M92 (amas globulaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

M92
Image illustrative de l’article M92 (amas globulaire)
L'amas globulaire Messier 9 .
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Hercule
Ascension droite (α) 17h 17m 07,3s[1]
Déclinaison (δ) 43° 08′ 11″ [1]
Magnitude apparente (V) 6,44[2]
Dimensions apparentes (V) 14[3]

Localisation dans la constellation : Hercule

(Voir situation dans la constellation : Hercule)
Hercules IAU.svg
Astrométrie
Distance environ 8,3 kpc (∼27 100 a.l.)[2]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas globulaire
Classe IV [3]
Magnitude absolue -8,21[2]
Particularité(s) =
Découverte
Découvreur(s) Johann Elert Bode[4]
Date [4]
Désignation(s) GCL 59[3]
Liste des amas globulaires

M92 (NGC 6341) est un amas globulaire situé dans la constellation d'Hercule à environ 25 775 a.l. (8,3 kpc) du Soleil et à 31 310 a.l. (9,6 kpc) du centre de la Voie lactée[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été découvert par l'astronome allemand Johann Elert Bode en 1784[4]. Charles Messier le découvrit indépendamment et l'inscrit à son catalogue le [5]. L'astronome français Jérôme Lalande a aussi enregistré cet amas le [4]. William Herschel a été le premier à résoudre M92 en étoiles en 1783[5].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon la base de données Simbad, la vitesse radiale héliocentrique de cet amas est égale à (−120,48 ± 0,27) km/s[6]. William W. Harris indique à peu près la même valeur, soit (−120 ± 0,1) km/s[2]. Selon Forbes et Bridges, sa métallicité est estimée à −2,16 [Fe/H] et son âge d'environ 13,18 milliards d'années[7].

Cet amas est s'éloigne de la forme sphérique, ayant une ellipticité égale à 0,10[2] et sa taille apparente de 14[3], ce qui correspond à un diamètre de 109 années-lumière[5]. Sa masse pourrait atteindre 330 000 masses-solaire[5].

Six valeurs de la métallicité comprises entre -2,22 et -2,35 sont indiquées sur Simbad[6]. La valeur indiquée par Harris est de -2,31 et celle par Forbes est de -2,16. Une métallicité comprise entre -2,16 et -2,35 signifie que la concentration en fer de M92 est comprise entre 0,45 % et 0,69 % de celle du Soleil. Après le Big Bang, l'Univers étant surtout composé d'hydrogène et d'hélium, la métallicité était pratiquement nulle. L'univers s'est progressivement enrichi en métaux (éléments plus lourds que l'hélium) grâce à la synthèse de ceux-ci dans le cœur des étoiles. La métallicité des amas du halo de la Voie lactée varie d'un centième à un dixième de la métallicité solaire, ce qui signifie que les halos du amas se décomposent en deux sous-groupes, les relativement jeunes et les vieux [8]. Selon sa métallicité, M92 serait donc un amas relativement vieux et riche en métaux, âgé d'environ 13,2 milliards d'années[7].

Quelques 16 étoiles variables ont été découvertes dans cet amas, sont 14 sont du type RR Lyrae[5].

Observation[modifier | modifier le code]

Le repérage de l'amas est assez difficile. Un moyen est de rechercher au nord-est du milieu du segment reliant les étoiles Iota à Eta de la constellation d'Hercule. L'amas est visible avec des jumelles et a alors l'aspect d'une tache blanchâtre diffuse. Un télescope de 200 mm permet de le résoudre dans de bonnes conditions.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Results for object NGC 6341 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c d e et f (en) « CATALOG OF PARAMETERS FOR MILKY WAY GLOBULAR CLUSTERS : THE DATABASE, Compiled by William E. Harris, McMaster University » (consulté le )
  3. a b c et d « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 6300 à 6399 »
  4. a b c et d (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 6340 » (consulté le ).
  5. a b c d et e « Observatoire de Paris, Messier 92 » (consulté le )
  6. a et b (en) « M 92 -- Globular Cluster » (consulté le )
  7. a et b Duncan A. Forbes et Terry Bridges, « Accreted versus in situ Milky Way globular clusters », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 404#3,‎ , p. 1203-1214 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.16373.x, Bibcode 2010MNRAS.404.1203F, lire en ligne)
  8. « Université de Liège, Département d'Astrophysique, Géophysique et Océanographie, Amas globulaire » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 6333  •  NGC 6334  •  NGC 6335  •  NGC 6336  •  NGC 6337  •  NGC 6338  •  NGC 6339  •  NGC 6340  •  NGC 6341  •  NGC 6342  •  NGC 6343  •  NGC 6344  •  NGC 6345  •  NGC 6346  •  NGC 6347  •  NGC 6348  •  NGC 6349