NGC 3268

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 3268
Image illustrative de l’article NGC 3268
La galaxie elliptique NGC 3268.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Machine pneumatique
Ascension droite (α) 10h 30m 00,6s[1]
Déclinaison (δ) −35° 19′ 32″ [1]
Distance 39,1 ± 3,0 Mpc (∼128 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 11,5 [3]
12,5 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,8 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 3,0 × 2,5[3]
Décalage vers le rouge 0,009340 ± 0,000070
Angle de position 46°[3]
Vitesse radiale 2 800 ± 21 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Machine pneumatique

(Voir situation dans la constellation : Machine pneumatique)
Antlia IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie elliptique
Type de galaxie E2[1],[3]
Dimensions 111 000 a.l.[5]
Découverte
Découvreur(s) John Herschel[6]
Date 18 avril 1835[6]
Désignation(s) PGC 30949
ESO 375-45
MCG -6-23-41
AM 1027-350 [3]
Liste des galaxies elliptiques

NGC 3268 est une galaxie elliptique située dans la constellation de la Machine pneumatique à environ 128 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome britannique John Herschel en 1835[6].

NGC 3268 est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[1].

NGC 3268 est est un membre de groupe de NGC 3223. Ce groupe de galaxies compte au moins 16 membres dont les galaxies du NGC 3223, NGC 3224, NGC 3258, NGC 3289, IC 2552, IC 2559 et IC 2560[7].

Selon une étude réalisée par B. Dirsch, T. Richtler et L.P. Bassino, les galaxies elliptiques NGC 3258 et NGC 3268 renferment plusieurs milliers d'amas globulaires.[8] Le groupe de NGC 3223 fait partie de l'amas de la Machine pneumatique (Abell S0636).[9],[8] Les galaxies du catalogue NGC et du catalogue IC de ce groupe sont les galaxies dominantes de l'amas de la Machine pneumatique.

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 42,180 ± 12,017 Mpc (∼138 millions d'a.l.) [10], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3268 (consulté le 18 juillet 2019)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 18 juillet 2019)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  6. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 18 juillet 2019)
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. a et b B. Dirsch, T. Richtler et L. P. Bassino, « The globular cluster systems of NGC 3258 and NGC 3268 in the Antlia cluster », Astronomy and Astrophysics, vol. 408,‎ , p. 929–939 (DOI 10.1051/0004-6361:20031027, Bibcode 2003A&A...408..929D, arXiv astro-ph/0307200, lire en ligne [PDF], consulté le 10 mars 2012)
  9. U. Hopp et J. Materne, « The Antlia cluster of galaxies and its environment - The Hydra I-Centaurus supercluster », Astronomy and Astrophysics Supplement Series (ISSN 0365-0138), vol. 61,‎ , p. 93-106, page 101 (Bibcode 1985A&AS...61...93H)
  10. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 18 juillet 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3260  •  NGC 3261  •  NGC 3262  •  NGC 3263  •  NGC 3264  •  NGC 3265  •  NGC 3266  •  NGC 3267  •  NGC 3268  •  NGC 3269  •  NGC 3270  •  NGC 3271  •  NGC 3272  •  NGC 3273  •  NGC 3274  •  NGC 3275  •  NGC 3276