Palais omnisports de Paris-Bercy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Paris-Bercy)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
AccorHotels Arena
Accor hotels arena logo.jpg
Palais Omnisports de Paris-Bercy 2009.jpg
Entrée principale en 2009.
Généralités
Noms précédents
Palais omnisports de Paris-Bercy (POPB) (1984-2014)
Bercy Arena (2015)
Surnom(s)
Paris-Bercy,
Bercy
Adresse
Construction et ouverture
Construction
-1984
Ouverture
Architecte
ANPAR – Michel Andrault, Pierre Parat et Aydin Guvan (construction)
DVVD Architectes Ingénieurs Designers (rénovation)
Rénovation
2014-2015
Utilisation
Propriétaire
Administration
Société d'économie mixte Palais omnisports de Paris-Bercy
Équipement
Surface
55 000 m2
Capacité
Capacité maximale : 20 300
Lower Ball : 6 616 à 8 000
Concert : 18 800
Concert 360° : 19 095
Athlétisme : 10 910
Sports de balle : 15 603
Boxe : 16 394
Hockey sur glace : 15 000
Affluence record
20 300 (concerts de Muse les 26, 27, , , 3 et  ; soit 121 800 au total) Recordman : Johnny Hallyday avec 93 représentations
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 12e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 12e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L’AccorHotels Arena[a], anciennement appelée « palais omnisports de Paris-Bercy » (en abrégé POPB)[b], souvent désignée par ellipse Bercy est une salle polyvalente et modulable située boulevard de Bercy, dans le quartier de Bercy, dans le 12e arrondissement de Paris. Elle a fait l'objet d'importants travaux de rénovation en 2014 et 2015. Elle est depuis son inauguration en 1984 le théâtre de nombreuses manifestations sportives, certaines régulières (comme le Masters de Paris-Bercy en tennis et le Grand Chelem de Paris en judo), de concerts des plus grands artistes nationaux et internationaux, et prévoit d’accueillir les compétitions de basket-ball et de judo des Jeux olympiques d'été de 2024.

Encadrée par le ministère de l'Économie et des Finances au nord-ouest et par le parc de Bercy au sud-est, elle se trouve sur la rive droite de la Seine, à la hauteur du pont de Bercy ; elle fait face à la bibliothèque François-Mitterrand située rive gauche.

Le site est desservi par la station de métro Bercy des lignes 6 et 14, et par la gare de Lyon qui se trouve à environ 500 mètres à pied ou à une station sur la ligne 14.

Présentation[modifier | modifier le code]

Vaste de 55 000 m2, le palais omnisports de Paris-Bercy peut accueillir de 3 500 à 16 394 places assises, 18 476 spectateurs assis/debout et jusqu'à 20 300 assis/debout en version 360° avec la scène au centre de la salle. Dans un espace modulable adapté à presque tous les sports, y compris nautiques, comme à tous les types de spectacles, l'AccorHotels Arena comprend également une patinoire, la patinoire Sonja-Henie.

La salle principale fait aussi office de salle de concert, accueillant des chanteurs et des musiciens de tous les styles ; de nombreux artistes en font une date de tournée dans la capitale française. Pour la configuration « concert », la salle peut être adaptée avec une scène en bout de salle ou une scène dite « américaine », c'est-à-dire centrale, le nombre de places variant alors avec l'ouverture de la fosse centrale.

La salle de l'AccorHotels Arena lors du concert de Metallica le .

Architecture[modifier | modifier le code]

L'extérieur du POPB est de forme pyramidale et a la particularité d'avoir ses parois recouvertes de pelouse en pente.

La salle principale offre une visibilité parfaite en tous points car il n'y a aucun poteau porteur dans les gradins. Ce sont quatre fûts porteurs, en retrait des gradins, qui supportent une charpente métallique à géométrie irrégulière, imaginée par Jean Prouvé, située à 24 mètres de l'aire de jeu. Cette charpente métallique de 6 400 m2 offre trois particularités techniques importantes : un réseau de monorails sur lequel circulent quatre convoyeurs à pont roulant de cinq tonnes chacun permettant toutes les manipulations et les transformations de la salle dans les délais les plus courts. [réf. souhaitée]

Grâce à ce dispositif original, imaginé et réalisé pour la première fois au monde, ce palais permet une série d'applications techniques sans limite [Information douteuse] [?] pour la sonorisation, les éclairages et les effets spéciaux, tant pour le sport que pour les spectacles[1].

Paris-Bercy lors des tournois de tennis.

Historique[modifier | modifier le code]

Palais omnisports. vue extérieure depuis les quais de Seine

Dans les années 1970, la ville de Paris projeta de construire le quartier de Paris-Bercy. Le palais omnisports faisait partie de l'important projet d'aménagement urbain de ce secteur de Paris, qui devait bénéficier par ailleurs d'un accès excellent (proximité de la gare de Lyon, du RER, du métro, de la voie express rive droite et du boulevard périphérique).

En , la ville de Paris lança une consultation auprès de seize équipes d'architectes pour la réalisation du palais des sports de la ville de Paris, dans le futur parc de Bercy.

Ancien logotype du POPB.

Le , les candidats remirent leurs projets, et le la ville désigna l'équipe « Andrault-Parat, Prouvé, Guvan » lauréate du concours, et lui en confia l'exécution. Le projet est alors présenté par Le Parisien comme « le futur Vél’ d’Hiv’ de Paris »[2]. Le travail d'étude commença à la fin du mois d', le chantier pour les fondations s'ouvrit en , et la construction débuta le pour se terminer deux ans et demi plus tard, en [1].

Il fut inauguré le par Jacques Chirac alors maire de Paris.

Logotype du POPB en 2005.

Cet équipement fut l'un des premiers pour le développement de l'est parisien (bien avant la bibliothèque François-Mitterrand, le parc de Bercy, et le ministère des Finances). Il marque l'entrée nord-ouest du parc de Bercy.

Des travaux de rénovation sont entamés en pour une durée prévisionnelle de dix-huit mois entrecoupée par une réouverture provisoire pour la tenue du tournoi de tennis de Paris-Bercy et d'une série de concerts. La fin des travaux a lieu en . Du au , l'extérieur est totalement réaménagé. Les travaux reprennent ensuite du à , où l'intérieur est agrandi. La salle de concert passe de 17 000 à 20 300 places[3].

En , le groupe Accor, qui a sponsorisé les travaux, obtient de la mairie de Paris de remplacer le nom du POPB par « AccorHotels Arena », dans le cadre d'un contrat de parrainage d'une durée de dix ans, plus une option de cinq ans renouvelable une fois[4] pour un montant annuel de 4,15 millions d'euros dont un million ira dans les caisses de la ville de Paris et le reste dans celles de la société exploitant le palais omnisports[5]. Pour faire connaître ce nom, le groupe hôtelier lance une campagne d'affichage dans le métro parisien, laquelle, avec des mentions telles que « Le seul lieu où on peut peloter des stars sans se soucier des conséquences », est jugée sexiste par certains internautes et par Christophe Najdovski[6]. Une campagne de pétition dénonce l'utilisation d'un « lexique de l’agression sexuelle et de la soumission forcée » et dénonce une violence banalisée et le renforcement d'un climat de misogynie[7]. Devant la polémique, les affiches sont retirées du métro parisien à la demande de la mairie de Paris[7],[8].

Controverse[modifier | modifier le code]

Le changement de nom du « palais omnisports de Bercy » en « AccorHotels Arena » est très critiqué par certains groupes de conservation des services publics en arguant que ce type de pratiques est symptomatique de la marchandisation du patrimoine sportif et culturel[9].

Événements[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le palais omnisports de Paris-Bercy est inauguré le par une épreuve cycliste « mythique » : les Six Jours de Paris. Le football est la deuxième discipline sportive à profiter de la salle avec l'organisation les et de la première édition du tournoi intérieur de football du Paris Saint-Germain. Au mois de , toute une génération d’adolescents vibre pour une nouvelle discipline du sport cycliste qui fait son entrée dans l’enceinte du POPB. Il s’agit du « bicross », sport créé aux États-Unis dans les années 1970, aujourd'hui connu sous le sigle « BMX », pour bicycle moto-cross[c]. Les stars américaines de la discipline sont présentes ainsi que les meilleurs français. Le Bicross Indoor International de Paris-Bercy, organisé par les éditions Larivière, connaît un succès sans précédent jusqu’à sa dernière édition en . Il faut ensuite attendre le mois d’ pour revoir une épreuve de BMX dans l’enceinte de Bercy, avec les Championnats du Monde UCI.

Le palais omnisports est le siège de manifestations sportives régulières ou exceptionnelles dans de nombreuses disciplines différentes dont certaines inhabituelles dans un contexte « indoor » (« salle couverte »). On peut retenir entre autres :

Jeux olympiques et paralympiques de 2024[modifier | modifier le code]

Pendant les Jeux olympiques de Paris, la salle accueillera les épreuves de judo et une partie du tournoi de basket-ball. Pendant les Jeux paralympiques, elle accueillera le tournoi de basket en fauteuil. Durant cette période la salle portera le nom de Paris Arena.

Concerts[modifier | modifier le code]

Le premier concert à Bercy fut donné par le groupe de heavy metal allemand Scorpions avec Mama's Boys en première partie le . Julien Clerc fut le premier chanteur français à investir la scène du palais omnisports, l'année suivante. Jeanne Mas fut la première chanteuse française à s'y produire en pour quatre soirs.

Des émissions spéciales de La Fureur, présentées par Arthur en direct sur TF1 y ont été tournées dans les années 1990 et, le , Alessandra Sublet fête les « 30 ans de Bercy » en direct sur TF1.

One-Man-Show[modifier | modifier le code]

CD et DVD enregistrés à Bercy[modifier | modifier le code]

Records[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Dire Straits, lors de sa dernière tournée mondiale On Every Street Tour, joua dix soirs à Bercy (trois en et sept consécutifs en ).

On peut notamment citer le groupe The Cure (le ) qui a interprété 42 chansons pendant plus de h 30 min de concert.

Jacques Higelin demeure l'artiste qui a affiché le plus longtemps à Bercy : du au , soit un mois.

Michel Sardou, entre 1989 et 2012, chante à Bercy 91 fois. Pour sa première série de concerts en 1989, il y créa un tableau final avec Robert Hossein de plus de douze minutes avec la chanson Un jour la liberté commémorant le bicentenaire de la Révolution. En 1998, il fait installer pour la première fois une scène centrale.

Le record masculin est détenu par Johnny Hallyday, de 1987 à 2016, il chanta 93 fois[10]. Auquel s'ajoutent les huit concerts donnés du 5 au et du 24 au avec Les Vieilles Canailles (Eddy Mitchell et Jacques Dutronc).

Le record féminin est détenu par Dorothée, qui entre 1990 et 1996 y chanta 56 fois, dont douze fois en 1990 (du 6 au ), douze fois en 1992 (du au ), six fois en 1993 (du 2 au ), dix fois en 1994 (du 15 au ) et seize fois en 1996 (du 4 au ). Elle s'y est à nouveau produite le pour une représentation unique. Et en , elle y chante son titre Tremblement de Terre Remix 2015, invitée pour une soirée spéciale présenté par Alexandra Sublet : les Trente Ans de Bercy. Elle totalise donc 58 représentations à ce jour.

Jeanne Mas est la première artiste française féminine à y présenter un spectacle, c'était à l’automne 1989 avec quatre concerts.

Mylène Farmer a donné ses premiers concerts a Bercy un peu plus tard, les 7 et . En 2006, elle s'y produit du au , treize fois consécutives (le record est détenu par Dorothée en 1996 avec seize représentations). Le spectacle de Farmer étant intransportable du fait du gigantisme de la mise en scène, cela vaut à Bercy d'être le seul lieu où elle se produit. Avant que l'ombre… À Bercy.
En 2013, elle se produit dix fois à Bercy entre le 7 et le .
Elle totalise donc à ce jour 33 représentations à Bercy.

NTM fut le premier groupe de rap à remplir une salle de 17 000 places en France, à l'occasion de cinq concerts les 18, 19, 20, 22 et .

Lady Gaga s'y est produite les 21 et ainsi que les 20 et . Elle détient le record des ventes pour ses concerts à Bercy, ayant rempli la salle en moins de 60 secondes.

Shakira remplit Bercy en 30 minutes.

Koffi Olomidé fut, le , le premier chanteur africain à s'y produire et à la remplir, ouvrant ainsi le chemin aux Alpha Blondy, Papa Wemba ou encore Youssou Ndour.

Werrason fut le deuxième chanteur africain à s'y produire et à la remplir avec 17 000 spectateurs le [réf. nécessaire].

Kassav est le premier groupe français à jouer deux soirs de suite à Bercy : 32 000 personnes viennent assister aux deux concerts.

Indochine est le groupe français qui a le plus joué à Bercy (en 2003, 2004, 2007, 2010, deux fois en 2006 et cinq fois en 2018 en remplissant toujours la salle).

Le groupe britannique Muse a rempli six fois l'Arena en 2016 dans la nouvelle configuration de la salle contenant 20 000 personnes soit 120 000 spectateurs en tout.

Autres événements[modifier | modifier le code]

D'autres types de spectacles et de manifestations culturelles sont également organisés à Paris-Bercy : opéras, danse, spectacles sur glace, spectacles équestres, festivals d'arts martiaux, La Nuit du zapping, meetings politiques, conférencesetc.

Médias[modifier | modifier le code]

En , l'AccorHotels Arena a décidé de communiquer sur son changement de nom (anciennement Paris Bercy) en collaboration avec son agence publicitaire l'agence W.

Parmi les affiches se trouvaient des messages qui ont suscité l'incompréhension et créé un bouche-à-oreille négatif[11]. Les affiches ont alors été remplacées par d'autres dans les jours qui ont suivi, au ton plus neutre.

Projet Arena II[modifier | modifier le code]

Article principal : Paris Arena II.

Dans le cadre du projet parisien des Jeux olympiques d'été de 2024, il est prévu de construire une Arena II d'une capacité de 7 000 à 8 000 places à côté de la salle actuelle pour accueillir la lutte et une partie de la compétition de basket-ball[12]. En , la mairie de Paris annonce que ce projet, contesté à cause de la réduction prévue des espaces verts, sera finalement construit porte de la Chapelle[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom hérité d'un accord de parrainage jusqu'en 2025 de la salle avec le groupe AccorHotels.
  2. Nom qui est aussi celui de la société d'économie mixte qui gère le lieu.
  3. La lettre « X », image d’une croix de saint André, remplace le « C » initial de « cross », mot anglais pour « croix ».
  4. Elle détient le record féminin.
  5. Il détient le record masculin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Palais omnisports de Paris Bercy : présentation », sur evene.fr.
  2. « Dans le rétro. Février 1984 : la naissance de Paris Bercy », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  3. « L’AccorHotels Arena inauguré ce mercredi », sur lesechos.fr, .
  4. « Paris : le palais omnisports de Bercy sera rebaptisé Accorhotels Arena », sur leparisien.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  5. Alain Mattei, « AccorHotels va payer 4,15 millions d'euros par an pour le naming de Bercy », sur eurosport.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  6. « Photos. Cette publicité de AccorHotels Arena à Paris est accusée de sexisme », sur huffingtonpost.fr, (consulté le 4 septembre 2017).
  7. a et b « Les publicités "sexistes" de Paris-Bercy retirées du métro », sur metronews.fr, .
  8. « Accor Hotels Arena : La campagne sexiste pour le nouveau Bercy va être retirée », sur ozap.com, .
  9. « Le POPB renommé AccorHotels Arena : stop au naming, c’est une menace pour notre mémoire », sur nouvelobs.com.
  10. « Détail des tournées », sur hallyday.com.
  11. « Le flop de la semaine : la campagne de l'Accor Hotels Arena », sur strategies.fr (consulté le 14 septembre 2017).
  12. « JO 2024 : une nouvelle arena à Paris-Bercy, avec ou sans les Jeux », sur sportsetsocietes.org, .
  13. « JO 2024 : l’Arena 2 sera construite porte de la Chapelle et non à Bercy », sur lemonde.fr, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]