NGC 3190

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 3190
Image illustrative de l’article NGC 3190
La galaxie spirale NGC 3190.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lion
Ascension droite (α) 10h 18m 05,6s[1]
Déclinaison (δ) 21° 49′ 56″ [1]
Magnitude apparente (V) 11,2 [2]
12,1 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,25 mag/am2[3]
Dimensions apparentes (V) 4,4 × 1,5[2]
Décalage vers le rouge 0,004240 ± 0,000047[1]
Angle de position 125°[2]

Localisation dans la constellation : Lion

(Voir situation dans la constellation : Lion)
Leo IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 271 ± 14 km/s [4]
Distance 17,8 ± 1,4 Mpc (∼58,1 millions d'a.l.)[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SA(s)a pec[1],[6] Sa[2]
Dimensions 74 000 a.l.[7]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[6]
Date 12 mars 1784[6]
Désignation(s) PGC 30083
UGC 5559
MCG 4-24-26
ARP 316
CGCG 123-37
HCG 44A
VV 307
IRAS 10153+2204 [2]
Liste des galaxies spirales

NGC 3190 est une galaxie spirale vue par la tranche et située dans la constellation du Lion à environ 58 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1784.

NGC 3190 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique Sa pec sp dans son atlas des galaxies[8],[9].

La classe de luminosité de NGC 3190 est I et elle présente une large raie HI. C'est une aussi galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[1].

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 24,506 ± 2,994 Mpc (∼79,9 millions d'a.l.)[10], ce qui est un peu à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[5].

NGC 3189 et NGC 3190, une seule et même galaxie[modifier | modifier le code]

NGC 3189 est en réalité la partie au sud-ouest de NGC 3190. Comme on voit NGC 3190 par la tranche et qu'elle est séparée par une bande de poussière bien visible, il est concevable que l'on ait cru voir deux galaxies distinctes. C'est la raison pour laquelle John Dreyer, l'auteur du catalogue NGC a attribué cette découverte à William Parsons, alors qu'en réalité plusieurs des découvertes de celui-ci ont été faites par George Stoney, Bindon Stoney et R.J. Mitchell[11]. NGC 3189 a été observé par George Stoney en [6].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Selon une étude basée sur les mesures de luminosité de la bande K de l'infrarouge proche du bulbe de NGC 3190, on obtient une valeur de 108,1 (126 millions de masses solaires) pour le trou noir supermassif qui s'y trouve[12].

Supernovas dans NGC 3190[modifier | modifier le code]

Un astronome amateur du Brésil, Paulo Cacella[13], a découvert la supernova SN 2002bo dans le sud-est de NGC 3190 en , puis une équipe italienne, tout en étudiant la première, a détecté une seconde supernova ( SN 2002cv ) deux mois plus tard. La supernova SN 2002bo était de type Ia[14],[15],[16].

Emplacement de la supernova SN 2002bo dans NGC 3190[17].

La supernova SN 2002cv a été découverte par une équipe d'astronomes italiens (V. Larionov, A. Arkharov Pulkovo, A. Caratti o Garatti, A. Di Paola, et M. Dolci, Teramo) le [18]. Cette supernova était aussi de type Ia[19],[20].

Groupe de Hickson 44[modifier | modifier le code]

NGC 3185 (HCG 44c), NGC 3187 (HCG 44d), NGC 3190 (HCG 44a) et NGC 3193 (HCG 44b) forment le Groupe compact de Hickson HCG 44[21]. Les galaxies NGC 3187, NGC 3190 et NGC 3193 apparaissent dans l'atlas d'Halton Arp sous la cote ARP 316[6].

Le groupe compact de Hickson 44.

Groupe de NGC 3227[modifier | modifier le code]

NGC 3190 fait partie du groupe de NGC 3227. En plus de NGC 3190 et de NGC 3227, ce groupe comprend au moins 14 autres galaxies dont NGC 3162, NGC 3177, NGC 3185, NGC 3187, NGC 3193, NGC 3213, NGC 3226, NGC 3227, NGC 3287 et NGC 3301[22].

Sur le site « Un Atlas de l'Univers », Richard Powel place cette galaxie dans le groupe de NGC 3190 avec 4 autres galaxies qui font aussi partie du groupe de NGC 3227 de Garcia, soit NGC 3162, NGC 3185, NGC 3187 et NGC 3193[23].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3190 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 3100 à 3199 »
  3. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  4. On obtient la vitesse radiale d'une objet céleste à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage Doppler (redshift ou bleushift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble-Lemaître : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  6. a b c d et e (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  7. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  8. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 3190
  9. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 3190 » (consulté le )
  10. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  11. R.J. Mitchell sur le site du professeur Seligman
  12. X.Y. Dong et M.M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », The Astronomical Journal, vol. 131, no 3,‎ , p. 1236-1252 (DOI 10.1086/499334, Bibcode 2006AJ....131.1236D, lire en ligne [PDF])
  13. (en) « IAUC 7847: 2002bo; 2002bp; N LMC 2002 » (consulté le )
  14. John P. Hughes, Nikolai Chugai, Roger Chevalier, Peter Lundqvist et Eric Schlegel, « Chandra Observations of Type Ia Supernovae: Upper Limits to the X-ray Flux of SN 2002bo, SN 2002ic, SN 2005gj, and SN 2005ke », The Astrophysical Journal, vol. 377,‎ , p. 15 pages (DOI 10.1086/522113, lire en ligne)
  15. (en) « SN 2002bo, Transient Name Server » (consulté le )
  16. M. Stehle, P.A. Mazzali, S. Benetti et W. Hillebrandt, « Abundance stratification in Type Ia supernovae — I. The case of SN 2002bo », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 360 #4,‎ , p. 1231-1243 (DOI https://doi.org/10.1111/j.1365-2966.2005.09116.x, lire en ligne)
  17. (en) « Twin explosions in gigantic dusty potato crisp » (consulté le )
  18. (en) « IAUC 7901: 2002cv; C/2002 C1 » (consulté le )
  19. N. Elias-Rosa, S. Benetti et al., « SN 2002cv: A Heavily Obscured Type Ia Supernova », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 384 #1,‎ , p. 107-122 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2007.12638.x, lire en ligne)
  20. (en) « SN 2002cv, Transient Name Server » (consulté le )
  21. (en) « Hickson Compact Group 44 » (consulté le )
  22. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  23. « Une liste des groupes de galaxies proches » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3182  •  NGC 3183  •  NGC 3184  •  NGC 3185  •  NGC 3186  •  NGC 3187  •  NGC 3188  •  NGC 3189  •  NGC 3190  •  NGC 3191  •  NGC 3192  •  NGC 3193  •  NGC 3194  •  NGC 3195  •  NGC 3196  •  NGC 3197  •  NGC 3198