Rudolf Noureev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rudolf Noureev
Description de cette image, également commentée ci-après

Rudolf Noureev en 1968.

Nom de naissance Rudolf Khametovitch Noureev
Naissance
Drapeau de l'URSS Irkoutsk
Décès (à 54 ans)
Drapeau de la France Levallois-Perret
Activité principale Danseur étoile du Ballet de l'Opéra national de Paris
Maître de ballet de l'Opéra de Paris
Chorégraphe de l'Opéra de Paris
Style Danse classique
Danse néo-classique
Danse contemporaine
Lieux d'activité Paris, Londres, Saint-Pétersbourg
Années d'activité 1958-1992
Collaborations Gilbert Mayer
Patrice Bart
Formation Académie de ballet Vaganova à Saint-Pétersbourg
Maîtres Alexandre Pouchkine, Anna Oudeltsova, Elena Konstantinova Vaïtovitch
Élèves Patrice Bart
Patrick Dupond
Isabelle Guérin
Sylvie Guillem
Laurent Hilaire
Charles Jude
Manuel Legris
Nicolas Le Riche
Élisabeth Maurin
Élisabeth Platel
Distinctions honorifiques Commandeur des Arts et des Lettres
Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur
Site internet www.noureev.org

Scènes principales

Opéra national de Paris

Rudolf Noureev[n 1] (en russe : Рудольф Хаметович Нуреев[n 2]) est un danseur étoile, chorégraphe et directeur de ballet russe né le à Irkoutsk (Union soviétique) et mort le à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).

Doué d'une technique exemplaire et d'une vigilance extrême, Rudolf Noureev est considéré comme le plus grand danseur classique[1],[2] et comme l'un des plus grands chorégraphes[n 3].

Rudolf Noureev fut l'un des meilleurs interprètes du répertoire classique, mais il affirma aussi son talent dans la danse contemporaine et fut l'un des premiers danseurs à s'intéresser de nouveau au répertoire baroque.

Sa notoriété dépassa le monde de la danse : un tiers de la planète connaît son visage, le roman de sa vie ou encore le mythe qui en a découlé[3] bien que seules 5 ou 6 millions de personnes l'aient réellement vu danser.

Il marqua l'histoire du ballet à travers deux couples :

  • avec Margot Fonteyn, sa partenaire au Royal Ballet. Ensemble, ils forment un des couples les plus « mythiques » de l'histoire du ballet[4],[5],[6].
  • avec Sylvie Guillem du ballet de l'Opéra de Paris dans les années 1980. Selon Pierre Lacotte, sur scène ces deux sont une personne[7]. Rudolf Noureev et Sylvie Guillem dansent encore ensemble même après qu'elle a quitté le ballet de l'Opéra de Paris pour se joindre au Royal Ballet et même lorsque Rudolf Noureev est devenu fragile au stade avancé du sida qu'il avait contracté en 1984[8].

Rudolf Noureev fut directeur du Ballet de l'Opéra de Paris de 1983 à 1989, et également maître de ballet et chorégraphe en chef jusqu'à 1992. En tant que chorégraphe, il revisita tous les grands ballets classiques en donnant une place très importante aux hommes dans le ballet[9]. C'est ainsi, que Rudolf Noureev développa fortement les rôles des hommes, qui jusqu'alors étaient souvent cantonnés à n'être que des faire-valoirs des ballerines. Rudolf Noureev introduisit dans ses chorégraphies des variations pour hommes comme dans le Lac des Cygnes.

Rudolf Noureev ramena en France le flambeau du ballet, que Marius Petipa avait emporté à Saint-Pétersbourg au milieu du XIXe siècle.

Les années de Rudolf Noureev à l'Opéra de Paris sont considérées comme un âge d'or pour le ballet[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureïev en 1961, année où il demande l'asile politique.

Rudolf Noureev raconte dans son autobiographie sa naissance romantique : il naît le en Union soviétique au cours d'un voyage en train, peu avant Irkoutsk vers Vladivostok, de Farida (née à Kazan) et Hamet Noureev (né dans un village près d'Oufa). Farida vient en effet rejoindre en transsibérien son mari qui vient d'obtenir un logement de fonction à Vladivostok pour y accueillir sa famille. Hamet y a été affecté en tant que « politrouk », instructeur politique dans l'Armée rouge[10].

Sa famille est originaire d'Oufa, et est composée majoritairement de paysans bachkirs et tatars de culture turcomongole et musulmane. Le grand-père de Rudolf avait pour nom de famille Fasli. À cause d'une erreur d'enregistrement à la mairie, le patronyme « Noureev » devient son nom de famille. « Nour » signifie la lumière en arabe[11].

Rudolf Noureev est le benjamin d'une fratrie où il naît après trois sœurs : l'aînée, Rosa qui a dix ans de plus que Rudolf, Lilia qui a cinq ans de plus et qui est sourde, et Razida qui a trois ans de plus[12].

Il ne garde aucun souvenir de son père dans son enfance car ce dernier est mobilisé, au moment de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne, en 1941, lorsque Noureev n'a que trois ans. Il ne le reverra pas avant 1946, cela explique en partie leur relation père-fils conflictuelle[12].

Les débuts à Oufa[modifier | modifier le code]

En 1941, sa famille est évacuée de Moscou et trouve refuge à Oufa, capitale de la Bachkirie. Ils partagent leur petite isba avec trois autres familles[13]. Les conditions de vie sont précaires : l'habitation est sans eau ni électricité. Le climat y est très rude, froid et sec, la nourriture, rare et composée essentiellement de pommes de terre bouillies. À l'école, on se moque de lui car il n'a pas de chaussures et porte le manteau de l'une de ses sœurs[12].

Mais Oufa possède un théâtre de bon niveau et dès son plus jeune âge, Rudolf Noureev est passionné de musique. Il a une révélation au soir du Nouvel An de 1945 : il assiste à un ballet patriotique intitulé Le Chant des cigognes avec la danseuse étoile Zaïtouna Nazretdinova. Il a trouvé sa vocation et commence la danse la même année, à l'âge de sept ans[9].

Il commence à danser des danses folkloriques à l'école dans des groupes amateurs et avec les Pionniers. Puis on le recommande à Anna Oudeltsova qui, au bout de dix-huit mois, l'oriente vers Elena Vaïtovitch[12].

Toutes deux lui font comprendre que la danse n'est pas seulement une affaire de technique. Voyant son potentiel, elles lui suggèrent de continuer sa formation à l'Académie de ballet Vaganova à Saint-Pétersbourg, considérée par elles comme la meilleure école au monde[12].

En 1953, à l'âge de 15 ans, Rudolf Noureev commence à faire de la figuration dans les spectacles du théâtre de la ville.

Pour cela, il est un peu payé, ce qui lui permet de faire ses classes avec la compagnie. Progressant assez vite, il intègre la troupe de ballet.

La compagnie est invitée pour une tournée de dix jours à Moscou. Mais il se blesse durant une représentation.

Offre de l'école du Bolchoï de Moscou[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev se remet pour passer une audition à l'école de danse du Bolchoï de Moscou où il est accepté.

Mais il n'y entre pas, il refuse aussi de rejoindre la troupe à Oufa qui lui offre un contrat à plein temps.

De Oufa à Saint-Pétersbourg[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev préfère passer l'audition pour intégrer l'Académie de ballet Vaganova à Saint-Pétersbourg.

Après avoir suivi onze ans de cours de danse, notamment en danse folklorique, à Oufa, sa ville natale, il entre à l'Académie de ballet Vaganova à Saint-Pétersbourg en sixième de huit divisions, en 1955 à l'âge de 17 ans[14].

Rudolf Noureev y est accepté avec le commentaire suivant : « Soit vous serez un danseur extraordinaire, soit le modèle des ratés, et plus probablement le modèle des ratés ».

Il passe trois années à l'Académie qui est relié au ballet du Mariinsky de Saint-Pétersbourg - appelé alors le Kirov de Leningrad.

En deuxième année, il est promu en huitième division, la classe terminale. Alexandre Pouchkine devient son professeur, il aide considérablement Rudolf Noureev en s'occupant de lui et se prend d'affection pour lui.

En troisième année, Rudolf Noureev redouble la classe terminale.

Il garde sa spontanéité et son acharnement au travail.

Diplômé de l'Académie de ballet Vaganova, Rudolf Noureev intègre le ballet du Mariinsky en 1958, il passera 3 ans au Kirov.

Il en devient vite soliste et interprète les premiers rôles dans Le Corsaire, Don Quichotte, Le Lac des cygnes et dans La Belle au bois dormant.

Passage à l'Ouest à l'aéroport de Paris-Le Bourget[modifier | modifier le code]

Lors d'une tournée du Kirov à Paris, le 16 juin 1961, Noureev ulcère les autorités soviétiques par ses frasques, écumant les nuits parisiennes après les représentations. Sommé de rentrer à Moscou - alors que le ballet part pour Londres - il se jette vers deux policiers français à l'aéroport du Bourget et dépose une demande d'asile[15],[16].

Avec l'aide de Pierre Lacotte et de leur amie commune Clara Saint, alors amoureuse d'un des deux fils d'André Malraux[17], il parvient à fausser compagnie à ses gardes du KGB, et demande finalement l'asile politique à la France.

Rencontre avec Erik Bruhn[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev accompagne Maria Tallchief à Copenhague où il fait la connaissance du danseur danois Erik Bruhn, qu'il admirait beaucoup pour l'avoir vu dans un film d'amateur. Ils entretiendront une relation amoureuse qui ne cessera qu'à la mort de Bruhn en 1986[18].

Danseur du Royal Ballet de Londres[modifier | modifier le code]

À partir de 1962, Rudolf Noureev danse pendant plusieurs années au Royal Ballet, Covent Garden, à Londres.

Étoile du Royal Ballet, Margot Fonteyn alors âgée de 42 ans, deviendra sa plus belle partenaire. Tous les deux vont former le couple le plus célèbre de l'univers de la danse classique. Ils entretiendront des relations amicales étroites pendant les trente années qui suivront.

Margot Fonteyn et Rudolf Noureev interprètent pour la première fois ensemble Giselle le 21 février 1962. Lorsque le rideau tombe ce soir-là, le public est tellement stupéfait qu’il y a un silence de quelques instants avant que les applaudissements retentissent, suivis de 23 rappels[19].

Sur la scène de l'Opéra de Vienne[modifier | modifier le code]

En 1964, Rudolf Noureev crée sa première chorégraphie du Lac des cygnes pour l'Opéra d'État de Vienne.

Dans ce ballet il interprète le rôle du prince aux côtés de Margot Fonteyn qui interprète Odette et Odile.

À la fin d'une représentation, on compte 89 levées de rideau, événement unique dans l'histoire du ballet[20].

Ce succès légendaire prépare le terrain pour Manuel Legris, qui, sur les traces de Rudolf Noureev, reprend ce ballet dans la version viennoise de Rudolf Noureev au calendrier de l'Opéra de Vienne dans les saisons 2013-2014 et 2014-2015.

Le superstar du ballet[modifier | modifier le code]

Il est le monstre sacré qui déplace les foules à la manière d'une rock star, personnage au destin rocambolesque[15].

Rudolf Noureev se produit sur la scène de toutes les grandes compagnies internationales. Il touche 7,9 millions de dollars par an, le plus gros cachet qu'un danseur a jamais reçu[21].

Le 12 juillet 1967, après une représentation au Royal Ballet de San Francisco, Margot Fonteyn et Rudolf Noureev sont invités par de jeunes « hippies » à venir se joindre à eux pour fêter le Summer of Love, avec son lot de LSD et de marijuana. Arrêtés dans le quartier « hippie » de Haight-Ashbury par la par la police qui les soupçonne de consommation de drogues, ils ne sont pas poursuivis en justice[22].

En 1977, on lui propose le poste du directeur du Royal Ballet. Rudolf Noureev refuse cette offre préférant encore poursuivre sa carrière de danseur étoile[23].

Directeur du ballet de l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

Dans les années 1980, Rudolf Noureev danse régulièrement à l'Opéra de Paris.

Il est nommé directeur du ballet de l'Opéra national de Paris à compter du 1er septembre 1983 par Jack Lang, alors ministre de la Culture.

Rudolf Noureev exerce ce poste jusqu'en 1989.

Ses premières années en tant que directeur soulèvent des critiques jusqu'au sein de l'Opéra[n 4].

Chorégraphe[modifier | modifier le code]

Également chorégraphe, admirateur de l'école française et inconditionnel de Bournonville et de Petipa, il remonte en Europe de nombreux ballets d'après Petipa.

Ces grands ballets étaient pour la plupart alors inconnus des Occidentaux.

Il fait découvrir au public parisien l'acte III de La Bayadère en 1961, puis remonte ses propres versions d'après Petipa.

C'est à Vienne que Rudolf Noureev monte son premier Le Lac des cygnes (1964) et son premier Don Quichotte.

Plus tard, il y reviendra pour monter La Belle au bois dormant (1966), Casse-Noisette et Raymonda.

En 1982, Rudolf Noureev devient citoyen autrichien et est nommé membre honoraire de l’Opéra de Vienne[24].

Il apparaît en 1977 sous la direction de Ken Russell dans le rôle principal dans Valentino, qui reçoit un accueil mitigé de la critique et du public malgré quelques scènes remarquables, notamment celle du tango de Valentino et Nijinski joué par Anthony Dowell[25].

Après de nombreuses demandes, il obtient finalement de Gorbatchev, à la fin de 1989, un visa de quarante-huit heures à Léningrad pour voir sa mère. Il revient pour la première fois à Saint Petersbourg, en citant les vers de Ossip Mandelstam : « Revenu dans ma ville connue jusqu'aux larmes... »[26], pour rendre visite à sa mère mourante. Il rapporte de ce voyage la photocopie de la partition complète de La Bayadère de Minkus avec l'intention de le remonter avec les notes originales de Petipa[27].

Luttant contre la maladie, Rudolf Noureev remonte l'intégralité du ballet La Bayadère de 1877 en octobre 1992.

Influences artistiques[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev fait se rencontrer l'école russe très technique et le style français à l'élégance racée[2].

Il a avant tout respecté l'école française de danse et su y apporter de la théâtralité[28].

Au surplus, Rudolf Noureev a bouleversé la perception de la danse classique masculine, attachant beaucoup d'importance à la chorégraphie des danseurs[9],[29]

L'esprit de Rudolf Noureev[modifier | modifier le code]

« Le désir de «jusqu’au-boutisme» de Rudolf, appliqué à sa propre personne, jusqu’aux limites les plus dangereuses, valait aussi pour les danseurs qu’il faisait travailler[30]. » Patrice Bart

Manuel Legris, qui est nommé étoile du ballet de l'Opéra de Paris par Rudolf Noureev le décrit ainsi : « Rudolf Noureev était un TGV. Après s'être fait huer, il a enfoncé son béret et retravaillé.[31] »

« Il attendait toujours beaucoup d'un danseur et de sa vie artistique. Rudolf Noureev travaillait tous les jours. Il était là, à l'Opéra, de dix heures du matin à sept heures du soir. [...] Il laisse derrière lui l'image d'un danseur d'exception, exigeant et charismatique.[9]»

Ses nombreuses chorégraphies de ballets classiques sont aujourd'hui largement reconnues. L'Opéra national de Paris organise chaque année plusieurs représentations de ses ballets.

Les successeurs de Rudolf Noureev à la direction du Ballet l'Opéra de Paris, Patrick Dupond et Brigitte Lefèvre, ont souvent témoigné de l'héritage et de l'empreinte indélébile laissée par Rudolf Noureev à l'Opéra de Paris[32],[33].

Alors qu'il est directeur du Ballet de l'Opéra de Paris, Rudolf Noureev nommera cinq danseurs étoiles, parfois appelés des « bébés » Noureev[2] parce que, tout comme leur maître, ils ont une grande carrière:

Rudolf Noureev fait vivre la tradition du ballet français.

Nathalie Aubin, sujet à l'époque, note : « À l’Opéra de Paris, c’est Patrice Bart qui incarne le plus parfaitement la descendance de Noureev »[34].

Le bilan de l'époque Noureev ressort lorsque Benjamin Millepied prend les rênes du Ballet de l'Opéra national de Paris en novembre 2014[n 5].

« Rudolf Noureev a rendu le Ballet de l'Opéra de Paris sexy. »[35]

En 2013, inspiré par Rudoph Noureev, Pascal Crantelle, directeur artistique et metteur et scène de la compagnie Alexander Thaliway, écrit et crée Comment j'ai croisé Rudolf Noureev dans l'ascenseur ?, un spectacle théâtral et chorégraphique au théâtre du Marais à Paris[36],[37].

Caractère[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev dit de lui, qu'il est direct et franc[9],[n 6]. Il a une vigilance extrême. Cela a pour conséquence qu'il est critique envers lui-même jusqu'au bout ce qui ressort de son commentaire sur la vidéo « Rudolf Noureev au travail à la barre » : « On dit que je suis le plus grand danseur du monde. - C'est vrai... C'est pas vrai. C'est vrai et c'est pas vrai. Je m'entraîne, ça, c'est vrai. Je m'entraîne chaque jour. Je suis un élève comme les autres. Exact, discipliné, obéissant, ni blanc ni noir.[1] »

Manuel Legris décrit Rudolf Noureev comme « très généreux avec des yeux qui brillaient »[9].

Côté mythique[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev devient une figure mythique. Brigitte Lefèvre, directrice du Ballet de l'Opéra de Paris de 1995 à 2014, décrit ce côté de Rudolf Noureev de la façon suivante : « Lorsque le ballet s'est produit dans les années 1980 aux États-Unis, cela s'est fait sur la notoriété de Rudolf. Les gens ne connaissaient pas ou mal notre troupe. Je trouve formidable que Rudolf Noureev ait pu avoir ce côté mythique. Les gens sont persuadés de l'avoir vu danser... même si ce n'est pas le cas.[2] »

Rudolf Noureev demeure synonyme de grands ballets aux difficultés techniques redoutables pour les étoiles[2].

L'ère de Noureev[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev est considéré comme monstre sacré, qui a laissé au Ballet de l’Opéra de Paris un répertoire classique exceptionnel[38].

Intransigeant et passionné, il redonne au Ballet de l'Opéra de Paris sa première place internationale, organisant après plus de trente ans d'absence, trois tournées consécutives aux États-Unis. Il ramène la Compagnie à son plus haut niveau artistique et donne sa chance aux danseurs les plus jeunes sans toujours respecter la tradition des échelons. Il marque profondément toute une génération de danseurs demandant un total engagement de leur part et repoussant sans cesse les limites du possible.

« Rudolf Noureev a fait exploser en moi l’amour de la danse, il m’a donné le ballet pour passion.[34] »

« C’était la découverte absolument magique d’un nouveau monde. Mais en même temps, si nous faisions mal notre travail de danseur, les oreilles nous sifflaient ! Noureev avait sacrifié sa vie à la danse, et il réclamait de nous la même chose. Mais nous étions prêts à nous donner à fond pour ne pas le décevoir. C’était un très grand Monsieur.[34] »

Culture de ballet[modifier | modifier le code]

Pour Rudolf Noureev, la star de la compagnie, c'est le corps de ballet. C'est comme ça que fonctionne Rudolf Noureev[32].

Patrice Bart devient le bras droit de Rudolf Noureev[34].

Dans les années de Rudolf Noureev en tant que directeur du ballet, Rudolf Noureev est le cœur et Patrice Bart l'âme du Ballet de l'Opéra national de Paris[34],[32].

Présence lors des répétitions[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev repousse sans cesse les limites du possible. Il est toujours très exigeant, mais exigeant envers lui-même déjà[9],[29].

Ce fait, Manuel Legris l'éprouve avec sa partenaire Élisabeth Maurin. Le couple interprète Romeo et Juliette à l'Opéra de Paris à l'âge de 17 ans. L'impression de Rudolf Noureev est très forte.

Les deux jeunes danseurs interprètent les rôles Roméo et Juliette pour la première fois.

Manuel Legris se souvient de Rudolf Noureev, décrivant les circonstances de ces répétitions.

« Pour la scène du balcon, il était pratiquement avec nous, avec moi et Élisabeth sur scène. J'avais été très impressionné qu'il voulut être là, participer, car il était souvent présent en coulisse, mais du fait de ce théâtre, de son ouverture sur la scène et la conception du décor, j'ai eu la sensation qu'il était là avec nous sur scène. C'était très impressionnant »[5].

Héritage[modifier | modifier le code]

Après sa mission en tant que maître de ballet à l'époque de Rudolf Noureev, Patrice Bart reste gardien du temple[39]. En 1990, il devient maître de ballet associé à la direction du ballet de l'Opéra de Paris et exerce sa fonction jusqu'à sa retraite, le 30 mars 2011.

Manuel Legris poursuit le style de Noureev jusqu'à aujourd'hui.

Inspiré par Rudolf Noureev, Manuel Legris fait une grande carrière de danseur étoile. Directeur du ballet de l'Opéra de Vienne depuis le 1er septembre 2010, Manuel Legris suit les pas de son ancien Maître et suit les répétitions du ballet de l'Opéra de Vienne.

Rudolf Noureev déclenche la carrière de Sylvie Guillem en la nommant l'étoile lorsqu'elle a seulement 19 ans, ce qui était un évènement sans précédent. Il préférerait lui éviter cette phase, dans laquelle une grande danseuse est considérée comme étoile sans être nommé étoile si bien que la danseuse doit attendre et souffrir parce qu'elle veut danser maintenant au moment où ses ailes sont grandes[7].

Le sida[modifier | modifier le code]

Le tombeau de Noureev créé par Ezio Frigerio

En 1984, alors que Rudolf Noureev perd beaucoup de poids et qu'il est victime d'une fièvre persistante, il effectue des examens médicaux et découvre qu'il est atteint du VIH (SIDA).

En 1988, lors de la représentation de La Sylphide de Bournonville Flemming Flindt à La Scala, les premières voix critiques, les doutes et les ragots autour de la forme de plus en plus décevante du danseur se font entendre.

Pendant de nombreuses années, il nie le fait ; lorsque, vers 1990, il devient malade de façon évidente, il combat courageusement sa maladie sans cesser de danser. Il essaie plusieurs traitements expérimentaux qui ne ralentissent pas la dégénérescence inéluctable de son corps. Il apparaît amaigri et a de plus en plus de mal à se déplacer.

Il doit cependant affronter la réalité. À cette époque, son courage suscite l'admiration de beaucoup de ses détracteurs. Sa déchéance physique le fait souffrir, mais il continue à se battre en se montrant en public. Au cours de sa dernière apparition publique, le 8 octobre 1992, pour la première de sa production de La Bayadère au palais Garnier d'après Marius Petipa, le public lui fait une ovation debout.

Rudolf Noureev s'éteint dans une clinique de Levallois-Perret trois mois plus tard, le 6 janvier 1993, à l'âge de 54 ans. Il est enterré au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, dans l'Essonne. Entièrement revêtu de mosaïque, son tombeau se présente sous la forme d'un kilim (somptueux tapis qui retombe de chaque côté de la pierre en plis chatoyants) recouvrant les malles de l'errance. Il est l'œuvre d'Ezio Frigerio, décorateur qui a souvent collaboré avec Noureev[40].

Les biens et la collection d'art de l'appartement de Noureïev, quai Voltaire à Paris, sont dispersés lors d'une vente aux enchères historique. Sa villa de Capri est léguée à sa sœur après un long procès.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev en 1973


Rudolf Noureev en 1973
  • 17 mars 1938 : son père l'enregistre le 4 avril à la mairie de Razdolnaïa, la ville la plus proche de son camp militaire. Aucun témoin ne peut donner précisément son heure de naissance, la nuit tombe très tôt en Sibérie à cette période de l'année. Pendant seize mois, il vivra sur la base d'artillerie de Razdolnaïa.
  • juillet 1939 : ses sœurs, sa mère et lui prennent le Transsibérien (quatorze jours de voyage) pour gagner Moscou, où Hamet est muté.
  • Jusqu'en 1945 : son père sert sur le second front en Ukraine avec le grade de lieutenant de l'Armée rouge.
  • octobre 1941 : ses sœurs, sa mère et lui quittent Moscou, suite aux premiers bombardements. Ils arrivent à Tchichouana et vivent dans une pièce de 9 m2 avec un vieux couple de près de quatre-vingts ans.
  • Printemps 1942 : ils emménagent à Oufa, chez un oncle de son père qui a gardé le nom de Fasli. Ils habitent à l'angle des rues Sverdlova et Zentsova avec une autre famille, dans un appartement de 14 m2. Son père est promu capitaine, mais envoie de rares missives aux siens.
  • 1945 : à 7 ans, Rudolf entre à la « grande école », située d'abord rue Sverdlova puis Aktsatva[réf. nécessaire]. La danse entre pour la première fois dans sa vie : les cours de chant et danse sur les chants folkloriques bachkirs sont obligatoires.
  • 31 décembre 1945 : la compagnie de danse d'Oufa, accompagnée de danseurs réfugiés du Bolchoï et du Kirov, donnent une représentation à l'Opéra d'Oufa. Rudolf est sous le choc en voyant le premier ballet, Le Chant des cigognes, avec la danseuse étoile bachkire formée à Léningrad, Zaïtouna Nazretdinova, dans une chorégraphie de Nina Anissimova. Il décide de devenir danseur.
  • août 1946 : Son père rentre pour la première fois à la maison. Il revoit sa famille qu'il n'avait plus vue depuis plus de six ans. Il va perturber entièrement la routine installée depuis lors. Il va vouloir « viriliser » les activités de son fils unique, le privant de danse et l'initiant vainement à la pêche.
  • 1946 : la famille déménage au no 37 de la rue Zentov. Rudolf participe au spectacle de danse des Jeunes Guides. Il veut apprendre le piano, son père le lui interdit.
  • 1949 : Oudeltsova, ancienne danseuse des Ballets russes de Diaghilev, devient son professeur de danse privé. Il prend des cours deux fois par semaine gratuitement. Il y reste dix-huit mois, le temps d'apprendre les bases de la danse classique. On lui conseille de prendre des cours avec Elena Konstantinovna Vaïtovitch, maîtresse de ballet à l'Opéra d'Oufa, mais son père refuse. Rudolf finit par suivre des cours avec elle, en cachette.
  • À 16 ans on lui offre un premier rôle de figurant pour l'Opéra d'Oufa (10 roubles par soirée). Il quitte l'école traditionnelle pour l'école de la Jeunesse Ouvrière.
  • Vers 1954 : Rudolf finit par économiser suffisamment pour se rendre à Moscou, mais il dort dans la rue. Après une courte escapade, il retourne à Oufa. Victor Kranstovitch Parinas, professeur à l'Opéra de la ville, propose de l'engager définitivement dans son corps de ballet.
  • 2 juillet 1955 : il reçoit une convocation pour passer l'examen d'entrée à l'école de ballet de Léningrad. À la même époque, il participe à une tournée organisée par l'Opéra d'Oufa allant jusqu'à Moscou. Il s'agit d'une décade d'art bachkir. À la suite d'une audition avec Asaf Masserer, l'un des plus grands danseurs soviétiques et figure légendaire du Bolchoï, il est admis à ce théâtre. Malheureusement, l'école n'a pas d'internat, il doit donc y renoncer : sans bourse et sans l'aide de sa famille, c'est impossible.
  • 1955-1958 : études à l’école Vaganova de Léningrad, avec le maître Alexandre Pouchkine.
  • 1959-1961 : admis dans le corps de ballet du Kirov, il en devient vite soliste (Le Corsaire, Don Quichotte, Le Lac des cygnes, La Belle au bois dormant).
  • 16 juin 1961 : en tournée en France avec le Kirov (La Bayadère), insoumis, il demande l’asile politique à l’aérodrome du Bourget. Il est engagé dans les Ballets du Marquis de Cuevas.
  • 1962 : débuts au Covent Garden de Londres (Giselle avec Margot Fonteyn). Interprète exceptionnel des créations de Frederick Ashton, Rudi van Dantzig, Roland Petit, Maurice Béjart, George Balanchine, Glen Tetley, Martha Graham et Murray Louis. Il remonte et adapte les ballets de Marius Petipa. Il publie son autobiographie à Londres, puis à New York.
  • 1963 : il danse dans Marguerite et Armand avec Margot Fonteyn au Royal Opera House de Londres.
  • 1982 : Rudolf Noureev devient citoyen autrichien et est nommé membre honoraire de l'Opéra de Vienne[24].
  • septembre 1983 : nommé directeur de la Danse à l’Opéra de Paris par Jack Lang. Il donne une énergie nouvelle au corps de ballet et porte le prestige de l'Opéra de Paris à l'international en maintenant la compagnie à son plus haut niveau. Il invite les chorégraphes étrangers et agrandit le répertoire.
  • novembre 1989 : il revient sur la scène du Kirov de Léningrad après 28 ans d’exil. Il quitte son poste de directeur de la danse, mais en reste le chorégraphe principal.
  • 6 janvier 1993 : il meurt à l'âge de 54 ans à l'hôpital Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours de Levallois-Perret, rue de Villiers, et suivant sa volonté est enterré à la nécropole russe de Sainte-Geneviève-des-Bois dans l'Essonne.

Chorégraphies[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Hommages et distinctions[modifier | modifier le code]

Rudolf Noureev est fait chevalier de la Légion d'honneur en 1988.

Le 8 octobre 1992, le ministre de la Culture de l'époque, Jack Lang, lui remet la plus haute récompense culturelle, le faisant commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres.

L'école nationale chorégraphique d'Oufa (Bachkirie) porte son nom depuis 1997. Son nom est également donné au festival annuel de ballet classique de l'opéra d'Oufa, ainsi que celui de Kazan. Une salle de répétition de l'académie Vaganova est baptisée de son nom.

À l'Opéra national de Paris, une soirée de danse « Hommage à Rudolf Noureev » a lieu tous les dix ans. Elles se sont déroulées les 20 janvier 2003[43] et 6 mars 2013[44]. L'hommage de 2003 a débuté par le défilé du Ballet de l'Opéra de Paris, puis par un film présenté par la Cinémathèque de la danse en collaboration avec l'Institut national de l'audiovisuel[43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes
  1. ru'dolf χa'mɛtovitʃ nɔ'reev ; parfois transcrit Noureïev (nɔ'riev).
  2. En bachkir : Рудольф Хәмит улы Нуриев ; en tatar : Rudolf Xämät ulı Nuri / Рудольф Хәмит улы Нуриев.
  3. Benjamin Millepied, ancien directeur du ballet de l'Opéra national de Paris, et Manuel Legris, le directeur du ballet de l'Opéra d'État de Vienne, deux anciennes étoiles, ont des préférences pour les chorégraphies de Rudolf Noureev intégrant au minimum un de ses ballets au programme de la saison. De façon générale, les œuvres de Rudolf Noureev sont les ballets les plus représentés[réf. nécessaire].
  4. En 1986, il entre d'ailleurs violemment en conflit avec Maurice Béjart, alors chorégraphe invité : le 24 mars, à l'issue de la création de son ballet Arépo, Maurice Béjart nomme Manuel Legris et Éric Vu-An danseurs étoiles. Rudolf Noureev contraint Maurice Béjart à faire marche arrière (voir « La Guerre des étoiles », Le Nouvel Observateur, mars 1986).
  5. Il faut ajouter que dans sa carrière, Brigitte Lefèvre n'a pas eu la chance de faire la connaissance de Rudolf Noureev en personne, malheureusement. Nathalie Aubin note : « à l’Opéra de Paris, c’est Patrice Bart qui incarne le plus parfaitement la descendance de Noureev. […] Les autres ne l’ont peut-être pas assez connu. »
  6. Dans l'émission Rencontre avec le danseur étoile : Manuel Legris du 12 juillet 2013 sur France Inter, un bref enregistrement d'archives de Rudolf Noureev parlant de sa formation à Saint-Pétersbourg en français est diffusé.
Références
  1. a et b « Rudolf Noureev au travail à la barre »], 21 décembre 1970, sur le site de l'INA
  2. a, b, c, d, e et f Philippe Noisette, « Que reste-t-il de Noureev ? », Les Échos, 1er mars 2013.
  3. « Rudolf Noureev, les images d'une vie » sur le site de la fondation Noureev.
  4. « Rudolf Noureev et Margot Fonteyn, un accord parfait » sur le site de la fondation Noureev.
  5. a et b [vidéo] POB 1999 Roméo et Juliette par Manuel Legris et Elisabeth Maurin sur YouTube.
  6. Biographie de Rudolf Noureev.
  7. a et b (en) « Sylvie Guillem:Force of Nature », w:en:The Culture Show, BBC Two, 9 octobre 2013.
  8. (en) Judith Mackrell, « You had to respect his passion », theguardian.com, 3 avril 2003.
  9. a, b, c, d, e, f et g « Rencontre avec le danseur étoile : Manuel Legris », France Inter, 12 juillet 2013.
  10. Philippe Grimbert, Rudik, l'autre Noureev, Plon, , p. 27
  11. (en) Julie Kavanagh, Nureyev: The Life, Knopf Doubleday Publishing Group, , p. 64
  12. a, b, c, d et e « Jeunesse en Russie de Rudolf Noureev » sur le site de la fondation Noureev.
  13. (en) Rudolf Nureyev, Nureyev: An Autobiography, Dutton, , p. 27
  14. « Noureev au Kirov » sur le site officiel.
  15. a et b « Vingt ans après, inoubliable Rudolf Noureev », Culturebox, 3 janvier 2013.
  16. Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos, « 16 juin 1961 : Rudolf Noureev échappe au KGB au Bourget, refusant d'embarquer pour Moscou », Lepoint.fr,‎ (lire en ligne).
  17. (en) « 1961: Russian dancer in freedom dash » sur le site de la BBC.
  18. « 1961 : Rudolf Noureev passe à l'Ouest » sur le site de la fondation Noureev.
  19. « Rudolf Noureev et le Royal Ballet » sur le site de la fondation Noureev.
  20. (de) « Schwanensee in neuer Ausstattung ab Sonntag an der Staatsoper » (annonce du Lac des cygnes à l'Opéra de Vienne), 15 mars 2014 .
  21. (en) (en) « Ballet Salaries: Can Do Better  » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 7 décembre 2014, sur tutu-mania.com.
  22. William W. Turner, The Police Establishment, Putnam, , p. 160
  23. (en) Rudolf Nureyev Biography, A&E Television Networks.
  24. a et b [1]
  25. (en) Janet Maslin, Vital Nureyev Upstages Valentino, The New York Times' 6 octobre 1977.
  26. [PDF] Brochure du festival Saint-Maur en toutes libertés (novembre 2011), Histoire et Liberté hors série, juin 2012, p. 50.
  27. [2]
  28. Ariane Dollfus, Noureev l'insoumis[réf. insuffisante].
  29. a et b « Rudolf Noureev, danseur et chorégraphe », theatreducapitole.fr, 6 novembre 2013.
  30. « Repousser les limites du possible » par les étoiles de l'Opéra de Paris sur le site de la fondation Noureev.
  31. Frederick Wiseman, La Danse, le ballet de l'Opéra de Paris, documentaire, 2009.
  32. a, b et c Rencontre avec Patrice Bart et Brigitte Lefèvre à l'Opéra de Paris, 29 mars 2011.
  33. « Rudolf Noureev, portrait », 19 décembre 2008, sur le site de la fondation Noureev.
  34. a, b, c, d et e Nathalie Aubin, « Mes années Nouréev », 26 février 2004.
  35. « Benjamin Millepied, le pari de Stéphane Lissner », Paris Match, 26 janvier 2013.
  36. [3]
  37. [4]
  38. « À l'Opéra, la fin de l'ère Noureev », 9 mars 2013, à l'occasion du hommage à Rudolf Noureev au Palais Garnier.
  39. Nathalie Aubin note : « À l’Opéra de Paris, c’est Patrice Bart qui incarne le plus parfaitement la descendance de Noureev. Il est en quelque sorte le gardien du Temple ».
  40. Philippe Grimbert, Rudik, l'autre Noureev, Plon, , p. 128
  41. (en) « Rudolf Nureyev Biography » sur le site de la fondation Noureev.
  42. (en) Susan King, « Patricia Foy: Keeping Step with Nureyev », Los Angeles Times, 2 mai 1993.
  43. a et b Hommage à Rudolf Noureev 2003, note sur le site memopera.fr de l'Opéra national de Paris.
  44. « Hommage à Rudolf Noureev par Brigitte Lefèvre » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2013, sur Opéra national de Paris.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nureyev : An Autobiography, Londres, Hodder & Stoughton, 1962, New York, Dutton, 1963. Avec une introduction d'Alexander Bland.
  • (en) Olga Maynard, Nureyev : the Man and the Myth, Dana Publishing, 1973
  • (en) John Percival, Nureyev : Aspects ot the Dancer, Putnam's sons, 1975
  • (en) Jurgen Vollmer et John Devere, Nureyev in Paris, Modernismo Publications, 1975
  • Alexander Bland, Noureïev, Julliard, 1976, et Portrait d'un film : Noureïev-Valentino, Ed du Chêne, 1977
  • Mario Bois, Noureïev, Ed. Plume, 1993
  • Howard Brown, Noureïev, Phaidon (diff. Flammarion), 1993
  • (en) Peter Watson, Nureyev : A Biography, Hodder & Stoughton, 1994
  • (en) Otis Stuart, Perpetual Motion : The Public and Private Lifes of Rudolph Nureyev, Simon & Schuster, 1995
  • Peter Watson, Noureïev, Éditions no 1, 1995
  • Roland Petit, Temps liés avec Noureïev, Grasset, 1998
  • (en) Diane Solway, Nureyev, his Life, Quill, 1998
  • Vladimir Fedorovski, L'Histoire secrète des Ballets russes : de Diaghilev à Picasso, de Cocteau à Stravinsky et Noureïev, éd. du Rocher, 2002
  • Bertrand Meyer-Stabley, Noureev, Payot, 2002 (1re éd.)
  • Josseline Le Bourhis et Laurent Croizier, Rudolf Noureïev, Opéra national de Bordeaux/William Blake & co, 2003
  • Carolyn Soutar, Noureïev intime, Carnot, 2004
  • Ariane Dollfus, Noureïev l'insoumis, Flammarion, 2007
  • (en) Julie Kavanagh, Rudolph Nureyev, Pantheon Books, Reed Elsevier, 2007
  • (en) Rudi van Dantzig, Remembering Nureyev, University Press of Florida, 2008
Autres
  • Colum McCann (trad. Jean-Luc Piningre), Danseur [« Dancer »], Paris, Belfond, (réimpr. 2005 en 10/18, 2008 en Pocket), 370 p., broché 14,2 cm × 22,6 cm × 2,5 cm (ISBN 978-2-7144-3729-7, EAN 9782714437297).
  • Marie Bertherat, Rendez-vous à la datcha, évoque le début de la carrière du danseur.
  • Philippe Grimbert , Rudik, l'autre Noureev, Paris, Plon, 2015.
  • Françoise Dargent, Le Choix de Rudi, Hachette, 2015

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]