M4 (amas globulaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

M4
Image illustrative de l’article M4 (amas globulaire)
L'amas globulaire NGC 6121
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Scorpion
Ascension droite (α) 16h 23m 35,4s[1]
Déclinaison (δ) −26° 31′ 31″ [1]
Magnitude apparente (V) 5,4[2]
Dimensions apparentes (V) 36 [2]

Localisation dans la constellation : Scorpion

(Voir situation dans la constellation : Scorpion)
Scorpius IAU.svg
Astrométrie
Distance environ 2,2 kpc (∼7 180 a.l.)[3],[4]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Amas globulaire
Classe IX [2]
Masse 195 000[4] M
Magnitude absolue -7,20[3]
Âge 12,54 × 109 a [5]
Découverte
Découvreur(s) Jean Philippe Loys de Cheseaux[6]
Date [6]
Désignation(s) GCL 41
ESO 517-SC1[2]
Liste des amas globulaires

M4 (ou NGC 6121) est un amas globulaire situé dans la constellation du Scorpion à environ 7 200 a.l. (2.2 kpc) du Soleil et à 19 000 a.l. (5,9 kpc) du centre de la Voie lactée[3]. À cette distance, c'est l'amas globulaire le plus rapproché du système solaire[7]. Il a été découvert par l'astronome suisse Jean Philippe Loys de Cheseaux en 1746[6].

La vitesse radiale héliocentrique de cet amas est égale à (70,4 ± 0,3) km/s[3].

Observation[modifier | modifier le code]

L'amas est visible avec des jumelles ou une lunette sous la forme d'une tache floue. Un télescope de 10 cm de diamètre permet d'y résoudre de nombreuses étoiles. Dans les latitudes nord, la faible élévation du Scorpion rend son observation plus difficile.

Image d'un observateur amateur

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Selon Forbes et Bridges, sa métallicité est estimée à -1,05 [Fe/H] et son âge d'environ 12,54 milliards d'années[5].

Selon une étude publiée en 2011 par J. Boyles et ses collègues, la métallicité de l'amas globulaire NGC 6121 est égale à -1,16 et sa masse est égale à 195 000. Dans cette même étude, la distance de l'amas est aussi estimée à environ 2,2 kpc (∼7 180 a.l.)[4].

Une autre étude publiée en 2008 indique que la métallicité de M4 est égale à -1,07 ± 0,01[8]. On peut donc raisonnablement conclure que la métallicité de M4 est comprise entre -1,16 et -1,05.

La métallicité d'un objet céleste est le logarithme du rapport de sa concentration en fer sur celle du Soleil. Une métallicité de -1,16 à -1,05 signifie que la concentration en fer de M4 est comprise entre 6,9% et 8,9% de celle du Soleil. Après le Big Bang, l'Univers étant surtout composé que d'hydrogène et d'hélium, la métallicité était pratiquement nulle. L'univers s'est progressivement enrichi en métaux (éléments plus lourds que l'hélium) grâce à la synthèse de ceux-ci dans le cœur des étoiles. La métallicité des amas du halo de la Voie lactée varie d'un centième à un dixième de la métallicité solaire, ce qui signie que les amas du halo se composent de deux sous-groupes, les relativement jeunes et les vieux [9]. Selon sa métallicité, M4 serait donc un amas relativement jeune.

Une très vieille planète[modifier | modifier le code]

Au mois de juillet 2003, le télescope spatial Hubble a permis aux astronomes de faire une étonnante découverte dans M4, une exoplanète appelé PSR B1620-26 b dont la masse est estimée à 2,5 fois celle de Jupiter. Son âge est estimée à 13 milliards d'années, presque trois fois l'êge du système solaire. Et tout aussi étonnant, cette planète est en orbite autour d'une naine blanche et d'un pulsar[10].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Results for object NGC 6121 », NASA/IPAC Extragalactic Database (consulté le ).
  2. a b c et d « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 6100 à 6199 »
  3. a b c et d (en) « CATALOG OF PARAMETERS FOR MILKY WAY GLOBULAR CLUSTERS : THE DATABASE, Compiled by William E. Harris, McMaster University » (consulté le )
  4. a b et c J. Boyles, D. R. Lorimer, P. J. Turk, R. Mnatsakanov, S. Lynch, S. M. Ransom, P. C. Freire et K. Belczynski, « YOUNG RADIO PULSARS IN GALACTIC GLOBULAR CLUSTERS », The Astrophysical Journal, vol. 742, no 1,‎ , p. 12 pages (DOI 10.1088/0004-637X/742/1/51, Bibcode 2011ApJ...742...51B, lire en ligne [PDF])
  5. a et b Duncan A. Forbes et Terry Bridges, « Accreted versus in situ Milky Way globular clusters », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 404#3,‎ , p. 1203-1214 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.16373.x, Bibcode 2010MNRAS.404.1203F, lire en ligne)
  6. a b et c (en) Courtney Seligman, « Celestial Atlas Table of Contents, NGC 6121 » (consulté le ).
  7. « L’amas globulaire Messier 4 » (consulté le )
  8. A. F. Marino, S. Villanova, G. Piotto, A. P. Milone, Y. Momany, L. R. Bedin et A. M. Medling, « Spectroscopic and photometric evidence of two stellar populations in the Galactic globular cluster NGC 6121 (M 4) », Astronomy and Astrophysics, vol. 490, no 2,‎ , p. 625-640 (DOI 10.1051/0004-6361:200810389, Bibcode 2008A&A...490..625M, lire en ligne [PDF])
  9. « Université de Liège, Département d'Astrophysique, Géophysique et Océanographie, Omas globulaire » (consulté le )
  10. (en) « PSR B1620-26 b » (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 6113  •  NGC 6114  •  NGC 6115  •  NGC 6116  •  NGC 6117  •  NGC 6118  •  NGC 6119  •  NGC 6120  •  NGC 6121  •  NGC 6122  •  NGC 6123  •  NGC 6124  •  NGC 6125  •  NGC 6126  •  NGC 6127  •  NGC 6128  •  NGC 6129