Angelina Weld Grimké

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant  une femme de lettres image illustrant un écrivain image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant une femme de lettres et un écrivain américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Angelina Weld Grimké
Description de l'image Angelina Weld Grimké.jpg.
Naissance
Boston, Massachusetts, États-Unis
Décès (57 ans)
New York, État de New York, États-Unis
Nationalité Américaine
Profession
écrivain, journaliste
Autres activités
dramaturge, poétesse
Formation
Ascendants
Archibald Grimké (en), Sarah Stanley Grimké
Famille

Angelina Weld Grimké (27 février 188010 juin 1958) était une journaliste et poétesse afro-américaine, née à Boston (États-Unis). Elle fut l'une des figure de la Renaissance de Harlem et l'une des premières femmes afro-américaine dont une pièce de théatre fut jouée publiquement[1]. Elle se lia d'amitié avec la poétesse Georgia Douglas Johnson.

Famille[modifier | modifier le code]

Angelina est né à Boston, Massachusetts, en 1880 dans une famille métisse. Son père, Archibald Grimké (en), était un avocat noir diplômé de Harvard. Il était le second afro-américain a avoir obtenu un diplôme de cette université et deviendra plus tard vice-président de la NAACP. La mère d'Angelina, Sarah Stanley Grimké, était issue d'une famille anti-esclavagiste de la classe moyenne blanche du midwest. Elle était écrivain. Les parents d'Angelina vivaient à Boston où son père avait ouvert un cabinet d'avocat. Angelina reçu le même prénom que la tante de son père Angelina Emily Grimké. C'est cette dernière et sa sœur Sarah Moore Grimké qui avaient élevés le père d'Angelina et ses frères après le décès de leurs parents.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le Mariage d'Archibald Grimké et Sarah Stanley fut l'objet d'une forte opposition de la part de la famille d'Archibald et ils se sépareront peu de temps après la naissance d'Angelina. Sarah retournera s'installer dans le midwest avec sa fille âgée de 3 ans. Quelques années plus tard, son activité d'écrivain étant devenue plus consistante, Sarah confiera Angelina (alors agée de 7 ans) à Archibald avant de partir s'installer en Californie. Elle s'impliquera là-bas dans des mouvements spirituels non chrétiens avant de se suicider en 1898[2]. Angelina et sa mère ne se reverront pas et entretiendront peu ou pas de contact.

Écrits[modifier | modifier le code]

Ses œuvres furent publiées dans plusieurs magazines ou journaux noir-américains comme The Crisis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lorde 1988, p. 73
  2. Bowen 2015, p. 85-87

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Ann Allen Shockley, Afro-American Women Writers 1746-1933 : An Anthology and Critical Guide, New Haven, Connecticut, Meridian Books,‎ (ISBN 0-452-00981-2)
  • (en) Audrey Lorde, A burst of light : Living with cancer, Ithaca, état de New-York, Firebrand Books,‎ Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Patrick Bowen, A History of Conversion to Islam in the United States, Volume 1 : White American Muslims before 1975 (Muslim Minorities), Brill,‎ , 404 p. (ISBN 978-9004299948, lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]