Rieutord (affluent de l'Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rieutord.

le Rieutord
Illustration
Le moulin et le Rieutord à Sumène.
le Rieutord sur OpenStreetMap.
Caractéristiques
Longueur 26,3 km [1]
Bassin collecteur l'Hérault
Débit moyen 2,65 m3/s (Ganges) [réf. nécessaire]
Nombre de Strahler 3
Organisme gestionnaire EPTB SMBFH ou Syndicat mixte du bassin du fleuve Hérault[2]
Régime pluvial méridional
Cours
Source la montagne du Liron
· Localisation Saint-Martial
· Altitude 890 m
· Coordonnées 44° 03′ 51″ N, 3° 45′ 00″ E
Confluence l'Hérault
· Localisation Ganges
· Altitude 137 m
· Coordonnées 43° 55′ 38″ N, 3° 42′ 29″ E
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Recodier
· Rive droite Elbès
Pays traversés Drapeau de la France France
Départements Gard, Hérault
Régions traversées Occitanie

Sources : SANDRE:« Y2100500 », Géoportail, OpenStreetMap

Le Rieutord est une rivière affluente gauche de l'Hérault qui prend sa source à Saint-Martial, traversant les départements du Gard et de l'Hérault, dans la région Occitanie.

Hydronymie[modifier | modifier le code]

En 1513, le nom de la rivière est mentionné dans la phrase latine Riperia de Valnieiria sive de Sumenata[3].

En 1553, elle est attestée sous la forme Vallat du Tors[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Rieutord prend sa source dans le Gard, à Saint-Martial, plus précisément dans la montagne du Liron[4]. La rivière reçoit l'eau de l'Elbès[4], un de ses affluents, passe ensuite à Saint-Roman-de-Codières, puis à Sumène, où elle reçoit son principal affluent, le Recodier puis s'engouffre sous terre avant de resurgir à Ganges, dans le département de l'Hérault où elle se jette le fleuve du même nom, l’Hérault. Le Rieutord a une longueur de 26,3 km[1].

Communes et cantons traversés[modifier | modifier le code]

Le Rieutord traverse cinq communes[1] : Saint-Martial, où il prend sa source, Saint-Roman-de-Codières puis Sumène où se trouve son principal affluent, le Recodier, Laroque et enfin Ganges où il se jette dans l'Hérault.

Bassin versant[modifier | modifier le code]

Organisme gestionnaire[modifier | modifier le code]

L'organisme gestionnaire est l'EPTB SMBFH ou Syndicat mixte du bassin du fleuve Hérault, créé en 2009 et sis à Clermont-l'Hérault[2].

Affluents[modifier | modifier le code]

Ses principaux affluents sont le Recodier (rg) et l'Elbès (rd), situé en aval de Saint-Martial.

Le Rieutord a sept tronçons affluents référencés[1] :

  • le Valat de Blaquises (rg[note 1]), 3,8 km sur la seule commune de Saint-Martial.
  • le Valat de Pradeyret (rg), 2,6 km sur la seule commune de Saint-Martial.
  • le ruisseau de Combe Bonne (rg), 5,1 km sur les deux communes de Saint-Martial (confluence) et Saint-Roman-de-Codières (source) avec deux affluents :
    • le ruisseau de Suménette (rg), 3,3 km sur la seule commune de Saint-Roman-de-Codières.
    • le Valat de Mouriguès (rg), 1 km sur la seule commune de Saint-Roman-de-Codières.
  • l'Elbes (rd), 6 km sur la seule commune de Saint-Martial.
  • le Valat de la Bugade (rd), 1,2 km sur la seule commune de Saint-Martial.
  • le ruisseau du Cayla (rg), 2,8 km sur les deux commune de Sumène (confluence) et Saint-Martial (source).
  • le Recodier (rg), 6,3 km sur les deux commune de Sumène (confluence) et Saint-Roman-de-Codières (source).

Rang de Strahler[modifier | modifier le code]

Le rang de Strahler est donc de trois par le ruisseau de Combe Bonne.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Rieutord appartient à la circonscription hydrologique Rhône-Méditerranée-Corse.

Sa région hydrographique : fleuves côtiers et Corse.

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. rd pour rive droite et rg pour rive gauche

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Sandre, « Fiche cours d'eau - le Rieutord (Y2100500) » (consulté le 3 novembre 2013).
  2. a et b « le SMBFH ou Syndicat mixte du bassin du fleuve Hérault », sur /www.fleuve-herault.fr (consulté le 6 novembre 2016)
  3. a et b Origine du nom de Sumène, Mathilde Cabanne, Sonnailles, texte tiré de sa thèse Histoire de Sumène, de la Réforme à la Révolution.
  4. a et b Collectif, Si Saint Martial m'était conté, dépliant patrimoine (non daté), office de tourisme Cévennes-Méditerranée.
Ressources relatives à la géographieVoir et modifier les données sur Wikidata :