Théâtre romain d'Autun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Théâtre romain d'Autun
Autun cirque ass.jpg

Vestiges du théâtre

Présentation
Destination initiale
lieu de spectacles
Destination actuelle
lieu de spectacles
Construction
Ier siècle[BPC 1]
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Autun

(Voir situation sur carte : Autun)
Point carte.svg

Le théâtre romain d'Autun est un monument de spectacles construit dans la seconde moitié du Ier siècle dans Augustodunum, une ville fondée peu avant le début de notre ère et l'une des rares de Gaule septentrionale à posséder une enceinte dès le Haut Empire ; cette ville devient par la suite Autun.

Ce théâtre était avec ses 148 mètres de diamètre et sa capacité de 14 000 personnes, le plus grand de toute la Gaule, pour autant que les recherches permettent de le dire. Abandonné au Moyen Âge, il est étudié aux XIXe et XXe siècles et, dès 1909, il est rendu à sa vocation première car des spectacles y sont organisés.

Il fait partie de la première liste des monuments historiques protégés en 1840, au même titre que deux autres monuments antiques d'Autun, la pyramide de Couhard et le temple de Janus.

Le théâtre dans la ville antique[modifier | modifier le code]

Matérialisation de l'emplacement de quelques édifices sur le plan d'une  ville antique.
Édifices de spectacle et quelques éléments antiques d'Augustodunum.

Augustodunum semble être une fondation de la fin du Ier siècle avant notre ère, vers - 15 peut-être[Re 1], alors que Bibracte n'est pas encore abandonné[2]. Le secteur qui supportera le théâtre, descendant vers le ruisseau d'Accoron, fait l'objet de remblais et l'enceinte — l'une des plus étendues de Gaule pour le Haut Empire avec six kilomètres de périmètre[3] — joue à cet endroit le rôle de mur de soutènement[Re 2]. Si les principaux monuments de la ville semblent être édifiés de manière groupée au Ier siècle, l'extension urbaine au sein des 200 ha enclos par l'enceinte ne se réalise que peu à peu, repoussant les activités artisanales en dehors des murs[4].

Théâtre et amphithéâtre, construits tout près l'un de l'autre dans ce qui semble être une zone réservée de la ville — le cas n'est pas unique —[Re 3], paraissent pouvoir être datés de l'époque flavienne (seconde moitié du Ier siècle), sans qu'aucune preuve formelle n'en soit apportée[Re 4].

La découverte en 1976 par prospection aérienne d'un second théâtre, à l'extérieur de l'enceinte antique sur le site du Naut-du-Verger, complète la vision de l'ensemble monumental d'Autun, même s'il est encore mal connu[Re 1]. Ce théâtre, presque aussi vaste que celui existant intra-muros[5], semble être un édifice de type « théâtre gallo-romain »[Re 5], associant certaines caractéristiques d'un amphithéâtre, comme une arène elliptique ou circulaire, et d'un théâtre, comme une cavea incomplète[BPC 2] ; construit au Ier siècle, il semble avoir été abandonné dans la première moitié du IIIe siècle[6].

Histoire du monument[modifier | modifier le code]

La construction du théâtre peut être datée de la seconde moitié du Ier siècle, peut être du règne de Vespasien[BPC 1] et la découverte d'un as très usagé à l'effigie de Claude dans un remblai intact depuis la construction conforte cette hypothèse en fournissant une limite haute à la datation[Re 6]. L'édification du monument semble s'être déroulée en une seule campagne[Re 7].

Le théâtre n'est pas abandonné avant le Ve siècle, période à laquelle des constructions prennent place dans l'orchestra[Re 8].

Utilisé comme carrière de pierre dès le Moyen Âge, le théâtre est restauré au début du XXe siècle, et pour l'occasion une partie des gradins sont restitués ; il peut donc, à partir de 1909, accueillir des manifestations culturelles. Une autre campagne importante de restauration, accompagnée de fouilles archéologiques, se déroule de 1933 à 1938[Re 9].

Description[modifier | modifier le code]

Le théâtre d'Autun est adossé à une colline descendant vers l'Arroux. Cette disposition, qui permet de limiter les travaux de maçonnerie, explique pourquoi l'axe du théâtre ne respecte pas celui de la voirie d'Augustodunum, au contraire de l'amphithéâtre par exemple[Re 4].

Dimensions des plus grands théâtres de Gaule romaine[5].


D'un diamètre de 147,80 m, soit 500 pieds romains[7], valeur depuis longtemps établie et vérifiée par les plus récents relevés, le théâtre d'Autun s'impose comme le plus vaste de Gaule et l'un des plus grands du monde romain selon les données disponibles au XXIe siècle[Re 4], derrière le théâtre de Pompée à Rome, qui mesure 150 m[BPC 3]. Sa capacité est estimée à au moins 14 000 personnes, sur la base d'une largeur de place de 40 cm par spectateur[BPC 4] ou près de 11 000 personnes avec un ratio de 50 cm par spectateur[7].

Vue d'une partie des gradins d'un théâtre antique.
Vue partielle de la cavea montrant l'amorce des voûtes supportant les gradins supérieurs.

Construit sur le modèle des théâtres romains, le théâtre d'Autun se composait d'une scène, aujourd'hui en grande partie disparue, mais qui conserve encore son dispositif de rideau, d'un espace en demi-cercle (l'orchestra) et d'un hémicycle avec 41 gradins (la cavea), dont il ne subsiste qu'une partie, surmonté d'un portique.

La construction du théâtre fait exclusivement appel à des maçonneries en petit appareil de moellons dont les joints sont de grande qualité, aucune terre cuite (tuile ou brique) n'ayant été observée[DQ 1]. Sa cavea est composée de trois séries de gradins, la plus proche de l'orchestra étant établie sur le sol naturel de la colline qui porte le théâtre, tandis que les deux autres sont construites sur des murs rayonnants, un portique régnant tout en haut de la cavea. Un palier annulaire de circulation (précinction) sépare le premier groupe de gradins des deux autres. Deux couloirs latéraux, ornés de niches, de part et d'autre de l'orchestra, permettent aux spectateurs d'accéder à la base de la cavea[DQ 2]. De là, ils gagnent les gradins par une série de quinze escaliers rayonnants. Huit de ces escaliers ne partent pas de la base de la cavea ; ils relient le palier intermédiaire au sommet des gradins[8].

À l'avant de la scène, l'existence d'une fosse dans laquelle le rideau est replié pendant les représentations a été mise en évidence ; ce dispositif semble être comparable à celui étudié sur le théâtre de Lyon[9]. Les substructions de la scène elle-même, observées au début du XIXe siècle, n'ont pas fait l'objet d'études ultérieures ; la scène devait toutefois occuper toute la largeur de l'orchestra[DQ 3].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Robert Bedon, Pierre Pinon et Raymond Chevallier, Architecture et urbanisme en Gaule romaine - tome 1 : l'architecture et la ville, 1988 :
  • Paul-Marie Duval et Pierre Quoniam, Relevés inédits des monuments antiques d'Autun (Saône-et-Loire), 1963 :
  • Alain Rebourg, L'urbanisme d'Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire), 1998 :
  • Autres références :
  1. « Théâtre romain », notice no PA00113102, base Mérimée, ministère français de la Culture (consulté le 10 mars 2013)
  2. Alain Rebourg, « Les origines d'Autun », dans Alain Goudineau et Alain Rebourg (dir.), Les villes augustéennes de Gaule : actes du colloque international d'Autun, 6-7-8/06/85, p. 102.
  3. Coulon 2006, Le cadre de vie, p. 21.
  4. Alain Rebourg, « Les origines d'Autun », dans Alain Goudineau et Alain Rebourg (dir.), Les villes augustéennes de Gaule : actes du colloque international d'Autun, 6-7-8/06/85, p. 106.
  5. a et b Coulon 2006, Le cadre de vie, p. 13.
  6. « Campagne de fouilles PCR Autun-Genetoye 2014 », sur le site de l'UMR Artehis (CNRS, Université de Bourgogne et ministère de la Culture et de la Communication) (consulté le 22 octobre 2015).
  7. a et b (en) Frank Sear, Roman theatres : An architectural study, Oxford University Press, 2006, 609 p. (ISBN 978-0-19-814469-4), p. 27
  8. Raymond Lantier, « Recherches archéologiques en Gaule 1940, 1941, 1942 », Gallia, t. 2,‎ , p. 263 (lire en ligne).
  9. André Ducaroy et Aimable Audin, « Le rideau de scène du théâtre de Lyon », Gallia, t. 18, no 1,‎ , p. 74 (DOI 10.3406/galia.1960.2289).