KPMG

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Image illustrative de l'article KPMG
illustration de KPMG

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1922
Forme juridique Société Anonyme
Siège social Drapeau des Pays-Bas Amstelveen Voir et modifier les données sur Wikidata (Pays-Bas)
Direction Jay Nirsimloo (Président) et Jacky Lintignat (Directeur Général)
Président John B. Veihmeyer (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Audit, conseil et expertise-comptable
Effectif 8 500 (France), 189 000 (Monde)
Site web www.kpmg.com

Chiffre d’affaires 961 millions d'€ (France), 25,42 milliards de $ (Monde)

KPMG est un réseau international de cabinets d’audit et de conseil exerçant dans 152 pays.

En 2016, KPMG employait près de 189 000 personnes dans le monde et a généré un chiffre d’affaires combiné de 25,42 milliards de dollars US. KPMG est l’un des quatre plus grands cabinets d'audit et de conseil (Big Four) avec Deloitte, PwC et EY.

En France, KPMG est un des cabinets leader[1],[2],[3] de l'audit, du conseil et de l’expertise comptable et emploi 8 500 personnes.

KPMG est le commissaire aux comptes de grandes entreprises françaises comme CarrefourCompagnie de Saint-GobainKering  - OrangeRenaultSodexoTotalVeolia EnvironnementVinciVivendi[4].

Organisations et activités[modifier | modifier le code]

  • K est l'initiale de Klynveld. Le cabinet d'expertise-comptable Klynveld Kraayenhof & Co. fut fondé par Piet Klynveld à Amsterdam en 1917.
  • P est l'initiale de Peat, du nom du cabinet d'expertise-comptable William Barclay Peat & Co., fondé par William Barclay Peat à Londres en 1870.
  • M est l'initiale de Marwick : James Marwick s'associa avec Roger Mitchell pour créer à New York le cabinet d'expertise-comptable Marwick, Mitchell & Co. en 1897.
  • G est l'initiale de Goerdeler. Dr. Reinhard Goerdeler sera longtemps à la tête de la Deutsche Treuhand-Gesellschaft (DTG) puis de KPMG.

À l’international[modifier | modifier le code]

KPMG International est une coopérative de droit suisse[C'est-à-dire ?] qui coordonne un réseau de cabinets nationaux, membres indépendants aux plans juridiques et financiers[5]. Présent dans 152 pays, KPMG compte 189 000 salariés en 2016[6].

82% des 500 premières entreprises mondiales sont clientes de KPMG à travers le monde[réf. nécessaire].

En France[modifier | modifier le code]

KPMG France - La Tour Eqho

KPMG S.A. — basée à Puteaux, en île-de-France ; enregistré depuis le — est un cabinet de conseil et d'audit qui emploi emploie 8 500 personnes sur 217 bureaux en France[7]. L'entreprise possède 238[8] implantations[pas clair] et son chiffre d'affaire est d'environ 754 millions d'euro en 2012[9], 752 millions d'euro en 2013, 756 millions d'euro en 2014, 790 millions d'euro en 2015 et 834 millions d'euro en 2016[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Peat Marwick crée sa société[Laquelle ?] en 1870[Où ?].

James Marwick and Roger Mitchell, immigrés écossais aux États-unis[10] fondent Marwick, Mitchell & Company à New-York en 1887[11].

En 1911, l'entreprise, afin de renforcer ses opérations en Europe, est renommée Peat, Marwick, Mitchell & Company lors de sa fusion avec le cabinet d'expertise comptable britannique dirigé par William Barclay Peat (en)[10].

Les poursuites[Lesquels ?] engagées contre la firme dans les années 1970 entachent la réputation de l'entreprise qui demandera la réalisation par Arthur Young & Company d'un audit, qui sera rendu public en novembre 1975[10].

En 1978 est fondé Peat Marwick International, en partenariat avec des entreprises réparties autour du globe, afin de répondre à la globalisation de l'économie mondiale[10].

L'entreprise KPMG est née de la fusion en 1986 des groupes Peat Marwick International (PMI) et l'entreprise néerlandaise Klynveld Main Goerdeler (KMG).

KPMG International Cooperative[modifier | modifier le code]

Les entités locales de KPMG sont membres de KPMG International Cooperative, entité de droit suisse qui ne propose pas de services à des clients et qui est propriétaire de la marque KPMG[réf. nécessaire].

Liste des présidents de KPMG International 
  • Sir Michael Rake : 2002-2007 (Royaume-Uni)
  • Timothy P. Flynn : 2007-2011 (États-Unis)
  • Michael J. Andrew : 2011-2014 (Australie)
  • John Veihmeyer : depuis 2014

KPMG France[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

KPMG S.A., cabinet français membre du réseau KPMG, a pour origine la société anonyme Fiduciaire de France, créée à Grenoble en 1922 par Albert Liothaud, expert-comptable[12].

  • 1922 : création de la Fiduciaire de France à Grenoble
  • 1979 : la Fiduciaire de France est membre fondateur du réseau européen KMG
  • 1986 : fusion entre KMG et Peat Marwick International pour constituer le réseau KPMG.
  • 2000 : KPMG se sépare de ses activités « consulting » en France.
  • 2002 : Fidal le cabinet français d’avocats quitte le réseau KPMG.
  • 2005 : le cabinet d’audit français Salustro Reydel se rapproche de KPMG S.A.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(en) Frederick Andrews, « Fraud Trial of Peat Marwick Attracts Anxious Attention of Other Accountants », Wall Street Journal,‎

Références[modifier | modifier le code]

  1. Prisma Media, « Palmarès exclusif : les meilleurs cabinets d’audit », Enquête de Bruno Declairieux avec STATISTA, sur Capital.fr, (consulté le 8 mars 2017) : « À eux seuls, les plus gros réseaux anglo-saxons de l’audit (Deloitte, EY, KPMG et PwC) pèsent plus de 70% du marché de la certification des comptes en France, soit 1,4 milliard d’euros selon la revue spécialisée «La Profession comptable». »
  2. Julien Rapegno, « Un Creusois dirige KPMG, leader du conseil et de l’audit », www.lepopulaire.fr, (consulté le 8 mars 2017) : « Ce groupe est le leader de l’audit, du conseil et de l’expertise comptable en France. »
  3. « Les géants du conseil se portent bien », sur lesechos.fr, (consulté le 8 mars 2017)
  4. « Chiffres et références », sur kpmg.fr (consulté le 4 octobre 2016)
  5. « KPMG International Cooperative/Switzerlnad », sur Bloomberg (consulté le 10 mars 2017)
  6. (en) « International Annual Review », sur KPMG, (consulté le 10 mars 2017)
  7. Muriel Jasor et Franck Moulin, « Qui dirige les Big Four en France ? », Les Echos Business,‎ (lire en ligne)
  8. a et b (fr) « KPMG SA », sur infogreffe.fr (consulté le 10 mars 2017)
  9. « KPMG », sur www.verif.com (consulté le 10 mars 2017)
  10. a, b, c et d (en) « KPMG International », sur www.referenceforbusiness.com (consulté le 10 mars 2017)
  11. « KPMG International », sur www.company-histories.com (consulté le 10 mars 2017)
  12. « Histoire », sur KPMG, (consulté le 10 mars 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]