Ruée vers l'or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Dessin d'un prospecteur d'or en train de filtrer le sable d'un cours d'eau.

Une ruée vers l'or est l'afflux rapide de nombreuses personnes, appelées chercheurs d'or, vers une région suite à l'annonce de la découverte (réelle ou prétendue) de filons d'or dans cette région. La venue de ces chercheurs d'or entraîne l'arrivée de nombreux commerces connexes (hébergement, alimentation, habillement, équipements techniques, services financiers, communications, loisirs…) pouvant aller jusqu'à la création de véritables villes. La rumeur ou l'information de la découverte par un géologue ou par un chercheur d'or permet la propagation de la nouvelle et attire de nombreux hommes espérant en profiter pour faire fortune rapidement. Les gens pouvaient participer à des concours pour trouver de l'or ou un terrain pour pouvoir s'y installer. Revêtant souvent une connotation utopique, la thématique de la ruée vers l'or constitue un véritable leitmotiv artistique depuis le XIXe siècle.

Les ruées vers l'or du XIXe siècle ont souvent provoqué la rapide croissance de villes à partir de hameaux, comme Dawson City au Yukon pendant la ruée vers l'or du Klondike : le temps que le gouvernement canadien n'accorde le statut de ville à celle-ci, elle était passée de quelques centaines à 30 000 habitants et redescendue à 5 000 environ. L'exploitation des mines d'or de Sibérie a attiré de nombreux pionniers dans la ville d'Irkoutsk dès l'époque tsariste.

Liste chronologique[modifier | modifier le code]

La Géorgie des années 1830[modifier | modifier le code]

Les premières mines n'ouvrirent vraiment qu'en 1829 et l'afflux de colons s'est matérialisé à l'automne 1829. La plus grande partie des colons est arrivée lors des années 1832 et 1833, à l'occasion de loteries permettant d'attribuer des terres. Les sites d'Auraria et Dahlonega en Géorgie se trouvaient sur le territoire des tribus d'indiens Cherokee, qui durent suivre la Piste des Larmes en 1838.

Californie, 1848[modifier | modifier le code]

Ancienne mine d'or de Skidoo, dans la Vallée de la Mort en Californie.
Article détaillé : Ruée vers l'or en Californie.

Découverte d'or à Sutter's Mill (encore pour quelques mois sous la domination mexicaine). Continuation de la « conquête de l'Ouest ». Grâce au télégraphe, la nouvelle se diffusa dans le monde entier assez rapidement. La ruée vers l'or de Californie attira des aventuriers du monde entier. Les Européens passaient par le cap Horn pour arriver à San Francisco six mois plus tard. Beaucoup de clippers (bateaux à voile) restèrent à quai et finirent par pourrir dans la baie de San Francisco. La ville quant à elle connut une croissance démographique très rapide.

Rien qu'en 1848-1849, 76 tonnes d'or sont extraites en Californie[1]. On estime cependant que seules 10 à 20 % des réserves d'or de Californie ont été exploitées. Mais cet or est enfoui profondément et son extraction serait trop onéreuse.

La ruée vers l'or transforme radicalement la Californie : l'afflux de la population provoque une croissance extraordinaire. Une société nouvelle voit le jour, essentiellement masculine, jeune et cosmopolite. Ce qui n'empêche pas la xénophobie et les bagarres dans les camps de mineurs.

Australie, en 1851[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ruées vers l'or en Australie.

La ruée vers l'or au Victoria a été une période de l'histoire du Victoria, en Australie environ entre 1851 et la fin des années 1860, qui a transformé le pays et entraîné un quadruplement de sa population.

Guyane, en 1855[modifier | modifier le code]

En 1855, un site aurifère est découvert dans l’Est guyanais sur l’Arataye, un affluent de l’Approuague. Dans l’Ouest, de l’or est extrait de la rivière Inini (Haut-Maroni). Le début du XXe siècle est marqué par une ruée vers l’or, avec 10 000 chercheurs en activité, entraînant une croissance du commerce local souvent artificielle, et l’arrêt des dernières activités agricoles par manque de main-d’œuvre.

Colombie-Britannique (Canada), milieu du XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Gold Hill, Colorado, début en 1858[modifier | modifier le code]

La Ruée vers l'or de Pikes Peak commença en 1858. L'exploitation de l'or du Colorado fut plus difficile que celle de Californie. Beaucoup de cités sont abandonnées et deviennent des villes-fantômes.

Le canyon du Fraser, en 1858[modifier | modifier le code]

Orpailleurs chinois sur le fleuve Fraser vers 1864.

La ruée vers l'or du canyon du Fraser débute au même moment, en 1858, mais beaucoup plus au nord, en Colombie-Britannique. En moins d'un mois, 30 000 personnes arrivent dans la ville de Victoria alors que la localité ne comptait que 500 habitants juste avant la ruée.

En 1860, le projet de Route Cariboo devait permettre de rejoindre plus facilement la région Cariboo où de l'or était exploité. Le seul accès se composait d'un sentier le long d'une falaise où une seule mule pouvait passer à la fois. Dans le milieu des années 1860, la ruée vers l'or de la Big Bend, a lieu ensuite également en Colombie-Britannique, appelée localement le "Big Bend Country".

En 1860, l'Idaho[modifier | modifier le code]

La ruée vers l'or de l'Idaho débute en 1860 et monte en puissance dans les trois années suivantes puis donnera lieu à une reconversion vers l'argent-métal. En 1860, le territoire de l'Idaho[2] reçoit la visite de dix prospecteurs mené par le Capitaine E.D. Pierce, qui pénètre dans la réserve des indies Nez Percé et cherche de l'or sans succès pendant un mois jusqu'à ce que Wilbur Bassett en trouve le long du Canal Gulch[2]. En moins de six mois, 1600 prospecteurs de partout dans l'ouest accourent, faisant l'Idaho un des deux états nouvellement installé dans l'ouest. En 1862, ce sont dix mille mineurs qui produisent plus de 600000 dollars d'or par jour[2] (aux cours actuels) et découvrent le secteur d'extraction de l'or le plus significatif dans l'Idaho, le Bassin Boise. En 1863, la population de la ville d'Idaho City est de 6200 habitants, surpassant Portland comme la plus grande ville dans le Nord-ouest des Etats-Unis[2].

En 1881, plus au nord, Andrew Prichard trouve de l'or près de North Fork, le long de la rivière de Coeur d'Alene (Idaho), ce qui entraîne une migration des mineurs vers le nord, en utilisant le Northern Pacific Railroad[2]. En 1882 environ 180000 boisseaux de charbons sont produits sur place pour alimenter les usines d'affinage. En 1885, Noah Kellogg découvre la mine de Bunker Hill, qui produira de grandes quantités d'argent dans le secteur de Coeur d'Alene (Idaho)[2].

La Ruée vers l'or du Montana[modifier | modifier le code]

De l'or avait été découvert dans le Montana dès 1852, par Francois Finlay, venu de Californie[3], mais sans être suivi par d'autres prospecteurs. La Ruée vers l'or du Montana ne commencera qu'une dizaine d'années plus tard. Le 28 juillet 1862, des prospecteurs menés par John White découvrent de l'or dans une rivière, près de Bannack, qui est fondée en 1862 comme première capitale territoriale du Montana, qui n'est alors pas encore un Etat[4]. La ville est nommée d'après Bannock, une tribu indienne locale. Elle atteint rapidement une population de 3000 habitants et embauche en janvier 1863 un shériff du nom de Henry Plummmer[4]. Il y avait trois hôtels, trois boulangeries, trois forgerons, deux écuries, deux boucheries, une épicerie, un restaurant, une brasserie, un hall de billard, et quatre saloons. C’est ensuite en 1863 que l’on découvrit de l’or le long de l’Alder Gulch[5]. Quelques semaines plus tard, la ville de Virginia City était née, attirant des milliers de mineurs et aussi une bande de brigands, qui commit quelque 190 meurtres en six mois. Pour se défendre, les habitants avaient dû créer une milice. Le secteur accueille bientôt 10 000 prospecteurs[6].

D'autres villes-champignons apparaissent, permettant d'exporter pour 100 millions de francs d'or : Gallatin City, La Barge City, Hangtown, Hell Gate, Fort Owen, Fort Colin et Mullan Pass. Helena est fondée le après la découverte d'un gisement de sable aurifère dans la région. La ville comptera en 1888 cinquante millionnaires en dollars, la plus forte concentration au monde. Le Territoire du Montana est créé en 1864 un an après celui de l'Idaho voisin, mais ne deviendra Etat qu'1889, un an avant l'Idaho.

La Ruée vers l'or du Montana a pris de l'ampleur en 1864 et 1865 quand des soldats confédérés, qui faisaient partie de l'Armée confédérée du général Sterling Price, bénéficiant d'une amnistie, à la condition qu'ils quittent la zone de combat, sont arrivés dans le Montana. En 1870, l'or s'épuise à Bannack, qui en 1874 n'a plus qu'une population de quelques centaines de personnes mais bâtit cependant une école en 1875. Les derniers habitants sont partis dans les années 1970. La ville est aujourd'hui en ruine.

Transvaal, à partir de 1873[modifier | modifier le code]

Plusieurs ruées vers l'or au Transvaal (actuelle Afrique du Sud), dont à Pilgrim's Rest et Lydenburg (1873) , Barberton (1882) et Johannesburg (1886).

Les collines noires du général Custer en 1874[modifier | modifier le code]

La ruée vers l'or dans les collines noires est lancée par une expédition militaire et scientifique de 1 200 hommes, au cœur du sanctuaire des indiens cheyennes et entraîne la bataille de Little Big Horn, pendant la guerre des Black Hills.

Juneau en 1880[modifier | modifier le code]

La première importante découverte d'or à Juneau, ou à l'île Douglas, (en face de Juneau) date des années 1880, grâce à Joe Juneau (chercheur d'or).

Amel, Belgique, vers 1890[modifier | modifier le code]

Amel (Amblève en français) est une commune des Cantons de l'est, sur le territoire germanophone de la Belgique. Dans les rivières de la commune, l'Amblève, l'Emmels et le "Ladebach", la présence de minuscules paillettes d'or est attestée depuis la protohistoire celtique. D'après la tradition, les Romains auraient fait main basse sur la fortune des populations locales. En 1890, une micro ruée vers l'or eut lieu, pendant quelques années, mais la faiblesse des gisements a rapidement écourté le mouvement. Des buttes sablonneuses le long de ces ruisseaux témoignent encore des emplacements des orpailleurs de jadis.

Fleuve Klondike, Yukon, 18971899[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ruée vers l'or du Klondike.

La ruée vers l'or du Klondike fut une ruée vers l'or frénétique qui s'accompagna d'une importante immigration dans la région du Klondike, près de Dawson City, dans le Yukon (Canada) ; après que de l'or y fut découvert à la fin du XIXe siècle.

À l'été 1896, d'importants dépôts aurifères sont trouvés dans le ruisseau Rabbit en affluent de la rivière Klondike. Moins d'un an après, une ruée vers l'or débute, attirant jusqu'à 100 000 personnes dans la région de Dawson City. Pendant deux ans, le Klondike attire tous ceux qui rêvaient de faire fortune rapidement en Amérique du Nord. Elle inspira de nombreux écrivains, dont les plus célèbres sont Jack London et Robert William Service tous deux ayant habité dans la ville de Whitehorse. Robert William Service dans ses premiers poèmes et son livre The Trail of 98 décrivit la vie des pionniers et des chercheurs d'or du Yukon[7].

C'est cet épisode qui inspira le film La Ruée vers l'or de Chaplin.

Nome et Fairbanks, Alaska, fin XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Nome City, Alaska, septembre 1899, la ville a deux mois d'existence.

En 1889, beaucoup de prospecteurs viennent du Klondike à Nome, après la découverte d'or. C'est la ruée vers l'or.

Diaboulou, Sénégal oriental, depuis 2009[modifier | modifier le code]

Diaboulou connait une ruée vers l'or depuis 2009. La région recèlerait 300 tonnes d’or[8].

Culture[modifier | modifier le code]

Les ruées vers l'or ont contribué à créer une représentation du chercheur d'or, reprise dans de nombreuses œuvres.

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

2018 The Sisters Brothers de Jacques Audiard

Littérature[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Jacquin, Daniel Royot, Go West ! [...], p. 130
  2. a b c d e et f Association des mines de l'Idaho [1]
  3. Prospectors and the Montana Gold Rush
  4. a et b "The abandoned Gold Rush town in Montana that once bustled with 100,000 prospectors now lies empty in all its ghostly glory", par JAMES NYE, dans le Daily Mail de 2013 [2]
  5. Prospectors and the Montana Gold Rush
  6. Prospectors and the Montana Gold Rush
  7. http://robertwservice.blogspot.com/p/biographie.html
  8. Aurélie Fontaine, « Au Sénégal aussi, la ruée vers l'or, c'est violence et prostitution », Rue89, publié et consulté le 23 janvier 2012
  9. Intégrale Don Rosa, la grande épopée de Picsou, tomes 1 & 2

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]