NGC 3242

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 3242
Image illustrative de l’article NGC 3242
La nébuleuse planétaire NGC 3242 (Judy Schmidt, à partir des données du télescope spatial Hubble).
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Hydre [1]
Ascension droite (α) 10h 24m 46,1s[2]
Déclinaison (δ) −18° 38′ 32″ [2]
Distance 1,466 ± 0,190 kpc (∼4 780 a.l.)
Magnitude apparente (V) 7,7 [3]
8,6 dans la Bande B [3]
Dimensions apparentes (V) 1,07[3]
Vitesse radiale 4 7 ± 0 9[4] km/s

Localisation dans la constellation : Hydre

(Voir situation dans la constellation : Hydre)
Hydra IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Nébuleuse planétaire
Dimensions ∼1,5 a.l. (∼0,46 pc)[5]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel [1]
Date 7 février 1785 [1]
Désignation(s) PK 261+21.1
CS=12.0
ESO 568-PN5 [3]
Liste des nébuleuses planétaires

NGC 3242 (Caldwell 59) est une nébuleuse planétaire située dans la constellation de l'Hydre. Elle a été découverte par l'astronome britannique William Herschel en 1785 qui l'a inscrite dans ses notes sous la dénomination WH IV 27.[1] John Herschel l'a aussi observée alors qu'il était à l'Observatoire royal du cap de Bonne-Espérance en Afrique du Sud dans la décennie 1830 et il l'a inscrite sous la dénomination h 3248 et il l'a inclut dans le General Catalogue de 1864 comme GC 2102. Ces observations sont devenue NGC 3242 dans le catalogue de John Dreyer en 1888[6].

On donne aussi à NGC 3242 le nom de «Fantôme de Jupiter» (Ghost of Jupiter) ou encore de nébuleuse de l'Oeil[6].

Une caractéristique étrange de NGC 3242 est la présence de deux lobes rouges aux pôles de la nébuleuse. On pense que ces lobes sont plus jeunes que la nébuleuses et qu'ils se déplacent plus rapidement que le reste des gaz.[7] On ne connait pas encore l'origine et la nature exacte de ces lobes.

En 2018, le satellite Gaia de l'Agence spatiale européenne a mesuré la parallaxe de NGC 3242. La valeur obtenue est égale à 0,6819 ± 0,0884 mas[4] ce qui correspond à 1/0,000 681 9 kiloparsec = 1,466 kpc avec une incertitude de 13,0%. La distance de NGC 3242 est donc égale à 4.78 ± 0,48 kal. Certaines sources rapportent cependant des valeurs allant de 1400[8] à 2500[6] années-lumière, valeurs sans doute basées sur d'anciennes mesures.

Sur les photographies en lumière visible, l'étendue maximale de la nébuleuse est d'environ 1,1 minute d'arc. Mais, sur les photos prises dans le domaine de l'infrarouge, la nébuleuse est beaucoup plus vaste. Par exemple, sur l'image provenant des données du télescope spatial WISE son dimètre est d'environ 5,6 minutes d'ars,soit 5 fois plus grand qu'en lumière visible.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 11 février 2019)
  2. a et b (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3242 (consulté le 11 février 2019)
  3. a b c et d (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 11 février 2019)
  4. a et b (en) « NGC 3242 -- Planetary Nebula » (consulté le 15 avril 2019)
  5. On obtient le diamètre d'un objet par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  6. a b et c (en) « Planetary Nebula NGC 3242, type 4+3b, (= H IV.27) in Hydra Ghost of Jupiter » (consulté le 15 avril 2019)
  7. (en) « NGC 3242, Ghost of Jupiter » (consulté le 15 avril 2019)
  8. (en) « NGC 3242: The Ghost of Jupiter » (consulté le 15 avril 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3234  •  NGC 3235  •  NGC 3236  •  NGC 3237  •  NGC 3238  •  NGC 3239  •  NGC 3240  •  NGC 3241  •  NGC 3242  •  NGC 3243  •  NGC 3244  •  NGC 3245  •  NGC 3246  •  NGC 3247  •  NGC 3248  •  NGC 3249  •  NGC 3250