NGC 3079

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 3079
La galaxie spirale barrée NGC 3079
La galaxie spirale barrée NGC 3079
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Grande Ourse
Ascension droite (α) 10h 01m 57,8s[1]
Déclinaison (δ) 55° 40′ 47″ [1]
Distance 15,6 ± 1,1 Mpc (∼50,9 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 10,8 [3]
11,5 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 13,2 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 8,1 × 1,3[3]
Décalage vers le rouge 0,003723 ± 0.000003[1]
Angle de position 165°[3]
Vitesse radiale 1 116 ± 1 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Grande Ourse

(Voir situation dans la constellation : Grande Ourse)
Ursa Major IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SB(s)c[1] SBc[3] SB(s)c?[5]
Dimensions 120 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[5]
Date 1er avril 1790[5]
Désignation(s) PGC 29050
UGC 5387
MGC 9-17-10
ZWG 266.8
IRAS09585+5555 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 3079 est une galaxie spirale barrée vue par la tranche et située dans la constellation de la Grande Ourse à environ 51 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1790.

NGC 3079 fait partie d'un groupe de galaxies qui porte son nom. Le groupe de NGC 3079 comprend au moins 6 galaxies, soit NGC 3073, UGC 5421, UGC 5459, UGC 5460, UGC 5479 et NGC 3079.[7] NGC 3079 est la plus grosse et la plus brillante galaxie du groupe.

La classe de luminosité de NGC 3079 est IV et elle présente une large raie HI. C'est aussi une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés. Finalement, NGC 3079 est une galaxie active de type Seyfert 2.[1]

Image provenant du télescope spatial Hubble. Cette image est d'environ 4,9 minutes d'arc, soit quelque 70 000 années-lumière le long de la diagonale.

De nombreuses mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 16,160 ± 3,840 Mpc (∼52,7 millions d'a.l.) [8], ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

La région centrale de NGC 3079[modifier | modifier le code]

Un gros plan de la région centrale de NGC 3079 provenant de l'image captée par Hubble révèle une intense activité en ces lieux. Une montagne de gaz chauds incandescents s'élève à plus de 3500 années-lumière au-dessus du disque de la galaxie. Des astronomes pensent que cette bulle gazeuse est poussée par les vents stellaires provenant d'une intense période de formation d'étoiles. Éventuellement, ces gaz retourneront vers le disque galactique où ils pourront entrer en collision avec des nuages, les compresser et donner naissance à une nouvelle génération d'étoiles[9].

Mais l'hypothèse la plus partagée sur l'origine de ces superbulles[10] est qu'elle proviennent de l'interaction entre le trou noir supermassif central et les gaz environnant. [11]

La taille du bulbe central près du centre de l'image fait plus de 3000 années-lumière. Les gaz de la région du bulbe s'élèvent à plus de 3500 années-lumière au-dessus du disque de la galaxie.

NGC 3079 est une galaxie de Seyfert et l'activité du son noyau provient également du trou noir supermassif qui s'y trouve. On estime sa masse à 2,4+2,4
−1,2
x 106 [12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3079 (consulté le 30 décembre 2018)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 30 décembre 2018)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 30 décembre 2018)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 30 décembre 2018)
  9. (en) « Baby Burp in Galaxy's Core (Core View) » (consulté le 30 décembre 2018)
  10. (en) « X-Ray Superbubbles in Galaxy NGC 3079 » (consulté le 5 mars 2019)
  11. Li Jiang-Tao, Edmund Hodges-Kluck, Yelena Stein, Joel N. Bregman, Judith A. Irwin et Dettmar Ralf-Jürgen, « Detection of Nonthermal Hard X-Ray Emission from the “Fermi Bubble” in an External Galaxy », The Astrophysical Journal, vol. 873 #1,‎ , p. 6 pages (DOI 10.3847/1538-4357/ab010a, Bibcode 2019ApJ...873...27L)
  12. Alister W. Graham, « Populating the Galaxy Velocity Dispersion: Supermassive Black Hole Mass Diagram, A Catalogue of (M bh, σ) Values », Publications of the Astronomical Society of Australia, vol. 25 #4,‎ , p. 167-175 (DOI 10.1071/AS08013, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3071  •  NGC 3072  •  NGC 3073  •  NGC 3074  •  NGC 3075  •  NGC 3076  •  NGC 3077  •  NGC 3078  •  NGC 3079  •  NGC 3080  •  NGC 3081  •  NGC 3082  •  NGC 3083  •  NGC 3084  •  NGC 3085  •  NGC 3086  •  NGC 3087