Liste historique des régions et pays par PIB (PPA)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette page regroupe les régions et pays classés en fonction de leur produit intérieur brut, estimés en valeur nominale, en termes de parité de pouvoir d'achat (PPA), et ce en millions de dollars internationaux.

Dans certaines de ces listes, le terme pays correspond aux régions géographiques, peuple ou empire s'y référant et non le pays lui-même. La plupart des informations ci-dessous sont basées sur les estimations historiques de Angus Maddison, ancien professeur à l'université de Groningue et assistant directeur du développement économique au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques; son travail est référencé dans un ouvrage publié en novembre 2003: The World Economy: Historical Statistics disponible en français sous le titre L'économie mondiale : statistiques historiques[1].

Les estimations de Maddison s'étalent du Ier siècle après Jésus-Christ jusqu'en 1998, et donnent également une approximation du poids économique des régions concernées par rapport à l'ensemble des régions les plus avancées de l'époque. Ces chiffres sont évidemment à comparer à l'évolution de la population mondiale à travers le temps, les grands évènements historiques et économiques et l'histoire des sciences et des techniques qui ont modelé le monde et permettent d'expliquer les chiffres avancés.

Bien que maintes fois critiqués, les travaux de Maddison ont reçu le soutien de l'OCDE et de nombreuses personnalités reconnues tel que l'économiste et journaliste britannique Evan Davis.

Évolution du PIB entre l'an 1 et 2003.
Représentation synthétique de l'évolution de la répartition du PIB mondial de l'an 1000 à l'an 1998.

Ier siècle[modifier | modifier le code]

Évolution des territoires contrôlés par l'Empire romain jusqu'à sa chute en 476.
Article connexe : Économie romaine.

Au Ier siècle de notre ère, l'agriculture commence à se développer largement dans les zones peuplées, elle se diversifie et les périodes de famines diminuent, la majorité de la population est déjà sédentaire. Au sein de l'Empire romain, la Pax Romana est instaurée et permet une période de calme relatif et de prospérité du commerce entre les différentes régions de l'Empire Romain et les régions d'Orient et d'Afrique. Durant les siècles suivant, Rome accroit son espace de domination, puis finit par se scinder et être envahi par les nations barbares. De nombreuses civilisations atteignent leur apogée au Ier millénaire, outre Rome, l'Empire byzantin, l'Empire abbasside, les Vikings, les Huns ou encore les Hans en Chine. Les sciences, les arts, les religions et les connaissances du monde se développent partout et les premières vagues d'échanges culturelles apparaissent avec le développement de l'instruction et des langues « internationales » (Latin, Grec, Sanskrit ...). Cette période de prospérité en Europe, dure jusqu'à la chute de l'Empire romain d'Occident et le début du Moyen Âge.

Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 102 536 100
Inde 33 750 [Note 1] 32,9
Chine sous la dynastie Han 26 820 26,2
Empire romain 22 000 [2] 21,5
Europe de l'Ouest 11 115 10,8
Asie du Sud-Est 10 120 [3] 9,9
Afrique 8 030 [3] 7,8
Extrême-Orient [Note 2] 6 970 6,8
Amérique latine 2 240 2,2
Europe de l'Est 1 900 1,9
Japon 1 200 1,2
Amérique du Nord et Australie 468 0,5

1000[modifier | modifier le code]

Du Xe siècle au XIVe siècle, le monde occidental connaît une longue période sombre où s'étalent sporadiquement conflits, famines, et maladies (la peste noire entraina la mort de la moitié de la population européenne) qui empêchent les sociétés européennes de progresser. Les Croisades, la Reconquista, les guerres de religion essaiment la richesse des puissances européennes de l'époque. A contrario, les civilisation arabes Seldjoukides et Ayyoubides se développent et assimilent des civilisations chinoise et d'Asie centrale des découvertes telles que le papier, les chiffres arabes, la boussole marine et les premières armes à feu[4], et avec elles, florissent de nouveaux les découvertes et redécouvertes dans tous les domaines : médecine, arts, mathématiques, astronomie, sciences... Il faudra attendre la fin du Moyen Âge, les grandes découvertes maritimes et le début de la Renaissance pour que les occidentaux reconnaissent l'ampleur des découvertes arabes de cette époque. Le schisme de 1054 divise le monde chrétien entre l'Église catholique et l'Église orthodoxe. La Chine telle que nous la connaissons commence à s'unifier et l'Inde conserve sa puissance et sa richesse due à une agriculture développée et au commerce maritime avec ses riches voisins jusqu'à la fin des conquêtes musulmanes.

États d'Europe en l'an 1000.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 116 790 100
Inde 33 750 [Note 1] 28,9
Chine sous la dynastie Song 26 550 22,7
Califats islamiques 21 640 [Note 4],[3] 18,5
Afrique 13 723 11,8
Proche-Orient 12 415 10,6
Europe de l'Ouest 10 165 8,7
Extrême-Orient [Note 2] 6 215 6,8
Amérique latine 4 560 3,9
Japon 3 188 2,7
Russie et Asie centrale 2 840 [Note 3] 2,4
Pologne 2 600 2,2
Amérique du Nord et Australie 784 0,7

1500[modifier | modifier le code]

En 1492, pour trouver une nouvelle route de la soie, Christophe Colomb arrive en Amérique ; s'il n'est pas le premier eurasiatique à y parvenir, il va être l'instigateur d'une nouvelle ère d'expansion, c'est le début des Grandes découvertes. L'Empire colonial portugais et celui espagnol vont être les premiers à coloniser les terres vierges et celle habitées du « Nouveau Monde », de nouveaux produits alimentaires, des céréales, des épices, des fruits et des animaux vont être éparpillés en Europe, mais c'est l'or, l'argent et les richesses minérales et métalliques de ces terres qui vont pousser toutes les nations européennes à créer leur propres empires. Des explorateurs vont visiter l'Afrique et l'Océanie ; de nouvelles routes maritimes vont permettre au commerce maritime de se développer. Jouissant de leur supériorité militaire, les occidentaux vont commencer à étendre leur domination dans toutes les directions, brassant ainsi les cultures et découvertes.

Planisphère du monde connu par les Européens en l'an 1500.
Les Grandes découvertes géographiques européennes conduisirent à la formation des empires coloniaux espagnol et portugais au XVe et XVIe siècles.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 247 116 100
Chine sous la dynastie Ming 61 800 25,0
Inde 60 500 [Note 1] 24,5
Empire ottoman 10 495 [3] 4,2
Russie et Asie centrale 8 475 [Note 3] 3,4
Allemagne 8 112 3,3
Japon 7 700 3,1
Pologne–Lituanie 6 237 2,5
Espagne 4 744 1,9
Amérique du Sud et Amérique centrale 4 100 1,7
Mexique 3 188 1,3
Îles Britanniques 2 815 1,1
Autriche 1 414 0,6
Belgique 1 225 0,5
États-Unis 800[Note 5] 0,3
Pays-Bas 716 0,3
Portugal 632 0,3
Suisse 482 0,2

1600[modifier | modifier le code]

La Renaissance européenne se poursuit suite à la Renaissance artistique qui prit sa source en Italie. Les empires coloniaux de la France et du Royaume-Uni commencent à poindre sur tous les continents, l'Empire ottoman atteint son extension maximale qui s'achève en 1529 par le siège de Vienne et l'Empire moghol prend le contrôle sur la multitude de royaumes en Inde, faisant durablement entrer l'islam dans la culture indienne. Le Tsarat de Russie devient la plus grande nation de la planète et s'étend de la mer Baltique à la mer du Japon. Les Églises réformées et l'anglicanisme font apparaître un nouvel ordre religieux en Europe qui vont conduire à de nombreux massacres et conflits.

Découpage des États européens en 1600.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 329 417 100
Chine sous la dynastie Ming 96 000 29,2
Inde 74 250 22,6
Extrême-Orient [Note 2] 24 088 7,3
Afrique 22 000 6,7
Empire espagnol 20 789 [Note 6] 6,3
France 15 559 4,7
États italiens 14 410 4.4
Empire ottoman 12 637 3,8
Allemagne 12 432 3,8
Russie et Asie centrale 11 447 [Note 3] 3,5
Japon 9 620 2,9
Pologne–Lituanie 8 743 2,7
Espagne seule 7 416 2,1
Îles Britanniques 6 007 1,8
Amérique du Sud et Amérique centrale 2 623 0,8
Autriche 2 093 0,6
Pays-Bas 2 052 0,6

1700[modifier | modifier le code]

L'Empire moghol et les premiers comptoirs indiens.

Ce siècle fut aussi appelé « siècle des lumières » du fait de l'importante des changements philosophiques et politiques en Europe ; c'est l'avènement de la démocratie, en Grande Bretagne, aux États-Unis avec la Révolution américaine et en France avec la Révolution française qui engendrèrent dans toute l'Europe de multiples contestations du pouvoir royaliste. Durant ce siècle se développe le commerce triangulaire qui aboutira à la lutte contre la domination britannique et l’esclavagisme par les américains. La musique classique et l'encyclopédie apparaissent, une première révolution agricole a lieu, poussée par les découvertes scientifiques et grâce à la domestication et l'utilisation de la vapeur et au développement de l'industrie charbonnière, les prémisses de la première révolution industrielle apparaissent en Grande-Bretagne.

Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 371 369 100
Inde 90 750 24,4
Chine sous la dynastie Qing 82 800 22,3
Europe de l'Ouest 82 072 22,1
Extrême-Orient [Note 2] 28 276 7,6
Afrique 24 400 6.6
France 21 180 5,7
Russie et Asie centrale 16 222 [Note 3] 4,4
Japon 15 390 4,1
Italie 14 630 3,9
Allemagne 13 410 3,6
Moyen-Orient 12 291 3,3
Îles Britanniques 10 709 2,9
Pologne–Lituanie 10 647 2,9
Espagne seule 7 893 2,2
Pays-Bas 4 009 1,1
Amérique du Sud et Amérique centrale 3 813 1,0

1820[modifier | modifier le code]

On assiste au début de la première révolution industrielle avec la multiplication des machines à vapeur et des nouveaux secteurs industriels : textile, métallurgie, finance. Le Royaume-Uni puis le reste de l'Europe s'industrialisent rapidement, le développement technologique s'accélère à partir de cette époque et la prédominance de l'Occident sur le reste du monde sur de nombreux points (économique, scientifique et militaire) s'accroît en même temps que la souveraineté de leurs empires respectifs en Afrique.

La Chine sous la dynastie Qing en 1820.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 694 442 100
Chine sous la dynastie Qing 228 600 32,9
Inde 111 417 [Note 1] 16,0
France 38 434 5,5
Empire russe 37 710 5,4
Extrême-Orient [Note 2] 36 592 5,3
Royaume Uni 36 232 5,2
Afrique 31 010 4.5
Allemagne 26 349 3,8
Europe de l'Est [Note 8] 23 149 3,3
Italie 22 535 3,2
Japon 20 739 3,0
Moyen-Orient 18 549 2,7
Espagne 12 975 1,9
États-Unis 12 548 1,8
Amérique du Sud et Amérique centrale 9 120 1,3
Pays-Bas 4 288 0,6
Mexique 5 000 0,7

1870[modifier | modifier le code]

Avec la deuxième révolution industrielle, de nouveaux progrès poussent encore toute la société vers l’avant, le pétrole, l'électricité, la chimie et la sidérurgie se développent en même temps que le chemin de fer, les débuts de l'automobile et de l'aviation. Les États-Unis achèvent de conquérir l'ouest et s'unifient sous une même bannière ; des émigrants arrivent de toute la planète, en quête de terres à cultiver, de richesses (ruée vers l'or) ou de liberté. L'industrialisation s'accélère dans les états du nord et sa richesse dépasse celle de la France ou de l’Empire russe aux prises à des guerres européennes et dans leurs colonies. De son côté, l'Empire britannique affirme encore davantage sa suprématie sur le monde et s'assure des matières premières dont lui et les nations européennes ont besoin pour développer leurs industries ; notamment en achevant de prendre le contrôle de l'Inde.

Territoires faisant partie de l'Empire britannique en 1919.
Les empires coloniaux à la fin du XIXe siècle.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 1 101 369 100
Empire britannique 265 000 [Note 9],[5] 24,1
Chine sous la dynastie Qing 189 740 17,2
Inde 134 882 12,2
Royaume Uni 100 179 9,1
États-Unis 98 374 8,9
Empire russe 83 646 7,6
France 72 100 6,5
Allemagne 71 429 6,5
Extrême-Orient [Note 2] 55 391 5,0
Europe de l'Est [Note 8] 45 448 4,1
Italie 41 814 3,8
Afrique 40 172 3.6
Japon 25 393 2,3
Amérique du Sud et Amérique centrale 21 683 2,0
Moyen-Orient 22 405 2,0
Espagne 22 295 2,0
Canada et Australie 13 781 1,3
Belgique 13 746 1,2
Pays-Bas 9 952 0,9

1913[modifier | modifier le code]

L'Europe est au faîte de sa domination avant la Première Guerre mondiale, ses empires coloniaux s'étendent sur tous les continents, sa suprématie politique est incontestable. Ce que l'on appellera par la suite le complexe militaro-industriel se développe à grande vitesse suite à une course aux armements, mais des rivaux apparaissent. Les États-Unis deviennent, au début du XXe siècle, la première puissance économique mondiale et le Fordisme multiplie la productivité de son industrie, tandis que l'Empire du Japon se modernise à marche forcée pour éviter le sort de la dynastie Qing qui est, de facto, sous domination étrangère. L'aviation alors balbutiante va, avec la grande guerre, mûrir, la radiodiffusion fait son apparition, le téléphone se développe, la chimie est une industrie à part entière.

L'automobile devient une véritable industrie de masse, symbole de la productivité américaine incontrôlée qui aboutira à la crise de surproduction de 1929. Alors qu'en 1907, la France et les États-Unis produisaient environ 25 000 voitures, la Grande-Bretagne seulement 2 500 et que les deux-tiers des voitures exportées étaient françaises, le travail à la chaîne démultiplie la production. En 1914, 485 000 voitures dont 250 000 Ford T sont produites aux États-Unis contre 45 000 en France, 34 000 en Grande-Bretagne et 23 000 en Allemagne.

L'Europe avant...
...et après la Première Guerre mondiale.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 2 704 782 100
Empire britannique 570 406 [Note 10],[5] 21,1
États-Unis 517 383 19,1
Chine 241 344 8,9
Empire allemand 237 332 8,8
Empire russe 232 351 8,6
Royaume Uni 224 618 8,3
Inde 204 241 7,6
France 144 489 5,3
Europe de l'Est [Note 8] 121 559 4,5
Extrême-Orient [Note 2] 120 462 4,5
Amérique du Sud et Amérique centrale 95 760 3,5
Italie 95 487 3,5
Afrique 72 948 2,7
Japon 71 653 2,6
Canada et Australie 68 249 2,5
Espagne 45 686 1,7
Moyen-Orient 35 428 1,3
Belgique 32 347 1,2
Mexique 25 921 1,0
Pays-Bas 24 955 0,9

1950[modifier | modifier le code]

Le monde après les deux guerres mondiales est bouleversé. La domination politique et économique de l'Europe s'est effondrée au profit des nouveaux grands vainqueurs, les États-Unis et l'URSS, cette dernière, malgré sa puissance militaire et idéologique, sort de la guerre dans un état catastrophique ; tout comme l'Allemagne et le Japon, une grande partie de son territoire est ravagé, une importante partie de sa population, et de sa force de travail est morte durant le conflit ou subit la famine. Ainsi, elle ne rattrapera pas le monde occidental qui bénéficie de l’aide à la reconstruction américaine (notamment l'Allemagne et le Japon qui effaceront rapidement les traces du conflit, en échange de leur attachement idéologique et politique au camp occidental) et des Trente Glorieuses sur le plan économique. L'innovation technologique civile fait également de grand progrès et bénéficie aux transports qui se développent, ainsi qu'à l'industrie nucléaire et à une nouvelle génération issue du « baby boom ».

La production de masse, dont les principes ont été développés dans l'avant-guerre, est appliquée à tous les domaines industriels, aux Etats-Unis et en Europe. L'Europe de l'Ouest va connaitre sa plus longue période de croissance soutenue - Trente glorieuses en France, miracles économiques allemand et Italien. On peut réellement parler d'émergence de la société de consommation, avec les premiers supermarchés, les réfrigérateurs et ustensiles ménagers... Ainsi, d'objet de luxe prestigieux, la voiture particulière se répand parmi les classes moyennes, puis les classes ouvrières, jusqu'à être considérée comme une nécessité banale.

Les États-Unis sortirent grand vainqueurs de la guerre alors que l'Allemagne fut divisée par la Conférence de Yalta.
L'Union soviétique acquis une puissance internationale, ici, étendant sa domination militaire.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 5 336 101 100
États-Unis 1 455 916 27,3
Union soviétique 510 243 9,6
Amérique du Sud et Amérique centrale 356 188 6,7
Royaume-Uni 347 850 6,5
Allemagne 265 354 5,0
Extrême-Orient [Note 2] 252 166 4,7
République populaire de Chine 239 903 4,5
Inde 222 222 4,2
France 220 492 4,1
Afrique 194 569 3,6
Europe de l'Est [Note 11] 185 023 3,5
Canada et Australie 179 574 3,4
Italie 164 957 3,1
Japon 160 966 3,0
Extrême-Orient 110 412 2,1
Espagne 66 792 1,3
Mexique 67 368 1,3
Pays-Bas 60 642 1,1

1973[modifier | modifier le code]

Dans les pays développés, le secteur tertiaire devient le plus important en nombre d’actifs occupés. La population mondiale continue d'augmenter, mais cette fois majoritairement dans les pays en voie de développement. Cette croissance n'engendrent cependant pas de famines chroniques, grâce à la révolution verte, la hausse des rendements agricoles et la hausse de productivité permise par la mécanisation agricole ; on observe une disparition temporaire des grandes famines dans les États les moins développés. Le Tiers-Monde a connu une forte croissance démographique mais également une croissance comparable de sa production ; quelques États comme la Côte-d'Ivoire ont connu une véritable croissance industrielle à la faveur de termes de l'échange favorables pour les producteurs de matières premières. Les Quatre dragons asiatiques s'industrialisent à grande vitesse et commencent à concurrencer à partir des années 1970 l'industrie occidentale au delà du textile ou des produits à faible valeur ajoutée. D'un autre côté, l'industrie européenne et nord-américaine commence à décliner suite aux chocs pétroliers de 1973 et 1979 et à la fin de la période d'expansion économique d'après-guerre ; c'est la fin des « trente Glorieuses ».

Dans un cadre de guerre froide, la compétition entre le capitalisme et le communisme, incarnés respectivement par les États-Unis et l'URSS, se poursuit dans la sphère économique. L'Union soviétique, absolument ravagée par la Seconde Guerre Mondiale, revient de très loin ;cependant, après la période de reconstruction et développement frénétique de l'industrie lourde dans les années 1950, la croissance en URSS est en perte de vitesse. Le décalage entre les deux géants, qui s'est amenuisé pendant vingt ans, ne fera plus que s'approfondir lorsque les États-Unis connaissent l'essor des NTIC, la financiarisation de l'économie, et profitent de la mondialisation en germe pour augmenter leurs échanges commerciaux. L'URSS ne parviendra jamais réellement à prendre le "virage" de la production biens de consommation.

Partition idéologique du monde en divers blocs en 1959.
  •      Pays membres de l'OTAN
  •      Autres pays alliés des États-Unis
  •      Pays colonisés
  •      Pays membres du pacte de Varsovie
  •      Autres pays alliés de l’URSS
  •      Pays non-alignés
L'importance de la taille des pays non-alignés avec les deux superpuissances s'étendit à partir de 1956 et regroupe aujourd'hui près de 55 % de la population mondiale.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 16 059 180 100
États-Unis 3 536 622 22,0
Extrême-Orient [Note 2] 2 166 225 13,5
Union soviétique 1 513 070 9,4
Japon 1 242 932 7,7
Amérique du Sud et Amérique centrale 1 118 398 7,0
Allemagne 944 755 5,9
Moyen-Orient 932 968 5,1
République populaire de Chine 740 048 4,6
France 683 965 4,3
Royaume Uni 675 941 4,2
Italie 582 713 3,6
Europe de l'Est [Note 11] 550 757 3,4
Afrique 529 185 3.3
Canada et Australie 521 667 3,2
Inde 494 832 3,1
Espagne 304 220 1,9
Mexique 279 302 1,7
Brésil 239 178 1,5
Pays-Bas 175 791 1,1

1998[modifier | modifier le code]

L'électronique et l'informatique deviennent le symbole d'une économie moderne. Les nouveaux pays industrialisés sont devenus les usines du monde et leur taux de croissance est plusieurs fois supérieures à celle d'une Europe qui voit son industrie manufacturière en recul constant. Les États-Unis maintiennent leur statut de première puissance économique mais la Chine commence à devenir une nation sur laquelle il faut compter.

Durant les années 1990, le Japon connait un certain marasme économique, qui contraste avec sa croissance jusque là spectaculaire ; l'Europe connait une période de faible croissance, tandis que les États-Unis profitent pleinement de l'essor des NTIC. Une euphorie excessive aboutira d'ailleurs à l'éclatement de la bulle internet en 2000. Première décennie depuis la seconde guerre mondiale où l'écart de développement entre Europe Occidentale et États-Unis s'agrandit.

Le monde en 2005.
Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 33 725 635 100
États-Unis 7 394 598 21,9
Chine 3 873 352 11,5
Extrême-Orient [Note 2] 3 140 603 9,3
Japon 2 581 576 7,7
Amérique du Sud et Amérique centrale [Note 12] 2 085 700 6,8
Inde 1 702 712 5,0
Allemagne 1 460 069 4,3
Afrique 1 239 408 4,1
France 1 150 080 3,4
Royaume-Uni 1 108 568 3,3
Italie 1 022 776 3,0
Brésil 973 178 2,2
Europe de l'Est [Note 13] 660 861 2,0
Mexique 655 910 1,9
Espagne 560 138 1,7
Pays-Bas 317 517 0,9

2010[modifier | modifier le code]

Article connexe : Liste des pays par PIB (PPA).

Le classement complet des pays par PIB (PPA) a été établie par le FMI, incluant les 191 États membres de l'ONU, l'État de Taïwan et les entités suivantes : l'Union européenne, Hong Kong, Macao, les Antilles néerlandaises, et Porto Rico. La part des économies occidentales a reculé suite, entre autres, à la crise économique de 2008 et la montée en puissance des BRICS, un groupe de pays à forte croissance, dont, au début du XXIe siècle, le poids dans l’économie mondiale augmente.

L'explosion des échanges grâce à la mondialisation a pleinement profité à l'économie mondiale, dont le PIB a doublé entre 1998 et 2010, malgré la crise affaiblissant actuellement les pays anciennement développés. Le développement d'internet et de l'immense économie de service qui est liée, ainsi que la hausse de la productivité sont à l'origine de cette croissance spectaculaire, qui doit beaucoup à la montée en puissance de géant démographiques tels que l'Inde, la Chine ou le Brésil.

Région / Pays PIB (PPA)
millions de dollars internationaux
Partage du PIB
pourcentage (%)
Monde 74 004 249 100
États-Unis 14 624 184 19,8
Chine 10 084 369 13,6
Japon 4 308 627 5,8
Inde 4 001 103 5,4
Allemagne 2 932 036 4,0
Russie 2 218 764 3,0
Brésil 2 181 677 2,9
Royaume-Uni 2 181 069 2,9
France 2 146 283 2,9
Italie 1 771 140 2,4

Constats de long terme[modifier | modifier le code]

Deux phénomènes distincts: lent rééquilibrage des puissances, et faiblesse relative de la croissance pendant des millénaires.

On peut constater d'une part que la croissance économique quantifiable d'une année sur l'autre est un phénomène très récent à l'échelle de l'histoire de l'humanité. Ainsi de l'an 1 à l'an 1000, le PIB mondial connait une croissance nominale de 10 % - en un millénaire - pour autant dire, nulle : le déclin du monde méditerranéen d'un côté du globe fait pendant à un essor mesuré de l'Asie. Les périodes de croissances sont compensées par des périodes de déclin ; sur le très long terme, on n'enregistre donc pas de variation notable de la richesse globale.

De l'an 1000 à l'an 1500, le PIB mondial double une première fois (phénomène moins continu qu'il n'y parait, car l'Europe a été ravagée par les guerres et des épidémies, qui ont balayé les fruits de périodes pacifiques de lente croissance). De l'an 1500 à l'an 1600, le PIB mondial enregistre une croissance de 50 % : la croissance s'est déjà considérablement accélérée, pas tant grâce à la découverte de l'Amérique - on peut oser l'affirmer - que par croissance interne des États européens, et surtout de la Chine de la dynastie Ming et de l'Inde qui constituent encore les deux poids lourds de l'économie mondiale. De l'an 1600 à 1700, faible croissance mondiale, mais essor des États européens.

De 1700 à 1820, la taille de l'économie mondiale fait un peu moins que doubler ; ce qui représente une croissance moyenne inférieure à 1 % par an, croissance largement dépassée au niveau mondiale lors de la crise économique actuelle. Notez que la Chine est toujours la première économie mondiale, et de très loin. L'Inde qui l'a longtemps égalée aligne un PIB deux fois inférieur. De 1820 à 1870, nouveau quasi-doublement de l'économie mondiale, qui profite cette fois-ci essentiellement aux puissances occidentales. Diminution du PIB de la Chine. De 1870 à 1913, l'économie mondiale double largement, et l'on note un développement considérable des États américains, dont les États-Unis, première puissance économique mondiale.

De 1913 à 1950, malgré deux guerres mondiales, le PIB mondial a à nouveau doublé. Les États-Unis culminent quant à leur poids relatif dans l'économie mondiale : un quart du PIB mondial. L'Asie stagne. De 1950 à 1973, triplement du PIB mondial. Doublement de 1973 à 1998; re-doublement de 1998 à 2010.

En résumé, pour ce qui est de l'accélération de la croissance sur le long terme, à partir de l'an 1, on a observé un doublement du PIB mondial en :

1000-1500 : 500 ans

1500-1700 : 200 ans

1700-1820 : 120 ans

1820-1870 : 50 ans

1870-1913 : 40 ans

1913-1950 : 40 ans

1950-1965 : 15 ans

1998-2010 : 12 ans

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Estimations basées sur la combinaison économique des différents États correspondant au territoire actuelle de l'Inde, du Pakistan et du Bangladesh.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Chine, Inde, Japon et Russie non pris en compte.
  3. a, b, c, d et e Estimations basées sur la combinaison économique des différents États correspondant au territoire de l'Empire russe.
  4. Les PIB combinés du Moyen-Orient, d'Égypte, du Maroc, d'Algérie, de Tunisie, de Sicile, du Sud de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal étaient de 21,6 milliards de dollars en l'an 1000.
  5. Estimations basées sur la combinaison économique des différents États correspondant au territoire actuel des États-Unis.
  6. Les PIB combinés de l'Espagne, du Duché de Milan, du Royaume de Naples, de la Sicile et de la Sardaigne, de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale, de la Belgique, du Mexique et du Portugal (sous domination de l'Empire espagnol de 1580 à 1640).
  7. Les PIB combinés de l'Espagne, du Duché de Milan, du Royaume de Naples, de la Sicile et de la Sardaigne, de l'Amérique du Sud, de l'Amérique centrale, de la Belgique, du Mexique.
  8. a, b et c Empire russe non pris en compte.
  9. Les PIB combinés du Royaume-Uni, des Indes britanniques, du Canada, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de Ceylan, Hong Kong, Singapour et de l'Afrique du Sud était d'environ 265 milliards de dollars en 1870.
  10. Les PIB combinés du Royaume-Uni, des Indes britanniques, du Canada, de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, de Ceylan, Hong Kong, Singapour, de l'Égypte, du Ghana et de l'Afrique du Sud était d'environ 547 milliards de dollars en 1913.
  11. a et b Union soviétique non pris en compte.
  12. Brésil non pris en compte.
  13. Russie non prise en compte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Études du Centre de Développement L'économie mondiale statistiques historiques », sur http://www.oecdbookshop.org/, Librairie de l'OCDE (consulté le 14 mars 2010)
  2. Goldsmith (p. 263, 267).
  3. a, b, c et d Maddison (2003)
  4. Jacques Gernet, Le Monde chinois, Paris, Armand Colin,‎ 2003, 699 p. (ISBN 2-200-25054-1), p. 11
  5. a et b Madisson (2006)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]