Revers (numismatique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Revers.

En numismatique, le revers[1] est le côté de la monnaie opposé à celui portant l'effigie ou le motif principal. Son autre nom en langage populaire est le côté « pile ».

L’indication de la valeur faciale de la pièce y est souvent gravé (2 euros, 10 francs, etc.). L'opposé du revers est l'avers.

Origines[modifier | modifier le code]

Gros tournois de Saint-Louis(« croix » à gauche, « pile » représentant un châtel à droite).

L'origine du terme pile est incertaine. Une explication résiderait dans le fait qu'au XIIIe siècle, ce terme symbolisait en latin médiéval le coin inférieur du marteau qui frappe la monnaie[2],[3]. Certains disent que le terme pile proviendrait du verbe piler parce que la pièce était pressée (ou pilée) entre deux poinçons[4]. Le terme pile est un vieux mot signifiant navire, son utilisation proviendrait alors du terme romain « tête ou navire »[5]. D'aucuns disent que pile et prince ont une étymologie commune, ce qui expliquerait l'attribution du terme pile au côté de la pièce représentant le souverain ; d'autres soulignent le lien entre pile et le mot latin « peleus » signifiant « bonnet », ce dernier étant représenté sur certaines pièces[5]. Une autre explication du terme pile viendrait du fait qu'au temps de Saint Louis, un temple soutenu de divers piliers[6] (ou un château[7]) est représenté sur un des côtés des pièces.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « revers » (sens A, 2, a) du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales (consulté le 21 mai 2016).
  2. Denis Diderot, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, vol. 26, , p. 427
  3. Gabriel Abot de Bazinghen, Traité des monnoies, et de la jurisdiction de la Cour des monnoies, en forme de dictionnaire, vol. 2, (lire en ligne), p. 187,493
  4. J. de Witte et A. de Longpérier, revue numismatique, vol. 2, (lire en ligne), p. 33
  5. a et b A. Furetière, Dictionnaire universel, vol. 3, (lire en ligne), p. 127
  6. Guillaume Guiart, Collection universelle des mémoires particuliers relatifs à l'histoire de France, vol. 3, (notice BnF no FRBNF30656592), p. 202
  7. Revue de la Numismatique belge, vol. 2 (3e série), (lire en ligne), p. 325