Venant de Viviers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Statue de saint Venant, retable de la chapelle des Capucins de Valence.

Venant, ou Venance (latin Venantius) de Viviers, est un saint de l’Église catholique et orthodoxe, évêque de Viviers au VIe siècle. Il serait mort vers 544.

Biographie[modifier | modifier le code]

Parfois mentionné comme fils de saint Sigismond, il est issu d’une des plus grandes familles de princes burgondes. Des chartes de 517 à 535 le diraient fils de Gondomar et neveu du roi Sigismond[1]. Mais « sa biographie, qui date du XIIe siècle, n’a pas de valeur historique[2] ». Il serait le neuvième ou le dixième évêque de Viviers. Il participe aux conciles d’Épaone en 517, et de Clermont en 535.

Il relève et embellit la cathédrale Saint-Vincent de Viviers et élève plusieurs églises nouvelles, dont une dédiée à saint Julien et une autre à Notre-Dame et à saint Saturnin[3].

Culte[modifier | modifier le code]

À sa mort, il est enseveli dans l’église Notre-Dame du Rhône de Viviers. Ses restes commencent à faire l’objet de pèlerinages. Un monastère de bénédictines s’y installe à la fin du VIe siècle. En 727, il est détruit par les Sarrasins. Les religieuses s’enfuient, emportant les reliques à Soyons. Le monastère de Soyons subit les attaques des protestants en 1621 et les bénédictines s’installent cette fois à Valence. Les reliques sont actuellement conservées en l’église Saint-Jean-Baptiste de Valence.

Sa fête, le 12 août, a été transférée au 5 août pour les catholiques ; elle reste au 12 août pour les orthodoxes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Venance de Burgondie.
  2. Bénédictins de Ramsgate, Dix mille saints, dictionnaire hagiographique, 1991, Brepols.
  3. Saint Venance, évêque de Viviers.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Vincent Champion, Saint Venance, évêque de Viviers, sa vie, ses miracles, ses reliques, Nivoche, 1883.

Articles connexes[modifier | modifier le code]