Amas d'Hercule

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amas d'Hercule
Image illustrative de l’article Amas d'Hercule
L'amas globulaire NGC 6205.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Hercule
Ascension droite (α) 16h 27m 14,1s[1]
Déclinaison (δ) −26° 01′ 29″ [1]
Magnitude apparente (V) 5,8[2]
Dimensions apparentes (V) 20 [2]

Localisation dans la constellation : Hercule

(Voir situation dans la constellation : Hercule)
Hercules IAU.svg
Astrométrie
Distance environ 7,7 kpc (∼25 100 a.l.)[3]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas globulaire
Classe V [2]
Magnitude absolue -8,70[3]
Âge 11,65 × 109 a [4]
Particularité(s) =
Découverte
Découvreur(s) Edmund Halley[5]
Date [5]
Désignation(s) NGC 6205
GCL 45[2]
Liste des amas globulaires

M13 ou Messier 13, très souvent appelé le Grand Amas d'Hercule, est un amas globulaire situé dans la constellation d'Hercule. Il est parmi les objets les plus imposants du catalogue Messier et il a été découvert par Edmond Halley en 1714[5]. Charles Messier a ajouté cet amas dans son catalogue le [6].

Les étoiles individuelles de M13 ont été résolues pour la première fois[7] le [8] par William Herschel.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

M13 est à environ 25 100 a.l. (7,7 kpc) du Soleil et à 28 400 a.l. (8,7 kpc) du centre de la Voie lactée[3]. Sa vitesse radiale héliocentrique est égale à −245,6 ± 0,3 km/s[3]. Selon Forbes et Bridges, sa métallicité est estimée à -1,33 [Fe/H] et son âge d'environ 11,65 milliards d'années[4].

Selon une étude publiée en 2011 par J. Boyles et ses collègues, la métallicité de l'amas globulaire NGC 6205 est égale à -1,53 et sa masse est égale à 775 000 . Dans cette même étude, la distance de l'amas est estimée à environ 7,1 kpc (∼23 200 a.l.)[9].

Composition[modifier | modifier le code]

D'un diamètre d'environ 145 années-lumière[10], M13 renferme plus de 100 000 étoiles[11]. L'étoile la plus brillante est une géante rouge, l'étoile variable V11 aussi désignée comme V1554 Herculis dont la magnitude apparente est de 11,95[10].

La densité d'étoiles près du centre de l'amas est environ cent fois supérieure à celle de la région entourant le système solaire. Dans cette région, les étoiles sont si rapprochées qu'elles entrent parfois en collision, créant aini une jeune étoile massive qu'on appelle une traînarde bleue[11]. L'image obtenue par le télescope spatial Hubble montre d'ailleurs la présence de nombreuses traînardes bleues au cœur de l'amas[12]

À ce jour, on a découvert 64 étoiles variables dans M13[13]. Les deux dernières, V63 et V64 ont été découvertes par Francisco Violat-Bordonau[14] en 2021 et 2022.

Observation[modifier | modifier le code]

Position de M13 dans la constellation d'Hercule.

La magnitude apparente de M13 est 5,8, ce qui permet de le distinguer à l'œil nu sous un ciel sombre, sans turbulences ni Lune brillante. Avec des jumelles, on observe une tache floue, mais les chances d'observer ses étoiles individuelles sont faibles. Avec un petit télescope amateur ou une lunette astronomique, les étoiles de l'amas se découvrent. On peut alors distinguer quelques nuances de couleurs de celles-ci.

M13 dans un télescope amateur.

Un message radio vers M13[modifier | modifier le code]

Le 16 novembre 1974, un message radio a été envoyé en direction du grand amas d'Hercule par le radiotélescope d'Arecibo[15].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Results for object NGC 6205 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le )
  2. a b c et d « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 6200 à 6299 »
  3. a b c et d (en) « CATALOG OF PARAMETERS FOR MILKY WAY GLOBULAR CLUSTERS : THE DATABASE, Compiled by William E. Harris, McMaster University » (consulté le )
  4. a et b Duncan A. Forbes et Terry Bridges, « Accreted versus in situ Milky Way globular clusters », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 404#3,‎ , p. 1203-1214 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.16373.x, Bibcode 2010MNRAS.404.1203F, lire en ligne)
  5. a b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  6. « Messier 13 » (consulté le )
  7. (en) Paul Murdin, Encyclopedia of Astronomy and Astrophysics, M13, Boca Raton, Paul Murdin, (DOI 10.1888/0333750888/6013, Bibcode 2000eaa..bookE6013.)
  8. (en) « Messier 13, Observations and Descriptions » (consulté le )
  9. J. Boyles, D. R. Lorimer, P. J. Turk, R. Mnatsakanov, S. Lynch, S. M. Ransom, P. C. Freire et K. Belczynski, « YOUNG RADIO PULSARS IN GALACTIC GLOBULAR CLUSTERS », The Astrophysical Journal, vol. 742#1,‎ , p. 12 pages (DOI 10.1088/0004-637X/742/1/51, Bibcode 2011ApJ...742...51B, lire en ligne)
  10. a et b N. N. Samus, E. N. Pastukhova, O. V. Durlevich, E. V. Kazarovets et N. Kireeva, « The 83rd Name-List of Variable Stars. Variables in Globular Clusters and Novae », Peremennye Zvezdy, vol. 40, no 8,‎ (DOI 10.24411/2221-0474-2020-10009, Bibcode 2020PZ.....40....8S)
  11. a et b (en) « NASA, Messier 13 (The Hercules Cluster) » (consulté le )
  12. (en) « The crowded heart of the Hercules globular cluster » (consulté le )
  13. (en) « NGC 6205 / C1639+365 / Messier 13 » (consulté le )
  14. (en) « AAVSO, VIOLAT-BORDONAU » (consulté le )
  15. (en) Steven Johnson, « Greetings, E.T. (Please Don’t Murder Us.) », The New York Times Magazine, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 6197  •  NGC 6198  •  NGC 6199  •  NGC 6200  •  NGC 6201  •  NGC 6202  •  NGC 6203  •  NGC 6204  •  NGC 6205  •  NGC 6206  •  NGC 6207  •  NGC 6208  •  NGC 6209  •  NGC 6210  •  NGC 6211  •  NGC 6212  •  NGC 6213