Bibliothèque nationale de Grèce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Attica 06-13 Athens 32 National Library.jpg

La Bibliothèque nationale de Grèce (grec moderne : Εθνική Βιβλιοθήκη της Ελλάδος) basée à Athènes a été fondée en 1832.

Elle est l'institution grecque chargée de la collecte du dépôt légal. L'édifice fut conçu par l'architecte Theophil Hansen.

Elle est desservie par la station Panepistímio de la ligne 2 du métro d'Athènes.

En juin 2016, le nouveau bâtiment dessiné par Renzo Piano et financé par la fondation Stávros Niárchos à Phalère a été inauguré. Il devrait accueillir à terme les 700 000 volumes de la bibliothèque.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'idée originale de créer une bibliothèque nationale vient du philhellène Johann Jakob Mayer, dans un article d'août 1824 de son journal Ellinika Chronika, publié à Missolonghi, où Mayer et Lord Byron avaient promu l'indépendance de la Grèce. L'idée de Mayer fut mise en application en 1829 par le nouveau gouvernement grec de Ioannis Kapodistrias[1], qui regroua la Bibliothèque nationale avec d'autres institutions intellectuelles telles que des écoles, des musées nationaux et des imprimeries. Ils furent tous placés dans un bâtiment (alors utilisé comme orphelinat) sur l'île d'Egine et supervisés par Andreas Moustoxydis, qui devint ainsi président du comité de l'Orphelinat, directeur du Musée national archéologique d'Athènes et directeur de l' École Nationale.

À la fin de 1830, la bibliothèque, que Moustoxydis nommait la Bibliothèque nationale, avait 1 018 volumes de livres imprimés, dons de Grecs et philhellènes. En 1834, la bibliothèque fut transférée à Athènes, la nouvelle capitale, et fut d'abord logée temporairement dans le bain public de l'Agora romaine d'Athènes puis, plus tard, dans l'église de Saint-Eleftherios.

La collection a augmenté rapidement. En plus de l'achat de livres de bibliothèques privées, supervisé par Dimitris Postolakas (1 995 volumes), la Bibliothèque a accepté de nombreux dons de livres, dont un de Christoforos et Konstantinos Sakellarios (5 400 volumes) et un de Markos Renieris (3 401 volumes).

En 1842, la Bibliothèque publique fusionna avec la bibliothèque de l'Université d'Athènes (15 000 volumes) et fut conservée avec la collection de devises du nouveau bâtiment de l'Université Otto. Georgios Kozakis-Typaldos[2] de l'institution nouvellement agrandie conserva le poste jusqu'en 1863. À cette époque, la bibliothèque fut enrichie de dons importants et de rares livres en langues étrangères venant de toute l'Europe. Avec la charte royale de 1866, les deux bibliothèques fusionnèrent et furent administrées en tant que «bibliothèque nationale de la Grèce». De 1877 à 1910, son directeur était Michael Deffner.

Le 16 mars 1888 fut posée la première pierre d'un nouveau bâtiment en marbre néoclassique. Le bâtiment a été financé par trois frères nés de la diaspora, Panagis, Marinos et Andreas Vallianos. Il a été conçu par le baron Theophil von Hansen et sa construction supervisée par Ernst Ziller. La bibliothèque est restée dans l'ancien bâtiment de l'université jusqu'en 1903, date à laquelle elle a été transférée dans le nouveau bâtiment Vallianos, qui abrite encore en partie la bibliothèque en plus de deux autres bâtiments, à Agia Paraskevi et à Nea Halkidona.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dean H. Keller, Academic Libraries in Greece: The Present Situation and Future Prospects, Psychology Press, (ISBN 978-1-56024-365-6, lire en ligne), p. 26 :

    « The National Library of Greece was founded in 1832 by Ioannis Kapodistrias, the first governor of the Greek state. »

  2. Εθνική Βιβλιοθήκη της Ελλάδος «Ιστορικά στοιχεία» [1], consulté le

Liens externes[modifier | modifier le code]

(el) (en) Site officiel