacité de 35 000 places et comprend également une piste d'athlétisme, qui accueille chaque année les compétitions scolaires et les meetings nationaux.

L'histoire du stade se conjugue avec celle de la Jamaïque. C'est dans cette enceinte qu'a été baissé pour une dernière fois l'Union Jack, le 6 août 1962[150]. De nombreuses compétitions sportives internationales ont également eu lieu au National Stadium, dont les Jeux du Commonwealth de 1966 et les championnats du monde juniors d'athlétisme 2002. À cette occasion, le stade est rénové pour un montant de 30 millions de dollars US[151]. Il est également rénové à l'occasion des cérémonies des cinquante ans de l'indépendance du pays[150].

La première rencontre disputée par l'équipe nationale dans ce stade a lieu le 7 juillet 1962 contre les Antilles néerlandaises, les deux équipes se séparant sur un match nul quatre buts partout[147]. La plus large victoire de l'équipe dans le stade a lieu le 24 novembre 2004 lors des éliminatoires de la Coupe caribéenne des nations 2005. Les « Reggae Boyz » s'imposent sur Saint-Martin sur le score de douze à zéro.

Résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant résume le palmarès de la sélection jamaïcaine en compétitions officielles. Il se compose de cinq titres, tous obtenus en Coupe caribéenne des nations, ce qui fait de la Jamaïque la deuxième nation la plus titrée de l'histoire de la compétition derrière Trinité-et-Tobago.

Palmarès de l’équipe de Jamaïque en compétitions officielles
Gold Cup Coupe caribéenne des nations

Parcours en Coupe du monde[modifier | modifier le code]

La sélection jamaïcaine dispute le 16 janvier 1965 face à Cuba sa première rencontre de qualification à une Coupe du monde[152]. Engagée à dix reprises dans les éliminatoires de la compétition, elle devient en 1998 la troisième nation des Caraïbes, après Cuba en 1938 et Haïti en 1974, à se qualifier pour une phase finale de Coupe du monde[2].

Édition Résultat
Drapeau de l'Angleterre 1966 Tour préliminaire
Drapeau du Mexique 1970 Tour préliminaire
Drapeau : République fédérale d'Allemagne 1974 Forfait
Drapeau de l’Argentine 1978 Tour préliminaire
Drapeau : Espagne 1982 Non inscrit
Parcours en Coupe du monde
Édition Résultat
Drapeau : Mexique 1986 Forfait
Drapeau : Italie 1990 Tour préliminaire
Drapeau : États-Unis 1994 Tour préliminaire
Drapeau : France 1998 Premier tour
Drapeau : Corée du SudDrapeau : Japon 2002 Tour préliminaire
Édition Résultat
Drapeau : Allemagne 2006 Tour préliminaire
Drapeau : Afrique du Sud 2010 Tour préliminaire
Drapeau : Brésil 2014 Tour préliminaire
Drapeau : Russie 2018

Parcours en Coupe des nations de la CONCACAF et Gold Cup[modifier | modifier le code]

La Gold Cup est créée en 1963 sous le nom de Coupe des nations de la CONCACAF. Les éditions de 1973 à 1989 servent également de tournoi qualificatif pour la Coupe du monde. La compétition prend son nom actuel lors de l'édition 1991. La Jamaïque dispute la première édition de la compétition en 1963 et compte en tout dix participations à des phases finales du tournoi. Son meilleur résultat est une troisième place en 1993.

Édition Résultat
Drapeau du Salvador 1963 Premier tour
Drapeau du Guatemala 1965 Non inscrit
Drapeau du Honduras 1967 Tour préliminaire
Drapeau du Costa Rica 1969 Sixième
Drapeau de Trinité-et-Tobago 1971 Tour préliminaire
Drapeau d'Haïti 1973 Forfait
Drapeau du Mexique 1977 Tour préliminaire
Drapeau du Honduras 1981 Non inscrit
Parcours en Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup
Édition Résultat
1985 Forfait
1989 Tour préliminaire
Drapeau : États-Unis 1991 Premier tour
Drapeau : États-UnisDrapeau : Mexique 1993 Troisième
Drapeau : États-Unis 1996 Tour préliminaire
Drapeau : États-Unis 1998 Demi-finale
Drapeau : États-Unis 2000 Premier tour
Drapeau : États-Unis 2002 Tour préliminaire
Édition Résultat
Drapeau : États-UnisDrapeau : Mexique 2003 Quart de finale
Drapeau : États-Unis 2005 Quart de finale
Drapeau : États-Unis 2007 Tour préliminaire
Drapeau : États-Unis 2009 Premier tour
Drapeau : États-Unis 2011 Quart de finale
Drapeau : États-Unis 2013 Tour préliminaire
Drapeau : États-Unis 2015

Parcours en Coupe caribéenne des nations[modifier | modifier le code]

La Coupe caribéenne des nations, créée en 1978, voit s'affronter les sélections nationales de la Caraïbe. Elle prend sa forme actuelle en 1991 et sert de compétition qualificative pour la Gold Cup depuis 2007. La sélection jamaïcaine remporte l'épreuve à cinq reprises et est la deuxième sélection la plus titrée de la compétition derrière Trinité-et-Tobago.

Édition Résultat
Drapeau : Suriname 1978 Non qualifié
Drapeau : Suriname 1979 Non qualifié
Drapeau : Porto Rico 1981 Non qualifié
Drapeau de la Guyane 1983 Forfait
Drapeau : Barbade 1985 Non inscrit
Drapeau de la Martinique 1988 Non inscrit
Drapeau : Barbade 1989 Non inscrit
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1990 Compétition interrompue[note 2]
Parcours en Coupe caribéenne des nations
Édition Résultat
Drapeau : Jamaïque 1991 Vainqueur
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1992 Finaliste
Drapeau : Jamaïque 1993 Finaliste
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1994 Tour préliminaire
Drapeau : JamaïqueDrapeau : îles Caïmans 1995 Premier tour
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1996 Premier tour
Drapeau : Antigua-et-BarbudaDrapeau : Saint-Christophe-et-Niévès 1997 Troisième
Drapeau de la JamaïqueDrapeau : Trinité-et-Tobago 1998 Vainqueur
Édition Résultat
Drapeau : Trinité-et-Tobago 1999 Troisième[note 3]
Drapeau : Trinité-et-Tobago 2001 Premier tour
Drapeau : Barbade 2005 Vainqueur
Drapeau : Trinité-et-Tobago 2007 Tour préliminaire
Drapeau : Jamaïque 2008 Vainqueur
Drapeau de la Martinique 2010 Vainqueur
Drapeau : Antigua-et-Barbuda 2012 Premier tour
Drapeau : Jamaïque 2014

En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe caribéenne des nations que l'équipe de Jamaïque dispute à domicile.

Statistiques[modifier | modifier le code]

Nations rencontrées[modifier | modifier le code]

Au niveau mondial[modifier | modifier le code]

Carte mondiale colorée
Carte des équipes rencontrées par la Jamaïque[note 4].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Jamaïque de football :
  •      Un seul match
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à dix-neuf matchs
  •      De vingt à vingt-neuf matchs
  •      Plus de trente matchs

La sélection jamaïcaine a eu l'occasion de rencontrer de nombreuses équipes à travers le monde, majoritairement lors de matchs amicaux. La Jamaïque n'a disputé que trois matchs officiels contre des nations non-américaines. Deux ont eu lieu lors de sa participation au premier tour de la Coupe du monde 1998 (contre la Croatie et le Japon), le troisième s'étant déroulé au premier tour de la Gold Cup 2005 où les Jamaïcains ont fait match nul face aux Bafana Bafana sud-africains, formation invitée par la CONCACAF.

Les Reggae Boys ont ainsi affronté lors de rencontres amicales des équipes d'Afrique (Maroc, Zambie, Nigeria), d'Europe (Roumanie, Norvège, Suisse, Bulgarie), d'Océanie (Australie et Nouvelle-Zélande) ou d'Asie (Inde, Malaisie, Viêt Nam). La Jamaïque a rencontré la totalité des sélections d'Amérique du Nord, centrale et du Sud, à l'exception du Belize et du Nicaragua.

La sélection jamaïcaine a obtenu des succès de prestige face à des sélections plus huppées telles que la Colombie, le Nigeria, le Paraguay, l'Arabie saoudite ou l'Uruguay. Elle a également partagé les points face au Brésil (0-0 lors de la Gold Cup 1998) et a obtenu un nul en amical face à plusieurs sélections européennes : la Roumanie, la Suède, la Norvège ou le Pays de Galles.

Dans les Caraïbes[modifier | modifier le code]

Carte colorée des Caraïbes
Carte des équipes rencontrées par la Jamaïque dans les Caraïbes[note 4].
Nombre de matchs disputés contre l'équipe de Jamaïque de football :
  •      Un seul match
  •      De deux à quatre matchs
  •      De cinq à neuf matchs
  •      De dix à dix-neuf matchs
  •      De vingt à vingt-neuf matchs
  •      Plus de trente matchs

La Jamaïque a disputé fort logiquement le plus de rencontres au cours de son histoire avec les sélections de la région Caraïbe. Haïti, premier adversaire historique des Reggae Boyz, est également l'un des adversaires le plus souvent rencontré[5], tout comme Trinité-et-Tobago et Cuba, qui ont disputé plus de quarante matchs face aux Jamaïcains. Les autres nations fréquemment affrontées sont les équipes voisines comme la Barbade ou les Antilles néerlandaises. La participation régulière de la Jamaïque à la Coupe caribéenne des nations a permis à la sélection de rencontrer la quasi-totalité des nations caribéennes, à l'exception d'Anguilla, de Montserrat et de la sélection des Îles Turques-et-Caïques, trois des plus faibles équipes de la région.

Le bilan face aux grandes nations de la zone CONCACAF est assez faible. Les Jamaïcains ont battu pour la première fois de leur histoire la sélection américaine en septembre 2012[74]. La campagne qualificative pour la Coupe du monde 1998 lui a permis de remporter un succès historique face à la meilleure équipe de la région, le Mexique, sur le score de un but à zéro.

Rivalité avec Trinité-et-Tobago[modifier | modifier le code]

La Jamaïque entretient une rivalité avec Trinité-et-Tobago. Les deux équipes se rencontrent pour la première fois le 28 décembre 1935 dans le cadre d'une tournée inter-coloniale des Trinidadiens en Jamaïque. Les visiteurs l'emportent sur le score de trois buts à deux au Sabina Park devant un public nombreux[153]. Douze ans plus tard, le 8 novembre 1947, les Trinidadiens remportent leur plus large victoire sur les Jamaïcains lors d'un tournoi triangulaire disputé à Port of Spain sur le score de six buts à zéro[10].

Depuis l'indépendance des deux pays, obtenues en 1962, les deux sélections se sont rencontrées à de nombreuses reprises, notamment en Coupe caribéenne des nations[154]. La Jamaïque remporte le titre en 1991 en battant les Trinidadiens deux buts à zéro, ceux-ci prenant leur revanche l'année suivante en l'emportant trois buts à un. L'opposition, même disputée de façon amicale, est considérée par les deux équipes comme un match spécial[155],[156].

Classements FIFA[modifier | modifier le code]

Classement FIFA de l'équipe de Jamaïque
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Classement mondial[fifa 1] 80 96 56 32 39 33 41 48 53 51 46 49 42 57 97 65 81 58 54 56 80
Classement zone CONCACAF[fifa 2] 7 8 4 3 3 3 3 5 6 6 4 4 5 5 10 5 8 3 5 5 8

Légende du classement mondial :
Légende du classement de la CONCACAF :

  •      de 1 à 40
  •      de 1 à 3
  •      de 41 à 80
  •      de 4 à 8
  •      de 81 à 120
  •      de 9 à 12

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. en français, les jouets du reggae
  2. La Jamaïque devait disputer le match pour la troisième place face à la Barbade au moment de l'interruption de la compétition.
  3. La Jamaïque partage la troisième place avec Haïti à la suite de l'annulation du match de classement pour cause de terrain impraticable.
  4. a et b Carte mise à jour le 10 juin 2014 après le match contre la France

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com,‎ 14 août 2014 (consulté le 14 août 2014).
  2. a, b, c et d (en) Rebecca Tortello, « A fascination with football », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 9 juillet 2006 (consulté le 22 mars 2013)
  3. a, b, c et d (en) « History of Jamaica's Football », sur thereggaeboyz.com,‎ 2011 (consulté le 22 mars 2013)
  4. « Par 2 buts contre 1 l'équipe jamaïcaine gagne le premier match », Le Nouvelliste, no 10711,‎ 23 mars 1925, p. 1 (lire en ligne)
  5. a, b, c, d et e (en) Barrie Courtney, « Jamaica - List of International Matches », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 13 janvier 2011 (consulté le 22 mars 2013)
  6. (en) Erik Garin, « Central American Games 1930 (Cuba) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 avril 2011 (consulté le 23 mars 2013)
  7. (en) G. St. C. Scotter, « Trindad Wins 3rd And Final Intercolonial Football Match », Jamaica Gleaner,‎ 3 janvier 1936, p. 1,14 (lire en ligne)
  8. (en) Linesman, « Jamaica Football Team To Tour Trinidad In November », Jamaica Gleaner,‎ 7 août 1947, p. 14 (lire en ligne)
  9. (en) Charwayne Walker, « Jaguars looking to even the score with Reggae Boyz », sur kaieteurnewsonline.com,‎ 4 juillet 2012 (consulté le 23 mars 2013)
  10. a et b (en) « Trinidad Repeats: Jamaica Beaten 6-0 On Dry Ground », Jamaica Gleaner,‎ 11 septembre 1947, p. 14 (lire en ligne)
  11. (en) Barrie Courtney, « Jamaica vs Caribbean All Stars 1952 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 8 août 2003 (consulté le 24 mars 2013)
  12. (en) « Soccer tour: meet three of the stars », Jamaica Gleaner,‎ 15 février 1952, p. 10 (lire en ligne)
  13. (en) « This day en 1962 », sur jamaica-gleaner.com,‎ 15 février 2012 (consulté le 25 mars 2013)
  14. (en) Neil Morrison, « Central American and Caribbean Games 1962 (Kingston) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 16 janvier 2009 (consulté le 28 mars 2013)
  15. (en) Macario Reyes, « I. CONCACAF NATIONS CUP 1963 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 14 février 2004 (consulté le 28 mars 2013)
  16. (en) « Haiti win Carib soccer crown », Jamaica Gleaner,‎ 22 janvier 1967, p. 1 (lire en ligne)
  17. a et b (en) « KCOBA Newsletter ' KC Times' », sur kcobaatl.org,‎ juillet 2008 (consulté le 29 mars 2013)
  18. a et b (en) « JFF Squad for Trinidad today », Jamaica Gleaner,‎ 24 novembre 1967, p. 15 (lire en ligne)
  19. a, b et c (en) Nick Harris, « Football: Loftus Road the first stop for Jamaica », The Independent,‎ 21 mars 1998 (ISSN 0951-9467, lire en ligne)
  20. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, 30 Janvier, 1973 », Jamaica Gleaner,‎ 30 janvier 1973, p. 12 (lire en ligne)
  21. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, 31 Janvier, 1973 », Jamaica Gleaner,‎ 31 janvier 1973, p. 12 (lire en ligne)
  22. (en) « Jamaica », sur fifa.com, FIFA (consulté le 30 mars 2013)
  23. (en) « Jamaican Football Coaches », sur thereggaeboyz.com,‎ 2011 (consulté le 30 mars 2013)
  24. (en) H.G. Helps, « Jamaica conquer Trinidad », Jamaica Gleaner,‎ 3 juin 1991, p. 11 (lire en ligne)
  25. (en) « Trinidad regain Shell Cup », Jamaica Gleaner,‎ 27 juin 1992, p. 13 (lire en ligne)
  26. Barrie Courtney, « Jamaica - Details of World Cup Qualifiers », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 23 mars 2003 (consulté le 1re avril 2013)
  27. (en) « Rene Simoes - Jamaica manager », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 3 mai 1998 (consulté le 31 mars 2013)
  28. (en) LeVaughn Flynn, « Carl Brown willing to lead the Boyz again », sur jamaica-star.com,‎ 10 août 2006 (consulté le 31 mars 2013)
  29. « L'exploit des Reggae Boyz », Gazette de Lausanne,‎ 18 novembre 1997, p. 16 (lire en ligne)
  30. a et b Caroline Ofoegbu, « Jamaïque », Le Courrier Afrique-Caraïbes-Pacifique-Union européenne,‎ décembre 1999, p. 46 (lire en ligne)
  31. a, b et c (en) Howard Campbell, « SPORT-JAMAICA: Burst of Nationalism Hits Football Squad », sur ipsnews.net, IPS,‎ 21 avril 1998 (consulté le 31 mars 2013)
  32. a et b Raf Casert, « Jamaica looking for more Brits », sur canoe.ca, Canoe.ca,‎ 10 mars 1998 (consulté le 1re avril 2013)
  33. (en) Delano Franklyn, Sport in Jamaica : a local and international perspective, Kingston, The GraceKennedy Foundation,‎ mars 2010, 134 p. (ISBN 978-976-8041-24-1, lire en ligne), p. 8
  34. (en) Frank Wiechula, « Cricket bowled by Reggae boyz ; the world game : Jamaica thrown a party », sur thefreelibrary.com, The Daily Mirror,‎ 18 novembre 1997 (consulté le 1re avril 2013)
  35. Elena Oumano, « jamaican artists rally for football squad », Billboard,‎ 25 avril 1998, p. 49 et 54 (lire en ligne)
  36. (en) « Marcus Gayle (Wimbledon) and Frank Sinclair (Chelsea), new addition to The Reggae Boyz », sur thereggaeboyz.com,‎ 12 décembre 1997 (consulté le 1re avril 2013)
  37. (en) Robert Wynter, « Portia must seek to energise public », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 17 juin 2012 (consulté le 1er avril 2013)
  38. Dominique Issartel, « Au revoir les enfants », L'Équipe, no 16215,‎ 26 juin 1998, p. 14 (ISSN 0153-1069)
  39. (en) « A fluke of Earle is not enough for under-dogs ; Jamaica 1 Croatia 3 », sur thefreelibrary.com, The Birmingham Post,‎ 15 juin 1998 (consulté le 1re avril 2013)
  40. (en) Bonnie DeSimone, « Croatia 3, Jamaica 1 Prosinecki Spoils Reggae Boyz's Party », sur articles.chicagotribune.com, Chicago Tribune,‎ 15 juin 1998 (consulté le 1re avril 2013)
  41. Francis Huertas, « Un grand air de tango », L'Équipe, no 16211,‎ 22 juin 1998, p. 6 (ISSN 0153-1069)
  42. a et b Bernard Lions, « Ortega et Batistuta donnent le la », L'Équipe, no 16211,‎ 22 juin 1998, p. 6 (ISSN 0153-1069)
  43. (en) « Hat-trick helps finish the Reggae Boyz ; Argentina 5 Jamaica 0 », sur thefreelibrary.com, The Birmingham Post,‎ 22 juin 1998 (consulté le 1re avril 2013)
  44. a et b Pascal Ferré, « Le coup fumant des Reggae Boyz », France Football, no 2727,‎ 14 juillet 1998, p. 55-56 (ISSN 0015-9557)
  45. (en) « Reggae Boyz end their adventure with a victory ; Japan 1 Jamaica 2 », sur thefreelibrary.com, The Birmingham Post,‎ 27 juin 1998 (consulté le 1re avril 2013)
  46. (en) Shaun Fuentes, « Trinidad And Tobago 1 vs Jamaica 2 », TTFOL,‎ 31 juillet 1998 (lire en ligne)
  47. (en) « John Wins MVP At Shell Cup », Jamaica Gleaner,‎ 2 août 1998 (lire en ligne)
  48. (en) « Costa Rica Trash Jamaica 9-0 », sur thereggaeboyz.com,‎ 27 février 1999 (consulté le 1re avril 2013)
  49. (es) AFP, « Jamaica busca técnico », sur wvw.nacion.com, La Nación,‎ 27 février 2000 (consulté le 1re avril 2013)
  50. Paul Kennedy, « Au bonheur du Costa Rica », France Football, no 2908,‎ 1re janvier 2002, p. 55-56 (ISSN 0015-9557)
  51. [PDF] (en) « CONCACAF 2003 Gold Cup Technical Report », sur concacaf.com, CONCACAF (consulté le 2 avril 2013), p. 24-25
  52. (en) Audley Boyd, « Lazaroni says sorry », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 19 novembre 2004 (consulté le 3 avril 2013)
  53. (en) Audley Boyd, « Goals galore in store for fans », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 26 novembre 2004 (consulté le 3 avril 2013)
  54. (en) Barrie Courtney, Chris McKain et Mark Cruickshank, « Copa Caribe 2005 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 29 décembre 2006 (consulté le 3 avril 2013)
  55. (en) « Boyz clinch Carib crown », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 25 février 2005 (consulté le 3 avril 2013)
  56. (en) « Reggae Boyz hit for six », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 4 juin 2006 (consulté le 3 avril 2013)
  57. (en) Tym Glaser, « Final word - How did the Boyz become Toyz? », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 4 juin 2006 (consulté le 3 avril 2013)
  58. (en) Howard Walker, « Reggae Boyz crash out - Defending champs fail to advance in Digicel Caribbean Cup despite 2-0 win », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 2 octobre 2006 (consulté le 3 avril 2013)
  59. a et b « Jamaïque : Milutinovic sélectionneur », sur football365.fr, Groupe Sporever,‎ 16 novembre 2006 (consulté le 3 avril 2013)
  60. AFP, « L'entraîneur serbe Bora Milutinovic remercié », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 9 novembre 2007 (consulté le 4 avril 2013)
  61. « Milutinovic remercié », sur www2.lequipe.fr, L'Équipe,‎ 9 novembre 2007 (consulté le 3 avril 2013)
  62. AFP, « Le sélectionneur brésilien Rene Simoes limogé », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 12 septembre 2008 (consulté le 4 avril 2013)
  63. « La résurrection jamaïcaine », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 13 novembre 2008 (consulté le 4 avril 2013)
  64. Jonathan Stevenson, « Barnes named new coach of Jamaica », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 16 septembre 2008 (consulté le 4 avril 2013)
  65. « Deux billets, trois candidats », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 17 novembre 2008 (consulté le 4 avril 2013)
  66. AFP, « La Jamaïque éliminée, le Honduras qualifié », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 4 avril 2013)
  67. (en) Audley Boyd, « Jamaica's Reggae Boyz rule the Caribbean », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 15 décembre 2008 (consulté le 3 avril 2013)
  68. (en) Audley Boyd, « Barnes no longer Jamaica's coach - Last-minute goal brings sweet victory over Panama », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 8 juin 2009 (consulté le 3 avril 2013)
  69. AFP, « Barnes quitte la Jamaïque pour l'Angleterre », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 8 juin 2009 (consulté le 4 avril 2013)
  70. « Les Caraïbes dansent reggae », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 9 décembre 2010 (consulté le 4 avril 2013)
  71. (en) Audley Boyd, « Well done Reggae Boyz! », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 6 décembre 2010 (consulté le 3 avril 2013)
  72. « Les Reggae Boyz dans le bon tempo », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 9 décembre 2010 (consulté le 4 avril 2013)
  73. « Les Reggae Boyz retrouvent le rythme », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 26 mai 2012 (consulté le 4 avril 2013)
  74. a et b (en) Audley Boyd, « Brilliant Boyz », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 8 septembre 2012 (consulté le 3 avril 2013)
  75. (en) « Boyz out! », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 13 décembre 2012 (consulté le 3 avril 2013)
  76. (en) Ryon Jones, « Whitmore had to go - Burrell », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 13 juin 2013 (consulté le 14 juin 2013)
  77. AFP, « Whitmore démissionne », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 13 juin 2013 (consulté le 14 juin 2013)
  78. AFP, « L'Allemand Winfried Schäfer à la tête de la Jamaïque pour quatre matches », sur lematin.ch, Le Matin,‎ 18 juillet 2013 (consulté le 27 octobre 2013)
  79. (en) « No new jerseys for fans », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 9 octobre 2008 (consulté le 5 avril 2013)
  80. (ja) « ジャマイカ代表ユニフォーム(Jamaica National Football Team Kit) », sur football-uniform.seesaa.net (consulté le 29 avril 2013)
  81. (en) Nodley Wright, « Reggae Boyz change gear », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 1re décembre 2000 (consulté le 5 avril 2013)
  82. a et b (en) « JFF signs sweet deal with Uhlsport », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 16 décembre 2000 (consulté le 5 avril 2013)
  83. (en) Audley Boyd, « Crucial trip for JFF boss », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 21 avril 2008 (consulté le 5 avril 2013)
  84. (en) « Jamaica sign Kappa football kit deal until 2010 », sur footballshirtculture.com,‎ 27 avril 2010 (consulté le 5 avril 2013)
  85. (en) « JFF could get big incentives from Kappa », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 9 mai 2008 (consulté le 5 avril 2013)
  86. (en) Kwesi Mugisa, « Kappa kits delayed until mid-year », sur jamaica-star.com, Gleaner Company,‎ 14 mars 2012 (consulté le 5 avril 2013)
  87. (en) « Jamaica sign Kappa Kit Deal », sur footballshirtculture.com,‎ 24 janvier 2012 (consulté le 5 avril 2013)
  88. Lions, black skins and reggae gyals, p. 17
  89. a et b (en) Gordon Williams, « Fringe factor », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 22 août 2012 (consulté le 15 avril 2013)
  90. (en) Ainsley Walters, « Young now making his mark off the field », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 27 avril 2005 (consulté le 15 avril 2013)
  91. (en) Sean Williams, « Burton: Jamaica's football no longer a joke thing », sur jamaicaobserver.com, The Jamaica Observer,‎ 27 avril 2005 (consulté le 15 avril 2013)
  92. a, b, c et d (en) « Jamaica Football Legends », sur thereggaeboyz.com,‎ 2011 (consulté le 12 avril 2013)
  93. (en) Howard Campbell, « Allan 'Skill' Cole a legend in his time », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 9 octobre 2010 (consulté le 12 avril 2013)
  94. (en) « Warren Barrett », sur news.bbc.co.uk, BBC,‎ 3 mai 1998 (consulté le 12 avril 2013)
  95. « Les statistiques des joueurs de la FIFA: Warren Barrett », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 13 avril 2013)
  96. (en) Dick Holstein, « Ian Goodison - Century of International Appearances », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 21 janvier 2011 (consulté le 13 avril 2013)
  97. (en) « Ian Goodison Defender », sur thereggaeboyz.com,‎ 2007 (consulté le 13 avril 2013)
  98. (en) « Player Profile: Ian Goodison », sur thefootballnetwork.net (consulté le 13 avril 2013)
  99. (en) Howard Walker, « 'Bibi' is back! Gardner recalled to Boyz set-up for Caribbean Cup », sur jamaicaobserver.com, The Jamaica Observer,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 14 avril 2013)
  100. (en) Marc Iles, « Farewell to Ricardo », sur theboltonnews.co.uk, Newsquest,‎ 19 mai 2012 (consulté le 14 avril 2013)
  101. (en) Roberto Mamrud, « Luton Shelton - Goals in International Matches », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 29 février 2012 (consulté le 14 avril 2013)
  102. (en) « International Friendly Preview: Switzerland v Jamaica », sur soccerway.com (consulté le 2 juin 2014)
  103. (en) « Jamaica (2014) », sur national-football-teams.com (consulté le 2 juin 2014)
  104. a, b, c, d, e et f « Schaefer Names 22 Man Squad », sur fjamaicafootballfederation.com, Fédération de Jamaïque de football (consulté le 20 mars 201)
  105. « Panama 0:0 Jamaïque », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 12 octobre 2013)
  106. a, b et c « Jamaïque 1:1 (0:0) Costa Rica », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 12 octobre 2013)
  107. a, b, c et d « Honduras 2:0 (1:0) Jamaïque », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 12 octobre 2013)
  108. « Jamaïque 0:1 (0:0) Mexique », sur fr.fifa.com, FIFA (consulté le 12 octobre 2013)
  109. a, b et c (en) Russell Bell, « Keynote adress to Jackie Bell K.O. Award Presentation », sur ksafa.net,‎ 26 mars 2009 (consulté le 5 avril 2013)
  110. (en) Gordon Williams, « Chung Fah still keeping everyone's eyes on the ball », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 12 décembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  111. (en) Skedron, « Gallant Knight's Farewell to Jackie Bell », sur jaweb2.com, The Good & True,‎ septembre 1986 (consulté le 6 avril 2013)
  112. (en) Everton Bailey, « Tribute to George T. », sur kcobaatl.org,‎ août 2008 (consulté le 6 avril 2013)
  113. (en) « Kingston Gleaner Thursday, Janvier 17, 1974 », Kingston Gleaner,‎ 17 janvier 1974, p. 1 (lire en ligne)
  114. (en) Tony Becca, « Well played, George Prescod », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 25 mai 2001 (consulté le 6 avril 2013)
  115. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, November 04, 1975 », Kingston Gleaner,‎ 4 novembre 1975, p. 10 (lire en ligne)
  116. (en) C. Mali, « Sportsnaps », Jamaica Gleaner,‎ 12 mai 1975 (lire en ligne)
  117. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, November 04, 1975 », Kingston Gleaner,‎ 4 novembre 1975, p. 11 (lire en ligne)
  118. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, January 11, 1983 », Kingston Gleaner,‎ 11 janvier 1983, p. 8 (lire en ligne)
  119. (en) « Remembering Bell, Ziadie 25 years later », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 16 octobre 2011 (consulté le 8 avril 2013)
  120. (en) « Kingston Gleaner Friday, February 11, 1983 », Kingston Gleaner,‎ 11 février 1983, p. 14 (lire en ligne)
  121. a et b (en) LeVaughn Flynn, « Brown's last hurrah...Coach says he'll retire from national duties in December », sur jamaica-star.com,‎ 17 août 2006 (consulté le 8 avril 2013)
  122. « North american soccer league : Allie McNab », sur naslsoccer.blogspot.fr,‎ 5 septembre 2010 (consulté le 6 avril 2013)
  123. (en) « Kingston Gleaner Wednesday, January 21, 1987 », Kingston Gleaner,‎ 21 janvier 1987, p. 13 (lire en ligne)
  124. (en) « Kingston Gleaner Tuesday, May 05, 1987 », Kingston Gleaner,‎ 5 mai 1987, p. 36 (lire en ligne)
  125. (en) « Kingston Gleaner Wednesday, February 24, 1988 », Kingston Gleaner,‎ 24 février 1988, p. 19 (lire en ligne)
  126. (en) « Kingston Gleaner Wednesday, April 12, 1989 », Kingston Gleaner,‎ 12 avril 1989, p. 17 (lire en ligne)
  127. Fitzroy Prendergast, « Maxwell wants pro league », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 14 juin 1999 (consulté le 6 avril 2013)
  128. (en) « Kingston Gleaner Wednesday, February 13, 1990 », Kingston Gleaner,‎ 13 février 1990, p. 14 (lire en ligne)
  129. « Jamaica : Brown named technical director », sur concacaf.com, CONCACAF,‎ 12 juillet 2001 (consulté le 6 avril 2013)
  130. (en) « Interview - Simoes, and Jamaica's amazing progress », sur fifa.com, FIFA,‎ 20 juin 1997 (consulté le 6 avril 2013)
  131. Eddy Lambert, « L'été sera chaud avec la Jamaïque », Le Soir,‎ 9 juin 1998, p. 42 (lire en ligne)
  132. (en) Ainsley Walters, « Rene Simoes resigns », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 22 février 2000 (consulté le 6 avril 2013)
  133. (en) « Lazaroni ready to move ahead », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 3 mai 2000 (consulté le 6 avril 2013)
  134. (en) Ainsley Walters, « Lazaroni resigns », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 19 juin 2000 (consulté le 6 avril 2013)
  135. (en) Nodley Wright, « Clovis is the man », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 22 juin 2000 (consulté le 6 avril 2013)
  136. (en) « Burrell boots de Oliveira », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 7 septembre 2001 (consulté le 6 avril 2013)
  137. (en) Daraine Luton, « Lazaroni ready for action - again », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 25 juillet 2004 (consulté le 6 avril 2013)
  138. (en) Audley Boyd, « Lazaroni says sorry », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 19 novembre 2004 (consulté le 6 avril 2013)
  139. (en) Audley Boyd, « Fresh start for the Boyz », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 24 novembre 2004 (consulté le 6 avril 2013)
  140. a et b (en) Howard Walker, « Downswell speaks out », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 10 août 2006 (consulté le 6 avril 2013)
  141. (en) Kwesi Mugisa, « Carl Brown back at the helm as interim coach », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 17 août 2006 (consulté le 6 avril 2013)
  142. (en) Robert Bailey, « 'Tappa' to coach Boyz for friendlies », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 11 novembre 2007 (consulté le 13 avril 2013)
  143. (en) LeVaughn Flynn, « Four local coaches to assist Simoes », sur jamaica-star.com,‎ 12 janvier 2008 (consulté le 15 avril 2013)
  144. AFP, « Schäfer à la tête des Reggae Boyz », sur fr.fifa.com, FIFA,‎ 18 juillet 2013 (consulté le 18 juillet 2013)
  145. (en) Sean A. Williams, « Winning mentality - New coach Schafer says that’s what it will take », sur jamaicaobserver.com, The Jamaica Observer,‎ 18 juillet 2013 (consulté le 18 juillet 2013)
  146. (en) Ryon Jones, « JFF, Schäfer strike deal - German to coach Boyz until 2018 », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 28 janvier 2014 (consulté le 13 février 2014)
  147. a, b et c (en) « Statistical history of jamaican football 1925-1989...1994-98 », sur reggaeboyzsc.com (consulté le 6 avril 2013)
  148. (en) Jacquiann Lawton, « Social and public architecture in Kingston, Jamaica », Revue Docomomo, no 33,‎ septembre 2005 (lire en ligne)
  149. [PDF] (en) Glendon L. Logan, « Ministry paper n°15 National Stadium », sur nlj.gov.jm, Ministry jamaican of welfare and culture,‎ 20 mars 1962 (consulté le 7 avril 2013)
  150. a, b et c (en) Nick Davis, « Jamaica at 50 gives cause to cheer and reflect », sur bbc.co.uk, BBC,‎ 4 août 2012 (consulté le 7 avril 2013)
  151. (en) « No funds for stadium renovation », sur jamaica-gleaner.com, Gleaner Company,‎ 23 avril 2010 (consulté le 7 avril 2013)
  152. (en) « World Cup 1966 qualifications », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 2005 (consulté le 25 juin 2013)
  153. (en) G. St. C. Scotter, « Trinidad Victorious In 1st Intercolonial Footer Match », Jamaica Gleaner,‎ 30 décembre 1935, p. 1,14 (lire en ligne)
  154. (en) « Head to head statistics Jamaica - Trinidad and Tobago », sur wildstat.com (consulté le 16 avril 2013)
  155. (en) Audley Boyd, « Jamaica Gleaner News - Showdown at the 'Office' - Jamaica, Trinidad and Tobago clash again », sur jamaica-gleaner.com, Glenaer Company,‎ 10 octobre 2010 (consulté le 16 avril 2013)
  156. (en) « Soca Warriors shock Reggae Boyz in Rhythm Clash », sur caribbeanstars.com,‎ 2011 (consulté le 16 avril 2013)
  1. Classement mondial année par année :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 décembre 2013)
  2. Classement de la zone CONCACAF :
    « Classement du 23 déc. 1993 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 1994 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 1995 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 1996 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1997 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 23 déc. 1998 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 22 déc. 1999 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2000 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2001 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2002 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2003 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 20 déc. 2004 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2005 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 18 déc. 2006 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2007 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 17 déc. 2008 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 16 déc. 2009 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 15 déc. 2010 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 21 déc. 2011 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2012 », sur fr.fifa.com (consulté le 21 mars 2013)
    « Classement du 19 déc. 2013 », sur fr.fifa.com (consulté le 19 décembre 2013)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Ouvrage général :
    • (en) James Ferguson, World class: an illustrated history of Caribbean football, Macmillan Caribbean,‎ 2006, 100 p. (ISBN 9781405098250)
  • Ouvrages sur le parcours lors des qualifications et de la Coupe du monde 1998 :
    • (en) Earl Bailey Bailey et Nazma Muller, Jamaica's Reggae Boys: World Cup 1998, Ian Randle Publishers,‎ 1998, 104 p. (ISBN 9789768123725)
    • (en) Robbie Earle et Daniel Davies, One Love: The Reggae Boyz: an Incredible Soccer Journey, André Deutsch,‎ 1999, 248 p. (ISBN 9780233994505)
    • (en) Emma Lindsey, Big Up Jamaica: The Reggae Boyz' Road to France and Other Stories, Penguin Books,‎ 1998, 224 p. (ISBN 9780140279528)
    • (en) Les Back, Tim Crabbe et John Solomos, Lions, black skins and reggae gyals': race, nation and identity in football, Goldsmiths College, University of London,‎ 1998, 34 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 6 août 2013 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.