Monument de Philopappos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le monument de Philopappos
Sculptures et inscriptions, sur le monument.

Le monument de Philopappos (en grec moderne : Μνημείο Φιλοπάππου) est un monument funéraire élevé entre 114 et 119 au sommet de la colline des Muses, au sud-ouest de l'acropole d'Athènes, en l'honneur du sénateur romain Caius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus, bienfaiteur de la cité d'Athènes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gaius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus était le petit-fils d'Antiochos IV de Commagène, dernier roi grec de Commagène, destitué en 72 par Vespasien.

La famille en disgrâce s'exila à Athènes, où elle retrouva la prospérité : Philopappos vécut la plus grande partie de sa vie à Athènes, où il se distingua comme chorège (producteur de spectacles de musique et danse) et comme agonothète (organisateur de concours grecs - athlétiques, théâtraux, etc.).

À sa mort, vers 114-116, sa sœur Julia Balbilla lui éleva le magnifique monument de marbre du Pentélique encore visible sur la colline des Muses.

Selon une tradition rapportée par Pausanias[1], le poète Musée aurait chanté ses vers sur cette colline d'Athènes située en face de la citadelle ; il y fut enterré et la colline prit le nom de Musée ; actuellement on l'appelle colline de Philopappos (Λόφος Φιλοπάππου) ou colline des Muses (Λόφος Μουσών).

Le monument a survécu jusqu'au XVe siècle, mais il fut peu à peu victime du vandalisme et des éléments. Il a été partiellement restauré par l'ingénieur civil N. Balanos en 1904[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le monument d'une hauteur de 12 mètres est fait de marbre pentélique sur une krépis de calcaire poreux. Sa façade monumentale incurvée, qui fait face à l'Acropole, est disposée sur deux niveaux[2].

La zone supérieure comprend trois niches profondes soutenant des statues assises. Dans la niche centrale, on voit Philopappos (la tête est perdue), vêtu en citoyen athénien et assis sur un trône avec l'inscription « Philopappos, fils d'Épiphane, du dème de Bèsa ». Dans la niche de gauche, l'inscription « le roi Antiochos, fils du roi Antiochos » indique que le fragment figure le grand-père de Philopappos. Selon une troisième inscription qui a survécu jusqu'au XVe siècle, « le roi Séleucos, fils d'Antiochos Nikator », c'est le fondateur de la dynastie Séleucide qui était représenté dans la niche de droite, disparue[2].

La zone inférieure est une frise sculptée représentant Philopappos sur un quadrige flanqué de licteurs. La chambre funéraire en forme de naïskos qui abritait le sarcophage de Philopappos se trouvait derrière le monument[2].

Une autre inscription, sur le seul pilastre corinthien restant, rappelle plus en détail l'identité et les titres de l'intéressé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pausanias, Description de la Grèce [détail des éditions] [lire en ligne], I, 25, 8
  2. a b c et d Panneau d'information à côté du monument.

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diana E.E. Kleiner, The monument of Philopappos in Athens, Bretschneider, Rome, 1983 (Archaeologica, 30), (ISBN 88-85007-68-6).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :