Félix Bonfils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Félix Bonfils
Bonfils, Félix (1831-1885) - 682. Chef de bedouins pasteurs.jpg
Félix Bonfils, Chef de bedouins pasteurs.
Biographie
Naissance
Décès
(à 54 ans)
Alès
Nationalité
Domiciles
Activités
Autres informations
Domaine
Archives conservées par
Archives nationales (F/18/2251)Voir et modifier les données sur Wikidata

Félix Bonfils (Saint-Hippolyte-du-Fort, - Alès ) est un photographe français. L'atelier photographique qu'il a fondé en 1867 à Beyrouth, au Liban, a produit une abondante documentation photographique sur l'Égypte et le Moyen-Orient de la fin du XIXe au début du XXe siècle. Ces photographies ont connu une vaste diffusion.

Biographie[modifier | modifier le code]

Félix Bonfils est d'abord relieur à Saint-Hippolyte-du-Fort. Il déménage à Beyrouth en 1867 où il ouvre, avec sa femme Marie-Lydie Cabanis Bonfils et son fils Adrien, l'atelier photographique Maison Bonfils, qu'il renomme en 1878 F. Bonfils et Cie[1]. Bonfils photographie au Liban, en Égypte, Palestine, Syrie et Grèce ainsi qu'à Constantinople à partir de 1876.

Il se montre très actif dès son arrivée au Liban : son catalogue mentionne plus de 15 000 tirages au début des années 1870, réalisés à partir de près de 200 négatifs, et 9 000 vues stéréoscopiques[2].

Ses œuvres deviennent célèbres grâce aux touristes du Moyen-Orient qui rapportent ses photographies en souvenir. Elles sont vendues à l'unité ou sont proposées sous forme d’albums. Certaines d'entre elles, produites par l'atelier, sont l'œuvre de son fils Adrien ou des assistants de l'entreprise.

En 1876, Bonfils revient à Alès où il ouvre un autre atelier vers 1881, afin de gérer par correspondance la diffusion de ses images[3]. Celui de Beyrouth n'est pas fermé pour autant et sa femme et son fils en assurent la conduite après la mort de Félix, en 1885. Cet établissement ne cesse son activité qu'en 1905, après qu'un incendie l'a détruit[4].

L'activité de l'entreprise Bonfils se poursuit plusieurs décennies après la mort de son fondateur. Elle est rachetée en 1918, à la mort de Lydie Bonfils, par Abraham Guiragossian, associé depuis 1909, qui en conserve le nom. Mentionnée dans le Guide bleu en 1932[4], elle ferme définitivement ses portes en 1938[3].

Publications[4][modifier | modifier le code]

Félix Bonfils, L'Odéon d'Hérode Atticus à Athènes.
  • En 1872, il fait paraître un livre, Architecture antique : Égypte, Grèce, Asie Mineure, publié par Ducher à Paris, après avoir présenté quelques travaux à la Société française de photographie.
  • Catalogue de vues photographiques de l'Orient, 1876
  • En 1877-1878, Félix Bonfils publie Souvenirs d’Orient, un album en cinq volumes de lieux remarquables en Orient. Chaque volume se compose d'une quarantaine de photographies originales collées, accompagnées d'une notice détaillée en regard. Il reçoit une médaille pour cette publication présentée à l’Exposition universelle de Paris en 1878[1].
  • Albums photographiques des monuments et des sites les plus célèbres de l'Orient, Paris, 1878
  • Souvenir de Jérusalem, Leipzig, vers 1880
  • Nazareth et ses environs, Saint-Pétersbourg, 1894

Expositions récentes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Vue panoramique aérienne de Beyrouth », World Digital Library (consulté le 21 janvier 2013)
  2. Présentation de Félix Bonfils sur le site de la BnF, dans le cadre de l'exposition virtuelle Voyage en Orient.
  3. a et b Sylvie Aubenas, « Félix Bonfils | Patrimoines Partagés تراث مشترك », sur heritage.bnf.fr (consulté le 1er juin 2020)
  4. a b et c Cambridge University Library (CAM), Royal Commonwealth Society Photography Project, notice sur Felix Bonfils, consultée le 6 juin 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :