Shooter, tireur d'élite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Shooter.
Shooter, tireur d'élite
Titre original Shooter
Réalisation Antoine Fuqua
Scénario Jonathan Lemkin
Acteurs principaux
Sociétés de production Di Bonaventura Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Thriller, action
Durée 124 minutes
Sortie 2007

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Shooter, tireur d'élite (Shooter) est un film américain, basé sur le livre Point of Impact de Stephen Hunter, réalisé par Antoine Fuqua, sorti en 2007.

Synopsis[modifier | modifier le code]

L'éclaireur et tireur d'élite Bob Lee Swagger (Mark Wahlberg) s'est couvert de gloire sur divers fronts avant qu'un drame ne l'amène à quitter l'armée. Reclus dans un chalet isolé dans des montagnes inaccessibles, Swagger pense avoir tourné la page quand on le sollicite pour empêcher l'assassinat du président américain. Il tombe dans un complot organisé par de hautes sphères du gouvernement et va devoir le déjouer en éliminant tous ceux qui y sont mêlés. Il entraîne la veuve de son ami Sarah Fenn (Kate Mara) et un jeune agent du FBI Nick Memphis (Michael Peña) dans cette périlleuse mission.

Résumé du film[modifier | modifier le code]

Le marine Bob Lee Swagger, sacrifié lors d'une mission qui tourne mal en Éthiopie, prend sa retraite après avoir perdu son observateur Donnie Fenn. Il est appelé à la rescousse par le colonel Isaac Johnson qui lui demande de déjouer un futur attentat contre le président des États-Unis. Réticent au début, Swagger accepte et se rend dans les trois villes où pourraient avoir lieu l'attentat, et prédit que Philadelphie en sera le théâtre.

Mais le jour J, c'est Swagger, venu en tant qu'observateur, qui se fait tirer dessus par le shérif Timmons pendant que l’archevêque d'Éthiopie, placé à 1 m du président, est assassiné. Touché à l'épaule droite et sur le côté, Swagger s'enfuit avec la voiture de l'agent Nick Memphis, récemment entré au FBI, auquel il dit ne pas avoir tué le président.

Swagger devient le coupable idéal du meurtre : non seulement les médias montrent ses phases de repérage qui ont précédé l'attentat, mais en plus son fusil a été placé dans le bâtiment auquel il a assisté à l'attentat en compagnie du colonel Johnson. Il utilise toutes ses compétences pour survivre par lui-même : il désinfecte ses plaies avec les moyens du bord puis contacte Sarah, la veuve de Donnie, pour qu'elle lui achète de quoi le soigner pour de bon et qu'elle le recouse. Après s'être remis, Swagger décide de faire la lumière sur ce qui s'est passé.

De son côté, l'agent Memphis a de plus en plus de doutes à propos de la version officielle des faits (attitude louche d'un de ses supérieurs, incohérence légère de timing, détails sur le tir, caractère obscur de l'origine des preuves de l'affaire, le shérif Timmons assassiné). Ses investigations mettent la puce à l'oreille de Johnson, qui le fait enlever pour le faire tuer tout en maquillant sa mort en suicide. Swagger le libère cependant avant qu'il soit exécuté, et le convainc de l'aider à mener son enquête.

Le sénateur Meachum, qui s'avère être le commanditaire de Johnson, s'impatiente, voulant que Swagger soit éliminé au plus vite. Johnson demande donc à Michael Sandor, un de ses partisans au gouvernement, d'aller s'isoler dans une propriété en montagne, et envoie une vingtaine d'homme pour le protéger. Swagger, couvert par Nick qu'il a formé, se débarrasse de la garde rapprochée de Sandor et apprend la vérité : le président des États-Unis n'a jamais été visé, c'est en réalité l’archevêque d'Ethiopie qui était la cible. En effet, le sénateur Meachum a ordonné le génocide d'un village éthiopien de 400 habitants pour pouvoir construire un oléoduc, et l’archevêque s'apprêtait à révéler la vérité lorsqu'il a été abattu pendant le discours.

Maintenant qu'il sait la vérité, Swagger convoque Johnson pour qu'il libère Sarah, qui avait entretemps été kidnappée et torturée par un proche de Johnson qui voulait connaître la position de Swagger. L'échange se passe au sommet d'une montagne, où Johnson place plusieurs hommes, comptant sur eux pour abattre Swagger. Ce dernier déjoue le piège et libère Sarah, avant de demander des explications à l'ignominie du sénateur ; mais ce dernier ne regrette nullement son geste, car il considère que la construction de l'oléoduc a permis de pacifier l'Ethiopie et le prix payé lui importe peu. Deux hélicoptères du FBI arrivent peu après, arrêtent Swagger et le ramènent à Washington pour son procès.

Il est auditionné par le procureur général et parvient à prouver son innocence face à Johnson, mais ce dernier n'est pas inquiété par le génocide commis en Éthiopie, car cela ne relève pas de la même juridiction. Le ministre de la Justice laisse cependant entendre à Swagger que si la justice ne peut rien contre Johnson et le sénateur, leur acte doit être expié. Swagger se rend donc dans la maison du sénateur située en montagne (Johnson est également présent sur place et prévoit une opération du même type dans un autre pays d'Amérique), et met feu à la maison après les avoir tous tués.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

L'acteur principal Mark Wahlberg à la première du film, en mars 2007 .

Autour du film[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]