NGC 3183

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

NGC 3183
Image illustrative de l’article NGC 3183
La galaxie spirale barrée NGC 3183.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Dragon
Ascension droite (α) 10h 21m 49,0s[1]
Déclinaison (δ) 74° 10′ 37″ [1]
Distance 43,1 ± 3,1 Mpc (∼141 millions d'a.l.)[2]
Magnitude apparente (V) 11,8 [3]
12,6 dans la Bande B [3]
Brillance de surface 12,9 mag/as2[3]
Dimensions apparentes (V) 2,3 × 1,4[3]
Décalage vers le rouge 0,010300 ± 0,000023[1]
Angle de position 161°[3]
Vitesse radiale 3 088 ± 7 km/s[4]

Localisation dans la constellation : Dragon

(Voir situation dans la constellation : Dragon)
Draco IAU.svg
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale barrée
Type de galaxie SB(s)bc?[1] SBbc[3] SB(s)b[5]
Dimensions 94 000 a.l.[6]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel[5]
Date 2 avril 1801[5]
Désignation(s) NGC 3218
PGC 30323
UGC 5582
MCG 12-10-28
ZWG 351.18
ZWG 333.23
IRAS10176+7425 [3]
Liste des galaxies spirales barrées

NGC 3183 est une galaxie spirale barrée située dans la constellation du Dragon à environ 141 millions d'années-lumière de la Voie lactée. Elle a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1801 et elle a été inscrite au catalogue NGC sous la cote NGC 3218. Cette même galaxie a été observée par l'astronome prussien Heinrich d'Arrest le 28 septembre 1865 et c'est cette observation qui est inscrite sous la cote NGC 3183 au catalogue NGC.[5]

La classe de luminosité de NGC 3183 est II-III et elle présente une large raie HI[1].

NGC 3183 fait partie d'un petit groupe de galaxies de 4 membres, le groupe de NGC 3147. Les deux autres galaxies du groupe sont NGC 3194 et UGC 5686[7].

Plusieurs mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 31,600 ± 7,583 Mpc (∼103 millions d'a.l.) [8], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage [2].

Note historique[modifier | modifier le code]

Lors de son 1096e balayage du ciel dans la nuit du 2 avril 1801, apparemment selon sa méthode habituelle, du nord au sud ou vice vers avec une déclinaison fixe, William Herschel a observé 15 objets dont la position rapportée est largement erronée, erreur qui a rendu l'identification des objets NGC difficile, voire impossible[9].

En conséquence, au début des années 1900, John Dreyer a demandé au directeur de l'Observatoire royal de Greenwich (l'Astronomer Royal) de réaliser des plaques photographiques de la région de ce balayage. On a pu déterminer avec précision sur ces plaques les coordonnées de 40 nébuleuses, incluant tous les objets observés par Herschel. Les corrections ainsi que les erreurs des positions d'Herschel ont été notées par Dreyer dans une publication de 1912. Même si l'identification des objets observés par Herschel a été résolue, l'origine de son erreur est demeurée un mystère jusqu'à ce que Wolfgang Steinicke étudie la question en 2011-12. Cette nuit-là, Herschel devait avoir accidentellement aligné son télescope à 7° à côté du méridien. Quand sa soeur Caroline a utilisé ses mesures, elle a présumé que le télescope était comme d'habitude aligné sur le méridien, rendant les calculs des positions loin des positions réelles. Un calcul des positions tenant compte de l'erreur de 7° donne les positions qui correspondent presque aux positions des objets célestes observés par Herschel, vérifiant ainsi l'hypothèse de Steinicke et les positions rapportées par Dreyer[9].

Les objets NGC observés par Herschel cette nuit-là sont NGC 2938, NGC 2977, NGC 3061, NGC 3174 (=NGC 3144), NGC 3194 (= NGC 3155), NGC 3183, NGC 3197, NGC 3329, NGC 3465, NGC 3500, NGC 3523, NGC 3747, NGC 3752, NGC 3901 et NGC 3939[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 3183 (consulté le 16 mars 2019)
  2. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc) . L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho.
  3. a b c d e f et g (en) « Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke » (consulté le 16 mars 2019)
  4. On obtient la vitesse de récession d'une galaxie à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage vers le rouge (redshift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  5. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le 16 mars 2019)
  6. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.
  7. A.M. Garcia, « General study of group membership. II - Determination of nearby groups », Astronomy and Astrophysics Supplement Series, vol. 100 #1,‎ , p. 47-90 (Bibcode 1993A&AS..100...47G)
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le 17 mars 2019)
  9. a b et c (en) « The Curious Incident In The Night: A Celestial Mystery » (consulté le 5 mars 2019)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 3175  •  NGC 3176  •  NGC 3177  •  NGC 3178  •  NGC 3179  •  NGC 3180  •  NGC 3181  •  NGC 3182  •  NGC 3183  •  NGC 3184  •  NGC 3185  •  NGC 3186  •  NGC 3187  •  NGC 3188  •  NGC 3189  •  NGC 3190  •  NGC 3191