Saint-Pierre-des-Échaubrognes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Pierre-des-Échaubrognes
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Deux-Sèvres
Arrondissement Bressuire
Canton Mauléon
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Bocage bressuirais
Maire
Mandat
Claude Pousin
2014-2020
Code postal 79700
Code commune 79289
Démographie
Population
municipale
1 389 hab. (2014)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 59′ 25″ nord, 0° 44′ 35″ ouest
Altitude Min. 102 m
Max. 195 m
Superficie 28,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte administrative des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Échaubrognes

Géolocalisation sur la carte : Deux-Sèvres

Voir sur la carte topographique des Deux-Sèvres
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Échaubrognes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Échaubrognes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Pierre-des-Échaubrognes

Saint-Pierre-des-Échaubrognes est une commune du Centre-Ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-des-Échaubrognes longe le département de Maine-et-Loire. La commune est située à 2 km de Maulévrier, à 15 km de Cholet et à 30 km de Bressuire. Elle est entièrement enclavée dans les Deux-Sèvres par Mauléon, mais est limitrophe de Cholet, Maulévrier et Yzernay en Maine-et-Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Pierre-des-Échaubrognes sur une carte de l'Anjou au XVIIIe siècle. (Cliquez pour agrandir).

Saint-Pierre-des-Échaubrognes est née de la fusion de deux paroisses, Saint-Hilaire-des-Échaubrognes, située en Anjou et Saint-Pierre-des-Échaubrognes qui faisait partie des marches communes de l’Anjou et du Poitou.

Au Moyen Âge, les deux villages faisaient partie des Mauges. Sous l'Ancien Régime, les deux bourgades dépendaient de la sénéchaussée d'Angers. En 1785, elles avaient ensemble une superficie de 8 000 hectares et comptaient près de 4 000 habitants.

Les deux paroisses furent réunies en une seule commune par ordonnance royale du 30 juillet 1823. La nouvelle entité communale fut en même temps incorporée au département voisin des Deux-Sèvres. Le 4 juin 1862, la commune de Saint-Pierre-des-Échaubrognes se voit amputée du territoire de Loublande.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Xavier de Chabot SE  
    Paul Bienaimé    
mars 2001 réélu en 2008[1] Claude Pousin    

Économie[modifier | modifier le code]

L’attractivité de Saint-Pierre-des-Échaubrognes vient de sa position géographique, situé entre le Nord-Est vendéen, le Bocage bressuirais (Mauléon, Cerizay) et le Choletais (la commune n’est qu’à une dizaine de kilomètres de Cholet).

  • Centre de production du vitrage isolant (Glassver-Saint-Gobain).
  • Artisanat
  • Activité agricole très importante.

Culture[modifier | modifier le code]

  • Tennis Club Saint-Pierre
  • Club de foot Sain-Pierre
  • Échau'star Séances de variétés
  • Foyer des jeunes
  • Club du Palet échaubrognais

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 389 habitants, en augmentation de 1,09 % par rapport à 2009 (Deux-Sèvres : 1,93 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 519 664 1 043 1 271 1 356 1 349 1 350 1 437 1 472
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 475 1 541 1 039 1 102 1 168 1 214 1 238 1 201 1 148
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 138 1 153 1 155 1 024 1 007 1 002 961 1 004 1 051
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 012 961 1 023 1 113 1 253 1 251 1 378 1 367 1 389
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église paroissiale Saint-Pierre-des-Échaubrognes : patrimoine de l'Anjou. À voir : calice et patène. Le calice est l’œuvre de René Ier Hardye, maître orfèvre à Angers de 1616 à 1645, tandis que la patène a été produite par Laurent Hayeneufve, lui aussi orfèvre angevin, et porte le poinçon de jurande des années 1644-1645. Ces deux objets ont été réalisés par des artistes différents, comme cela se faisait parfois lorsque l’orfèvre du calice faisait appel à un confrère pour lui fournir la patène correspondante. Le poinçon de cette dernière désignant les dates de 1644-1645, et René Hardye étant décédé en 1645, il est très vraisemblable que le calice a été exécuté en même temps que la patène, soit en 1644.
  • Le lac du Verdon créé à la suite de la construction du barrage du Verdon en 1979.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Ouvrard : "Saint-Pierre-des-Echaubrognes, qui êtes-vous ?", Ed Herault, Maulévrier, 1978, 189 p

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]