Odéon d'Hérode Atticus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Odéon d'Hérode Atticus
L'odéon d’Hérode Atticus aujourd'hui.
L'odéon d’Hérode Atticus aujourd'hui.
Localisation
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Ville Athènes
Coordonnées géographiques 37° 58′ 15″ N, 23° 43′ 28″ E
Image illustrative de l’article Odéon d'Hérode Atticus
L'odéon, au sud-ouest de l'acropole d'Athènes, correspond au n°20 (rose).
Histoire
Lieu de construction Au pied de l'acropole d'Athènes
Date de construction 161
Ordonné par Hérode Atticus
Caractéristiques
Type Théâtre, odéon
Dimensions de l'arène 35 mètres
Capacité 5 000

Géolocalisation sur la carte : Athènes
(Voir situation sur carte : Athènes)
Odéon d'Hérode Atticus
Géolocalisation sur la carte : Grèce
(Voir situation sur carte : Grèce)
Odéon d'Hérode Atticus
Grèce antique

L’odéon d’Hérode Atticus, ou théâtre d’Hérode Atticus, est un théâtre romain construit au pied de l’acropole d’Athènes en l'an 161, par Hérode Atticus, en mémoire de sa femme Régilla (en), morte en l'an 160. Saccagé près d'une centaine d'années après son achèvement, l'édifice fut dès lors intégré aux fortifications d'Athènes (en). Redécouvert à l'époque moderne, il fut fouillé puis restauré entre le milieu du XVIIIe siècle et le milieu du siècle suivant. Lieu emblématique du festival d'Athènes-Épidaure, le monument accueille des événements culturels de renommée internationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Un imposant monument romain[modifier | modifier le code]

Hérode Atticus, rhéteur grec célèbre pour sa fortune et ses actions de mécénat public, commandita l'érection de l'odéon peu après l'an 160. Si la date de construction exacte n'est pas connue, on sait qu'elle intervient nécessairement entre la mort de Régilla en 160 et la visite de Pausanias en 174[1],[2]. L'odéon d'Hérode Atticus est le troisième édifice du genre construit à Athènes, après celui de Périclès et d'Agrippa. L'effondrement du toit de ce dernier, vers l'an 150, accentua potentiellement le besoin d'une nouvelle structure dédiée aux arts musicaux[3]. À l'emplacement choisi, sur les pentes sud-ouest de l'acropole, figurait vraisemblablement un sanctuaire de la nymphe, relié à l’époque hellénistique et romaine au culte d’Aphrodite Pandémos[4].

Le monument fut décrit par Pausanias comme l'odéon le plus majestueux de Grèce[5],[6]. Philostrate exprima lui son admiration pour le plafond en bois de cèdre[7]. Le lieu figure également dans la Souda[8].

L'odéon fut incendié lors du pillage de la ville par les Hérules en l'an 267-268 apr. J.-C., soit à peine une centaine d'année après sa construction[9].

Intégration aux fortifications d'Athènes[modifier | modifier le code]

Le monument ruiné fut vraisemblablement intégré à la fin de la période romaine dans la muraille de la ville, puis au XIe siècle dans la fortification ultérieure, le Rizókastro[10]. Durant l'occupation ottomane, le monument fut intégré au mur de Serpentzé et transformé en redoute[11],[12]. Des traces d'habitations et les vestiges d'une église ont également été découverts lors des fouilles[13].

Redécouverte, restaurations et utilisation moderne[modifier | modifier le code]

Les ruines de l'odéon en 1813, par Edward Daniel Clarke.

Largement endommagé, partiellement enfoui et remanié, l'odéon n'est plus guère reconnaissable. Au XIVe siècle, un voyageur italien du nom de Niccolo da Martini le confondit avec un ancien pont[9]. En 1460, un visiteur l'identifia comme le palais de Léonidas et de Miltiade et école d’Aristote. En 1575, le dignitaire byzantin Théodose Zygomalas y vit l'école d’Aristote et de Miltiade. Un certain Simon Rabin y situa lui les vestiges de l'Aréopage lors d'un séjour à Athènes en 1665. Rernhum, voyageur Anglais, fit le premier l'hypothèse d'un théâtre dix ans plus tard. Cependant, nombreux furent les voyageurs, tels Jacob Spon, George Wheler, Francesco Fanelli, Jacques-Guillaume Legrand, Nicholas Revett, Richard Pococke, James Stuart[14],[15],[16], Georges Guillet de Saint-George et Francis Vernon (en)[17], qui prirent comme lui l'odéon d'Hérode Atticus pour le théâtre de Dionysos. Ce dernier n'étant pas encore découvert, Julien-David Le Roy fit la même confusion[15] lors de son voyage en Grèce entre et . L'architecte français effectua des dessins et décrivit le monument dans son ouvrage le plus connu, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce, publié en 1758 à son retour en France[18]. Il fallut attendre Richard Chandler pour voir réapparaître la mention correcte de théâtre d’Hérode Atticus, même si l'archéologue britannique situa le monument à la place qu'occupe l'odéon de Périclès[14].

Lors de la guerre d'indépendance grecque, au cours du troisième siège de l'acropole, le colonel Charles Nicolas Fabvier parvint à ravitailler les assiégés grecs en contournant l'édifice[12],[19].

Les fouilles débutèrent en 1849[20]. En 1856, le ministre de l'instruction publique Christópoulos lança d'importants chantiers qui se déroulèrent au cours des deux années suivantes et qui permirent l'excavation des gradins[21],[22]. Conduits sous la houlette de Kyriákos Pittákis, les travaux mirent au jour plusieurs inscriptions, un boulet utilisé lors du siège de l'acropole par Morosini en 1687 et une multitude d'artéfacts tombés du rocher sacré[13]. Une tête de femme fut également découverte[23].

Richard Stauss en .

En 1867, une représentation fut donnée en l'honneur de la nouvelle reine Olga[21]. Au printemps 1920, un an et demi avant sa mort, Camille Saint-Saëns s'y produisit. Richard Strauss donna trois concerts six années plus tard[24].

Dans les années 1950, une importante rénovation des gradins et des extérieurs par Anastásios Orlándos permit l'ouverture à un public plus large. La création du festival d'Athènes en 1955[25] conforta l'odéon d'Hérode Atticus comme lieu incontournable de la scène culturelle grecque. Maria Callas s'y produisit en 1944[26] et en 1957[27]. Cette même année, Edith Hamilton présenta une traduction de Prométhée enchaîné d'Eschyle. La Croix d'or de l'Ordre de Bienfaisance, l'une des plus hautes distinctions grecques, lui fut décernée par le roi Paul Ierde Grèce. Le maire d'Athènes la fit également citoyenne d'honneur de la ville[28],[29],[30]. Frank Sinatra donna deux concerts caritatifs en [31]. L'odéon a également accueilli l'élection de Miss Univers 1973[32]. Le fut donnée une représentation du National Symphony Orchestra dirigé par Antal Doráti[33]. Nana Mouskouri y fit plusieurs apparitions, notamment en 1984, en 2008[34] et en 2014[35]. La scène de l'odéon d'Hérode Atticus vit se produire de nombreux autres artistes célèbres, dont Sting, Yanni, Montserrat Caballe, Liza Minelli, Elton John, Plácido Domingo, Diana Ross[36], Margot Fonteyn, Luciano Pavarotti, Rudolf Noureev, Martha Graham, Sviatoslav Richter, José Carreras, l'Orchestre philharmonique de New York dirigé par Leornard Bernstein[37] et Patti Smith[38].

Description[modifier | modifier le code]

Statue de l'odéon d'Hérode Atticus.

L'odéon d'Hérode Atticus fut l'un des plus imposants odéons de son temps, avec une cavea de 81 mètres de diamètre[39] adossée au versant méridional de l'acropole. Le lieu pouvait vraisemblablement accueillir environ 5 000 spectateurs[40]. Les 32 rangées de gradins[41] sont divisées en deux étages (mæniana) par un palier de circulation (præcinctio) de 1,2 m de large. Au sommet de la cavea figurait une galerie[9]. Les rangées supérieures en marbre furent réutilisées après l'abandon de l'édifice et remaçonnées lors des rénovations du milieu du XXe siècle[13]. L'orchestra de 19 mètres de diamètre était pavée de dalles de marbre. Des sols en mosaïque aux motifs géométriques recouvraient les entrées des escaliers intérieurs (vomitoria)[9] et les murs étaient couverts de marbre[40]. La scène (proscænium) de marbre blanc et cipolin mesure 35 mètres de large. Le mur de scène (frons scænæ) est préservé sur deux des trois étages originels jusqu'à une hauteur de 28 mètres[41]. La façade abritait probablement des statues des membres de la famille d'Hérode Atticus, de Régilla et de la lignée impériale[41]. À l'intérieur est conservée la statue d'un homme sans tête vêtu d'un himation[42].

Bien que de dimensions exceptionnelles, l'odéon d'Hérode Atticus était vraisemblablement couvert. Outre les mentions antiques du toit, les fouilles du milieu du XXe siècle ont permis de mettre au jour une épaisse couche de cendres dans la cavea[8]. Très onéreuse[9], la construction de l'édifice n'en fut pas moins menée à la hâte. La précipitation se traduit architecturalement par un traitement limité des détails et une volonté de privilégier l'aspect majestueux du monument[43].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Faure et Marie-Jeanne Gaignerot, Guide grec antique, Paris, Hachette Livre, (1re éd. 1991), 328 p. (ISBN 978-2-01-181766-2, lire en ligne), p. 142.
  2. Marcel Le Glay 1986, p. 72 et 73.
  3. (en) James H. S. McGregor, Athens, Cambridge, Harvard University Press, , 242 p. (ISBN 978-0-674-36945-0, lire en ligne), p. 144 et 145.
  4. Despina Chatzivasiliou, Dispositifs rituels et urbanisation en Grèce archaïque : le cas d’Athènes et de l’Attique (thèse de doctorat de l'École pratique des hautes études et de l'Université libre de Bruxelles), Paris, EPHE, , 613 p. (lire en ligne [PDF]), p. 107.
  5. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne] « Livre VII - Achaïe, chapitre XX, § 3 ».
  6. Carl Friedrich von Wiebeking (de), Architecture civile theorique et pratique, enrichie de l'histoire descriptive des édifices les plus remarquables, vol. 1, Lindauer, , 258 p. (lire en ligne), p. 60.
  7. Philostrate, Vie des sophistes, II, 1, 5.
  8. a et b (en) Frank Sear, Roman Theatres: An Architectural Study, Oxford, Oxford University Press, , 612 p. (ISBN 978-0-19-814469-4, lire en ligne), p. 42.
  9. a b c d et e (el) María Kosmá, « Ωδείο Ηρώδου Αττικού » [« Odéon d'Hérode d'Atticus »], sur www.odysseus.culture.gr (consulté le ).
  10. (el) « Το Ριζόκαστρο. Σωζόμενα υπολείμματα: Νέες παρατηρήσεις και επαναχρονολόγηση » [« Rizókastro. Traces survivantes : nouvelles observations et nouvelles datations »], Bulletin de la Société archéologique chrétienne, vol. 32,‎ , p. 329–366 (ISSN 1105-5758, lire en ligne).
  11. (en) Sarah A. Rous, Reset in Stone: Memory and Reuse in Ancient Athens, Madison, University of Wisconsin Press, , 391 p. (ISBN 978-0-299-32280-9, lire en ligne), p. 234.
  12. a et b Paul Joanne 1890, p. 75.
  13. a b et c Kyriákos Pittákis 1858.
  14. a et b Ernest Breton 1862, p. 309.
  15. a et b Aubin Louis Millin de Grandmaison 1806, p. 649.
  16. (en) Rune Frederiksen, Elizabeth R. Gebhard et Alexander Sokolicek, The Architecture of the Ancient Greek Theatre, Bristol, ISD LLC, , 468 p. (ISBN 978-87-7124-996-5, lire en ligne), p. 20.
  17. (en) Matthew Walker, Architects and Intellectual Culture in Post-restoration England, Oxford, Oxford University Press, , 227 p. (ISBN 978-0-19-874635-5, lire en ligne), p. 137 et 138.
  18. Julien-David Le Roy, Les Ruines des plus beaux monuments de la Grèce considérées du côté de l'histoire et du côté de l'architecture, t. I, Nyon, Guérin & Delatour, , 2e éd. (1re éd. 1758), 54 p. (lire en ligne), p. 14–15.
  19. (en) Thomas Gordon, History of the Greek Revolution, t. 2, Édimbourg, Blackwood, , 508 p., p. 346 et 347.
  20. Paul Vidal de La Blache 1872, p. 99 et 101.
  21. a et b Émile Isambert et Adolphe Laurent Joanne 1873, p. 97.
  22. Maxime Vauvert, « Ruines du théâtre d'Hérode Atticus », Le Monde illustré,‎ , p. 694 (lire en ligne, consulté le ).
  23. Émile Isambert et Adolphe Laurent Joanne 1873, p. 103.
  24. (en) N. Petsalis-Diomidis et George Lascelles, The Unknown Callas: The Greek Years, Cleckheaton, Amadeus Press, , 672 p. (ISBN 978-1-57467-059-2, lire en ligne), p. 155.
  25. (en) Konstantínos Bolétis, « The Conservation and Use of Ancient Theatres in Modern Greece-Current Issues Relating to the Epidauros Theatre », Journal of Mediterranean Studies, Mediterranean Institute, University of Malta, vol. 8, no 1,‎ , p. 14–19 (ISSN 1016-3476, lire en ligne, consulté le ), p. 15.
  26. Alain Duault, Dans la peau de Maria Callas, Paris, Le Passeur, , 136 p. (ISBN 978-2-36890-514-2, lire en ligne), p. 17.
  27. Robert Sutherland, Maria Callas, l'ultime tournée, Paris, Éditions de l'Archipel, , 368 p. (ISBN 978-2-8098-2289-2, lire en ligne), p. 81.
  28. (en) Barbara Sicherman et Carol Hurd Green, Notable American women: the modern period, a biographical dictionary, vol. 4, Cambridge, Harvard University Press, , 816 p. (ISBN 978-0-674-62732-1, lire en ligne), p. 308.
  29. (en) Catherine E. Forrest Weber, « A Citizen of Athens: Fort Wayne's Edith Hamilton », Traces of Indiana and Midwestern History, Indianapolis, Indiana Historical Society, vol. 14, no 1,‎ , p. 38–47, p. 47.
  30. (en) Yopie Prins, Ladies' Greek: Victorian Translations of Tragedy, Princeton, Princeton University Press, , 297 p. (ISBN 978-0-691-14189-3, lire en ligne), p. 107.
  31. (en) James Kaplan (en), Sinatra: The Chairman, New York, Little, Brown and Company, , 992 p. (ISBN 978-0-7481-3038-2, lire en ligne), p. 388.
  32. (en) Gerald L. Stevens, Acts, Second Edition: A New Vision of the People of God, Eugene, Wipf and Stock Publishers, , 696 p. (ISBN 978-1-5326-9356-4, lire en ligne), p. 369.
  33. (en) Joanne Haroutounian, Golden Years of the National Symphony Orchestra: Stories and Photographs of Musicians and Maestros, Lanham, Rowman & Littlefield, , 296 p. (ISBN 978-1-5381-5378-9, lire en ligne), p. 65.
  34. (en) Michaël Abecassis, An Anthology of French and Francophone Singers from A to Z: “Singin’ in French”, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, , 688 p. (ISBN 978-1-5275-1205-4, lire en ligne), p. 491.
  35. « Nana Mouskouri sur scène à l'Acropole à Athènes », sur Franceinfo, (consulté le ).
  36. (en) Amanda Summer, 100 Places in Greece Every Woman Should Go, Palo Alto, Travelers' Tales, , 360 p. (ISBN 978-1-60952-108-0, lire en ligne), p. 300.
  37. (en) George Lascelles, « Festivals 2022 », Opera, vol. 53,‎ , p. 66 (lire en ligne, consulté le ).
  38. Adéa Guillot et Françoise Arvanitis, Grèce : La nouvelle odyssée : L'Âme des Peuples, Paris, Primento, , 96 p. (ISBN 978-2-511-01352-6, lire en ligne), p. 7.
  39. Michèle Villetard, « L'Auditorium de Mécène. Une réévaluation à la lumière des auditoriums d’Alexandrie », dans Natasha Bershadsky (dir.), Dossier : Place aux objets ! Présentification et vie des artefacts en Grèce ancienne, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, coll. « Métis » (no 16), , 562 p. (ISBN 978-2-7132-3078-3, lire en ligne), p. 282.
  40. a et b Marcel Le Glay 1986, p. 73.
  41. a b et c Stamatis L. Vassilantonopoulos et John Mourjopoulos 2009, p. 292.
  42. (en) Olga Palagia, Handbook of Greek Sculpture, Berlin, Walter de Gruyter, , 798 p. (ISBN 978-1-61451-353-7, lire en ligne), p. 229.
  43. Paul Vidal de La Blache 1872, p. 99 et 100.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Aubin Louis Millin de Grandmaison, Dictionnaire des beaux-arts, t. I (-III), Paris, (lire en ligne), p. 649–650. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (el) Kyriákos Pittákis, « Περί Θεάτρου Ηρώδου του Αττικού » [« Sur le théâtre d'Hérode Atticus »], ΑΕ,‎ , p. 1707–1714 (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Ernest Breton, Athènes décrite et dessinée par Ernest Breton de la Société Impériale des Antiquaires de France... Suivie d'un voyage dans le Péloponnèse, Paris, Gide, , 378 p. (lire en ligne), p. 286–298. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Paul Vidal de La Blache, Hérode Atticus : étude critique sur sa vie (thèse présentée à la Faculté des lettres de Paris), Paris, Ernest Thorin, , 184 p. (lire en ligne), p. 98–102. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Émile Isambert et Adolphe Laurent Joanne, Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l'Orient: contenant 11 cartes et 23 plans. Grèce et Turquie d'Europe. Première Partie, Paris, Hachette Livre, , 128 p. (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Paul Joanne, Athènes et ses environs : renseignements pratiques sur la Grèce, Paris, Hachette Livre, , 216 p. (lire en ligne), p. 75–76. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (de) Rüdiger Meinel, Das Odeion, Unteruchungen an uberdachten antiken Theatergebauden, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, , 646 p. (ISBN 978-3820464627), p. 80–113.
  • Marcel Le Glay, Villes, temples et sanctuaires de l'Orient romain, Paris, Sedes (réédition numérique FeniXX), , 362 p. (ISBN 978-2-7062-0536-1, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Stamatis L. Vassilantonopoulos et John Mourjopoulos, « The Acoustics of Roofed Ancient Odeia: The Case of Herodes Atticus Odeion », Acta Acustica united with Acustica, vol. 95, no 2,‎ , p. 291–299 (ISSN 1610-1928, lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Loukia Martha et Amalia Kotsaki, « Ancient Greek Drama and its Architecture as a Means to Reinforce Tourism in Greece », Procedia - Social and Behavioral Sciences, 2nd International Conference on Strategic Innovative Marketing, vol. 148,‎ , p. 573–578 (ISSN 1877-0428, lire en ligne, consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :