Ingelger d'Amboise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ingelger Ier d'Amboise
Titre Seigneur d'Amboise
Biographie
Dynastie Deuxième Maison d'Amboise
Surnom Ingelger "Le grand"
Naissance vers 1300
Décès
Château d'Amboise
Père Pierre Ier d'Amboise
Conjoint 1°)Marie de Flandres-Dampierre
2°)Isabeau de Thouars
Enfants 1°)Jean, Jeanne, Marguerite, Marie
2°)Pierre, Perronnelle

Image illustrative de l’article Ingelger d'Amboise

Ingelger Ier d'Amboise (né vers 1300, † en 1373), était le fils aîné de Pierre Ier d'Amboise (décédé en 1312), fondateur de la branche aînée des seigneurs d'Amboise.

Titres et fonctions[modifier | modifier le code]

Après le décès de son père, Pierre Ier d'Amboise, Ingelger Ier devint seigneur d'Amboise, Bléré, Rochecorbon et Civray en Indre-et-Loire, de Montrichard en Loir-et-Cher, de Berrie et Leugny dans la Vienne, et de Château-Gontier dans la Mayenne. Il était surnommé Ingelger "Le grand". Il reçut aussi La Ferté-Bernard dans la Sarthe du roi Jean le Bon, fief passé ensuite à son beau-frère Guillaume Ier de Craon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Toute sa vie Ingelger Ier se battit contre les Anglais qui avaient envahi la partie ouest de la France. Il fit campagne aux côtés des rois de France Philippe VI de France et Jean II le Bon pendant la guerre de Cent Ans. Le 19 septembre 1356 il est fait prisonnier en même temps que le roi Jean II le Bon à la Bataille de Poitiers (1356) et comme lui, il se retrouve prisonnier en Angleterre. Son épouse participe à la rançon de quatre millions d'écus demandés par Édouard III, roi d'Angleterre, pour libérer le roi de France. Puis, pour payer la rançon de son mari, elle vend sa terre de Chevreuse, près de Paris. À peine rentré en France, Ingelger Ier reçoit une lettre du régent et futur roi de France Charles V qui lui écrit de Vincennes, (le dix-sept mai 1357) et lui donne l'ordre de se constituer prisonnier, une nouvelle fois, pour aller prendre la place de Guy II de Châtillon, comte de Blois, prisonnier, lui aussi, d'Édouard III. Dans cette lettre, il menace Ingelger Ier d'Amboise de lui confisquer ses biens, s'il refuse de repartir. (Voir la revue intitulée "Le cabinet historique " - Textes et pièces inédites, 1862. T.8 - p.73 à 77). Malgré la menace Ingelger Ier refuse de repartir comme prisonnier en Angleterre. Il adresse un courrier au roi pour lui donner les raisons de son refus. Le 11 novembre 1355, Ingelger Ier d'Amboise adressa une lettre de sa forteresse de Mondoubleau, à Macé de Valaines, et à son cousin Hugues d'Amboise. Il les nomme ses procureurs et leur demande de réceptionner, et de porter le nouvel évêque, Michel de Brèche, au cours de son entrée dans la ville du Mans. (Archives Départementales de Touraine, Ms 247 - folio 276).

Descendance[modifier | modifier le code]

Ingelger Ier épousa en premières noces, en 1334, Marie de Flandres-Dampierre, vicomtesse de Châteaudun, Dame de Mondoubleau (près de Châteaudun), de Terremonde (Flandres), de Nesle (Somme), et de Saint-Calais (Sarthe) (Marie de Flandre était la fille de Jean de Flandre-Dampierre, seigneur de Crèvecœur, Termonde, (les) Alleux en Pailluel/Puelle (Arleux, Palluel), et de Béatrix de Châtillon-Blois-Saint-Pol fille de Jacques). En 1356, il épousa en secondes noces, Isabeau de Thouars, comtesse de Dreux et de Benon, Dame de Talmond et Mauléon, (fille du vicomte Louis de Thouars, et de Jeanne II de Dreux, princesse issue du sang royal, comtesse de Braine, de Nevers, de Grignon, de Tonnerre, et de Joigny. Isabeau de Thouars était veuve depuis peu de temps de Guy de Nesle, seigneur de Mello. De ses deux mariages, Ingelger d'Amboise eut sept enfants:

Du premier lit :

  • Jean, mort jeune.
  • Jeanne, dame de Nesle et Mondoubleau, mariée à Charles de Trie, comte de Dammartin. En 1406, Louis de Bourbon-Vendôme acquiert Mondoubleau.
  • Marguerite, dame de Nesle, mariée à Pierre II de Sainte-Maure, seigneur de Montgaugier, d'où la suite des sires de Nesle.
  • Marie dame de St-Calais, mariée à Olivier d'Ussé (de Husson ?). St-Calais et Ussé sont vendus aux alentours de 1400 (1395 pour St-Calais, par Olivier devenu veuf ? ; début du XVe siècle pour Ussé ?) aux Bueil de Sancerre (Jean IV et son fils Jean V ; la sœur de Jean V, Anne de Bueil (1405-58), était l'épouse de Pierre de Chaumont d'Amboise, un lointain arrière-cousin de Marie de St-Calais).

Du deuxième lit :

Ingelger Ier d'Amboise mourut dans son château d'Amboise, en 1373.

Sources[modifier | modifier le code]

Le grand dictionnaire historique du MORERI- 1725. volume I- (p. 361 à 364).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire de Touraine de L-L Chalmel - Marseille - 1981. (T.3, p. 253).
  • Mémoires de la société archéologique de Touraine - Tours - 1864. (T. 14, p. 446 à 449).
  • Bulletin historique et archéologique la Mayenne - Laval - 1893. (T.6, p. 214).
  • Mémoires de la société de statistiques, sciences et arts du département des Deux-Sèvres, 2e série Niort - 1869. (T.4, p. 151 à 152).
  • La Touraine historique et monumentale de Louis-Auguste Bossebœuf - Tours- 1897 - (p. 54).
  • Châteaux et ruines historiques de France d'Alexandre Lavergne - Paris - 1845. (p. 384 à 385).