Nébuleuse d'Orion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir M42.
Nébuleuse d'Orion
La nébuleuse d'Orion par le télescope spatial Hubble.
La nébuleuse d'Orion par le télescope spatial Hubble.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Orion [1]
Ascension droite (α) 05h 35m 16,5s[2]
Déclinaison (δ) −05° 23′ 23″
Distance environ 0,41 kpc (∼1 340 a.l.)[3]
Magnitude apparente (V) 3,7[4]
4,0 dans la Bande B [5]
Dimensions apparentes (V) 65,0 x 60,0[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Nébuleuse
Galaxie hôte Voie lactée
Masse 700-2 100 [6] [7] [8] M
Dimensions 25,3 a.l. (∼7,76 pc)[9]
Âge 3 M a[10]
Particularité(s) Amas du Trapèze
Découverte
Découvreur(s) Nicolas-Claude
Fabri de Peiresc
[1]
Date 24 novembre 1610 [1]
Désignation(s) M 42
LBN 974
NGC 1976 [5]
Liste des nébuleuses

La nébuleuse d'Orion, également connue sous le matricule de M42 ou NGC 1976, est un nuage diffus qui brille en émission et en réflexion au cœur de la constellation du même nom. C'est la nébuleuse la plus intense visible à l'œil nu, de nuit et en l'absence pollution lumineuse. Elle peut être aisément aperçue avec des jumelles. Sa structure occupe un pan de ciel de 66 × 60 minutes d'arc, quatre fois plus étendu que la pleine lune. Sa taille est d'environ 33 années-lumière de dimension. Cet objet correspond à la principale partie d'un nuage de gaz et de poussières beaucoup plus vaste encore : le nuage d'Orion s'étend sur près de la moitié de la constellation et il contient en plus la boucle de Barnard et la nébuleuse de la Tête de Cheval. En 2007, les nouvelles mesures disponibles, grâce notamment aux grands radiotélescopes intercontinentaux, Very Long Baseline Array, ont permis de ramener la distance de la nébuleuse de 1 500 années-lumière, comme on le croyait jusque-là, à environ 1 350 années-lumière de la Terre. Soit un rapprochement virtuel d'environ 10 %. La nébuleuse d'Orion contient un amas ouvert renfermant de nombreuses étoiles très jeunes et très chaudes ( théta, le Trapèze), nées récemment et dont le rayonnement ionise à présent l'hydrogène environnant.

Histoire[modifier | modifier le code]

La nébuleuse d'Orion a été découverte en 1610 par Nicolas-Claude Fabri de Peiresc. Il fut apparemment le premier à remarquer son aspect diffus bien que Ptolémée, Tycho Brahe et Johann Bayer voyaient les étoiles du centre comme une seul gros objet. Galilée avait détecté de petites étoiles de cette région en observant avec sa lunette astronomique peu de temps auparavant.

La célèbre nébuleuse d'Orion abrite en son sein une énorme bulle de gaz très ténue, d'une température de 2 millions de degrés Celsius. C'est ce qu'a découvert une équipe internationale menée par des chercheurs suisses et du Laboratoire d'astrophysique de Grenoble (CNRS/Université Joseph- Fourier, Observatoire de Sciences de l'Univers de Grenoble) grâce au satellite européen XMM-Newton. Cette température est tellement élevée que le gaz émet non pas dans le domaine visible, mais dans celui des rayons X, domaine d'investigation du satellite XMM, lancé par l'Agence spatiale européenne en 1999. Ces résultats sont publiés en ligne le sur Science Express.

La nébuleuse d'Orion, vue par le télescope spatial Spitzer de la NASA

Observation[modifier | modifier le code]

M42 est l'un des objets célestes les plus faciles à observer. Il se trouve dans le baudrier de la constellation d'Orion, juste en dessous de sa ceinture. La ceinture se repère facilement étant formée de trois étoiles très serrées et alignées. Le baudrier ressemble à une larme tombant vers l'horizon. En pointant un télescope, une lunette ou encore de bonnes jumelles, la nébuleuse apparaît. Un faible grossissement (entre 30 et 60 fois) permet de l'observer dans son ensemble. Un grossissement plus important, de l'ordre de 100 à 200 fois, permet d'observer les étoiles qui la composent, notamment les quatre qui forment l'amas du Trapèze.

C'est un véritable plaisir pour les astronomes amateurs, car elle est facile à trouver et révèle beaucoup de détails même dans des instruments de faible diamètre. Avec un télescope de 114 mm de diamètre elle a la forme d'un « oiseau ». On peut voir une tache blanche diffuse avec des formes, et une sorte d'ombre au centre. Avec un télescope de 200 mm elle apparaît vraiment très brillante, et un grossissement important donne réellement l'impression « d'être dedans ». De bonnes conditions atmosphériques laissent parfois deviner les couleurs de la nébuleuse. De par sa magnitude favorable, elle permet également d'utiliser des filtres améliorant le contraste (OIII ou UHC par exemple) et de distinguer plus de détails.

Galerie d'images[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 4 avril 2017)
  2. (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 1976 (consulté le 4 avril 2017)
  3. M.J. Reid, K.M. Menten, X.W. Zheng et Et. al., « TRIGONOMETRIC PARALLAXES OF MASSIVE STAR-FORMING REGIONS. VI. GALACTIC STRUCTURE, FUNDAMENTAL PARAMETERS, AND NONCIRCULAR MOTIONS », The Astrophysical Journal, vol. 700 #1,‎ , p. 137-148 (page 144, tableau 4) (DOI 10.1088/0004-637X/700/1/137, lire en ligne)
  4. (de) Ronald Stoyan, Stefan Binnewies, Susanne Friedrich, Atlas der Messier-Objekte, (ISBN 978-3-938469-07-1)
  5. a, b et c (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 4 avril 2017)
  6. Pavel Koupra, Monika Petr et Mark McCaughrean, « Binary stars in young clusters: models versus observations of the Trapezium Cluster », New Astronomy, vol. 4,‎ , p. 495-520 (DOI 10.1016/S1384-1076(99)00038-X, [arXiv:astro-ph/9906460 lire en ligne])
  7. Lynne A. Hillenbrand, « On the Stellar Population and Star-Forming History of the Orion Nebula Cluster », Astronomical Journal, vol. 113,‎ , p. 1733-1768 (DOI 10.1086/118389)
  8. Lynne A. Hillenbrand et Lee W. Hartmann, « A Preliminary Study of the Orion Nebula Cluster Structure and Dynamics », The Astrophysical Journal, vol. 492,‎ , p. 540-553 (DOI 10.1086/305076)
  9. On obtient le diamètre d'un objet par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  10. M.F. Walker, « Studies of extremely young clusters. V. Stars in the vicinity of the Orion nebula », Astrophysical Journal, vol. 155,‎ , p. 447 (DOI 10.1086/149881, lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 1968  •  NGC 1969  •  NGC 1970  •  NGC 1971  •  NGC 1972  •  NGC 1973  •  NGC 1974  •  NGC 1975  •  NGC 1976  •  NGC 1977  •  NGC 1978  •  NGC 1979  •  NGC 1980  •  NGC 1981  •  NGC 1982  •  NGC 1983  •  NGC 1984  •