Monument de Thrasyllos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Monument chorégique de Thrasyllos, en 1880

Le monument chorégique de Thrasyllos a été élevé à Athènes, sur le flanc sud-est de l'Acropole, au-dessus du théâtre de Dionysos, par le chorège[1] Thrasyllos de Décélie en -320/-319 et par son fils Thrasyclès en -270[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le monument, converti à l'époque byzantine en une chapelle nommée Panaghia Chrysopeliotissa, a été détruit par les Turcs lors du siège d'Athènes en 1827[3].

Monument de Thrasyllos, en travaux (2005)

Il en reste une grotte taillée dans la roche, qui était décorée d'un encadrement dorique de 7,50 m de long. Trois pilastres et une statue furent probablement ajoutés en -269 par Thrasyclès, fils de Thrasyllos, lorsqu'il fut lui-même, comme agonothète, vainqueur dans deux jeux musicaux[4].

Les colonnes corinthiennes, au-dessus de la grotte, ont pu supporter les trépieds traditionnels[3], ou peuvent appartenir à un monument romain postérieur[5].

Le chapiteau d'un pilastre appartenant au monument a été retrouvé en 1985 dans les réserves du musée national archéologique d'Athènes[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Amandry, Monuments chorégiques d'Athènes, 1997
  • J. M.Camp II, The Archaeology of Athens, Yale University Press, 2001. pages 162-63, fig. 157.
  • Christopher Mee et Antony Spawforth, Greece: An Oxford Archaeological Guide, Oxford University Press, 2001, pp. 63-65.
  • Robin Barber, City Guide: Athens, fifth edition, Blue Guide, A&C Black, London, 2002, p. 98
  • Daniel Ramée, Histoire générale de l'architecture, Amyot, Paris, 1860.
  • Rhys F. Townsend, A Newly Discovered Capital from the Thrasyllos Monument, American Journal of Archaeology, Vol. 89, No. 4 (octobre 1985), p. 676-680

Liens externes[modifier | modifier le code]