Autel des Douze Dieux d'Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plan de l'agora d'Athènes à l'époque classique. L'édifice n°2 correspond à l'autel des Douze Dieux.

L'Autel des Douze Dieux (également appelé le Sanctuaire des Douze Dieux) était un important autel et sanctuaire à Athènes durant l'Antiquité. Il était situé dans le coin nord-ouest de l'Agora de l'époque classique. L'autel aurait été construit pour la première fois par Pisistrate le Jeune, petit-fils du tyran Pisistrate, pendant son archontat, en 522-521 av. J.-C. ; l'autel marquait probablement le point central à partir duquel les distances d'Athènes étaient mesurées et était un lieu de supplications et de refuge.

Les identités exactes des douze dieux auxquels l'autel a été dédié sont incertaines[1], mais elles étaient probablement sensiblement les mêmes que les douze dieux olympiens représentés sur la frise orientale du Parthénon : Zeus, Héra, Poséidon, Déméter, Apollon, Artémis, Héphaïstos, Athéna, Arès, Aphrodite, Hermès et Dionysos[2], bien qu'il y ait des raisons de supposer que Hestia ait été l'un des douze[3].

On a longtemps supposé que l'autel changea de fonction pendant l'époque romaine pour devenir un autel de la Pitié. Aujourd'hui, les recherches sur la topographie ancienne d'Athènes à l'époque impériale suggèrent que cet autel de la pitié était en réalité plus à l'est dans l'Agora[4]. L'autel des Douze Dieux fut démonté et déconsacré en 267 de notre ère[5].

Origines et fonctions supposées[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

L'autel aurait été mis en place par Pisistrate le Jeune — le fils d'Hippias, et petit-fils du tyran Pisistrate — pendant son archontat[6]. L'historien athénien Thucydide nous a transmis l'inscription dédicatoire qu'il pouvait observer à la fin du Ve siècle av. J.-C. sur l'autel. Cette indication fournit aux historiens une datation théorique pour cette dédicace en 522-521 av. J.-C.[7], soit date la plus probable pour l'archontat de Pisistrate le Jeune. Une extension et réfection de l'Autel, mentionnée par Thucydide, a de fait été datée au dernier tiers du Ve siècle av. J.-C., probablement pendant la guerre du Péloponnèse[8]

Un autel servant de point de référence topographique ?[modifier | modifier le code]

L'autel serait devenu le « point zéro » à partir duquel les distances à Athènes étaient calculées[9]. La découverte d'une borne inscrite, datée de la toute fin du Ve siècle av. J.-C., mentionnant la dédicace d'un « monument servant à montrer à tous les mortels la mesure de leur voyage »[10], indique que la distance entre l'autel et le port du Pirée est de 45 stades, soit environ 8 kilomètres, ce qui correspond par ailleurs à la distance entre le Pirée et le nord-ouest de l'Agora. Pindare, auteur de la fin du VIe et du début du Ve siècle av. J.-C., ferait référence à l'Autel des Douze Dieux[11],[12].

Supplication et refuge[modifier | modifier le code]

L'autel aurait également servi de lieu de supplication et de refuge[13]. En 519 av. J.-C., quand d'après Hérodote les Platéens vinrent à Athènes chercher la protection contre Thèbes[14] : « tandis que les Athéniens faisaient des sacrifices aux douze dieux, ils [les Platéens] s'assirent devant l'autel comme suppliants pour implorer la protection des dieux »[15]. En 431 av. J.-C., à la suite d'accusations de détournement de fonds publics impliquant Périclès et le sculpteur Phidias, certains des assistants de Phidias auraient effectué diverses supplications devant l'autel. Le général et orateur du IVe siècle Callistratos d'Aphidna s'y serait aussi réfugié avant son exécution en 355 av. J.-C.[16].

Autres sources[modifier | modifier le code]

Selon Plutarque, un épisode de la mutilation des Hermès de 415 av. J.-C., se déroula sur l'Autel des Douze Dieux : un homme s'y serait spontanément castré[17]. L'Autel aurait été au cours de sa vie le lieu de diverses dédicaces et de plusieurs inscriptions : vainqueurs des jeux néméens et isthmiques[18], inscriptions honorifiques pour un triérarque athénien, Philippe, fils d'Iasodémos[19]. Les sources littéraires font aussi état d'une statue en bronze de Démosthène, érigée sous l'archontat de Gorgias sur ou près de l'autel, peut être vers 280-279 av. J.-C.[20].

Les références à l'autel disparaissent progressivement au cours du IIIe siècle av. J.-C.[21], il faut attendre le IIe siècle ap. J.-C. pour attester de l'existence d'un siège honorifique dans le théâtre de Dionysos pour le prêtre de l'Autel des Douze Dieux[22].

Découverte moderne et documentation archéologique[modifier | modifier le code]

Les fouilles américaines[modifier | modifier le code]

Vue sur les restes actuellement visibles de l'Autel sur l'Agora

L'identification et la localisation de l'autel sur l'agora ne furent permises que grâce aux fouilles archéologiques menées entre 1891 et 1934, puisque l'autel n'est pas localisé précisément par les sources anciennes. Sa localisation par les érudits et archéologues modernes correspond donc à un édifice découvert en face du portique de Zeus, jouxtant la voie des panathénées[23]. Deux tronçons de murs furent découverts en 1891, lors de la construction du chemin de fer entre Athènes et le Pirée[24]. Les fouilles de l'American School of Classical Studies, menées en 1934, permirent de prolonger cette découverte par la mise au jour de la totalité de l'enceinte sacrée, ainsi que d'une statue en marbre pentélique portant une inscription dédicatoire mentionnant « Léagros, fils de Glaukon, a dédié [ceci] aux Douze Dieux » permettant d'identifier ce téménos comme celui de l'autel[25]. L'essentiel de l'autel est encore aujourd'hui enfoui sous le chemin de fer, seul un de ses angles est encore visible. Il fut cependant réexcavé en 2011 à l'occasion d'une réfection de la voirie, avant un ré-enfouissement définitif.

Structure et conformation spatiale[modifier | modifier le code]

L'enclos rectangulaire de l'autel, le téménos ou péribole, formait un carré de 9,5 m de côté, selon un axe nord-ouest / sud-est léger. Cet enclos était matérialisé par un mur en grand appareil entourant l'autel proprement dit. L'autel, situé au centre de l'espace sacré, était rectangulaire. Le mur d'enclos composait d'un parapet continu sur 3 côtés, interrompu en son centre sur deux des côtés, formant une ouverture axiale vers la voie des panathénées et un accès pour atteindre l'autel. Le téménos comportait 4 reliefs courant autour du soubassement ou du parapet, portant des scènes mythologiques. Ces reliefs ne sont connus que par des copies[26].

Reconstitution graphique de l'autel
Reconstitution graphique de l'autel

Références[modifier | modifier le code]

  1. Camp 1980, p. 17.
  2. Garland, p. 41
  3. Seaford, p. 79 sqq..
  4. Gadbery, p.  478 ; Long, p.  162. Voir Vanderpool.
  5. Long, p. 163.
  6. Crosby, p. 82 ; Wycherley, p. 119 ; Camp 1980, p. 17 ; Long, p. 62 (T 14 A), 159 ; Gadbery, pp. 449-450 ; Camp 2003, p. 8 ; Rutherford, pp. 43-44 ; Seaford, p. 79 ; Neer et Kurke, pp. 534-535.
  7. Thucydide, VI.54.6-7,
  8. Crosby, p. 99; Gadbery, p. 450 ; Long, p. 162.
  9. Crosby, p. 82 ; Wycherley, p. 119 ; Camp 1980, p. 17 ; Long, p. 159 ; Gadbery, p. 447 ; Camp 2003, p. 8 ; Rutherford, pp. 43-44.
  10. Camp 2003, p. 8; Long, pp. 64-65 (T 14 I); Wycherley, p. 121 no. 374; Inscriptiones Graecae, II2 2640.
  11. Pindare, fr. 75 Maehler [= 75 Snell, 68 Bowra] (Race, pp. 318-321); Wycherley, p. 122 no. 378.
  12. How et Wells, 6.108.4; Wycherley, p. 122 no. 378; Sourvinou-Inwood, pp. 91–92; Wilson, p. 315 note 34; Rutherford, p. 43; Seaford, pp. 79–80; Neer et Kurke, pp. 530, with n. 4, 534.
  13. Gadbery, p. 447; Camp 1980, p. 17; Wycherley, p. 119; How et Wells, 6.108.4.
  14. Gadbery, pp. 448–449; Wycherley, p. 119 no. 365; Thucydide, 3.68.5.
  15. Hérodote, 6.108.4.
  16. Wycherley, p. 120 no. 366; Long, pp. 63 (T 14 C), 160; Lycurgus, Against Leocrates 93.
  17. Long, pp. 63–64 (T 14 E), 160; Wycherley, p. 120 no. 366; Plutarque, Nicias 13.2
  18. Long, pp. 65 (T 14 K), 162; Wycherley, p. 121 no. 371; Inscriptiones Graecae, I2 829.
  19. Long, pp. 65 (T 14 K), 162; Wycherley, p. 122 no. 376; Inscriptiones Graecae, II2 4564.
  20. Long, pp. 64 (T 14 F), 160; Wycherley, pp. 164 no. 533, 170 no. 559, 210–211 no. 698; Pseudo-Plutarque, Vitae decem oratorum 8, 11. Pausanias, 1.8.4 lui, situe la statue près du Temple d'Arès
  21. Long, p. 162.
  22. Long, pp. 72 (T 16 I), 162; Wycherley, p. 122 no. 377; Inscriptiones Graecae, II2 5065.
  23. Crosby, pp. 82–85 fig. 2; Gadbery, pp. 447, 448 fig. 1; Neer et Kurke, pp. 539–540, 541 fig. 2.
  24. Crosby, p. 82; Gadbery, p. 447.
  25. Gadbery, p. 447, planches 105, 106:b; Neer and Kurke, pp. 540–541, 544 fig. 5; Long, pp. 64 (T 14 G), 160, fig. 130; Wycherley, p. 122 no. 378; Camp 1980, p. 17; Inscriptiones Graecae, I3 950 [= Agora I no. 1597].
  26. Long, p. 162.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John McK. Camp, Gods and Heroes in the Athenian Agora, American School of Classical Studies, , 32 p. (ISBN 978-0876616239)
  • (en) John McK. Camp, The Athenian Agora : A Short Guide to the Excavations, American School of Classical Studies, , 48 p. (ISBN 978-0876616437)
  • (en) Margaret Crosby, « The Altar of the Twelve Gods in Athens », Hesperia Supplements, The American School of Classical Studies at Athens, vol. 8 « Commemorative Studies in Honor of Theodore Leslie Shear (1949) »,‎ , p. 82-103 (DOI 10.2307/1353886, lire en ligne)
  • Diodore de Sicile, Diodorus Siculus: The Library of History. Translated by C. H. Oldfather. Twelve volumes. Loeb Classical Library. Cambridge, MA: Harvard University Press; London: William Heinemann, Ltd. 1989.
  • (en) Laura M. Gadbery, « The Sanctuary of the Twelve Gods in the Athenian Agora: A Revised View », Hesperia, vol. 61,‎ , p. 447-489 (lire en ligne [PDF])
  • (en) Robert Garland, Introducing New Gods : The Politics of Athenian Religion, Cornell University Press, (1re éd. 1992), 256 p. (ISBN 978-0801474866)
  • Harrison, Evelyn B., « Archaic and Archaistic Sculpture », The Athenian Agora, Volume 11, Princeton, 1965, pp. iii–192. JSTOR
  • Hérodote, Histories, A. D. Godley (translator), Cambridge: Harvard University Press, 1920 Version en ligne en anglais
  • How, W. W., J. Wells, A Commentary on Herodotus, 1928.
  • Long, Charlotte R., The Twelve Gods of Greece and Rome, Brill Archive, Jan 1, 1987. Google Books
  • Lycurgue, Against Leocrates in Minor Attic Orators, Volume II: Lycurgus. Dinarchus. Demades. Hyperides. Translated by J. O. Burtt. Loeb Classical Library No. 395. Cambridge, Harvard University Press, 1954. Online version at Harvard University Press. Online version at the Perseus Digital Library.
  • Neer, R. T. and L. Kurke "Pindar Fr. 75 SM and the Politics of Athenian Space" Greek, Roman, and Byzantine Studies 54 (2014) 527–579. Online version at Duke University Libraries
  • Pausanias, Pausanias Description of Greece with an English Translation by W.H.S. Jones, Litt.D., and H.A. Ormerod, M.A., in 4 Volumes. Cambridge, MA, Harvard University Press; London, William Heinemann Ltd. 1918. Version en ligne en anglais.
  • Pindare, Nemean Odes. Isthmian Odes. Fragments, Edited and translated by William H. Race. Loeb Classical Library No. 485. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1997. [1]Version en ligne en anglais.
  • Plutarque, Pericles in Lives, Volume III: Pericles and Fabius Maximus. Nicias and Crassus. Translated by Bernadotte Perrin. Loeb Classical Library No. 65. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1916. [2]Version en ligne en anglais
  • Pseudo-Platon, Hipparque in Plato in Twelve Volumes, Vol. 8 translated by W.R.M. Lamb. Cambridge, MA, Harvard University Press; London, William Heinemann Ltd. 1955. [3]Version en ligne en anglais.
  • Rutherford, Ian, "Canonizing the Pantheon: the Dodekatheon in Greek Religion and its Origins" in The Gods of Ancient Greece: Identities and Transformations, editors Jan N. Bremmer, Andrew Erskine, Edinburgh University Press 2010. Online version
  • Seaford, Richard, Cosmology and the Polis: The Social Construction of Space and Time in the Tragedies of Aeschylus, Cambridge University Press, Jan 12, 2012.
  • Sourvinou-Inwood, Christiane, Tragedy and Athenian Religion, Lexington Books, 2003.
  • Thucydide, Thucydides translated into English; with introduction, marginal analysis, notes, and indices. Volume 1., Benjamin Jowett. translator. Oxford. Clarendon Press. 1881. Online version at the Perseus Digital Library.
  • (en) Eugene Vanderpool, « The "Agora" of Pausanias I, 17, 1-2 », Hesperia, The American School of Classical Studies at Athens, vol. 43, no 3,‎ juillet-septembre 1974, p. 308-310 (DOI 10.2307/147664, lire en ligne [PDF])
  • Wilson, Peter, The Athenian Institution of the Khoregia: The Chorus, the City and the Stage, Cambridge University Press, 2003.
  • (en) R. E. Wycherley, « Literary and Epigraphical Testimonia », The Athenian Agora, The American School of Classical Studies at Athens, vol. 3,‎ (DOI 10.2307/3601955, lire en ligne [PDF])