M95 (galaxie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

M95
Image illustrative de l’article M95 (galaxie)
La galaxie spirale barrée NGC 3351.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lion
Ascension droite (α) 10h 43m 57,7s[1]
Déclinaison (δ) 11° 42′ 14″ [1]
Distance 10,9 ± 0,8 Mpc (∼35,6 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 9,8 [3]
10,6 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,6 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 7,4 × 5,0[3]
Décalage vers le rouge 0,002595 ± 0,000013
Angle de position 13°[3]
Vitesse radiale 778 ± 4 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Lion

(Voir situation dans la constellation : Lion)
Leo IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SB(r)b[1] SBb[3],[5]
Dimensions 76 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) Pierre Méchain[5]
Date 20 mars 1781[5]
Désignation(s) M 95
PGC 32007
UGC 5850
MCG 2-28-1
ZWG 66.4
IRAS10413+1158 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

M95 (NGC 3351) est une galaxie spirale barrée relativement rapprochée et située dans la constellation du Lion à environ 35 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome français Pierre Méchain le 20 mars 1781. Charles Messier a observé cette galaxie 4 jours plus tard, le 24 mars 1781, et il l'a inscrite à son catalogue.[5]

La classe de luminosité de M95 est II et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé. De plus, M95 est une galaxie à sursaut de formation d'étoiles.[1]

Plus d'une soixantaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 9,968 ± 1,127 Mpc (∼32,5 millions d'a.l.) [7], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

M95, une galaxie du groupe de M96[modifier | modifier le code]

La galaxie M95 fait partie du groupe de M96 (NGC 3368). Ce groupe de galaxies, aussi appelé par certains groupe du Lion I, contient au moins 12 galaxies dont NGC 3299, M96 (NGC 3368), NGC 3377, M105 (NGC 3379), NGC 3384, NGC 3412 et NGC 3489.[8] Le groupe de M96 est en réalité l'un des deux sous-groupes du groupe du Lion I. L'autre sous-groupe est le triplet du Lion constitué des galaxies M65 (NGC 3623), M66 (NGC 3627) et NGC 3628.[9] Le groupe du Lion I est l'un des nombreux groupes du superamas de la Vierge.

Supernova SN 2012aw[modifier | modifier le code]

La supernova 2012aw dans M95.

La supernova à effondrement de cœur (type II) SN 2012aw a été découverte dans M95 le 16 mars 2012 par Paolo Fagotti et Jure Skvarc.[10] La courbe de lumière de SN 2012aw présentait un plateau important après 27 jours, ce qui la classifiait comme une supernova de type II-P.[11] La disparition de l'étoile à l'origine de la supernova a été confirmée par des observations dans le domaine de l'infrarouge proche. La comparaison de la luminosité observée avec le modèle de l'évolution stellaire a permis de déterminer que cette étoiles était une géante rouge dont la masse était de 12,5 ± 1,5 .[12]

Galerie[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3351 (consulté le 10 septembre 2019)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 10 septembre 2019)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 10 septembre 2019)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 10 septembre 2019)
  8. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  9. (en) « L'univers jusqu'à 100 millions d'années lumière, Le Superamas de la Vierge » (consulté le 10 septembre 2019)
  10. (en) « Supernovae 2012aw in M95 » (consulté le 11 septembre 2019)
  11. Amanda J. Bayless, Tyler A. Pritchard, Peter W.A. Roming et et al., « The Long-lived UV "Plateau" of SN 2012aw », The Astrophysical Journal Letters, vol. 764,‎ , p. L13, 6 pages (DOI 10.1088/2041-8205/764/1/L13, Bibcode 2013ApJ...764L..13B, lire en ligne)
  12. Morgan Fraser, « The disappearance of the progenitor of SN 2012aw in late-time imaging », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society:, vol. 456#1,‎ , p. L16-L19 (DOI 10.1088/2041-8205/764/1/L13, Bibcode 2013ApJ...764L..13B, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3343  •  NGC 3344  •  NGC 3345  •  NGC 3346  •  NGC 3347  •  NGC 3348  •  NGC 3349  •  NGC 3350  •  NGC 3351  •  NGC 3352  •  NGC 3353  •  NGC 3354  •  NGC 3355  •  NGC 3356  •  NGC 3357  •  NGC 3358  •  NGC 3359