Lovagny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lovagny
L'hôtel de ville de Lovagny
L'hôtel de ville de Lovagny
Blason de Lovagny
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-1
Intercommunalité CC de Fier et des Usses (CCFU)
Maire
Mandat
Henri Carelli
2014-2020
Code postal 74330
Code commune 74152
Démographie
Gentilé Lovaniens
Population
municipale
1 199 hab. (2012)
Densité 216 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 18″ N 6° 02′ 02″ E / 45.905, 6.0338888888945° 54′ 18″ Nord 6° 02′ 02″ Est / 45.905, 6.03388888889  
Altitude Min. 352 m – Max. 669 m
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lovagny

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Lovagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lovagny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lovagny

Lovagny est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est situé à 5 kilomètres à l'ouest du centre-ville d'Annecy, sur une zone de hautes collines des Préalpes.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le nom de Lovagny vient du mot loup[réf. nécessaire]. On dit qu'il y a longtemps[Quand ?], c'était une contrée où vivaient ces prédateurs. Le village s’est d’abord appelé Lupianiacum (IIIe siècle ap. J.-C.) , ensuite Lupaniaci, puis Lauagny (XIVe siècle environ), plus tard Lauvagny et enfin de nos jour, Lovagny[1].

Ses habitants sont appelés les Lovaniens[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Lovagny

Les armes de Lovagny se blasonnent ainsi : Ecartelé;au premier de gueules à la croix d'argent,au second d'azur à un clocher d'argent,au troisième d'azur à trois ponts isolés d'argent, au quatrième de gueules au loup passant d'argent ; au chef de sable chargé de cinq tours d'argent ouvertes et ajourées du champ .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Lovagny appartient au Canton d'Annecy-1, qui compte, selon le redécoupage cantonal de 2014, 9 communes et une fraction de la ville d'Annecy[3]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton d’Annecy-Nord-Ouest.

Elle fait partie de la Communauté de communes de Fier et des Usses (CCFU) qui regroupe six autres communes, Sillingy, Choisy, La Balme-de-Sillingy, Mésigny, Nonglard et Sallenôves[4]. Initialement, les six communes rurales du canton d’Annecy-Nord-Ouest forme en 1992 un EPCI autour du territoire du Fier et des Usses, qui évolue en 2002 en Communauté de Communes, que la commune de Sallenôves rejoint[5].

Lovagny relève de l'arrondissement d'Annecy et de la Première circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Bernard Accoyer (UMP) depuis les élections de 2012[6].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Henri Carelli Divers Droites Maire
mars 2014 en cours Henri Carelli Divers Droites Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 199 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
254 256 264 290 369 411 418 404 438
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
441 448 508 469 478 470 450 454 373
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
384 385 377 349 300 337 271 332 409
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 - -
526 602 718 955 1 042 1 138 1 199 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


La commune devient la nouvelle zone d'expansion de l'agglomération d'Annecy.

Économie[modifier | modifier le code]

Lovagny possédait une champignonnière en activité jusqu'en 2013[9]. Elle était située dans les anciennes mines d'asphalte qui s'étendaient sous la commune. Cette exploitation a la particularité d'avoir conservé une culture traditionnelle ne faisant pas appel aux serres climatisées, mais à un véritable développement en cave. Les champignons étaient vendus sur les marchés d'Annecy.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Parmi les personnalités locales :
    • Émilie Dauvergne - "historienne" de Lovagny,
    • André Jacques (1880-1960), peintre et graveur

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Montrottier.
L'église de Lovagny.
  • Les gorges du Fier qui peuvent se découvrir depuis une passerelle suspendue.
  • Le château de Montrottier est un château fort construit du XIIIe au XVe siècle. Parmi ses éléments d'architecture, un donjon de 33 m, et de nombreux logis. Il a appartenu au XIXe siècle au général suisse Guillaume-Henri Dufour, fondateur de l'armée suisse moderne et de la Croix-Rouge. Il appartient depuis 1916 à l'Académie florimontane. Il est remarquablement conservé et entièrement meublé avec de vastes collections d'armes, d'armures, de faïences, de porcelaines, de verreries et objets d'Extrême-Orient.
  • Église Annonciation-de-Marie. L'église semble attestée par une charte datant entre 1032 et 1044, d'une donation à l'abbaye bénédictine de Savigny[10]. Un prieuré est établi à proximité du château à moins de 2 km[10]. Il reste de l'église primitive le chœur en demi-lune, son clocher en forme de simple tour ainsi que la cure semble datée de cette période[10]. La nouvelle église est construite à la fin du XIXe siècle selon les plans de l'architecte Dénarié[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. communauté de communes
  2. « Lovagny », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 mars 2015), Ressources - Les communes.
  3. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance,‎ (consulté le 16 mars 2015).
  4. « Présentation », sur le site de la Communauté de communes de Fier et des Usses (consulté le 16 mars 2015).
  5. « Historique », sur le site de la Communauté de communes de Fier et des Usses (consulté le 16 mars 2015).
  6. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Première circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 mars 2015).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  9. Site officiel de Lovagny
  10. a, b, c et d Raymond Oursel et Pascal Lemaître, Les chemins du sacré : Pélerinage architectural, vol. 2, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes »,‎ , 267 p. (ISBN 978-2-84206-350-4), p. 84.