M63 (galaxie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

M63
Image illustrative de l’article M63 (galaxie)
La galaxie spirale M63
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Chiens de chasse
Ascension droite (α) 13h 15m 49,3s[1]
Déclinaison (δ) 42° 01′ 45″ [1]
Magnitude apparente (V) 8,6[2]
9,3 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,49 mag/am2[3]
Dimensions apparentes (V) 12,6 × 7,2[2]
Décalage vers le rouge 0,001614 ± 0,000003[1]
Angle de position 105°[2]

Localisation dans la constellation : Chiens de chasse

(Voir situation dans la constellation : Chiens de chasse)
Canes Venatici IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 484 ± 1 km/s [4]
Distance 6,76 ± 0,48 Mpc (∼22 millions d'a.l.)[5]
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale
Type de galaxie SA(rs)bc[1] Sbc?[6] Sbc[7],[2]
Dimensions 81 000 a.l.[8]
Découverte
Découvreur(s) Pierre Méchain[6]
Date [6]
Désignation(s) NGC 5055
PGC 46153
UGC 8334
MCG 7-27-54
CGCG 217-23[2]
Liste des galaxies spirales

M63 (NGC 5055) est galaxie spirale relativement rapprochée et située dans la constellation des Chiens de chasse à environ 22 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome français Pierre Méchain en 1779. Charles Messier a confirmé cette observation le même jour et il l'a inscrite à son catalogue comme M63[6]. On lui donne parfois le nom de galaxie du Tournesol. Sa structure en spirale fut l'une des premières spirales reconnues comme telles par Lord Rosse qui la cite comme l'une de 14 nébuleuses spirales découvertes à cette époque (1850)[9].

La classe de luminosité de M63 est II-III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé. De plus, c'est une galaxie LINER, c'est-à-dire une galaxie dont le noyau présente un spectre d'émission caractérisé par de larges raies d'atomes faiblement ionisés[1].

Près d'une trentaine de mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 7,711 ± 1,582 Mpc (∼25,2 millions d'a.l.),[10] ce qui est à l'intérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[5].

Supernova[modifier | modifier le code]

La supernova SN 1971I a été découverte dans M63 le 24 mai par un dénommé Jolly Clark. Cette supernova était de type Ia[11].

Groupe de M51 et de M101[modifier | modifier le code]

Selon A.M. Garcia, la galaxie M63 (NGC 5055) fait partie d'un groupe de galaxies qui compte au moins 10 membres, le groupe de M51. Les autres membres du New General Catalogue de ce groupe sont NGC 5023, M51 (NGC 5194), NGC 5195, NGC 5229, IC 4263, UGC 8215, UGC 8308, UGC 8320 et UGC 8331[12].

D'autre part, dans un article publié en 1998, Abraham Mahtessian indique que M51 fait partie d'un groupe plus vaste qui compte plus de 80 galaxies, le groupe de M101[13]. Plusieurs galaxies de la liste de Mahtessian se retrouvent également dans d'autres groupes décrit par A.M. Garcia, soit le groupe de NGC 3631, le groupe de NGC 4051, le groupe de M109 (NGC 3992), le groupe de NGC 4081, le groupe de M106 (NGC 4258) et le groupe de NGC 5457[12].

Plusieurs galaxies de ces six groupes de Garcia ne figurent pas dans la liste du groupe de M101 de Mahtessian. Il y a plus de 120 galaxies différentes dans les listes des deux auteurs. Puisque la frontière entre un amas galactique et un groupe de galaxie n'est pas clairement définie (on parle de 100 galaxies et moins pour un groupe), on pourrait qualifier le groupe de M101 d'amas galactique contenant plusieurs groupes de galaxies.

Les groupes de M101 et de M51 dont partie de l'amas de la Grande Ourse, l'un des amas galactiques du superamas de la Vierge.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 5055 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 5000 à 5099 »
  3. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  6. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  7. (en) « NGC 5055 sur HyperLeda » (consulté le )
  8. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  9. « Messier 63 » (consulté le )
  10. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  11. (en) « Other Supernovae images » (consulté le )
  12. a et b A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  13. Abraham Mahtessian, « Groups of galaxies. III. Some empirical characteristics », Astrophysics, vol. 41 #3,‎ , p. 308-321 (DOI 10.1007/BF03036100, lire en ligne, consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 5047  •  NGC 5048  •  NGC 5049  •  NGC 5050  •  NGC 5051  •  NGC 5052  •  NGC 5053  •  NGC 5054  •  NGC 5055  •  NGC 5056  •  NGC 5057  •  NGC 5058  •  NGC 5059  •  NGC 5060  •  NGC 5061  •  NGC 5062  •  NGC 5063