Henry Savary de Beauregard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Henry Savary de Beauregard
Fonctions
Conseiller général des Deux-Sèvres
Canton de Bressuire
-
Député des Deux-Sèvres
-
Maire de Mauléon (d)
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique
Membre de
Société des archives historiques du Poitou (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Louis-Henry Savary de Beauregard, né le à Châtillon-sur-Sèvre et mort le au château de la Pastelière (Combrand), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Armes de la famille Savary de Beauregard lions

Henry Savary de Beauregard appartient à une famille originaire de Vendée[1]. Il est le fils de Henry Savary de Beauregard, maire de Montravers et conseiller général des Deux-Sèvres, créé comte romain par bref du Pape Léon XIII en date du 21 mars 1882, propriétaire du château du Deffend, et d'Adeline de Chabot (fille du comte Constantin Joseph de Chabot, chef de division dans l'armée vendéenne et chevalier de Saint-Louis).

Marié le 19 novembre 1891, à Paris, avec Louise Marie Madeleine de Salvaing de Boissieu, fille du baron Arthur de Boissieu et petite-fille du vicomte Auguste Ernest d'Aboville, il est le père de :

  • Jean Savary de Beauregard (1892-1916), sous-lieutenant, mort pour la France
  • Isabelle Savary de Beauregard (1893-1896)
  • Hubert Savary de Beauregard (1894-1917), mort pour la France
  • Berthe Savary de Beauregard (1896-1985), mère du baron Pierre Durye
  • Guy Savary de Beauregard (1898-1921), lieutenant, mort pour la France
  • Anne Marie Savary de Beauregard (1900-1918)
  • Michel Savary de Beauregard (1901-1986), marié avec Marguerite Lefebvre de Plinval
  • Madeleine Savary de Beauregard 1904-1991), mariée à Jean Fougeroux de Campigneulles


Carrière politique[modifier | modifier le code]

Propriétaire de terres dont il supervise l'exploitation, membre du Comité d'action électorale catholique « Justice - Égalité », il devient conseiller de l'arrondissement de Bressuire en 1888, maire de Châtillon-sur-Sèvre en 1890 (il est alors le plus jeune maire de France jusqu'en 1913), puis conseiller général des Deux-Sèvres pour le canton de Bressuire de 1904 à 1910.

Savary de Beauregard est élu député le 10 octobre 1897, succédant au marquis Julien-Gaston du Vergier de La Rochejaquelein, son parent. Il siège au sein de l'Action libérale et se montre un grand soutien de l'Église catholique.

À la fin du mois d'avril 1912, il entreprend un pèlerinage à Lourdes, demandant sa guérison d'un cancer : « mais quelle responsabilité si je guéris : il me faudra vivre comme un saint pour témoigner au bon Dieu ma reconnaissance et publier ses infinies bontés. (…) Oh ! que je suis heureux de n'avoir travaillé que pour Dieu ! ».

Il est réélu député jusqu'à sa mort, survenue le 18 avril 1913, alors âgé de cinquante ans

Divers[modifier | modifier le code]

Passionné de chasse à courre, maître d'équipage de chasse à courre du Deffend en forêt de Vezins, il rédige un livre de vénerie, commencé au château du Deffend, le 16 septembre 1884, « destiné à contenir la liste des chiens, leur généalogie et le récit de chacune de nos chasses ».

Il était membre de la Société des archives historiques du Poitou.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charondas, Le Cahier noir, Patrice du Puy éditeur, 2015, non paginé, et Un juge d'armes au Jockey-club, ICC, 2000, non paginé.

Sources[modifier | modifier le code]

  • abbé Louis Pasquier, Henri Savary de Beauregard : député des Deux-Sèvres de 1897 à 1913, 1914

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]