Augusto Barcia Trelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Augusto Barcia Trelles
Illustration.
Augusto Barcia Trelles en 1936
Fonctions
Président du Conseil des ministres espagnol

(3 jours)
Président Manuel Azaña
Gouvernement intérim
Coalition Frente popular
(PSOE, PCE, POUM, IR, UR)
Prédécesseur Manuel Azaña
Successeur Diego Martínez Barrio
Ministre d’État
Gouvernement Azaña IV et V, Intérim et Casares Quiroga
Prédécesseur Joaquín Urzáiz Cadaval
Successeur Justino de Azcárate
Gouvernement Giral
Prédécesseur Justino de Azcárate
Successeur Julio Álvarez del Vayo
Biographie
Nom de naissance Augusto Barcia Trelles
Date de naissance
Lieu de naissance Vegadeo, Espagne
Date de décès (à 80 ans)
Lieu de décès Buenos Aires, Drapeau de l'Argentine Argentine
Nationalité Espagnole
Parti politique Gauche républicaine
Membre du Front populaire
Profession juriste
diplomate

Augusto Barcia Trelles
Présidents du conseil des ministres espagnol

Augusto Barcia Trelles, né à Vegadeo le 5 mars 1881 et mort à Buenos Aires le 19 juin 1961, est un avocat, écrivain et homme d'État espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fut député au Congrès pour la province d'Almería sous la Restauration (30 novembre 1916-15 septembre 1923), puis durant la Seconde République (15 avril 1916-15 septembre 1923), régime au sein duquel il assuma d'importantes fonctions politiques. Il fut ainsi président intérim du Conseil des ministres de la République du 10 au 13 mai 1936 (succédant à Manuel Azaña et précédant Santiago Casares) et ministre d'État (équivalent de ministre des Affaires étrangères) entre le 19 février et le 4 septembre 1936. Il exerça également de façon intérimaire comme équivalent du ministre de l'Intérieur (ministro de la Gobernación) entre le 18 et le 19 juillet 1936, c'est-à-dire au tout début de la guerre civile espagnole.

Franc-maçon, il a été Grand Maître du Grand Orient Espagnol[1]

À la suite de la victoire franquiste, il s'exila en Argentine où il mourut en 1961.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Quim Vendrell Moreno, "Maçoneria,catolicisme i laïcitat", Diversia 2013, n. 4, p.28

Liens externes[modifier | modifier le code]