Alfonso Guerra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerra.
Alfonso Guerra
Alfonso-Guerra, en 2011.
Alfonso-Guerra, en 2011.
Fonctions
Vice-président du gouvernement espagnol

8 ans, 1 mois et 11 jours
Président du gouvernement Felipe González
Gouvernement González I, II et III
Prédécesseur Juan Antonio García Díez
Successeur Aucun
Vice-secrétaire général
du Parti socialiste ouvrier espagnol

17 ans, 8 mois et 23 jours
Président Ramón Rubial
Prédécesseur Aucun
Successeur Aucun
Porte-parole du groupe PSOE
au Congrès des députés

2 ans, 5 mois et 25 jours
Législature Ire
Prédécesseur Felipe González
Successeur Javier Sáenz de Cosculluela
Député aux Cortes Generales

37 ans, 6 mois et 12 jours
Élection
Réélection








Législature Constituante, Ire, IIe, IIIe,
IVe, Ve, VIe, VIIe, VIIIe, IXe, Xe
Groupe politique Socialiste
Successeur Silvia Oñate
Biographie
Nom de naissance Alfonso Guerra González
Date de naissance (77 ans)
Lieu de naissance Séville (Espagne franquiste)
Nationalité Espagnole
Parti politique PSOE
Diplômé de Université du travail de Séville
Profession Ingénieur

Alfonso Guerra
Vice-présidents du gouvernement d'Espagne

Alfonso Guerra González, né le à Séville, est un homme politique espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Il est nommé secrétaire à l'Organisation du PSOE en 1976 et élire député de Séville aux Cortes Generales l'année suivante. En 1979, il est désigné porte-parole parlementaire et vice-secrétaire général du parti.

Ayant abandonné ses fonctions au groupe en 1981, il devient en 1982 vice-président du gouvernement. Il exerce cette fonction pendant plus de huit ans, se voyant contraint de démissionner en 1991. En 1997, il quitte son poste à la direction du PSOE.

Président de la commission constitutionnelle du Congrès entre 2004 et 2011, puis de la commission des Budgets, il met un terme à sa vie politique en 2015, après plus de trente-sept années consécutives de mandat parlementaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille nombreuse et modeste de Séville.

Diplômé en génie industriel, il enseigne le dessin à l'université du travail de Séville, où il suivra ensuite les enseignements de la licence de philosophie et lettres.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts rapides en politique[modifier | modifier le code]

Il adhère aux Jeunesse socialistes en 1960, puis au PSOE en 1962. Il milite alors au sein de la fédération socialiste d'Andalousie, les socialistes se trouvant dans l'opposition. Il intègre la commission exécutive en 1970.

Ascension dans l'appareil[modifier | modifier le code]

En 1975, il devient secrétaire à la Presse du parti, se voyant en outre chargé d'organiser le XXVIIIe congrès, organisé à Madrid en , soit le premier à se réunir en Espagne depuis la guerre civile. À cette occasion, il est désigné secrétaire à l'Organisation, ce qui en fait le numéro deux après le secrétaire général Felipe González.

Première élection aux Cortes[modifier | modifier le code]

Au cours des élections constituantes du , il est élu à 37 ans député de la province de Séville. Durant cette législature, son intervention dans la rédaction de la Constitution espagnole de 1978, avec celle de Fernando Abril Martorell, est fondamentale pour la rédaction d'un texte consensuel. Il n'est cependant pas considéré comme un des « pères de la Constitution », ce titre symbolique revenant aux sept parlementaires du groupe de travail désigné à cet effet.

À la suite des élections législatives du , il prend la suite de González en tant que porte-parole du groupe socialiste, qui siège dans l'opposition. Le suivant, il accède au poste nouvellement créé de vice-secrétaire général du PSOE. Il abandonne la direction du groupe parlementaire à Javier Sáenz de Cosculluela le .

Vice-président du gouvernement[modifier | modifier le code]

Aux élections générales anticipées du , le PSOE obtient une large majorité dans les deux chambres des Cortes Generales avec 202 sièges sur 350 au Congrès des députés et 134 élus sur 208 au Sénat. Cette victoire nette est notamment due à la bonne tenue du Parti socialiste par le duo que forment González et Guerra.

Le , Alfonso Guerra est nommé à 42 ans vice-président du gouvernement. Il est confirmé dans ses fonctions en 1986, puis 1989.

Passage au second plan[modifier | modifier le code]

Il est contraint de remettre sa démission le , après que son frère a déclenché sa mise en cause dans une affaire de corruption. Il établit alors le record de longévité pour un vice-président du gouvernement. Il conserve son mandat parlementaire et ses fonctions dans l'appareil. Le , Joaquín Almunia prend la direction du parti et supprime la fonction de vice-secrétaire général.

Toujours député, Alfonso Guerra est élu président de la commission constitutionnelle du Congrès après que le PSOE a retrouvé le pouvoir aux élections générales du . Il est confirmé dans ces responsabilités en 2008. Après les élections générales anticipées du , qui voient les socialistes retourner dans l'opposition, il se voit confier la présidence de la commission des Budgets.

Fin de vie politique[modifier | modifier le code]

Il démissionne le et met un terme à sa vie politique. Il détient alors le record du nombre d'élections au Congrès, onze consécutives, et de longévité parlementaire, ayant passé plus de trente-sept années sur les bancs des Cortes.

Publications[modifier | modifier le code]

Deux livres de mémoires :

  • Quand le temps nous atteint - Mémoires de 1940 à 1982. Madrid. Espasa, 2005
  • En laissant les vents derrière nous - Mémoires de 1982 à 1991. Memorias 1982-1991. Madrid. Espasa, 2006

Deux livres de théories politiques :

  • La démocratie blessée. Madrid, Espasa, 1997
  • Dictionnaire de la Gauche. Madrid, Planeta, 1998

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]