Werrason

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Werrason
Description de cette image, également commentée ci-après

Werrason, en 2014.

Informations générales
Surnom Roi de la forêt, Phénomène, Igwe, Ambassadeur de la paix[1]
Nom de naissance Noël Ngiama Makanda
Naissance (51 ans)
Drapeau : République démocratique du Congo Kikwit, RDC
Activité principale Chanteur, auteur-compositeur, producteur
Genre musical Ndombolo, rumba congolaise, soukouss love, world music
Instruments batterie, guitare
Années actives Depuis 1976
Labels Next Music (1988-1991), WIBE (1993), Sonodisc (1994), Stern's Music (1992,1996), Simon Music SIPE (1996-1997), Ndiaye Production (1998-2000), JPS Production (1999-2002), Sonima Music (2004-2005), Diego Music (2006, 2009-2012), Duo d'Enfer (2008), Limba Kamo (2013), Classic Jaune (2013), Mpova Music (2014), Werrason World (depuis 2014)
Influences King Kester Emeneya, Tabu Ley Rochereau, Michael Jackson
Site officiel www.werrason-ngiama.com

Noêl Ngiama Makanda, plus connu sous le nom de scène Werrason, est un chanteur, auteur-compositeur, producteur congolais né le à Kikwit, en République démocratique du Congo (RDC). Il est dirigeant du groupe Wenge Musica Maison Mère.

Il est un des artistes les plus populaires en RDC et sur le continent africain depuis plusieurs années[2],[3],[4].

Principalement connu pour être une des figures emblématiques du groupe Wenge Musica, qui a donné le nom de Ndombolo à la musique congolaise, et qui a fait danser l'Afrique et sa diaspora durant les années 1990, avec JB Mpiana. Ses compositions Mulolo et Kin É Bougé, partagées avec Mpiana, et surtout Kala-Yi-Boeing feront partie des chansons les plus connus de l'orchestre. Wenge finira par se disloquer le dû aux rancœurs nées entre Werra et JB Mpiana[3]. Le groupe éclate en deux, d'un côté : Wenge Musica Maison Mère avec Werrason, Didier Masela, Adolphe Dominguez, Christian Mabanga, Ali Mbonda et Ferré Gola et de l'autre : Wenge BCBG avec JB Mpiana, Alain Makaba et Blaise Bula et la totalité des autres[3].

Avec son groupe Wenge Musica Maison Mère, il se produit au Palais des Sports de Paris (1999), Bercy en septembre 2000 devant 17 000 spectateurs, il devient le deuxième artiste africain à jouer et remplir Bercy après Koffi Olomidé qui y a joué en février 2000[5]. Ils se produiront deux jours d'affilée, le et au Zénith de Paris[6], et de nouveau le [7] et le [8].

À son actif, Werrason a réalisé plusieurs albums dont sept avec Wenge Musica, plus de 10 avec Wenge Musica Maison Mère et deux en solo, il a obtenu un disque d'or avec l'album Solola Bien pour 100 000 exemplaires écoulés, qui leur est remis en 2002 lors du concert au Zénith de Paris, et il détient aussi 6 Koras : meilleur album de l'année 2000, deux fois meilleur artiste africain masculin (2001, 2004), deux fois meilleur artiste d'Afrique centrale (2004, 2005).

À l'occasion de la présentation officielle de Flèche Ingeta, Werrason se produit trois jours successifs du au avril 2015 au Grand hôtel de Kinshasa avec un invité différent chaque jour, le 17 JB Mpiana, le 18 Papa Wemba, le 19 Roga-Roga. Pour la première fois depuis la séparation de Wenge Musica, JB Mpiana et Werrason se retrouvent sur le même podium interprétant Omba de JB et quelques-uns de leurs anciens succès[9].

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et enfance (1965–1978)[modifier | modifier le code]

Noel Ngiama Makanda, né le 25 décembre 1965, à Moliambo, un petit village de la province de Bandundu en RDC, de Theo Musoko et de Albertine Mukala[10]. Il est le 2e d'une famille de 4 enfants. Il est le petit frère de l'artiste religieux Frère Patrice Ngoy Musoko. Noel grandira alternativement à Kinshasa dans la commune de Bandalungwa où il y retourne à chaque vacances scolaires.

Son père ainsi que ses grandes sœurs étaient eux aussi des chanteurs mais pas professionnellement. Le nom Ngiama lui a été donné par une de ses tantes. L'enfant souffrait de bégaiement ainsi que de dyslexie, il était très timide. Il l'est toujours aujourd'hui mais plus en privé. En dehors de tout ca, Noel est quelqu'un d'assez ouvert et a un grand sens de l'humour.

Les talents de danseur de Noël commence à se montrer lors des fêtes de famille. C'est à partir de 12 ans, qu'il chante dans la chorale de l’Église protestante de CBZO. Il perd son père durant sa jeunesse et part vivre définitivement chez son oncle Kifaya Kasia. Avec son ami, Aimé Buanga il apprend la boxe. À cette époque, il gagne un concours d'arts martiaux et acquiert le surnom de "Tarzan, le Roi de la Forêt" qui se transformera plus tard en "Roi de la Forêt" ce qui restera son surnom le plus connu[11].

Co-fondateur de Wenge Musica (1977-1997)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Wenge Musica.

Début et premier succès (1977-1990)[modifier | modifier le code]

En 1977, Noël Ngiama joue de la batterie avec ses amis : Aimé Bwanga, Didier Masela, Alain Makaba et Dédé Masola. Makaba est à la guitare, Masela à la basse, Bwanga et Masola sont au chant. Ces cinq jeunes ont tous moins de 16 ans et pratiquent la musique pendant les vacances à Kinshasa. Ils fondent sur idée de Didier Masela, l'orchestre Celio Stars (dénommé ainsi par Aimé Bwanga), qui sera le futur Wenge Musica, et répète ensemble durant chaque vacances scolaires[12].
C'est en 1981 que le groupe est nommé Wenge Musica par le propriétaire du club de football de la région FC Wenge qui leur propose de prendre le nom Wenge[13]. Musica sera choisi par admiration pour le groupe de l'époque Viva La Musica. La même année, le groupe s'élargit avec l'arrivée de JB Mpiana, Alain Mwanga ainsi de suite... À cette époque, la musique n'est qu'une passion et un passe-temps pour ces jeunes, l'école étant une priorité. Toutefois, chacun d'eux chante au sein de leurs groupes scolaires respectifs, Noël participe même à d'autres groupes scolaires comme Flash Musica.

Sa famille est contre son choix de faire de la musique, ils souhaitent qu'il ait un emploi plus "respectable" mais c'est quand Wenge se met à jouer en lever de rideau des grands orchestres du moment comme Choc Stars, Noel Ngiama devient Werrason[12].

En 1987, Wenge Musica enregistre son premier album, ils décident d'établir une hiérarchie pour lui donner un aspect professionnel. Didier Masela obtient le statue de fondateur, JB Mpiana deveint président, Alain Makaba devient directeur artistique, Werrason devient directeur financier, responsable de la discipline au sein du groupe, ainsi que recruteur de jeunes talents pour renforcer la qualité du groupe[13]. L'année suivante, ils signent leur 1er opus Bouger Bouger d'où Werrason compose et interprète "Nicky D", dédiée à sa petite amie de l'époque Nicole Douga, et compose avec JB Mpiana la chanson "Mulolo".

L'apogée (1991-1996)[modifier | modifier le code]

Trois ans plus tard, en 1991, le groupe publie Kin E Bougé, enregistré à Bruxelles, bénéficiant d'une qualité de son largement supérieure à l'album précédent. L'album comporte 5 titres Ngoma Maguy de Roberto Wunda, Kin E Bougé de JB Mpiana, Princesse Pathy d'Alain Makaba, Kaskin de Werrason et pour finir Eve Sukali de Blaise Bula.

En 1992, ils enregistrent l'album Pleins Feux qui paraîtra qu'en 1996. Composé de huit titres, Werrason en signe deux : Djino et Jugement par défaut.

En 1993, le groupe enregistre et publie un des plus grands succès de l'histoire du groupe qui est Kala-Yi-Boeing composé de sept titres. Werrason signe le titre éponyme. Cet album là aide Wenge Musica à s'établir comme étant désormais le plus grands groupes de sa génération et Werrason comme l'un des membres les plus populaires du groupe. L'album obtient non seulement un énorme succès dans toute l'Afrique mais aussi aux Antilles et dans les Caraïbes. La même année Wenge Musica se produise avec Kassav mais aussi avec Zaïko Langa Langa lors d'un différent concert à La Madeleine de Bruxelles.

Au cours de l'année 1994, Wenge Musica sort Les Anges Adorables Vol.1 et Vol.2. Werrason signe et interprète deux titres : Surprise Kapangala et Sourire des vendeurs.

Wenge Musica effectue plusieurs tournées. Mais à partir de 1995, les têtes d'affiches c'est-à-dire Alain Makaba, JB Mpiana ainsi que Werrason ont chacun de fortes ambitions. Alain Makaba souhaite enregistrer un album solo Pile ou face qui sortira finalement la même année. JB Mpiana souhaite aussi sortir un album solo. Werrason souhaite créer un mini groupe dans le groupe avec le chanteur Ferré Gola, les guitaristes Ficarré, Zamuangana et Christian Mabanga, le batteur Seguin et l'animateur Ekokota[12].

En 1996 sort l'album du groupe Pentagone sur lequel Werrason obtient une seconde fois deux titres : Coco Madimba et Héritier Itélé. Il faut considérer que cet album est le dernier de Wenge Musica car le suivant Feux de l'amour est crédité au nom de JB Mpiana.

Dislocation de l'orchestre (1997)[modifier | modifier le code]

Werrason et JB Mpiana sont influencés par des personnes extérieures au groupe sur leurs projets personnelles ce qui alimente beaucoup de malentendu entre eux. JB Mpiana débute l'enregistrement de son premier album solo Feux de l'amour sur lequel Werrason ne participe pratiquement pas.
L'album sort en 1997. Les concerts s'enchaînent. Pendant que Werrason, Adoplhe Dominguez et Didier Masela sont présents à certain concert, JB et une partie de l'ossature sont absents et vice versa. Le point de non-retour est atteint lorsque Werrason entend, lors des réunions pour éviter la séparation du groupe, qu'Alain Makaba paie les musiciens sans le consulter lui-même qui est le directeur financier du groupe.

Le lors du concert de présentation de l'album Feux de l'amour de JB au Grand hôtel de Kinshasa, le groupe se brouille sur scène, Werrason s'adresse à Blaise Bula et il parait que ces deux derniers se seraient échangés des coups de poings en coulisse. Cette confrontation se déroule sous les yeux du public ainsi que de Papa Wemba[12].
L'orchestre se sépare en deux entités. D'une part nous avons : JB Mpiana qui s'en va créer Wenge BCBG avec plus de 80 % de l'orchestre original composé d'Alain Makaba, Blaise Bula, Alain Mpela, Aimélia, Ficarré, Kusangila, Titina, Fils Zamuangana, Théo Bidens, Burkina Mboka Liya, Ekokota et Tutu Caludji. D'une autre part nous avons Werrason, Adolphe Dominguez et Didier Masela.

Wenge Musica Maison Mère (depuis 1997)[modifier | modifier le code]

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Après cette séparation, Werrason est moralement et physiquement très abattu. Il a pour idée d'abandonner la musique et d'aller s'installer soit au Canada soit à Londres avec sa famille. Par la suite, Werrason reconnaît avoir perdu cinq kilos durant cette difficile période qui a suivi la séparation du groupe. Mais les jeunes enfants de la rue ainsi que Didier Masela et Adolphe Dominguez le persuade à reprendre la musique. À ce moment présent, le groupe se nomme toujours Wenge Musica BCBG 4x4 vu que le principal fondateur Didier Masela et Werrason lui-même co-fondateur de l'orchestre sont encore présents. Werrason, Didier Masela et Adolphe Dominguez décide de créer Wenge Musica Maison Mère. Werrason est soutenu par Koffi Olomidé, King Kester Emeneya ainsi que Marie-Paul Kambulu.

Werrason, Masela et Dominguez procèdent au recrutement de nouveaux musiciens comme l'animateur Bill Clinton Kalonji, les chanteurs : Ferré Gola, Baby Ndombe, J.D.T. Mulopwe, Aimelia, Adjani Sésélé, les animateurs : Celeo Scram, Bill Clinton Kalonji, les guitaristes : Flamme Kapaya, Japonais Maladi, Burkina Faso, Mimiche Bass, le batteur : Papy Kakol (batterie) et pour finir le percussionniste Ali Mbonda.

En décembre 1998, Wenge Musica Maison Mère sort l'album Force d'intervention rapide composé de dix titres. Werrason signe deux titres : Chantal Switzerland, le remix de Kalayi Boeing et Freddy Movadi.

Le , Werrason et Wenge MMM se produisent à Villejuif. Quelques heures avant le concert Werrason arrive à la Gare du Nord à Paris. Avec son staff, ils conduisent jusqu'au quartier de Château Rouge toujours dans Paris pour aller rendre visite au producteur Joël Mbetenge. Il y avait tellement de monde que les routes étaient bloquées à cause des embouteillages de fan qui suivaient Werrason[14]. Le même jour se produit JB Mpiana et Wenge BCBG au Zénith de Paris.

Le , Werrason et Wenge MMM effectuent un concert au Palais des sports de Paris.(VHS sorti en fin-novembre 1999)

Tout en préparant son premier album solo, Werrason et Wenge MMM sortent en décembre 1999, l’album Solola Bien qui remporte un succès immédiat et est certifié disque d'or en France au cours de l'année 2000[15]. Werrason signe le générique éponyme et les chansons : Koffi Ayina, Augustine et Rendez-vous manqué.

Les années 2000[modifier | modifier le code]

Le , Werrason devient le deuxième artiste africain à se produire et remplir Bercy (le premier étant Koffi Olomidé qui s'y est produit en février de la même année) devant 17 000 spectateurs. Ce jour là, Aimelia Lias, un chanteur de l'orchestre rival Wenge BCBG, intègre Wenge Musica Maison Mère devant les 17 000 spectateurs de Bercy en effectuant quelques vocals.

En décembre 2000 aux Kora Awards, Wenge MMM est nominé dans la catégorie "Meilleur groupe africain", la chanson "Augustine" est classée parmi les cinq meilleures chansons africaines qui ont fait danser l'Afrique depuis 1960 par le magazine Jeune Afrique[16]. Cet album confirme Wenge Maison Mere comme l'un des plus grands groupes d'Afrique, son album est réussi et le groupe a des concerts réussis en RDC et dans toute l'Afrique mais peu de temps après, Werrason a quelques différences avec le père fondateur Didier Masela qui décide de quitter le groupe.

Le sort le premier album solo de Werrason intitulé Kibuisa Mpimpa produit par la maison de disques JPS Production du camerounais Jean-Pierre Saah. C'est un double album composé de dix-sept titres. Il a été préparé durant cinq ans (depuis 1996) donc à l'époque où Wenge Musica était encore réunit et que chaque tête d'affiche s'était mit d'accord pour sortir chacun à leur tour un album solo[17]. De nombreuses personnalités sont invitées à la réalisation de l'album comme le saxophoniste camerounais Manu Dibango, la chanteuse congolaise de gospel Nathalie Makoma, le batteur Djudjuchet Luvengoka et le bassiste camerounais Guy N'Sangue. Grâce à cet album, Werrason est sacré "meilleur artiste masculin d'Afrique" et "meilleur artiste masculin d'Afrique centrale" aux Kora Awards de 2001, il présentera ses trophées à la presse congolaise le 7 novembre 2001 au Grand hôtel de Kinshasa[18].

En , il se produit deux jours de suite (le 26 et 27) au Zénith de Paris [19].

Le 28 décembre 2002, Werrason et Wenge Musica Maison Mère sortent un deuxième double album A la queue leu-leu. À Kinshasa, il se vend à 15 000 exemplaires en une heure et finira par atteindra le chiffre de 110 000 copies vendues en deux mois[20].

En 2003, Werrason et Wenge Musica Maison Mère sortent le single et générique éponyme promotionnel nommé Tindika Lokito pour la marque de bière Skol.

En 2004, après une tournée au Royaume-Uni, quelques musiciens clés du groupe décident de rester en Europe alors que le groupe rentre à Kinshasa. Il s'agit de Ferré Gola, Bill Clinton Kalonji, J.D.T. Mulopwe, Baby Ndombe, Serge Mabiala et Mimiche Bass. Ferré, Bill, J.D.T., Serge ainsi que Mimiche s'en iront créer l'orchestre Les Marquis de Maison Mère. Werrason qui travaillait sur son deuxième album solo, avait pour projet de le nommer Miracles mais ce sont finalement Les Marquis qui reprendront le nom pour leur premier album ce qui force le Roi de la Forêt à devoir changer de nom.

Après cet épisode, Werrason recrute de nouveaux musciens et sort le , un maxi single de 3 titres appelé Alerte générale. Il bat tous les records en Afrique et en Europe en se produisant deux fois par jour dans sa tournée européenne de janvier à juillet 2005.

L'année 2004 se termine pour Werrason avec deux prix remportés au Kora Awards le  : celui de Meilleur artiste d'Afrique Centrale (partagé avec son compatriote Félix Wazekwa) ainsi que du Meilleur artiste masculin d'Afrique[21].

Le , lors de la 10e édition des Kora Awards, Werrason remporte le prix du "Meilleur artiste d'Afrique centrale" pour la troisième fois en Afrique du Sud.
Le , il sort son deuxième album solo Témoignage, un double album comme le précèdent avec cette fois-ci un total de douze titres dont le titre Na Touché qui connaît la participation de Jacob Desvarieux, membre du groupe antillais Kassav. Témoignage se vend à plus de 150 000 exemplaires le jour même de sa sortie à Kinshasa. L'album est présenté le à la presse congolaise, au Grand Hôtel de Kinshasa comme à son habitude.

En 2006, Werrason chante au Stade des Martyrs à Kinshasa avec l’artiste jamaïcain Shaggy. La même année, Werrason et Wenge Musica Maison Mère sortent un maxi single nommé Sous-Sol et composé de cinq titres dont trois signés par Werrason (Sous-Sol, Siméon, L'enfant mystère). Ce maxi single est une première incursion dans le monde de la « world music ».

L’année 2008 sera marquée par la sortie le 15 mai de son album Temps Présent "Mayi ya Sika". Le 8 novembre 2008, il se produit pour la troisième fois au Zénith de Paris devant plus de 6 000 personnes pendant trois heures de spectacle de haute qualité avec des invités comme Youssoupha et plein d'autres[22].

Finalement le 15 août 2009, l'album Techno Malewa Sans Cesse volume 1 sort avec beaucoup de succès et se vend à plus de 85 000 exemplaires en trois mois. Sur cet album, sept titres sur huit sont crédités au nom de Werrason. Le seul titre n'étant pas crédité par Werrason est Par Amour, œuvre d'Héritier Watanabe.

Les années 2010[modifier | modifier le code]

Le , Werrason et Wenge Musica Maison Mère jouent une fois de plus au Zénith de Paris[23].

Le , Werrason est choisi avec Fally Ipupa ainsi que Jessy Matador pour représenter la RDC à la Nuit Africaine avec d'autres stars africaines au Stade de France, le jour de la fête de la Musique[24]. Avec une tension spécifique entre un groupe de militants opposé au gouvernement de Joseph Kabila, en République démocratique du Congo, autoproclamés les combattants, et les artistes congolais présents dont Werrason[25]. Cette prestation lui vaut un prix au Ndule Awards du "Meilleur Spectacle de l'Année".

En , la suite de Malewa appelé Techno Malewa Suite & Fin sort et contient quatorze titres disposés sur un double album. Werrason signe sept titres : le générique Malewa Suite & Fin Automatique, Likambo, Le Kallman de Soyo, Le Prince de la ville, Malewa Suite & Fin (Radio Edit), Cayenne, Malewa Suite & Fin (Instrumental). Début décembre 2011, l'album se classe deuxième du Hit Parade congolais[26]. Il est de retour à Kinshasa, le lundi 26 décembre[26].

Dans la nuit du dimanche 27 novembre 2011, Werrason en provenance de la province de Bandundu vers Kinshasa, est victime d'un accident de la route avec son garde du corps, son chauffeur et quatre danseuses[27]. Il en ressort avec l'avant bras droit fracturé à trois niveaux et le poignet gauche également fracturé. Il est évacué d'urgence par le Gouvernement congolais vers l'Inde à l'hôpital Medanta de New Delhi où il y restera hospitalisé durant quatre semaines[28].

En mars 2012, Werrason annonce la réalisation d'un album nommé Desert Ingeta[29]. Durant la préparation de cet album, Werrason sort deux maxi-single : Satellite +2 en 2012 et Education en 2013.

En septembre 2014, Werrason est sacré meilleur artiste africain et le morceau Malewa le prix du meilleur son aux NAFCA 2014 aux États-Unis[30].

Desert Ingeta, finalement renommé Flèche Ingeta, sort le à Paris et le à Kinshasa. Pour la première fois, Werrason et Wenge Musica Maison Mère sortent un album de trois CD pour un total de vingt-sept chansons. Quinze chansons sont signés par lui-même, les douze autres sont partagés entre les chanteurs, musciens et administrateurs du groupe. Le 5 janvier 2015, lors de la sortie à Kinshasa, 10 000 exemplaires sont vendus le jour même[31].
La présentation officielle de l'album s'effectue du 17 au 19 avril 2015 au Grand hôtel de Kinshasa avec chaque jour un invité différent choisi par les fans. Le 17 sera son ancien collège JB Mpiana, le 18 sera Papa Wemba, le 19 devait être Fally Ipupa mais étant en déplacement à Washington D.C. pour la Banque mondiale, ce sera finalement Roga-Roga[32].

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • 1987 : Avec le groupe Wenge Musica, révélation de l'année
  • 1990 : Avec le groupe Wenge Musica, meilleur groupe du Zaïre
  • 1993 : Kala-Yi-Boeing, meilleure chanson de l'année
  • 1996 : Avec le groupe Wenge Musica, meilleur groupe du Zaïre
  • 1998 : Chantal Switzerland, meilleure chanson de l'année
  • 1999 : Meilleur vedette de l'année Association de Chroniqueur de Musique du Congo(ACMCO) jusqu'à 2009
  • 2000 : Nominé meilleur album de l'année Solola Bien au Kora Awards
  • 2001 : Deux Kora Awards meilleur artiste masculin de l'année et meilleur album
  • 2002 : Meilleur Artiste d'Afrique Centrale au Kunde au Burkina Faso
  • 2003 : Meilleur Artiste d'Afrique Centrale au FESPAM au Congo-Brazzaville
  • 2004 : Deux Koras Awards ("meilleur artiste masculin de l'année" et "meilleur artiste d'Afrique centrale")
  • 2005 : Un Kora Awards ("meilleur artiste d'Afrique centrale")
  • 2009 : "Meilleur star de l'année" aux Ndule Awards
  • 2010 : Ndule Awards étant la star de l'année, "Meilleur générique" (Techno Malewa)
  • 2014 : "Meilleur artiste africain de l'année" et "Meilleur son de l'année" aux NAFCA à Los Angeles
  • 2015 : Nominé aux afroca music awards meilleur artiste africain
  • 2015 : Bilily Awards : "Meilleur clip générique" (Kata Fumbwa)
  • 2015 : Médailles d'argent et de bronze dans l'ordre des léopards (prix spécial de la culture de l'état congolais)

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Wenge Musica[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Bouger Bouger
  • 1991 : Kin E Bougé
  • 1993 : Kala-Yi-Boeing
  • 1993 : Le monde est méchant (Single)
  • 1994 : Les Anges Adorables Vol.1 et Vol.2
  • 1995 : Pile ou Face (premier album solo d'Alain Makaba)
  • 1996 : Pleins Feux (réédition de chansons enregistrés en 1992)
  • 1996 : Pentagone
  • 1997 : Feux de L'Amour (premier album solo de JB Mpiana)

En solo et avec Wenge Musica Maison Mère[modifier | modifier le code]

  • 1998 : Force d'intervention rapide
  • 1999 : Fini la Récréation (avec Ladins Montana)
  • 1999 : Solola Bien
  • 2000 : Terrain Eza Miné
  • 2001 : Kibuisa Mpimpa (premier album solo de Werrason)
  • 2002 : À la queue leu leu
  • 2004 : Tindika Lokito
  • 2004 : Alerte Générale
  • 2005 : Témoignage (deuxième album solo de Werrason)
  • 2006 : Sous-Sol
  • 2008 : Temps Présent, Mayi ya Sika
  • 2009 : Techno Malewa Sans Cesse
  • 2011 : Diata Bawu
  • 2011 : Techno Malewa Sans Cesse suite & fin
  • 2012 : Satellite +2
  • 2013 : Éducation
  • 2014[33] : Petite Ya Quartier (Single)
  • 2014 : Flèche Ingeta
  • 2015 : Sans Poteau (réédition des chansons enregistrées en 2007)
  • 2016 : Bonne Année La Zamba Playa (single)
  • 2017 : 7 jours de la Semaine (troisième album solo de Werrason)

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Congo-Kinshasa: L'ambassadeur de la paix, Werrason visite l'usine de la CIDI » (consulté le 6 août 2015)
  2. David Commeillas, « L’Afrique en stéréo et stéréotypes », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. a, b et c Alain Diavita, « Werrason : 14 ans de règne sans partage », Africa Hit,‎ (lire en ligne)
  4. A. S., « Au palmarès des stars », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne)
  5. « Werrason - Biographie » (consulté le 17 décembre 2015)
  6. « Double Zénith de Wenge MMM: Voici comment Werrason prépare le plein » (consulté le 7 août 2015)
  7. « Werrason enflamme le Zénith de Paris » (consulté le 7 août 2015)
  8. « Werrason au Zénith de Paris samedi 13 mars » (consulté le 7 août 2015)
  9. « JOUR 1 - Werrason et JB Mpiana 2015 - Concert de 3 jours à Grand Hotel Kinshasa - Esepelisa » (consulté le 7 août 2015)
  10. « Profil du Frère Patrice NGOY MUSOKO (frère de Werrason) » (consulté le 7 août 2015)
  11. « Biographie de Noel Ngiama Makanda Werrason) » (consulté le 19 février 2017)
  12. a, b, c et d archos, « Biography of Noel Ngiama Makanda Werrason », sur congovibes.com, (consulté le 26 février 2017)
  13. a et b archos, « L’HISTORIQUE DE WENGE MUSICA », sur mbokamosika.com, (consulté le 26 février 2017)
  14. « WERRASON & WENGE MUSICA MAISON MERE LIVE A VILLEJUIF 1999 » (consulté le 19 février 2017)
  15. « La rumba congolaise » (consulté le 19 février 2017)
  16. « Cinq chansons qui ont fait danser le Congo » (consulté le 19 février 2017)
  17. « Press kit for Noël Werrason ngiama makanda » (consulté le 25 février 2017)
  18. « R.D.C.-Musique. Werrason présente ses trophées de meilleur artiste musicien africain » (consulté le 25 février 2017)
  19. Bouziane Daoudi, « Qui vivra Werra », Libération,‎ (lire en ligne)
  20. « Focus : Werrason », sur koraawards.com
  21. « Les lauréats des Africa Kora Awards 2004 » (consulté le 25 février 2017)
  22. « Concert du Zénith : Werrason se fait « ambassadeur de la pornographie » ? » (consulté le 26 février 2017)
  23. « Werrason au Zenith de Paris bientot le 13 mars 2010 » (consulté le 26 février 2017)
  24. « Nuit africaine au Stade de France », Africultures,‎ (lire en ligne)
  25. François-Xavier Gomez, « Nuit africaine, chauffe qui veut », Libération,‎ (lire en ligne)
  26. a et b « Hit-Parade de la musique congolaise, selon le journal L’Avenir » (consulté le 26 février 2017)
  27. « RDC : Victime d’un accident, Werrason évacué en Inde » (consulté le 26 février 2017)
  28. « Werrason parle de l’accident dont il a été victime » (consulté le 26 février 2017)
  29. « Marché du disque : Ferre, Fally, Werrason et Le Karmapa s’annoncent dans la course » (consulté le 26 février 2017)
  30. « Après l’exploit des Kora en Afrique du Sud, Werrason rafle deux trophées aux USA », Media Congo,‎ (lire en ligne)
  31. « Le premier jour de sa sortie : L’album « Flèche ingeta Ezwi Ezwi » 10.000 exemplaires vendus » (consulté le 26 février 2017)
  32. « Vidéo. Fally Ipupa présente ses excuses à Werrason après son absence au 3 concerts consécutifs ! » (consulté le 26 février 2017)
  33. Petite Ya Quartier (Single) - vidéo sur voiceofcongo, consulté le 28 mars 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]