NGC 3226

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 3226
Image illustrative de l’article NGC 3226
La galaxie elliptique NGC 3226.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Lion
Ascension droite (α) 10h 23m 27,0s[1]
Déclinaison (δ) 19° 53′ 55″ [1]
Distance 18,4 ± 1,3 Mpc (∼60 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 11,4 [3]
12,4 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,3 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,8 × 2,0[3]
Décalage vers le rouge 0,004386 ± 0,000017
Angle de position 29°[3]
Vitesse radiale 1 315 ± 5 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Lion

(Voir situation dans la constellation : Lion)
Leo IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E2? pec [1] E2?[5] E2[3]
Dimensions 49 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[5]
Date 15 février 1784[5]
Désignation(s) ARP 94
PGC 30440
UGC 5617
MCG 3-27-15
ZWG 94.26
VV 209
KCPG 234A [3]
Liste des galaxies elliptiques

NGC 3226 est une galaxie elliptique située dans la constellation du Lion à environ 60 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1784[5].

NGC 3226 et NGC 3227 figurent ans l'atlas des galaxies particulières de Halton Arp sous la cote Arp 94[7].

NGC 3226 est une galaxie LINER b, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés. C'est aussi une galaxie active de type Seyfert 3[1].

NGC 3226 fait partie du groupe de NGC 3227. En plus de NGC 3213 et de NGC 3227, ce groupe comprend au moins 14 autres galaxies dont NGC 3162, NGC 3177, NGC 3185, NGC 3187, NGC 3190, NGC 3193, NGC 3213, NGC 3227, NGC 3287 et NGC 3301[8].

Sur le site «Un Atlas de l'Univers», Richard Powel place cette galaxie dans le groupe de NGC 3227 avec 2 autres galaxies qui font aussi partie du groupe de NGC 3227 de Garcia, soit NGC 3227 et UGC 5675[9].

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 33,755 ± 12,665 Mpc (∼110 millions d'a.l.) [10], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

En compagnie de NGC 3227, NGC 3226 forme le couple désigné comme Arp 94.

Le noyau de NGC 3226[modifier | modifier le code]

NGC 3226 est une galaxie galaxie à noyau actif (AGN). D'importantes sources d' émission à la fois d'ondes radio[11] et de rayons X[12] qui semblent provenir d'un rayonnement synchrotron généré lorsque des particules chargées se déplaçant à grande vitesse dans un champ magnétique . Un tel rayonnement synchrotron peut se produire autour d'un trou noir supermassif. L'intensité des émissions rayon X de NGC 3226 est variable, ce qui est aussi une caractéristique attendue dans l'environnement d'un trou noir supermassif.[12]

Interaction avec la galaxie NGC 3227[modifier | modifier le code]

Même si les galaxies NGC 3226 et NGC 3227 semblent se chevaufées, ce qui a fait dire à Halton Arp que c'est un exemple de galaxie spirale (NGC 3227) avec une compagne elliptiqe[5], rien n'indique que celles-ci soient en interaction gravitationnelle. Selon Vaucouleurs et Corwin, elles forment une paire de galaxies.[13] Cependant, la distance entre ces deux galaxies est relativement grande, soit environ 11 millions d'années-lumière et une étude publiée en 2006[14] révèle qu'il y a très peu de gaz moléculaire dans NGC 3226 et qu'elle n'a pas acquis de gaz en provenance de NGC 3227. Ces deux galaxies forment peut-être une paire de galaxies, mais elles ne semblent pas en interaction gravitationnelle.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3226 (consulté le 5 avril 2019)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 5 avril 2019)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c d et e (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 5 avril 2019)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. Arp Halton, « Atlas of Peculiar Galaxies », Astrophysical Journal Supplement, vol. 14,‎ , p. 9 (DOI 10.1086/190147, Bibcode 1966ApJS...14....1A, lire en ligne)
  8. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  9. « Une liste des groupes de galaxies proches » (consulté le 5 juillet 2018)
  10. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 5 avril 2019)
  11. Heino Falcke, Nagar, Andrew S. Wilson et Ulvestad, « Radio Sources in Low-Luminosity Active Galactic Nuclei. II. VLBI Detections of Compact Radio Cores and Jets in a Sample of LINERs », Astrophysical Journal,‎ , p. 2-3 (DOI 10.1086/309543, lire en ligne)
  12. a et b M. Gerpge et al., « The X-ray Emission from the Nucleus of the Dwarf Elliptical Galaxy NGC 3226 », Astrophysical Journal,‎ , p. 197-200 (DOI 10.1086/322389, lire en ligne)
  13. (en) de Vaucouleurs, G., de Vaucouleurs, A., and Corwin, H.G., Second Reference Catalogue of Bright Galaxies, Austin, University of Texas Press, , 387 p. (lire en ligne), page 281
  14. H. Cullen, P. Alexander et M. Clemens, « Gas in early-type galaxies: cross-fuelling in late-type-early-type pairs? », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 366#1,‎ , p. 49-57 (DOI 10.1086/313771, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3218  •  NGC 3219  •  NGC 3220  •  NGC 3221  •  NGC 3222  •  NGC 3223  •  NGC 3224  •  NGC 3225  •  NGC 3226  •  NGC 3227  •  NGC 3228  •  NGC 3229  •  NGC 3230  •  NGC 3231  •  NGC 3232  •  NGC 3233  •  NGC 3234