Lycée (école philosophique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lycée.
image illustrant la Grèce antique
Cet article est une ébauche concernant la Grèce antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Le Lycée (en grec ancien Λύκειον / Lúkeion) est l'école philosophique fondée par Aristote : l'école péripatéticienne. Elle a été fondée par Aristote en 335 av. J.-C. et se termine avec Andronicos de Rhodes en 47 av. J.-C.

Les disciples immédiats d'Aristote, ceux qui l'ont fréquenté, furent : Héraclide du Pont, très lié à l'Académie de Platon ; Théophraste, Aristoxène de Tarente (qui a des affinités avec le pythagorisme), Eudème de Rhodes, Dicéarque de Messène, Phanias, Cléarque de Soles, Callisthène, Léon de Byzance, Clytos de Milet. Puis vinrent Straton de Lampsaque, Critolaos, Diodore de Tyr (scolarque en -118), Ariston, Cratippe, Aristoclès, Andronicos de Rhodes (scolarque en -78), Alexandre d'Aphrodise appelé « le second Aristote » (vers 200).

De façon plus matérielle, le Lycée était un gymnase d'Athènes ; c'est l'une des grandes constructions de l'époque des Pisistratides. Pour cette raison, les disciples d'Aristote furent qualifiés de Λύκειοι Περιπατητικοί / Lukeioi Peripatêtikoi, « ceux qui se promènent près du Lycée », d'où leur nom français de péripatéticiens. Le bâtiment était situé à proximité du temple d'Apollon lycien, d'où son nom.

Scholarques du Lycée[modifier | modifier le code]

Un scholarque (ou scolarque) est un directeur d'école, un recteur.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Joseph Moreau, Aristote et son école, Paris, 1962.
  • Fritz Wehrli (édi.), Die Schule des Aristoteles, Bâle, éd. Schwabe, 1944-1960, suppl. 1967-1969. T. I : Dikaiarchos [Dicéarque de Messène], 1944 ; t. II : Aristoxenos, 1945 ; t. III : Klearchos [Cléarque de Soles], 1948 ; t. VII : Herakleides Pontikos, 1953 ; t. VIII : Eudemos von Rhodos, 1955.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]