Sillingy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sillingy
Hôtel de ville de Sillingy.
Hôtel de ville de Sillingy.
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Annecy
Canton Annecy-1
Intercommunalité CC de Fier et des Usses (CCFU)
Maire
Mandat
Yvan Sonnerat
2014-2020
Code postal 74330
Code commune 74272
Démographie
Gentilé Sillingiens
Population
municipale
5 037 hab. (2014)
Densité 339 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 57′ 00″ nord, 6° 02′ 00″ est
Altitude Min. 455 m – Max. 755 m
Superficie 14,84 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Sillingy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Sillingy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sillingy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sillingy
Liens
Site web sillingy74.fr

Sillingy est une commune française située dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le village est situé sur un coteau au débouché du passage entre la montagne de la Mandallaz et la Montagne d'Age et surplombe une zone de marais.

La commune comprend les hameaux de Arzy, Bromines, Chaumontet, la Combe de Sillingy, Lugy, la Petite Balme, Quincy, Seysolaz, Geneva et Sublessy.

Rose des vents Mésigny
Chilly
La Balme-de-Sillingy Rose des vents
Thusy
Vaulx
N Épagny-Metz-Tessy
O    Sillingy    E
S
Nonglard Poisy

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La commune est située 11 km au nord-ouest d'Annecy. Elle est desservie par :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Le village reste encore à dominante rurale sur la majeure partie de sa surface, mais a une forte tendance à s'urbaniser. La commune fait la liaison entre la vallée des Usses et le bassin annécien.

Logement[modifier | modifier le code]

  • Taxe d'habitation 2003 : 16,51 % - foncière bâtie 21,72 % - professionnelle 25,98 %.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village de Sillingy, vient très probablement du nom de la tribu vandale des Silingii, arrivés dans la région avec les Burgondes au Ve siècle, le suffixe -inge, -ingii, signifiant peuple. La région aujourd'hui polonaise de la Silésie tire également son nom du nom des vandales Silinges[1],[2].

En francoprovençal, le nom de la commune s'écrit Flyinzhi, selon la graphie de Conflans[3].

Ses habitants sont appelés les Sillingiens[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Période protohistorique et romaine[modifier | modifier le code]

Un trésor monétaire romain a été trouvé au XIXe siècle, dont le Musée savoisien de Chambéry aurait acquis 1334 pièces. La plupart disparurent, et en 1992 les chercheurs n'en retrouvaient plus que 490[5].

Période médiévale[modifier | modifier le code]

Un prieuré clunisien a été implanté au XIe siècle.

Le tremblement de terre de 1996[modifier | modifier le code]

La commune de Sillingy est située sur une importante faille sismique, la faille du Vuache :

  • 15 juillet 1996 à h 13 : séisme de magnitude 5,3 avec un foyer situé à quelques kilomètres sous la commune (intensité VII sur l'échelle MSK), réplique de 3,5 à h 46[6].
  • 23 juillet 1996 : au même endroit, réplique de 2,4 (h 51) et de 4,3 (h 9).
  • Jusqu'au 11 octobre 1996 : 51 répliques seront ressenties.
  • Jusqu'au 8 mars 1998 : une centaine de répliques seront ressenties.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune de Sillingy appartient au canton d'Annecy-1, qui compte, selon le redécoupage cantonal de 2014, 9 communes et une fraction de la ville d'Annecy[7]. Avant ce redécoupage, elle appartenait au canton d’Annecy-Nord-Ouest.

Elle fait partie de la communauté de communes de Fier et des Usses (CCFU) qui regroupe six autres communes, La Balme-de-Sillingy, Choisy, Lovagny, Mésigny, Nonglard et Sallenôves[8]. Initialement, les six communes rurales du canton d’Annecy-Nord-Ouest forme en 1992 un EPCI autour du territoire du Fier et des Usses, qui évolue en 2002 en communauté de communes, que la commune de Sallenôves rejoint[9].

Sillingy relève de l'arrondissement d'Annecy et de la première circonscription de la Haute-Savoie, dont le député est Bernard Accoyer (UMP) depuis les élections de 2012[10].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 avril 2014 Olivier Tocqueville DVD ...
avril 2014 en cours Yvan Sonnerat Apolitique Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sillingy a développé des associations de jumelage avec[11] :

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Sillingiens[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 5 037 habitants, en augmentation de 22,64 % par rapport à 2009 (Haute-Savoie : 7,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
661 626 814 945 1 133 1 234 1 275 1 312 1 376
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 404 1 334 1 274 1 357 1 288 1 190 1 155 1 081 1 010
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
867 897 835 856 922 943 980 1 082 1 343
1982 1990 1999 2008 2013 2014 - - -
1 652 2 116 2 881 3 590 4 819 5 037 - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle publique ;
  • École élémentaire publique ;
  • Collège public La Mandallaz.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Badminton : Badminton Club de la Mandallaz.
  • Ball-Trap Club à La Combe de Sillingy.
  • Football : Association sportive de Sillingy.

Le nom officiel du club de foot de Sillingy est l'A.S Sillingy (ou A.S.S). L'équipe amateur évolue actuellement en Promotion excellence (B).

Médias[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sillingy vue de Champaille F-74330.
La Mandallaz et la Tournette vues de la Balme de Sillingy. En arrière-plan, le hameau du Geneva, appartenant à Sillingy F-74330.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

  • Boîte de nuit « Chez Amédée » à Bromines.

Commerce[modifier | modifier le code]

Une partie de la commune de Sillingy s'étend vers la vaste zone commerciale d'Épagny et constitue la Zac de Bromines sur laquelle se sont implantés de nombreuses enseignes commerciales (BUT, Bricorama...). Beaucoup de personnes vont travailler dans la ZAC d'Épagny-Bromines et sur le bassin annécien.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments Laïques[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

Église de Sillingy.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Sillingy bénéficie du label « ville fleurie » avec « 1 fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[18].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Sillingy est la commune d'origine du poète et chansonnier savoyard Just Songeon, né à la Combe de Sillingy.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune ne porte aucune arme officielle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Baud, Jean-Yves Mariotte, Jean-Bernard Challamel, Alain Guerrier, Histoire des communes savoyardes. Le Genevois et Lac d'Annecy (Tome III), Roanne, Éditions Horvath, , 422 p. (ISBN 2-7171-0200-0), p. 21-25, « Les cantons d'Annecy - Annecy-le-Vieux - Seynod », p.201-203 « Sillingy »..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les Burgondes, Oddet Perrin, éditions de la Baconnière, Neuchâtel
  2. Article sur l'origine du nom de la commune, sur le site de la mairie.
  3. Lexique Français - Francoprovençal du nom des communes de Savoie - Lé Kmoune in Savoué, Bruxelles, Parlement européen, , 43 p. (ISBN 978-2-7466-3902-7, lire en ligne), p. 13
    Préface de Louis Terreaux, membre de l'Académie de Savoie, publié au Parlement européen à l'initiative de la députée Malika Benarab-Attou.
  4. « Sillingy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté le 16 mars 2015), Ressources - Les communes.
  5. Laffin C., Amandry Michel, Rémy Bernard, Estiot Sylviane, Hollard Dominique. « Antoniniani rares ou inédits du trésor d'Avressieux (Savoie) », Revue archéologique de Narbonnaise, tome 25, 1992. pp. 455-458, p. 455, note 3 (lire en ligne).
  6. Enregistrement du tremblement de terre du 14/07/1996 à Épagny, sur le site du réseau SISMALP.
  7. « Décret no 2014-185 du 18 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Haute-Savoie », Légifrance, (consulté le 16 mars 2015).
  8. « Présentation », sur le site de la Communauté de communes de Fier et des Usses (consulté le 16 mars 2015).
  9. « Historique », sur le site de la Communauté de communes de Fier et des Usses (consulté le 16 mars 2015).
  10. « Résultats des élections législatives de 2012 : Haute-Savoie (74) - Première circonscription (résultats officiels) », sur le site du ministère de l'Intérieur (consulté le 16 mars 2015).
  11. « Jumelages », sur le site internet de la ville de Sillingy (consulté le 28 octobre 2013).
  12. « Sillingy », sur le site de mutualisation des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - sabaudia.org (consulté en juillet 2014), Ressources - Les communes.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. Armand Tchouhadjian, Saint Blaise Evêque de Sébaste. Saint du IVe siècle universel et populaire, Éditions L'Harmattan, , 438 p. (ISBN 978-2-29638-330-2), p. 231.
  18. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).