Théâtre romain de Soissons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Théâtre romain de Soissons
Image dans Infobox.
Proposition de restitution du théâtre par Édouard Fleury.
Présentation
Destination initiale
lieu de spectacles
Destination actuelle
lieu de spectacles
Construction
Ier siècle
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Rue du Théâtre-RomainVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Aisne
voir sur la carte de l’Aisne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le théâtre romain de Soissons est un monument de spectacles construit dans la seconde moitié du Ier siècle dans Augusta Suessionum, chef-lieu de la civitas des Suessiones et qui devient par la suite Soissons.

Progressivement démantelé à partir du IIIe siècle, il ne se signale plus que par une anomalie de relief dans le parc d'un lycée. Il est classé monument historique depuis 1875.

Localisation[modifier | modifier le code]

OpenStreetMap Localisation du théâtre.

Le théâtre est situé au sud de la ville antique, appuyé contre le relief de la colline Saint-Jean[2]. Il se développe non loin d'une voie antique pouvant relier Soissons à Durocortorum (Reims)[3].

Dans la ville moderne de Soissons, le théâtre est enfoui dans la cour et le parc du lycée Saint-Rémy, son mur de scène étant sensiblement perpendiculaire à la rue du Théâtre romain.

Description[modifier | modifier le code]

Relevé des vestiges par Édouard Fleury.
Dessin des contreforts de la façade.

Le diamètre de la cavea est de 144 m, soit 4 m de moins que le théâtre romain d'Autun, plus grand théâtre en France selon l'état des connaissances[4] ; sa hauteur est évaluée à 12 m[3]. Tous les murs sont parementés en petit appareil[5]. Des séries de contreforts en demi-lune, au niveau des deux extrémités de la façade, contribuent à contenir la poussée des structures du théâtre[6]. Tout le dispositif scénique a disparu, mais des structures attribuables au pulpitum permettent de proposer une scène de la même largeur que la cavea, un bâtiment de scène profond de 12 à 15 m[7].

Albert Grenier propose une construction du théâtre dans la seconde moitié du Ier siècle[3].

Le monument est dès le IIIe siècle l'objet de la récupération de ses pierres, notamment celles de la façade, entièrement démantelée, pour édifier l'enceinte du Bas-Empire de la ville. Il est possible que l'église Saint-Pierre-au-Parvis utilise en remploi des matériaux provenant des ruines du théâtre[8].

Études et vestiges[modifier | modifier le code]

Des « ruines romaines » sont évoquées sur la colline au XVIe siècle, interprétées soit comme un ouvrage de fortification, soit comme un temple[3]. Au XVIIe siècle, la construction, sur le site du théâtre, du grand séminaire de Soissons met au jour les premiers vestiges d'un théâtre identifié comme tel au début du XIXe siècle. Aucune campagne importante de fouilles n'a lieu depuis les études menées dans les années 1840 par Jules de La Prairie et les élèves du grand séminaire[9]. Dans les années 2010, une campagne de prospection géophysique permet d'établir un plan plus précis du monument et de découvrir que d'anciennes caves réutilisent les murs des gradins[10].

icône image Image externe
Évocation du théâtre sur le site de Soissons

L'édifice est classé monument historique par la liste de 1875[1].

Aucun vestige du théâtre ne subsiste en élévation hors-sol ; sa présence se signale par une colline en demi-lune qui matérialise l'emprise de la cavea. Une association assure des visites guidées du site[9].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Denis Defente, « Soissons romain. Les archives d'un sous-sol à redécouvrir », Revue archéologique de Picardie, nos 3-4 « Les villes de la Gaule Belgique au Haut-Empire »,‎ (DOI 10.3406/pica.1984.1441).
  • Édouard Fleury, Antiquités et monuments du département de l'Aisne, Paris, Impr. J. Claye, 1877-1882 (lire en ligne), p. 219-223.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Ressources relatives à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Théâtre romain », notice no PA00115951, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Dominique Roussel Dominique, « Soissons », Revue archéologique de Picardie, no 16 (numéro spécial),‎ , p. 130 (DOI 10.3406/pica.1999.2053).
  3. a b c et d Defente 1984, p. 214.
  4. Alain Rebourg, « L'urbanisme d'Augustodunum (Autun, Saône-et-Loire) », Gallia, t. 55,‎ , p. 188 (DOI 10.3406/galia.1998.3002).
  5. Franck Sear, Roman Theatres: An Architectural Study, OUP Oxford, , 465 p. (lire en ligne), p. 207.
  6. Fleury 1877-1882, p. 221.
  7. Fleury 1877-1882, p. 222.
  8. Jules de La Prairie, « Droit de réponse », Bulletin de la Société archéologique historique et scientifique de Soissons, vol. X,‎ , p. 133 (lire en ligne).
  9. a et b Michel Bultot, « Soissons et son théâtre romain : un élément majeur à redécouvrir ? », Picardie. La Gazette,‎ (lire en ligne).
  10. « Projet », sur AuguSTha (consulté le ).