Liste des trous noirs les plus massifs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Voici une liste des trous noirs les plus massifs jamais découverts (ou suspectés). Leur masse est donnée en masses solaires (notée M et d'une valeur d'environ 2 × 1030 kilogrammes).

Introduction[modifier | modifier le code]

Seule une poignée de galaxies présentent des preuves non ambiguës de la présence d'un trou noir supermassif[1]. On y trouve la Voie lactée, la galaxie d'Andromède (M31) et M32 ainsi que quelques galaxies situées en dehors du Groupe local telles NGC 4395.

Dans les autres galaxies, les vitesses près du centre sont stables, voire diminuent, ce qui rend incertain la présence d'un trou noir supermassif au centre de ces dernières[1]. Malgré cela, il est généralement accepté qu'à peu près toutes les galaxies possèdent un trou noir supermassif en leur centre[2],[3].

Il existe plusieurs méthodes pour déterminer la masse des trous noirs : les mesures Doppler, la dispersion des vitesses et la relation M-sigma. Souvent, les méthodes de détermination de la masse ne convergent pas les unes avec les autres. Certains objets sont listés d'après la méthode BLRM utilisée par Bradley M. Peterson et al.[4] et d'après la dispersion des vitesses et la mesure des raies O III par Charles Nelson[5].

Liste[modifier | modifier le code]

Liste des trous noirs les plus massifs
Nom Masse
(Soleil = 1)
Notes
SDSS J085543.40-001517.7 390 000 000 000[6] L'estimation de la masse a été faite avec la mesure de la luminosité bolométrique du quasar, l'estimation de la masse est donc probablement fausse[6].
TON 618 66 000 000 000[7] Estimation à partir de la corrélation de la ligne d'émission Hβ du quasar.
LDC 1241 J1712-2322 51 000 000 000[8] Ce trou noir est la cause de l'évènement le plus énergétique de l'univers connu. Il atteint des niveaux d'énergie 5,7 millions de fois celui de GRB 080916C ainsi que 5 fois celui de MS 0735.6+7421.
Les estimations de sa masse montent jusqu'à 400 milliards de M, mais les scientifiques s'accordent pour une masse entre 51 et 61 milliards de M.
Trou noir de la galaxie elliptique centrale de l'amas de galaxies MS 0735.6+7421 51 000 000 000[9],[10],[11] Le télescope spatial Chandra l'a observé en train d'absorber un nuage de gaz d'une masse de 600 millions de M.
3C 48 50 000 000 000[12] C'est l'un des premiers quasars découverts.
SDSS J0841+3921A 48 000 000 000[13] Ce quasar est le plus lumineux du premier quadruple à avoir été découvert.
Trou noir de la galaxie IC 1101 40 à 100 000 000 000[14] Estimé à partir des propriétés de la galaxie ; la masse n'a pas été mesurée directement.
S5 0014+813 40 000 000 000[15],[16],[17] Un article de 2010 a suggéré qu'un "entonnoir" influence le rayonnement autour de l'axe du jet, créant une illusion d'optique d'une très grande luminosité, et donc une possible surestimation de la masse du trou noir[15].
Trou noir de la galaxie Holmberg 15A 40 000 000 000[18] Les estimations varient de 3 à ~310 milliards de M.
SDSS J0841+3921B 37 000 000 000[13] Ce quasar est le deuxième plus lumineux du premier quadruple à avoir été découvert.
SMSS J215728.21-360215.1 34 000 000 000[19] L'un des quasars les plus énergétiques connus à ce jour.
SDSS J102325.31+514251.0 33 100 000 000 Estimation à partir de la corrélation de la raie d'émission du quasar.
H1821+643 30 000 000 000[20] La plus grande masse estimée directement.
Trou noir de la galaxie NGC 6166 30 000 000 000[21] Trou noir de la galaxie centrale d'Abell 2199, reconnue pour son jet relativiste d'une longueur de l'ordre de 105 années-lumière.

Les estimations varient de 1 à 30 milliards de M.

2MASS J13260399+7023462 27 000 000 000[22] Les estimations montent jusqu'à 100 milliards de M.
APM 08279+5255 23 000 000 000 Ce quasar abrite la plus grande concentration d'eau de l'univers connu.
NGC 4889 21 000 000 000[23] Les estimations varient de 6 à 37 milliards de M[23].
QSO J1512-0906 20 000 000 000[24] Ce blazar est l'une des sources gamma les plus lumineuses du ciel.
Trou noir de la galaxie M60-UCD1 20 000 000 000[25] Elle est une galaxie elliptique ultracompacte qui se situe à la périphérie de M60.
Trou noir de la galaxie RBS 2043 20 000 000 000[26] Source lumineuse la plus variable de l'univers. Pendant un mois, cette galaxie a été l'objet le plus lumineux de l'univers (magnitude absolue de -40).
Trou noir de la galaxie elliptique centrale de l'amas du Phénix 20 000 000 000[27] La masse de ce trou noir augmenterait de 60 M par année.
HS 0741+4741 19 500 000 000[28] L'un des quasars les plus lumineux, magnitude absolue > -29,5.
Trou noir de la galaxie OJ 287 18 000 000 000[29] Un trou noir plus petit de 100 millions de M orbite autour de celui-ci avec une période de 12 ans (voir « Secondaire de OJ 287 » plus bas).
Trou noir de NGC 4874 17 500 000 000[30] Le trou noir de cette galaxie produit un flash X hyperlumineux.
Trou noir de la galaxie NGC 1600 17 000 000 000[31] Son trou noir central possède 0,017 % de la masse de sa galaxie[32].
SDSS J115954.33+201921.1 14 120 000 000[28] Il est l'un des premiers quasars radio-silencieux à avoir été découverts.
S4 0749+42 13 800 000 000[28] L'un des quasars radio-bruyants les plus lointains.
SDSS J080430.56+542041.1 13 500 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 M par an.
Trou noir de la galaxie Abell 1201 BCG 13 000 000 000[33] Cette galaxie présente l'une des plus grandes concentrations de matière noire.
Trou noir de la galaxie NGC 1270 12 000 000 000[34] L'un des AGN les moins lumineux par rapport au trou noir central.
SDSS J081855.77+095848.0 12 000 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 M par an.
SDSS J0100+2802 12 000 000 000[35],[36] À sa découverte, il était le quasar le plus lumineux ainsi que le plus massif connu.
ESO 444-46 12 000 000 000[37] Certaines estimations montent jusqu'à 501 milliards de M.
SDSS J082535.19+512706.3 11 220 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 M par an.
PKS 1833-77 11 000 000 000[38] Les émissions de ce Blazar montent jusqu'à 100 Méga Hertz (MHz).
SDSS J013127.34-032100.1 11 000 000 000[39] Candidat pour la classification de Blazar.
Trou noir de NGC 5846 11 000 000 000[40] Le télescope spatiale Hubble y a détecté plus de 1200 amas globulaires.
ULAS J1234+0907 11 000 000 000[41] C'est l'un des quasars les plus vieux. Son activité est datée de 11 milliards d'années.
7C 0222+3656 10 000 000 000[42] Le blazar le plus proche de la Terre.
Quasar "Cloverleaf" 10 000 000 000[43] Ce quasar est distordu par une galaxie en premier plan, ce qui produit une quadruple lentille gravitationnelle.
RX J1131-1231 10 000 000 000[44] Ce quasar est distordu en quatre images par une galaxie d'avant-plan.
PSO J334.2028+01.4075 10 000 000 000[45] Jusqu'ici, on détecte deux trous noirs qui orbitent l'un autour de l'autre selon une période de 542 jours. La masse du plus petit n'est pas encore déterminée[45].
Trou noir de la galaxie elliptique centrale de RX J1532.9+3021 10 000 000 000[46] Les jets de ce blazar sont si énergétiques qu'il fait des cavités dans sa propre galaxie.
QSO B2126-158 10 000 000 000[15] Ce blazar possède un champ magnétique supérieur à 1015 Tesla.
SBS 1425+606 10 000 000 000[47] L'un des quasars les plus lumineux (luminosité similaire à S5 0014+81, voir au dessus) ; les estimations varient entre 10 milliards et 40 milliards de M.
Trou noir de la galaxie NGC 1281 10 000 000 000[48] Cette galaxie se compose d'une très grande concentration de matière noire.
Trou noir de MRC 1138-262 BCG 10 000 000 000[49] MRC 1138 est l'amas de galaxies le plus lumineux dans le domaine des ondes radio.
RX J1017.0+3902 10 000 000 000[50] Cette galaxie possède une source X ultralumineuse similaire à M87* ou à celle de RX J1532.9+3021.
Primaire de Abell 2261-BCG 10 000 000 000[51] Le centre de cette galaxie est décrit comme un "coup de pied gravitationnel".
SDSS J015741.57-010629.6 9 800 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Trou noir de NGC 3842 9 700 000 000[23] Trou noir de la galaxie la plus brillante de l'amas du Lion.
SDSS J230301.45-093930.7 9 120 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
SDSS J075819.70+202300.9 7 800 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Trou noir de la galaxie NGC 5419 7 200 000 000[52] Elle est l'une des galaxies les plus massives
SDSS J080956.02+502000.9 6 450 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
SDSS J014214.75+002324.2 6 310 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
M87* (trou noir central de la galaxie M87) 6 300 000 000[53] Trou noir de la galaxie centrale de l'amas de la Vierge, connue pour son jet d'une longueur de 4 300 années-lumière.
Trou noir de la galaxie Taffy A 6 000 000 000[54] Elle est ralliée à Taffy B (voir plus bas) par un pont d'étoiles et de gaz créé par les jets des deux galaxies
3c 454.3 6 000 000 000[55] Il présente l'une des sources radio les plus lumineuses vues depuis la Terre
SDSS J025905.63+001121.9 5 250 000 000[28] Ce blazar présente une source radio extrêmement compacte
SDSS J094202.04+042244.5 5 130 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
QSO B2149-306 5 000 000 000[15] Le disque d'accrétion de ce Blazar possède une température de > 1 milliards de degrés c°
Trou noir de NGC 1277 5 000 000 000[56] Les premières estimations de la masse du trou noir étaient si grandes qu'elles mettaient en doute les modèles de formation et d'évolution des galaxies[57]. De nouvelles analyses ont diminué la masse initiale à un tiers de la valeur initiale[56].
SDSS J090033.50+421547.0 4 700 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Trou noir de la galaxie M60 4 500 000 000[58] Cette galaxie possède plus de 1000 amas globulaires
Trou noir de la Galaxie de l'anneau du Sextant 4 400 000 000[59] Les annaux de cette galaxie ressemblent à un Sextant
SDSS J011521.20+152453.3 4 100 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
QSO B0222+185 4 000 000 000[15] Ce blazar possède des jets relativistes d'une distance de plus de 1 million d'années-lumière
Hercules A (3C 348) 4 000 000 000 Connu pour son jet d'une longueur de quelques millions d'années-lumière.
Abell 1836-BCG 3 610 000 000[60] Cette galaxie se situe dans l'amas Abell 1836
SDSS J173352.23+540030.4 3 400 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Markarian 501 3 400 000 000 à 900 000 000[61] Source de rayons gamma de très haute énergie.
SDSS J025021.76-075749.9 3 100 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
J1148+5251 3 000 000 000[62] Ce quasar est l'un des plus lointains connus
SDSS J030341.04-002321.9 3 000 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Secondaire de Abell 2261-BCG 3 000 000 000[51] Le noyau de cette galaxie semble gonflé sous l'action de deux trous noirs supermassifs
QSO B0836+710 3 000 000 000[15] Il est l'un des blazars les plus éloignés
Trou noir de Caldwell 70 2 900 000 000[63] Elle contient une supernova imposeuse
SDSS J224956.08+000218.0 2 630 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
LBQS 0302-0019 2 400 000 000[28] Candidat pour la classification d'Objet Bl Lac
QSO J2346-0016 2 240 000 000[28] Ce quasar grandirait d'environ 10 masses solaires par an
Trou noir de NGC 741 2 100 000 000[64] Elle se situe au centre d'un mini groupe compact
PKS 2128-123 2 020 000 000[65] La magnitude apparente de ce quasar varie entre 15 et 16
Trou noir de la galaxie Taffy B 2 000 000 000[54] Elle est reliée à Taffy A (voir plus haut) par un pont d'étoiles et de gaz créé par les deux jets des deux galaxies
ULAS J1120+0641 2 000 000 000[66],[67] Le quatrième quasar le plus éloigné jamais enregistré, à 12,9 milliards d'années-lumière de la Terre[66].
Trou noir de Caldwell 38 2 000 000 000[68] Elle est surnommée "la galaxie de l'aiguille"
QSO 0537-286 2 000 000 000[15] Il est le premier blazar de type FSRQBS (flat spectrum radio quasar blazar subclass)
NGC 3115 2 000 000 000[69] Cette galaxie possède plusieurs sources x en son centre
Q0906+6930 2 000 000 000[70] Blazar le plus lointain connu, à 12,13 milliards d'années-lumière de la Terre.
AT20G J151942-241153 1 900 000 000[71] Les jets de ce quasar le masquent à intervalles de temps irréguliers
Trou noir de M89 1 900 000 000[64] Cette galaxie possède un jet de plus de 100 000Km
Trou noir de M84 1 500 000 000[72] Cette galaxie fait partie du groupe des galaxies LERG (low-excitation radio galaxy)
QSO J0313-1806 1 600 000 000[73] Candidat pour le titre du quasar le plus éloigné (z > 7.5)
J100758.264+211529.207 1 500 000 000[74] Le troisième quasar le plus éloigné de la Terre, il se situe à plus de 13 milliards d'années lumières.
Trou noir de la Galaxie du Compas 1 450 000 000[75] Elle est la galaxie active la plus proche
Trou noir de NGC 7768 1 400 000 000[76] Cette galaxie se situe au centre de l'amas Abell 2666
Abell 3565-BCG 1 360 000 000[77] C'est une galaxie de type FSRS (Flat-Spectrum Radio Source)
Trou noir de IC 1021 1 300 000 000[78] Cette galaxie présente une forte activité centrale
Trou noir de IC 750 1 300 000 000[78] Elle possède de grands nuages de gaz qui se situent à sa périphérie
PSO J030947.49+271757.31 1 000 000 000[79] Il est le Blazar le plus lointain connu, il se situe à plus de 13 milliards d'années lumières
QSO B1429-008A 1 000 000 000[80] Il est le quasar le plus lumineux du premier quasar triple
AP Librae 1 000 000 000[81] L'un des Blazars les plus énergétiques de l'univers.
H0548-322 1 000 000 000[82] Il est responsable d'une émission de rayon gamma avec des énergies supérieures à 20 Téra électron Volt (TeV)
Cygnus A 1 000 000 000[83] Source radio extrasolaire la plus brillante du ciel observée à des fréquences supérieures à 1 GHz.
3c 186 1 000 000 000[84] Ce quasar est responsable de l'un des événements les plus violents de l'univers
Trou noir de M104 1 000 000 000[85] Le trou noir de plus d'un milliard de M le plus près de la Terre.
3c 47 1 000 000 000[86] Cette galaxie présente d'immenses lobes radio.
Primaire de la galaxies des Antennes (Caldwell 60) 1 000 000 000[87] La collision de ces deux galaxies produit une éjection de matière.
Secondaire de la galaxies des Antennes

(Caldwell 61)

1 000 000 000[87] La collision de ces deux galaxies produit une éjection de matière.
GN-z7q 800 000 000[88] Il est le deuxième quasar le plus éloigné de la Terre. Il se situe à plus de 13,05 milliards d'années-lumière.
3c 279 800 000 000[89] Il est le premier quasar OVV à avoir été identifié.
ULAS J1342+0928 800 000 000 Quasar le plus éloigné connu, à 13,1 milliards d'années-lumière de la Terre.
Trou noir de NGC 2 664 000 000[90] Elle présente de grandes raies HI.
Trou noir de M49 560 000 000[91] Elle est la galaxie la plus brillante de l'Amas de la Vierge.
Trou noir de 3C 273 (8,86 ± 1,87) × 108[4],
550 000 000[5]
Quasar le plus brillant du ciel.
Trou noir de NGC 788 540 000 000[92] Les estimations descendent jusqu'à 140 millions de M.
Trou noir de Caldwell 29 500 000 000[93] Les estimations descendent jusqu'à 120 millions de M.
J1819+3845 500 000 000[94] Il est l'un des quasars les plus lointains connus.
Markarian 1383 (1,298 ± 0,385) × 109[4],
467 740 000[5]
Cette galaxie possède un duo de trous noirs supermassifs.
Trou noir de M105 400 000 000[95] Un disque de poussière semble entourer le centre de M105.
Trou noir de NGC 4261 400 000 000[96] Connu pour son jet de 88 000 années-lumière[97].
H0323+022 400 000 000[98] Cet Objet Bl Lac est composé de trois trous noirs supermassifs.
Trou noir de SAGE 0536 350 000 000[99] Cette galaxie se situe derrière le Grand Nuage de Magellan.
Trou noir de NGC 1275 340 000 000[100],[101] Trou noir de la galaxie centrale de l'amas de Persée.
Trou noir de NGC 2655 316 000 000[102] Le noyau de cette galaxie fait partie des plus lumineux connus.
Trou noir de NGC 6764 300 000 000[103] Connue pour l'intense activité AGN et LINER, l'estimation de la masse de ce trou noir varie de 15 millions à 300 millions de M.
3c 390.3 (2,87 ± 0,64) × 108[4],
338 840 000[5]
Cette galaxie de Seyfert possède l'un des blazars les plus énergétiques.
PG 1307+085 (4,4 ± 1,23) × 108[4],
281 840 000[5]
Cette galaxie possède une source centrale X très compacte.
PG 1617+175 (5,94 ± 1,38) × 108[4],
275 420 000[5]
Le noyau de cette galaxie est tellement lumineux qu'il masque le reste de sa galaxie.
Trou noir de M59 270 000 000[104] Trou noir avec une rotation rétrograde[105].
Trou noir de Malin II 250 100 000[106] Cette galaxie possède l'une des brillances de surface connues les plus faibles de l'univers.
Markarian 876 (2,79 ± 1,29) × 108[4],
240 000 000[5]
Cette galaxie possède un double trou noir supermassif.
M31* (le trou noir supermassif au centre de la galaxie d'Andromède) 230 000 000 Elle est la galaxie spirale la plus proche de la Voie lactée, elle occupe 8 fois la taille de la Lune dans le ciel.
PG 0052+251 (3,69 ± 0,76) × 108[4],
218 780 000[5]
Ce blazar présente une activité extrêmement puissante.
Trou noir de NGC 4725 216 000 000[107] Cette galaxie présente une grande raie HII.
PKS 1510-089 198 000 000[108] Ce blazar est à l'origine d'une forte émission gama.
PKS 1232+0815 198 000 000[108] Quasar très lointain.
PG 0804+761 (6,93 ± 0,83) × 108[4],
190 550 000[5]
Les estimations montent jusqu'à 1 milliard de M.
PG 0953+414 (2,76 ± 0,59) × 108[4],
182 000 000[5]
L'une des premières galaxies spirale qui présente un Blazar.
Markarian 1095 (1,5 ± 0,19) × 108[4],
182 000 000[5]
Source d'une émission de rayons gamma de très haute énergie.
Trou noir de NGC 4278 180 000 000[64] Cette galaxie possède 1 378 amas globulaires.
Trou noir de Caldwell 52 180 000 000[109] Les estimations varient entre 170 et 180 millions de M.
Trou noir de NGC 5548 160 000 000[102] Cette galaxie présente une concentration centrale de plasma d'une température de 14 000 K.
Primaire de NGC 7727 154 000 000[110] Cette galaxie abrite la paire de trous noirs supermassifs la plus proche[110].
AU Canum Venaticorum 150 000 000[111] Cet Objet Bl Lac présente une très grande émission gamma.
Markarian 231 150 000 000[112] Il est l'un des objets Bl Lac les plus lumineux vus depuis la Terre.
II Zwicky 136 (4,57 ± 0,55) × 108[4],
144 540 000[5]
Elle est surnommée le "quasar de Kate".
Trou noir de M105 140 à 200 000 000[113] Cette galaxie est entourée par un anneau de matière, "anneau du Lion".
NGP9 F380-0430465 140 000 000[114] NGP9 F380-0430465 est une source X très puissante associée à un trou noir supermassif. Elle est aussi connue sous le nom de RX J1324.0+2425.
Trou noir de Caldwell 67 140 000 000[115] Le trou noir central de cette galaxie est entouré d'un anneau d'étoiles géant.
Trou noir de IC 4687 125 000 000[116] Cette galaxie se situe dans un groupe compact de galaxies actives. Ce groupe contient IC 4687 elle-même, mais aussi la galaxie spirale active IC 4686 et la galaxie spirale de Seyfert type 1.2 IC 4689.
NGC 5548 (6,71 ± 0,26) × 107[4],
123 000 000[5]
Les estimations montent jusqu'à 160 millions de M.
TXS 0506+056 100 000 000[117] En 2017, ce blazar a émis un neutrino avec une énergie de 290 Téra électron Volt (TeV). Ce neutrino reste à ce jour le plus énergétique connu.
3c 61.1 100 000 000[118] Cette galaxie de Syfert est l'une des sources radio les plus variables
Trou noir de NGC 7331 100 000 000[119] Cette galaxie possède plusieurs sources X centrales. Ce fait pourrait prouver la présence de plusieurs trous noirs supermassifs
Trou noir de NGC 1808 100 000 000[120] Le noyau de cette galaxie est entouré par un anneau très émetteur en ultraviolet
Secondaire de OJ 287 100 000 000[29] Compagnon du Principal de OJ 287 (voir plus haut).
Trou noir de M85 100 000 000[121] Pour l'instant, 1110 amas globulaires ont été détectés
RX J124236.9-111935 100 000 000[122] Le télescope spatial Chandra l'a observé en train de déchirer gravitationnellement une étoile[122],[123].
CTA-102 100 000 000[124] Les émissions radio de ce quasar ont d'abord été prises pour un signal extraterrestre[124]
SDSS J030627.00-005047.8 100 000 000[125] Le mouvement de ce quasar crée une trainée de matière derrière lui
Trou noir de IC 993 100 000 000[126] Cette galaxie possède un rayonnement ultraviolet inexpliqué
HE 0450-2958 90 000 000[127] Ce quasar est le seul à ne pas posséder de galaxie hôte[127].
Trou noir de NGC 4698 89 000 000[92] Le trou noir de cette galaxie est entouré par une grande région de formation d'étoiles
Trou noir de M88 80 000 000[128] Le centre de cette galaxie est très concentré autour du trou noir central
Markarian 871 (7,32 ± 3,52) × 107[4],
75 860 000[5]
L'une des premières galaxies spirale radio-silencieuse
Fairall 9 (2,55 ± 0,56) × 108[4],
79 430 000[5]
Le quasar central de cette galaxie possède l'un des disques d'accrétions les plus riches en terme de composition
PG 1411+442 (4,43 ± 1,46) × 108[4],
79 430 000[5]
Cette galaxie se situe dans un mini groupe de 4 quasars
Trou noir de Caldwell 48 79 000 000[129] Cette galaxie possède une énorme raie HI
Trou noir de M81 70 000 000[130] Cette galaxie possède une source radio inexpliquée
SDSS J124916.54+175544.3 70 000 000[131] Le mouvement de ce quasar crée une traînée de matière derrière lui
Trou noir de M58 70 000 000[132] Le trou noir de cette galaxie est entouré par une grande région de formation d'étoiles
Trou noir de UGC 9185 69 000 000[133] Une observation par le GALEX a montré que UGC 9185 possède une très grande émission d'ultraviolets
Trou noir de UGC 8781 68 000 000[133] Cette galaxie est entourée par un anneau galactique similaire à celui de NGC 7469
Trou noir de NGC 2841 63 000 000[134] Cette galaxie possède un halo de matière très compact
Trou noir de NGC 3227 63 000 000[92] Cette galaxie possède une source X très variable
PG 1700+518 7,81+1,82
−1,65
 × 108[4],
60 260 000[5]
L'une des seules galaxies de Syfert désignée comme un "Bourdon Radio"
Markarian 509 (1,43 ± 0,12) × 108[4],
57 550 000[5]
Le disque d'accrétion central possède une température supérieure à 10 milliards de degrés c°
Centaurus A 55 000 000[135] Connu pour son jet d'un million d'années-lumière[136]
Primaire de IC 2956 55 000 000[137] Cette galaxie possède deux trous noirs supermassifs centraux
PG 0026+129 (3,93 ± 0,96) × 108[4],
53 700 000[5]
Les jets des deux trous noirs supermassifs ont tendance à se corréler, ce qui crée un flash de rayon-x
Markarian 79 (5,24 ± 1,44) × 107[4],
52 500 000[5]
Une couronne de rayon-x semble entourer le trou noir central
Trou noir de M96 48 000 000[77] Les estimations descendent jusqu'à 1,5 million de M.
Trou noir de NGC 5347 46 000 000[138] Elle présente une grande activité centrale
Markarian 817 (4,94 ± 0,77) × 107[4],
43 650 000[5]
Le télescope spatiale Hubble a observé un flash ultraviolet créé par le trou noir central
Trou noir de M64 42 000 000[64] Le trou noir central crée un rayonnement-x mou
Markarian 279 (3,49 ± 0,92) × 107[4],
41 700 000[5]
Le trou noir central courbe ses propres jets
Trou noir de Caldwell 43 40 000 000[139] Elle est surnommée "la galaxie du petit sombrero"
Trou noir de NGC 1 40 000 000[140] Elle se situe dans un mini groupe avec NGC 2
Trou noir de NGC 4151 primary 40 000 000[141],[142] Cette galaxie possède plusieurs trous noirs supermassifs (secondaire plus bas)
Trou noir de M91 36 000 000[64] Elle présente une large raie HI
Bl Lacertae 30 000 000[143] Premier Objet Bl Lacerate trouvé, a été trouvé en 1929
W Comae Berenices 30 000 000[144] L'un des objets Bl Lac les plus émetteurs de rayon gamma
Trou noir de NGC 3 30 000 000[145] Elle se situe dans un mini groupe avec NGC 4
Trou noir de M82 30 000 000[146] Prototype galaxie à sursauts de formation d'étoiles[147]
Trou noir de UGC 3995 27 200 000[148] Cette galaxie se situe dans un groupe hyper compact avec UGC 3995B
Trou noir de Caldwell 44 26 500 000[149] L'une des galaxies les plus brillantes du ciel nocturne
Trou noir de Caldwell 40 26 000 000[150] Elle présente une large raie HI
Trou noir de IC 1859 25 000 000[151],[152] Cette galaxie possède deux lobes radio qui s'organisent comme des bulles (Même cas que NGC 6764)
Trou noir de M98 25 000 000[134] Elle possède plusieurs source radio inexpliquées
Trou noir de NGC 4051 25 000 000[153] Son centre possède une très grande émission X
Trou noir de M108 24 000 000[154] Elle est surnommée "la galaxie de la planche de surf"
Trou noir de IC 2465 24 000 000[155] Un énorme filament de gaz traverse cette galaxie
Trou noir de NGC 7678 24 000 000[156] Cette galaxie présente des turbulences X
Trou noir de NGC 7620 23 100 000[157] Cette galaxie présente des turbulences X
NGC 3516 (4,27 ± 1,46) × 107[4],
23 000 000[5]
Elle est traversée par un grand filament de gaz
3c 120 5,55+3,14
−2,25
 × 107[4],
22 900 000[5]
Un deuxième trou noir semble troubler le disque d'accrétion du trou noir principal
Trou noir de l'Anneau de Lindsay-Shapley 22 000 000[158] Cette galaxie est entourée d'un énorme anneau galactique
PG 0844+349 (9,24 ± 3,81) × 107[4],
21 380 000[5]
Cette galaxie a d'abord été identifiée comme une naine blanche par l'observatoire de Tonantzintla (d'où son nom "TON" 951)
Primaire de Caldwell 72 21 200 000[159] Cette galaxie présente plus de 15 sources X
Trou noir de UGC 9685 21 000 000[160] Cette galaxie est entourée d'un anneau ultraviolet inexpliqué
Trou noir de IC 4709 21 000 000[161] Elle présente une émission de rayon gamma supérieure à 10 Méga électron Volt (MeV)
Trou noir de M109 20 000 000[64] Elle est entourée de trois galaxies satellites
1ES 1927+654 19 000 000[162] Le trou noir a produit un flash ultraviolet très violent, pendant cette période, la luminosité UV de 1ES 1927+654 a été multipliée par 12[162]
NGC 863 (4,75 ± 0,74) × 107[4],
17 700 000[5]
Elle possède une émission X très violente
Trou noir de Caldwell 83 15 200 000[163] Elle est l'une des rares galaxies de type FSRS (Flat-Spectrum Radio Source)
Trou noir de Caldwell 18 14 300 000[164] Cette galaxie constitue un système gravitationnel
Trou noir de NGC 6951 14 000 000[165] Elle possède une région à très grandes formations d'étoiles
Trou noir de M94 14 000 000[64] Elle est l'une des rares galaxies possédant un disque de matière externe
Trou noir de NGC 7314 13 200 000[166] Elle présente une émission X similaire à QSO B2126-158
Trou noir de MCG+09-20-082 13 100 000[167] Elle présente un couple de radio galaxie
Trou noir de M66 13 000 000[134] La classe de luminosité de M66 est II et elle présente une large raie HI
Trou noir de M65 13 000 000[134] Cette galaxie se situe dans la triplète de Leo
Trou noir de Caldwell 23 12 000 000[168] Elle est une galaxie active qui présente un jet d'onde radio
Trou noir de NGC 2685 11 000 000[92] Cette galaxie possède 5 sources X centrales
Trou noir de UGC 4884 11 000 000[169] Elle présente une grande source ultraviolet
Trou noir de PGC 76200 10 000 000[167] Ce trou noir est l'un des trous noirs à la croissance la plus lente
QSO B1429-008B 10 000 000[170] La luminosité de ce quasar est doublée par son compagnon (QSO B1429-008A voir plus haut)
QSO B1429-008C 10 000 000[171] Il fait partie du premier quasar triple
Trou noir de Caldwell 32 10 000 000[172] Cette galaxie possède un très grand champ magnétique
Trou noir de AT2019qiz 10 000 000[173] Trou noir détecté grâce à un événement TDE
Trou noir secondaire de NGC 4151 10 000 000[142] (voir plus haut)
Trou noir de NGC 1672 10 000 000[174] Son noyau est de type Seyfert et il est parsemé de régions à sursaut de formation d'étoiles
Primaire de NGC 3393 10 000 000[175] Les deux trous noirs supermassifs fusionneront dans 1 milliard d'années
Trou noir de SDSSCGA 2191.1 10 000 000[169] Cette galaxie possède un halo de matière qui entoure la galaxie
Trou noir de MCG+06-25-075 10 000 000[169] L'activité LINER de la galaxie semble être troublée par une autre galaxie
Trou noir de UGC 6036 10 000 000[169] Cette galaxie est traversée par un filament de gaz semblable à celui de M104
Trou noir de l'Anneau de Vela ou ESO 316-32 10 000 000[169] Cette galaxie est en couple avec ESO 316-33
Trou noir de ESO 374-25 10 000 000[169] Cette galaxie est l'une des rares à posséder deux anneaux galactiques
Trou noir de ESO 535-12 10 000 000[169] Cette galaxie s'organise sous la forme d'une ammonite
Trou noir de ESO 470-1 10 000 000[169] Les sursauts de formations de cette galaxie ont propulsé les bras spiraux pour former un anneau
Trou noir de UGC 4594 10 000 000[169] Cette galaxie est entourée par une région émettrice d'ultraviolet
Trou noir de IC 523 10 000 000[176] Elle est l'une des galaxies de Syfert type 2 les plus émettrices d'ultraviolets
Trou noir de MCG+05-34-023 10 000 000[169] Cette galaxie est entourée d'une région HII géante
Trou noir de UGC 8685 10 000 000[169] Cette Radiogalaxie est entourée par une région émettrice d'ultraviolets
SDSS J133543.77+312714.3 10 000 000[169] Cette galaxie est traversée par un filament de gaz semblable à celui de M104
Trou noir de PGC 47551 10 000 000[169] Cette galaxie est entourée par une région émettrice d'ultraviolets
Trou noir de IC 994 9 900 000[177] Le noyau de cette galaxie LINER est perturbé par sa galaxie satellite (SDSS J141822.938 +111126.76)
Trou noir de UGC 4621 9 500 000[169] Cet objet est un potentiel quasar se situant dans une galaxie spirale
Trou noir de UGC 7208 9 330 000[169] Dans les ultraviolets, cette galaxie prend la forme d'un point d'interrogation (?)
Trou noir de NGC 3783 (2,98 ± 0,54) × 107[4],
9 300 000[5]
Le spectre de rayons X réalisé par le télescope spatial Chandra de NGC 3783 révèle la présente d'atomes fortement ionisés plongeant vers le trou noir supermassif se trouvant au centre de cette galaxie
Trou noir de Caldwell 3 9 000 000[178] Sa classe de luminosité est IV-V et elle présente une large raie HI
Trou noir de NGC 1566 8 300 000[179] Grâce aux observations du télescope spatial Hubble, on a détecté un disque de formation d'étoiles autour du noyau de NGC 1566. La taille de son demi-grand axe est estimée à 820 pc (~2675 années-lumière).
Trou noir de NGC 4593 5,36+9,37
−6,95
 × 106[4],
8 130 000[5]
En utilisant une méthode basée sur la réverbération de la lumière, des astronomes ont réussi à déterminer la masse du trou noir supermassif qui se trouve au centre de NGC 4593 avec une assez bonne précision
Trou noir de NGC 2276 7 900 000[134] Les scientifiques ont découvert dans cette galaxie l'objet NGC 2276-3c (pl) qui serait un trou noir intermédiaire d'une masse estimée à 50 000 masses solaires
Trou noir de M100 7 400 000[64] Ce trou noir est entouré par un Tore de poussière.
Trou noir de Caldwell 7 7 000 000[180] Les supernovas de cette galaxie sont 16 fois plus lumineuses que la moyenne.
Trou noir de NGC 7469 (12,2 ± 1,4) × 106[4],
6 460 000[5]
Elle est la galaxie de Syfert la mieux étudiée. En 1981, un anneau de formation géant a été découvert par l'astronome Ulvestad
Trou noir de M95 6 400 000[64] Le 16 mars 2012, une supernova a été détectée par les astronomes Paolo Fagotti et Jure Skvarc. Cette étoile était une géante rouge dont la masse était de 14 masses solaires
Markarian 335 (1,42 ± 0,37) × 107[4],
6 310 000[5]
Une éruption de rayons X en 2013 est interprétée comme un jet avorté de type AGN.
Trou noir de Caldwell 21 6 000 000[181] Cette galaxie est semblable à une galaxie satellite de la Voie lactée, le Grand Nuage de Magellan (LMC), mais elle n'est pas aussi vaste et aussi brillante en raison de son plus grand éloignement
Potentiel secondaire de Caldwell 72 5 700 000[159] Cette galaxie présente plus de 15 sources X
Markarian 110 (2,51 ± 0,61) × 107[4],
5 620 000[5]
Cette galaxie possède un jet qui s'étend sur une distance de 100 000 années lumières
Trou noir de Caldwell 51 5 500 000[182] Elle est probablement une galaxie satellite de la galaxie d'Andromède (voir plus haut)
Trou noir de Caldwell 5 5 400 000[150] Les estimations descendent jusqu'à 1.4 million de masses solaires
Trou noir de Caldwell 45 5 100 000[150] Grâce aux observations du télescope spatial Hubble, on a détecté deux disques de formation d'étoiles autour de son noyau
Trou noir de IC 4329 A 9,90+17,88
−11,88
 × 106[4],
5 010 000[5]
IC 4329 est la galaxie la plus brillante d'un groupe de galaxies qui porte son nom "groupe d'IC 4329"
Trou noir de M61 5 000 000[183] Elle est un type de galaxies connu sous le nom de galaxie à sursaut de formation d'étoiles.
Secondaire de IC 2956 5 000 000[137] Cette galaxie possède deux trous noirs supermassifs centraux (voir plus haut)
Trou noir de M74 5 000 000[134] Les bras de cette galaxie présentent une grande région de formation d'étoiles
Trou noir de la galaxie du Sculpteur 5 000 000[184] Sa classe de luminosité est III et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé et c'est aussi une galaxie active de type Seyfert 2
Trou noir de M32 1 500 000–5 000 000[185] Galaxie naine liée à la galaxie d'Andromède.
Trou noir de Caldwell 101 4 700 000[186] Cette galaxie présente une très grande émission X
Trou noir de la galaxie du Feu d'Artifice 4 600 000[187] On détecte plus de 10 supernovas par an, d'où le nom de Galaxie du Feu d'Artifice
Sagittarius A* 4 300 000[188] Trou noir supermassif de la Voie lactée.
Trou noir de M106 3 900 000[189] M106 est doté d'un mégamaser à base de vapeur d'eau
Trou noir de Caldwell 26 1 400 000[190] Sa classe de luminosité est III-IV et elle présente une large raie HI. Elle renferme également des régions d'hydrogène ionisé
Trou noir de Caldwell 17 1 200 000[191] Cette galaxie fait partie de notre groupe local
Trou noir de Caldwell 36 1 000 000[192] Elle possède plus de 8 nébuleuses HII (IC 3550, IC 3551, IC 3552, IC 3554, IC 3555, IC 3563 et IC 3564)
Trou noir de Henize 2-10 1 000 000[193] Les jets de ce trou noir créent littéralement des étoiles
Trou noir de Caldwell 57 1 000 000[194] Elle fait partie de notre groupe local. Elle est surnommée "la galaxie de Barnard"
Secondaire de NGC 3393 800 000[175] Les deux trous noirs supermassifs fusionneront dans 1 milliard d'années
Trou noir de NGC 1386 1 200 000[195] Le télescope spatiale Hubble y a détecté une grande région de formation d'étoiles
Trou noir de NGC 1058 500 000[196] La classe de luminosité de NGC 1058 est III et elle présente une large raie HI
Trou noir de NGC 4395 360 000[197] Cette galaxie possède trois régions HII bien distinctes
IGR J12580+0134 ou NGC 4845 300 000[198] Ce trou noir est connu pour avoir englouti un objet de masse palnétaire
Trou noir de M110 38 000[199] Elle est une galaxie satellite de la galaxie d'andromède (voir plus haut)
HLX-1 20 000[200] Elle est la première source X hyper lumineuse découverte (HLX 1 pour Hyper Luminous Xray 1)
Trou noir de UGC 9167 10 000[201] Cette galaxie possède un disque extra galactique
Trou noir de Caldwell 62 9 000[202] Elle prend la même taille que la Lune dans le ciel
Trou noir de la galaxie du Triangle 3 000[203] Cette galaxie fait partie du groupe local

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) David Merritt, Dynamics and Evolution of Galactic Nuclei, Princeton, NJ, Princeton University Press, , 544 p. (ISBN 978-0-691-15860-0, lire en ligne), p. 23
  2. (en) Andrew King, « Black Holes, Galaxy Formation, and the MBH-σ Relation », The Astrophysical Journal Letters, vol. 596,‎ , p. L27–L29 (DOI 10.1086/379143, Bibcode 2003ApJ...596L..27K, arXiv astro-ph/0308342)
  3. (en) Laura Ferrarese et David Merritt, « A Fundamental Relation between Supermassive Black Holes and Their Host Galaxies », The Astrophysical Journal, The American Astronomical Society, vol. 539, no 1,‎ , p. L9–12 (DOI 10.1086/312838, Bibcode 2000ApJ...539L...9F, arXiv astro-ph/0006053)
  4. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae et af (en) Bradley M. Peterson, « Measuring the Masses of Supermassive Black Holes », Space Science Reviews, vol. 183,‎ , p. 253 (DOI 10.1007/s11214-013-9987-4, Bibcode 2014SSRv..183..253P, lire en ligne)
  5. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab ac ad ae et af (en) Charles H. Nelson, « Black Hole Mass, Velocity Dispersion, and the Radio Source in Active Galactic Nuclei », The Astrophysical Journal, vol. 544, no 2,‎ , p. L91 (DOI 10.1086/317314, Bibcode 2000ApJ...544L..91N)
  6. a et b Xue-Bing Wu, Zhaoyu Chen, Zhendong Jia et Wenwen Zuo, « A very bright i=16.44 quasar in the `redshift desert' discovered by LAMOST », Research in Astronomy and Astrophysics, vol. 10, no 8,‎ , p. 737–744 (ISSN 1674-4527, DOI 10.1088/1674-4527/10/8/003, lire en ligne, consulté le )
  7. O. Shemmer, H. Netzer, R. Maiolino, E. Oliva, S. Croom, E. Corbett et L. di Fabrizio, « Near-infrared spectroscopy of high-redshift active galactic nuclei. I. A metallicity-accretion rate relationship », The Astrophysical Journal, vol. 614, no 2,‎ , p. 547–557 (DOI 10.1086/423607, Bibcode 2004ApJ...614..547S, arXiv astro-ph/0406559, lire en ligne)
  8. Christopher Marsden, Francesco Shankar, Mitchele Ginolfi et Kastytis Zubovas, « The Case for the Fundamental MBH-σ Relation », Frontiers in Physics, vol. 8,‎ (ISSN 2296-424X, DOI 10.3389/fphy.2020.00061/full, lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « Most Powerful Eruption In The Universe Discovered », NASA/Marshall Space Flight Center (ScienceDaily),
  10. Bililign T. Dullo, « The most massive galaxies with large depleted cores: structural parameter relations and black hole masses », The Astrophysical Journal, vol. 886, no 2,‎ , p. 80 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ab4d4f, lire en ligne, consulté le )
  11. Bililign T. Dullo, Armando Gil de Paz et Johan H. Knapen, « Ultramassive black holes in the most massive galaxies: $M_{\rm BH}-\sigma$ versus $M_{\rm BH}-R_{\rm b}$ », The Astrophysical Journal, vol. 908, no 2,‎ , p. 134 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/abceae, lire en ligne, consulté le )
  12. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  13. a et b (en) Roberto Decarli, Fabrizio Arrigoni-Battaia, Joseph F. Hennawi et Fabian Walter, « A search for dust and molecular gas in enormous Lyα nebulae at z ≈ 2 », Astronomy & Astrophysics, vol. 645,‎ , p. L3 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/202039814, lire en ligne, consulté le )
  14. Bililign T. Dullo, Alister W. Graham et Johan H. Knapen, « A remarkably large depleted core in the Abell 2029 BCG IC 1101 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 471, no 2,‎ , p. 2321–2333 (DOI 10.1093/mnras/stx1635, Bibcode 2017MNRAS.471.2321D, arXiv 1707.02277)
  15. a b c d e f et g (en) G. Ghisellini, R. Della Ceca, M. Volonteri, G. Ghirlanda, F. Tavecchio, L. Foschini, G. Tagliaferri, F. Haardt, G. Pareschi et J. Grindlay, « Chasing the heaviest black holes in active galactic nuclei », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 405,‎ , p. 387 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2010.16449.x, Bibcode 2010MNRAS.405..387G, arXiv 0912.0001)
  16. (en) G. Ghisellini, L. Foschini, et al., G. Ghirlanda, F. Haardt, D. Burlon et F. Tavecchio, « The blazar S5 0014+813: a real or apparent monster? », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters, vol. 399,‎ , p. L24 (DOI 10.1111/j.1745-3933.2009.00716.x, Bibcode 2009MNRAS.399L..24G, arXiv 0906.0575)
  17. (en) Bryan Gaensler, Extreme Cosmos : A Guided Tour of the Fastest, Brightest, Hottest, Heaviest, Oldest, and Most Amazing Aspects of Our Universe, , 256 p. (ISBN 978-1-101-58701-0, lire en ligne)
  18. K. Mehrgan, J. Thomas, R. Saglia et X. Mazzalay, « A 40-billion solar mass black hole in the extreme core of Holm 15A, the central galaxy of Abell 85 », The Astrophysical Journal, vol. 887, no 2,‎ , p. 195 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ab5856, lire en ligne, consulté le )
  19. Christopher A. Onken, Fuyan Bian, Xiaohui Fan et Feige Wang, « A thirty-four billion solar mass black hole in SMSS J2157-3602, the most luminous known quasar », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 496,‎ , p. 2309–2314 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1093/mnras/staa1635, lire en ligne, consulté le )
  20. S. A. Walker, A. C. Fabian, H. R. Russell et J. S. Sanders, « The effect of the quasar H1821+643 on the surrounding intracluster medium: Revealing the underlying cooling flow », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 442, no 3,‎ , p. 2809 (DOI 10.1093/mnras/stu1067, Bibcode 2014MNRAS.442.2809W, arXiv 1405.7522v1)
  21. J. Magorrian, S. Tremaine, D. Richstone, R. Bender, G. Bower, A. Dressler, S.~M. Faber, K. Gebhardt, R. Green, C. Grillmair, J. Kormendy et T. Lauer, « The Demography of Massive Dark Objects in Galaxy Centers », The Astronomical Journal, vol. 115, no 6,‎ , p. 2285–2305 (DOI 10.1086/300353, Bibcode 1998AJ....115.2285M, arXiv astro-ph/9708072, lire en ligne)
  22. (en) Sarik Jeram, Anthony Gonzalez, Stephen Eikenberry et Daniel Stern, « An Extremely Bright QSO at z = 2.89 », The Astrophysical Journal, vol. 899, no 1,‎ , p. 76 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ab9c95, lire en ligne, consulté le )
  23. a b et c (en) Nicholas J. McConnell, Chung-Pei Ma, Karl Gebhardt, Shelley A. Wright, Jeremy D. Murphy, Tod R. Lauer, James R. Graham et Douglas O. Richstone, « Two ten-billion-solar-mass black holes at the centres of giant elliptical galaxies », Nature, vol. 480, no 7376,‎ , p. 215–8 (PMID 22158244, DOI 10.1038/nature10636, Bibcode 2011Natur.480..215M, arXiv 1112.1078)
  24. (en) Scott D. Barthelmy, « Swift/BAT detects a hard X-ray outburst from PKS 1510-089 » Accès libre [.net], sur researchget.net, (consulté le )
  25. « ESA Science & Technology - Big surprises can come in small packages - Hubble helps astronomers find smallest known galaxy with supermassive black hole [heic1419] », sur sci.esa.int (consulté le )
  26. (en) M. McDonald, M. Bayliss, B. A. Benson et R. J. Foley, « A massive, cooling-flow-induced starburst in the core of a luminous cluster of galaxies », Nature, vol. 488, no 7411,‎ , p. 349–352 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/nature11379, lire en ligne, consulté le )
  27. (en) M. McDonald, M. Bayliss, B. A. Benson, R. J. Foley, J. Ruel, P. Sullivan, S. Veilleux, K. A. Aird, M. L. N. Ashby, M. Bautz, G. Bazin, L. E. Bleem, M. Brodwin, J. E. Carlstrom, C. L. Chang, H. M. Cho, A. Clocchiatti, T. M. Crawford, A. T. Crites, T. De Haan, S. Desai, M. A. Dobbs, J. P. Dudley, E. Egami, W. R. Forman, G. P. Garmire, E. M. George, M. D. Gladders, A. H. Gonzalez et N. W. Halverson, « A massive, cooling-flow-induced starburst in the core of a luminous cluster of galaxies », Nature, vol. 488, no 7411,‎ , p. 349–52 (PMID 22895340, DOI 10.1038/nature11379, Bibcode 2012Natur.488..349M, arXiv 1208.2962)
  28. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t et u (en) Wenwen Zuo, Xue-Bing Wu, Xiaohui Fan, Richard Green et Ran Wang « Black Hole Mass Estimates and Rapid Growth of Supermassive Black Holes in Luminous $z \sim$ 3.5 Quasars », .
  29. a et b (en) David Shiga, « Biggest black hole in the cosmos discovered », NewScientist.com news service,
  30. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  31. Ashley Morrow, « Behemoth Black Hole Found in an Unlikely Place »,
  32. « Trou noir ultramassif dans NGC 1600 étudié en détail », sur fr.scienceaq.com (consulté le ).
  33. R. J. Smith, J. R. Lucey et A. C. Edge, « A counterimage to the gravitational arc in Abell 1201: Evidence for IMF variations or a 1010 Msun black hole? », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 467,‎ , p. 836–848 (DOI 10.1093/mnras/stx059, Bibcode 2017MNRAS.467..836S, arXiv 1701.02745, lire en ligne)
  34. Anna Ferré-Mateu, Mar Mezcua, Ignacio Trujillo et Marc Balcells, « Massive relic galaxies challenge the co-evolution of SMBHs and their host galaxies », The Astrophysical Journal, vol. 808, no 1,‎ , p. 79 (ISSN 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637X/808/1/79, lire en ligne, consulté le )
  35. (en) X. Wu, F. Wang, X. Fan, Weimin Yi, Wenwen Zuo, Fuyan Bian, Linhua Jiang, Ian D. McGreer, Ran Wang, Jinyi Yang, Qian Yang, David Thompson et Yuri Beletsky, « An ultraluminous quasar with a twelve-billion-solar-mass black hole at redshift 6.30 », Nature, vol. 518, no 7540,‎ , p. 512–515 (PMID 25719667, DOI 10.1038/nature14241, Bibcode 2015Natur.518..512W, arXiv 1502.07418, lire en ligne)
  36. (en) « Astronomers Discover Record-Breaking Quasar », Sci-News.com, (consulté le )
  37. Bililign T. Dullo, « The most massive galaxies with large depleted cores: structural parameter relations and black hole masses », The Astrophysical Journal, vol. 886, no 2,‎ , p. 80 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ab4d4f, lire en ligne, consulté le )
  38. (en) L. Mancini et A. Feoli, « The scaling relation between the mass of supermassive black holes and the kinetic energy of random motions of the host galaxies », Astronomy & Astrophysics, vol. 537,‎ , A48 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201117168, lire en ligne, consulté le )
  39. (en) G. Ghisellini, G. Tagliaferri, T. Sbarrato et N. Gehrels « SDSS J013127.34-032100.1: A candidate blazar with a 11 billion solar mass black hole at $z$=5.18 », ..
  40. Jian Hu, « The black hole mass-stellar velocity dispersion correlation: bulges versus pseudo-bulges », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 386,‎ , p. 2242–2252 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1111/j.1365-2966.2008.13195.x, lire en ligne, consulté le )
  41. « ULAS J1234+0907 », sur astronomy.activeboard.com (consulté le )
  42. (en) Kenji Nakagawa et Masaki Mori, « TIME SERIES ANALYSIS OF GAMMA-RAY BLAZARS AND IMPLICATIONS FOR THE CENTRAL BLACK-HOLE MASS », The Astrophysical Journal, vol. 773, no 2,‎ , p. 177 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/773/2/177, lire en ligne, consulté le )
  43. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 1 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  44. (en) Lukas Zalesky, « Log of Observations of Quasar RX J1131−1231 », Septembre 2016,‎ , p. 9 (lire en ligne Accès libre [.net])
  45. a et b (en) Tingting Liu, Suvi Gezari, Sebastien Heinis, Eugene A. Magnier et William S. Burgett « A Periodically Varying Luminous Quasar at z=2 from the Pan-STARRS1 Medium Deep Survey: A Candidate Supermassive Black Hole Binary in the Gravitational Wave-Driven Regime », .
  46. (en) « RX J1532.9+3021: Extreme Power of Black Hole Revealed », Chandra X-ray Center, (consulté le )
  47. « 1996A&A...309..702S Page 702 », sur adsabs.harvard.edu (consulté le )
  48. Akın Yıldırım, Remco C. E. van den Bosch, Glenn van de Ven et Aaron Dutton, « The massive dark halo of the compact early-type galaxy NGC 1281 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 456,‎ , p. 538–553 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1093/mnras/stv2665, lire en ligne, consulté le )
  49. (en) N. Seymour, B. Altieri, C. De Breuck et P. Barthel, « RAPID COEVAL BLACK HOLE AND HOST GALAXY GROWTH IN MRC 1138-262: THE HUNGRY SPIDER », The Astrophysical Journal, vol. 755, no 2,‎ , p. 146 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/755/2/146, lire en ligne, consulté le )
  50. (en) Nicholas Scott, Alister W Graham et James Schombert, « THE SUPERMASSIVE BLACK HOLE MASS–SPHEROID STELLAR MASS RELATION FOR SÉRSIC AND CORE-SÉRSIC GALAXIES », The Astrophysical Journal, vol. 768, no 1,‎ , p. 76 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/768/1/76, lire en ligne, consulté le )
  51. a et b (en-US) « The case of the missing supermassive black hole – Astronomy Now » (consulté le )
  52. X. Mazzalay, J. Thomas, R. P. Saglia et G. A. Wegner, « The supermassive black hole and double nucleus of the core elliptical NGC5419 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 462, no 3,‎ , p. 2847–2860 (ISSN 0035-8711 et 1365-2966, DOI 10.1093/mnras/stw1802, lire en ligne, consulté le )
  53. (en) Walsh, Jonelle L., Barth, Aaron J., Ho, Luis C. et Sarzi, Marc, « The M87 Black Hole Mass from Gas-dynamical Models of Space Telescope Imaging Spectrograph Observations », The Astrophysical Journal, vol. 770, no 2,‎ , p. 86 (DOI 10.1088/0004-637X/770/2/86, Bibcode 2013ApJ...770...86W, arXiv 1304.7273)
  54. a et b (en) B. Vollmer, J. Braine et M. Soida, « A dynamical model for the Taffy galaxies UGC 12914/5 », Astronomy & Astrophysics, vol. 547,‎ , A39 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201219668, lire en ligne, consulté le )
  55. (en) Lev Titarchuk, Elena Seifina, Alexandre Chekhtman et Indira Ocampo, « Spectral index−mass accretion rate correlation and evaluation of black hole masses in AGNs 3C 454.3 and M 87 », Astronomy & Astrophysics, vol. 633,‎ , A73 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201935576, lire en ligne, consulté le )
  56. a et b (en) Eric Emsellem, « Is the black hole in NGC 1277 really overmassive? », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 433, no 3,‎ , p. 1862–1870 (DOI 10.1093/mnras/stt840, Bibcode 2013MNRAS.433.1862E, arXiv 1305.3630)
  57. (en) Remco C. E. van den Bosch, Karl Gebhardt, Kayhanl Gültekin, Glenn van de Ven, Arjen van der Wel et Jonelle L. Walsh, « An over-massive black hole in the compact lenticular galaxy NGC 1277 », Nature, vol. 491, no 7426,‎ , p. 729–731 (DOI 10.1038/nature11592, Bibcode 2012Natur.491..729V, arXiv 1211.6429, lire en ligne, consulté le )
  58. (en) Juntai Shen et Karl Gebhardt, « The Supermassive Black Hole and Dark Matter Halo of NGC 4649 (M60) », The Astrophysical Journal, vol. 711,‎ , p. 484–494 (DOI 10.1088/0004-637X/711/1/484, Bibcode 2010ApJ...711..484S, arXiv 0910.4168)
  59. J. K. Hoormann, P. Martini, T. M. Davis et A. King, « CIV Black Hole Mass Measurements with the Australian Dark Energy Survey (OzDES) », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 487, no 3,‎ , p. 3650–3663 (ISSN 0035-8711 et 1365-2966, DOI 10.1093/mnras/stz1539, lire en ligne, consulté le )
  60. (en) E. Dalla Bontà, L. Ferrarese, E. M. Corsini et J. Miralda-Escudé, « THE HIGH-MASS END OF THE BLACK HOLE MASS FUNCTION: MASS ESTIMATES IN BRIGHTEST CLUSTER GALAXIES », The Astrophysical Journal, vol. 690, no 1,‎ , p. 537–559 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/690/1/537, lire en ligne, consulté le )
  61. (en) F. M. Rieger et K. Mannheim, « On the central black hole mass in Mkn 501 », Astronomy and Astrophysics, vol. 397,‎ , p. 121 (DOI 10.1051/0004-6361:20021482, Bibcode 2003A%26A...397..121R, arXiv astro-ph/0210326v1)
  62. Chris J. Willott, Ross J. McLure et Matt J. Jarvis, « A 3x10^9 solar mass black hole in the quasar SDSS J1148+5251 at z=6.41 », The Astrophysical Journal, vol. 587, no 1,‎ , p. L15–L18 (DOI 10.1086/375126, lire en ligne, consulté le )
  63. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  64. a b c d e f g h et i (en) A. Beifiori, M. Sarzi, E. M. Corsini et E. Dalla Bontà, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROMHUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692, no 1,‎ , p. 856–868 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/692/1/856, lire en ligne, consulté le )
  65. (en) A. Y. K. N. Oshlack, R. L. Webster et M. T. Whiting, « Black Hole Mass Estimates of Radio‐selected Quasars », The Astrophysical Journal, vol. 576, no 1,‎ , p. 81–88 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1086/341729, lire en ligne, consulté le )
  66. a et b (en) Daniel J. Mortlock, Stephen J. Warren, Bram P. Venemans, Patel, Hewett, McMahon, Simpson, Theuns, Gonzáles-Solares, Adamson, Dye, Hambly, Hirst, Irwin, Kuiper, Lawrence, Röttgering et al., « A luminous quasar at a redshift of z = 7.085 », Nature, vol. 474, no 7353,‎ , p. 616–619 (PMID 21720366, DOI 10.1038/nature10159, Bibcode 2011Natur.474..616M, arXiv 1106.6088, lire en ligne)
  67. (en) John Matson, « Brilliant, but Distant: Most Far-Flung Known Quasar Offers Glimpse into Early Universe », Scientific American, (consulté le )
  68. « NGC4565text », sur www.robgendlerastropics.com (consulté le )
  69. (en) J. Kormendy et D. Richstone, « Evidence for a supermassive black hole in NGC 3115 », Astrophysical Journal, vol. 393, no 2,‎ , p. 559-578
  70. (en) Roger W. Romani, « The Spectral Energy Distribution of the High-z Blazar Q0906+6930 », The Astronomical Journal, vol. 132, no 5,‎ , p. 1959–1963 (DOI 10.1086/508216, Bibcode 2006AJ....132.1959R, arXiv astro-ph/0607581)
  71. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  72. (en) G. A. Bower, R. F. Green, A. Danks et T. Gull, « Kinematics of the Nuclear Ionized Gas in the Radio Galaxy M84 (NGC 4374) », The Astrophysical Journal, vol. 492, no 2,‎ , p. L111–L114 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/311109, lire en ligne, consulté le )
  73. Feige Wang, Jinyi Yang, Xiaohui Fan et Joseph F. Hennawi, « A Luminous Quasar at Redshift 7.642 », The Astrophysical Journal, vol. 907,‎ , p. L1 (ISSN 0004-637X, DOI 10.3847/2041-8213/abd8c6, lire en ligne, consulté le )
  74. (en) Jinyi Yang, Feige Wang, Xiaohui Fan et Joseph F. Hennawi, « Pōniuā‘ena: A Luminous z = 7.5 Quasar Hosting a 1.5 Billion Solar Mass Black Hole », The Astrophysical Journal, vol. 897, no 1,‎ , p. L14 (ISSN 2041-8213, DOI 10.3847/2041-8213/ab9c26, lire en ligne, consulté le )
  75. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 11 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  76. Nicholas J. McConnell, Chung-Pei Ma, Jeremy D. Murphy et Karl Gebhardt, « Dynamical Measurements of Black Hole Masses in Four Brightest Cluster Galaxies at 100 Mpc », The Astrophysical Journal, vol. 756,‎ , p. 179 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1088/0004-637X/756/2/179, lire en ligne, consulté le )
  77. a et b (en) N. Nowak, J. Thomas, P. Erwin, R. P. Saglia, R. Bender et R. I. Davies, « Do black hole masses scale with classical bulge luminosities only? The case of the two composite pseudo-bulge galaxies NGC 3368 and NGC 3489. », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 403, no 2,‎ , p. 646–672 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2009.16167.x, Bibcode 2010MNRAS.403..646N, arXiv 0912.2511)
  78. a et b (en) Ingyin Zaw, Michael J. Rosenthal, Ivan Yu. Katkov et Joseph D. Gelfand, « An Accreting, Anomalously Low-mass Black Hole at the Center of Low-mass Galaxy IC 750 », The Astrophysical Journal, vol. 897, no 2,‎ , p. 111 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ab9944, lire en ligne, consulté le )
  79. (en) Large Binocular Telescope Corporation, « Astronomers report most distant blazar ever observed », sur phys.org (consulté le )
  80. Daniel J. Mortlock, Rachel L. Webster et Paul J. Francis, « Binary quasars », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 309, no 4,‎ , p. 836–846 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1046/j.1365-8711.1999.02872.x, lire en ligne, consulté le )
  81. (en) Michael Zacharias and Stefan J. Wagner, « The extended jet of AP Librae: Origin of the very high-energy γ-ray emission? », 2016,‎ , p. 13 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  82. « SIMBAD references », sur simbad.u-strasbg.fr (consulté le )
  83. (en) « Black Holes: Gravity's Relentless Pull interactive: Encyclopedia », HubbleSite (consulté le )
  84. (en) M. Chiaberge, J. C. Ely, E. T. Meyer et M. Georganopoulos, « The puzzling case of the radio-loud QSO 3C 186: a gravitational wave recoiling black hole in a young radio source? », Astronomy & Astrophysics, vol. 600,‎ , A57 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201629522, lire en ligne, consulté le )
  85. (en) J. Kormendy, R. Bender, E. A. Ajhar, A. Dressler, S. M. Faber, K. Gebhardt, C. Grillmair, T. R. Lauer, D. Richstone et S. Tremaine, « Hubble Space Telescope Spectroscopic Evidence for a 1 X 10 9 Msun Black Hole in NGC 4594 », The Astrophysical Journal, vol. 473, no 2,‎ , p. L91–L94 (DOI 10.1086/310399, Bibcode 1996ApJ...473L..91K)
  86. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 38 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  87. a et b « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  88. Eduardo Bañados, Bram P. Venemans, Chiara Mazzucchelli et Emanuele P. Farina, « An 800-million-solar-mass black hole in a significantly neutral Universe at a redshift of 7.5 », Nature, vol. 553, no 7689,‎ , p. 473–476 (ISSN 1476-4687, PMID 29211709, DOI 10.1038/nature25180, lire en ligne, consulté le )
  89. (en) A. Shukla et K. Mannheim, « Gamma-ray flares from relativistic magnetic reconnection in the jet of the quasar 3C 279 », Nature Communications, vol. 11, no 1,‎ , p. 4176 (ISSN 2041-1723, DOI 10.1038/s41467-020-17912-z, lire en ligne, consulté le )
  90. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 1 (lire en ligne Accès libre [org])
  91. (en) Michael Loewenstein, Richard F. Mushotzky, Lorella Angelini, Keith A. Arnaud et Eliot Quataert, « Chandra Limits on X-Ray Emission Associated with the Supermassive Black Holes in Three Giant Elliptical Galaxies », The Astrophysical Journal, vol. 555, no 1,‎ , p. L21–L24 (DOI 10.1086/323157, Bibcode 2001ApJ...555L..21L, arXiv astro-ph/0106326)
  92. a b c et d (en) A. Beifiori, M. Sarzi, E. M. Corsini et E. Dalla Bontà, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROMHUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692, no 1,‎ , p. 856–868 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/692/1/856, lire en ligne, consulté le )
  93. Michelle Belleville, « Caldwell 29 », sur NASA, (consulté le )
  94. (en) Inconnue, « QSR J1819+3845 », March 24, 2021,‎ , p. 1 (lire en ligne Accès libre [.com])
  95. Kristen L. Shapiro, Michele Cappellari, Tim de Zeeuw et Richard M. McDermid, « The black hole in NGC 3379: a comparison of gas and stellar dynamical mass measurements with HST and integral-field data », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 370,‎ , p. 559–579 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1111/j.1365-2966.2006.10537.x, lire en ligne, consulté le )
  96. (en) « Massive Black Holes Dwell in Most Galaxies, According to Hubble Census », Hubblesite STScI-1997-01, (consulté le )
  97. (en) « The Giant Elliptical Galaxy NGC 4261 », Astronomy 162 (Dept. Physics & Astronomy University of Tennessee) (consulté le )
  98. (en) « _A_Study_of_the_Black_Hole_Mass_and_Accretion_Rate_Distributions_of_AGNs » Accès libre [.net], sur researchgate.net, (consulté le )
  99. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  100. (en) R. J. Wilman, A. C. Edge et R. M. Johnstone, « The nature of the molecular gas system in the core of NGC 1275 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 359, no 2,‎ , p. 755–764 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2005.08956.x, Bibcode 2005MNRAS.359..755W, arXiv astro-ph/0502537)
  101. (en) R. J. Wilman, A. C. Edge et R. M. Johnstone, « The nature of the molecular gas system in the core of NGC 1275 », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 359, no 2,‎ , p. 755–764 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2005.08956.x, Bibcode 2005MNRAS.359..755W, arXiv astro-ph/0502537)
  102. a et b X. Y. Dong et M. M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », The Astronomical Journal, vol. 131,‎ , p. 1236–1252 (ISSN 0004-6256, DOI 10.1086/499334, lire en ligne, consulté le )
  103. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  104. (en) Wrobel, J. M., Terashima, Y. et Ho, L. C., « Outflow-dominated Emission from the Quiescent Massive Black Holes in NGC 4621 and NGC 4697 », The Astrophysical Journal, vol. 675, no 2,‎ , p. 1041–1047 (DOI 10.1086/527542, Bibcode 2008ApJ...675.1041W, arXiv 0712.1308)
  105. (en) Wernli, F., Emsellem, E. et Copin, Y., « A 60 pc counter-rotating core in NGC 4621 », Astronomy&Astrophysics, vol. 396,‎ , p. 73–81 (DOI 10.1051/0004-6361:20021333, Bibcode 2002A&A...396...73W, arXiv astro-ph/0209361)
  106. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  107. « NGC 4725 - Galaxy - SKY-MAP », sur server1.sky-map.org (consulté le )
  108. a et b B. Z. Dai, G. Z. Xie, Z. J. Jiang et D. C. Mei, « The Supermassive Black Hole in the Gamma-ray Loud Blazar PKS 1510-089 », arXiv:astro-ph/0205482,‎ (lire en ligne, consulté le )
  109. (en) Abdel-Fattah Attia, H. A Ismail, I. M Selim et A. M Osman, « Stellar Population Analysis of Galaxies based on Genetic Algorithms », Chinese Journal of Astronomy and Astrophysics, vol. 5, no 4,‎ , p. 347–355 (ISSN 1009-9271, DOI 10.1088/1009-9271/5/4/002, lire en ligne, consulté le )
  110. a et b information@eso.org, « Le télescope de l'ESO découvre la paire de trous noirs supermassifs la plus proche à ce jour », sur www.eso.org (consulté le )
  111. (en) S. Britzen, S.-J. Qian, W. Steffen et E. Kun, « A swirling jet in the quasar 1308+326 », Astronomy & Astrophysics, vol. 602,‎ , A29 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201629999, lire en ligne, consulté le )
  112. « ESA Science & Technology - Markarian 231 », sur sci.esa.int (consulté le )
  113. (en) Thilker, David A., Donovan, Jennifer, Schiminovich, David, Bianchi, Luciana, Boissier, Samuel, Gil de Paz, Armando, Madore, Barry F., Martin, D. Christopher et Seibert, Mark, « Massive star formation within the Leo 'primordial' ring », Nature, vol. 457, no 7232,‎ , p. 990–993 (PMID 19225520, DOI 10.1038/nature07780, Bibcode 2009Natur.457..990T)
  114. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 31 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  115. (en) K. Onishi, S. Iguchi, K. Sheth et K. Kohno, « A MEASUREMENT OF THE BLACK HOLE MASS IN NGC 1097 USING ALMA », The Astrophysical Journal, vol. 806, no 1,‎ , p. 39 (ISSN 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/806/1/39, lire en ligne, consulté le )
  116. (en) information@eso.org, « Galaxies gone wild! », sur www.spacetelescope.org (consulté le )
  117. (en) aolo Padovani European Southern Observatory F. Oikonomou Maria Petropoulou National and Kapodistrian University of Athens Paolo Giommi ASI Science Data Centre, « TXS 0506+056, the first cosmic neutrino source, is not a BL Lac », Mars 2019,‎ , p. 6 (lire en ligne Accès libre [.net])
  118. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 21 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  119. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 1 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  120. Gerold Busch, Andreas Eckart, Mónica Valencia-S. et Nastaran Fazeli, « Star formation and gas flows in the centre of the NUGA galaxy NGC 1808 observed with SINFONI », Astronomy & Astrophysics, vol. 598,‎ , A55 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201629440, lire en ligne, consulté le )
  121. (en) Kormendy, John et Bender, Ralf, « Correlations between Supermassive Black Holes, Velocity Dispersions, and Mass Deficits in Elliptical Galaxies with Cores », The Astrophysical Journal, vol. 691, no 2,‎ , p. L142–L146 (DOI 10.1088/0004-637X/691/2/L142, Bibcode 2009ApJ...691L.142K, arXiv 0901.3778)
  122. a et b (en) S. Komossa, J. Halpern, N. Schartel, G. Hasinger, M. Santos-Lleo et P. Predehl, « A Huge Drop in the X-Ray Luminosity of the Nonactive Galaxy RX J1242.6-1119A, and the First Postflare Spectrum: Testing the Tidal Disruption Scenario », The Astrophysical Journal Letters, vol. 603,‎ , p. L17–L20 (DOI 10.1086/382046, Bibcode 2004ApJ...603L..17K, arXiv astro-ph/0402468)
  123. (en) « Giant Black Hole Rips Apart Unlucky Star », NASA
  124. a et b Christian M. Fromm, Manel Perucho, Eduardo Ros et Tuomas Savolainen, « On the location of the supermassive black hole in CTA 102 », Astronomy and Astrophysics, vol. 576,‎ , A43 (ISSN 0004-6361, DOI 10.1051/0004-6361/201322836, lire en ligne, consulté le )
  125. (en-US) « From Starving Black Holes to Warped Galaxies », sur Sky & Telescope, (consulté le )
  126. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 9 (lire en ligne Accès libre [html])
  127. a et b « INSPIRE », sur inspirehep.net (consulté le )
  128. (en) Merloni, Andrea, Heinz, Sebastian et di Matteo, Tiziana, « A Fundamental Plane of black hole activity », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 345, no 4,‎ , p. 1057–1076 (DOI 10.1046/j.1365-2966.2003.07017.x, Bibcode 2003MNRAS.345.1057M, arXiv astro-ph/0305261)
  129. (en) X. Y. Dong et M. M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », The Astronomical Journal, vol. 131, no 3,‎ , p. 1236–1252 (ISSN 0004-6256 et 1538-3881, DOI 10.1086/499334, lire en ligne, consulté le )
  130. (en) N. Devereux, H. Ford, Z. Tsvetanov et J. Jocoby, « STIS Spectroscopy of the Central 10 Parsecs of M81: Evidence for a Massive Black Hole », The Astronomical Journal, vol. 125, no 3,‎ , p. 1226–1235 (DOI 10.1086/367595, Bibcode 2003AJ....125.1226D)
  131. (en) Szymon Kozłowski, « VIRIAL BLACK HOLE MASS ESTIMATES FOR 280,000 AGNs FROM THE SDSS BROADBAND PHOTOMETRY AND SINGLE-EPOCH SPECTRA », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 228, no 1,‎ , p. 9 (ISSN 1538-4365, DOI 10.3847/1538-4365/228/1/9, lire en ligne, consulté le )
  132. (en) Merloni, Andrea, Heinz, Sebastian et di Matteo, Tiziana, « A Fundamental Plane of black hole activity », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 345, no 4,‎ , p. 1057–1076 (DOI 10.1046/j.1365-2966.2003.07017.x, Bibcode 2003MNRAS.345.1057M, arXiv astro-ph/0305261)
  133. a et b Kimet Jusufi, Mubasher Jamil, Paolo Salucci et Tao Zhu, « Black Hole Surrounded by a Dark Matter Halo in the M87 Galactic Center and its Identification with Shadow Images », Physical Review D, vol. 100, no 4,‎ , p. 044012 (ISSN 2470-0010 et 2470-0029, DOI 10.1103/PhysRevD.100.044012, lire en ligne, consulté le )
  134. a b c d e et f X. Y. Dong et M. M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », The Astronomical Journal, vol. 131,‎ , p. 1236–1252 (ISSN 0004-6256, DOI 10.1086/499334, lire en ligne, consulté le )
  135. (en) « Radio Telescopes Capture Best-Ever Snapshot of Black Hole Jets », NASA (consulté le )
  136. (en) « Astronomy Picture of the Day – Centaurus Radio Jets Rising », NASA, (consulté le )
  137. a et b (en) Ying Qin, Pablo Marchant, Tassos Fragos et Georges Meynet, « On the Origin of Black Hole Spin in High-mass X-Ray Binaries », The Astrophysical Journal, vol. 870, no 2,‎ , p. L18 (ISSN 2041-8213, DOI 10.3847/2041-8213/aaf97b, lire en ligne, consulté le )
  138. (en) A. Beifiori, M. Sarzi, E. M. Corsini et E. Dalla Bontà, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROMHUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692, no 1,‎ , p. 856–868 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/692/1/856, lire en ligne, consulté le )
  139. (nl) « NGC 7814, an edge-on galaxy in Pegasus », sur Anne's Astronomy News, (consulté le )
  140. « Publication — The Black Hole Mass of NGC 4151: Comparison of Reverberation Mapping and Stellar Dynamical Measurements | Center for Computational Relativity and Gravitation (CCRG) », sur ccrg.rit.edu (consulté le )
  141. (en) « NGC 4151: An active black hole in the "Eye of Sauron" », Astronomy magazine, (consulté le )
  142. a et b (en) Bon, Jovanović, Marziani, Shapovalova, Bon, Borka Jovanović, Borka, Sulentic et Popović, « The First Spectroscopically Resolved Sub-parsec Orbit of a Supermassive Binary Black Hole », The Astrophysical Journal, vol. 759, no 2,‎ , p. 118–125 (DOI 10.1088/0004-637X/759/2/118, Bibcode 2012ApJ...759..118B, arXiv 1209.4524)
  143. Lev Titarchuk et Elena Seifina, « BL Lacertae: X-ray spectral evolution and a black-hole mass estimate », Astronomy & Astrophysics, vol. 602,‎ , A113 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201630280, lire en ligne, consulté le )
  144. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  145. Caroline A. Roberts, Misty C. Bentz, Eugene Vasiliev et Monica Valluri, « The Black Hole Mass of NGC 4151 from Stellar Dynamical Modeling », The Astrophysical Journal, vol. 916, no 1,‎ , p. 25 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/ac05b6, lire en ligne, consulté le )
  146. (en) Gaffney, N. I., Lester, D. F. et Telesco, C. M., « The stellar velocity dispersion in the nucleus of M82 », The Astrophysical Journal, vol. 407,‎ , p. L57–L60 (DOI 10.1086/186805, Bibcode 1993ApJ...407L..57G)
  147. (en) S. Barker, R. de Grijs et M. Cerviño, « Star cluster versus field star formation in the nucleus of the prototype starburst galaxy M 82 », Astronomy and Astrophysics, vol. 484, no 3,‎ , p. 711–720 (DOI 10.1051/0004-6361:200809653, Bibcode 2008A&A...484..711B, arXiv 0804.1913)
  148. P. Marziani, M. D'Onofrio, D. Dultzin-Hacyan et J. W. Sulentic, « UGC 3995: A Close Pair of Spiral Galaxies », The Astronomical Journal, vol. 117, no 6,‎ , p. 2736–2747 (DOI 10.1086/300873, lire en ligne, consulté le )
  149. « NGC 7479 - Galaxy - SKY-MAP », sur www.wikisky.org (consulté le )
  150. a b et c (en) A. Beifiori, M. Sarzi, E. M. Corsini et E. Dalla Bontà, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROMHUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692, no 1,‎ , p. 856–868 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/692/1/856, lire en ligne, consulté le )
  151. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  152. (en) Romana Grossová, Norbert Werner, Francesco Massaro et Kiran Lakhchaura, « Very Large Array Radio Study of a Sample of Nearby X-Ray and Optically Bright Early-type Galaxies », The Astrophysical Journal Supplement Series, vol. 258, no 2,‎ , p. 30 (ISSN 0067-0049 et 1538-4365, DOI 10.3847/1538-4365/ac366c, lire en ligne, consulté le )
  153. (en) X. Y. Dong et M. M. De Robertis, « Low-Luminosity Active Galaxies and Their Central Black Holes », The Astronomical Journal, vol. 131, no 3,‎ , p. 1236–1252 (ISSN 0004-6256 et 1538-3881, DOI 10.1086/499334, lire en ligne, consulté le )
  154. (en) Satyapal, S., D. Vega, R. P. Dudik, N. P. Abel, T. Heckman et al., « Spitzer Uncovers Active Galactic Nuclei Missed by Optical Surveys in Seven Late-Type Galaxies », The Astrophysical Journal, vol. 677, no 2,‎ , p. 926–942 (DOI 10.1086/529014, Bibcode 2008ApJ...677..926S, arXiv 0801.2759)
  155. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 31 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  156. (en-US) ESA/Hubble, « Hubble Spots a Peculiar Sight: Unusual Spiral Galaxy With a Heavy Arm », sur SciTechDaily, (consulté le )
  157. (en) Universe Guide, « NGC 7620 - Facts about the Spiral Galaxy in Pegasus », sur Universe Guide (consulté le )
  158. (en-GB) Michelle Starr, « We've Just Seen What Happens When a Galaxy Punches a Giant Hole Through Another », sur ScienceAlert (consulté le )
  159. a et b « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  160. (en) ShieldSquare Captcha (DOI 10.3847/1538-4357/ac3d26/pdf, lire en ligne)
  161. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  162. a et b (en-GB) Michelle Starr, « For The First Time Ever, Astronomers Have Witnessed a Black Hole 'Blink' », sur ScienceAlert (consulté le )
  163. information@eso.org, « The hidden engine of NGC 4945 », sur www.eso.org (consulté le )
  164. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  165. (en) « NGC 6951 », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  166. D. Emmanoulopoulos, I. M. McHardy, S. Vaughan et I. E. Papadakis, « Extensive X-ray variability studies of NGC 7314 using long XMM-Newton observations », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 460,‎ , p. 2413–2431 (ISSN 0035-8711, DOI 10.1093/mnras/stw1128, lire en ligne, consulté le )
  167. a et b « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  168. Edmund J. Hodges-Kluck, Joel N. Bregman, Jon M. Miller et Eric W. Pellegrini, « A New Ultraluminous X-ray Source in the Nearby Edge-on Spiral NGC 891 », The Astrophysical Journal, vol. 747, no 2,‎ , p. L39 (ISSN 2041-8205 et 2041-8213, DOI 10.1088/2041-8205/747/2/L39, lire en ligne, consulté le )
  169. a b c d e f g h i j k l m n et o M. A. Latif, D. R. G. Schleicher, W. Schmidt et J. C. Niemeyer, « The characteristic black hole mass resulting from direct collapse in the early universe », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 436, no 4,‎ , p. 2989–2996 (ISSN 1365-2966 et 0035-8711, DOI 10.1093/mnras/stt1786, lire en ligne, consulté le )
  170. C. Faure, D. Alloin, S. Gras et F. Courbin, « LBQS 1429-0053: A binary quasar rather than a lensed quasar. », Astronomy and Astrophysics, vol. 405,‎ , p. 415–424 (ISSN 0004-6361, DOI 10.1051/0004-6361:20030614, lire en ligne, consulté le )
  171. (en) E. P. Farina,1,2‹ C. Montuori,1,3,4 R. Decarli5 and M. Fumagalli6,7†, « Caught in the act: discovery of a physical quasar triplet » Accès libre [.pdf], sur watermark.silverchair.com, 2013 march 12 (consulté le )
  172. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 31 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  173. M. Nicholl, T. Wevers, S. R. Oates et K. D. Alexander, « An outflow powers the optical rise of the nearby, fast-evolving tidal disruption event AT2019qiz », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 499, no 1,‎ , p. 482–504 (ISSN 0035-8711 et 1365-2966, DOI 10.1093/mnras/staa2824, lire en ligne, consulté le )
  174. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 2 (lire en ligne Accès libre [net])
  175. a et b (en) G. Fabbiano, Junfeng Wang, M. Elvis et G. Risaliti, « A close nuclear black-hole pair in the spiral galaxy NGC 3393 », Nature, vol. 477, no 7365,‎ , p. 431–434 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/nature10364, lire en ligne, consulté le )
  176. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  177. (en) Jong-Hak Woo, Yosep Yoon, Songyoun Park et Daeseong Park, « THE BLACK HOLE MASS–STELLAR VELOCITY DISPERSION RELATION OF NARROW-LINE SEYFERT 1 GALAXIES », The Astrophysical Journal, vol. 801, no 1,‎ , p. 38 (ISSN 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/801/1/38, lire en ligne, consulté le )
  178. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 31 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  179. (en) F. Combes, S. García-Burillo, V. Casasola et L. K. Hunt, « ALMA reveals the feeding of the Seyfert 1 nucleus in NGC 1566 », Astronomy & Astrophysics, vol. 565,‎ , A97 (ISSN 0004-6361 et 1432-0746, DOI 10.1051/0004-6361/201423433, lire en ligne, consulté le )
  180. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 1 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  181. Blagoy Rangelov, Andrea H. Prestwich et Rupali Chandar, « The Connection Between X-ray Binaries and Star Clusters in NGC 4449 », The Astrophysical Journal, vol. 741, no 2,‎ , p. 86 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637X/741/2/86, lire en ligne, consulté le )
  182. (en) ?, « ? », ?,‎ ?, p. 9 (lire en ligne Accès libre [PDF])
  183. (en) G. Pastorini, A. Marconi, A. Capetti, D. J. Axon, A. Alonso-Herrero, J. Atkinson, D. Batcheldor, C. M. Carollo, J. Collett, L. Dressel, M. A. Hughes, D. Macchetto, W. Maciejewski, W. Sparks et R. van der Marel, « Supermassive black holes in the Sbc spiral galaxies NGC 3310, NGC 4303 and NGC 4258 », Astronomy and Astrophysics, vol. 469, no 2,‎ , p. 405–423 (DOI 10.1051/0004-6361:20066784, Bibcode 2007A&A...469..405P, arXiv astro-ph/0703149)
  184. (en-US) https://www.jpl.nasa.gov, « Black Hole Naps Amidst Stellar Chaos », sur NASA Jet Propulsion Laboratory (JPL) (consulté le )
  185. (en) M. Valluri, D. Merritt et E. Emsellem, « Difficulties with Recovering the Masses of Supermassive Black Holes from Stellar Kinematical Data », The Astrophysical Journal, vol. 602, no 1,‎ , p. 66–92 (DOI 10.1086/380896, Bibcode 2004ApJ...602...66V, arXiv astro-ph/0210379)
  186. (en) Tomasz Nowakowski et Phys.org, « Astronomers conduct a multi-frequency study of the Milky Way-like spiral galaxy NGC 6744 », sur phys.org (consulté le )
  187. (en) Chao-Wei Tsai, Jean L. Turner, Sara C. Beck et David S. Meier, « THE CIRCUMNUCLEAR STAR FORMATION ENVIRONMENT OF NGC 6946: Br γ AND H2RESULTS FROM KECK INTEGRAL FIELD SPECTROSCOPY », The Astrophysical Journal, vol. 776, no 2,‎ , p. 70 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637x/776/2/70, lire en ligne, consulté le )
  188. (en) Ghez, A. M., Salim, Weinberg, Lu, Do, Dunn, Matthews, Morris, Yelda, Becklin, Kremenek, Milosavljevic, Naiman et al., « Measuring Distance and Properties of the Milky Way's Central Supermassive Black Hole with Stellar Orbits », Astrophysical Journal, vol. 689, no 2,‎ , p. 1044–1062 (DOI 10.1086/592738, Bibcode 2008ApJ...689.1044G, arXiv 0808.2870)
  189. Abdel-Fattah Attia, H. A. Ismail, I. M. Selim et A. M. Osman, « Stellar Population Analysis of Galaxies based on Genetic Algorithms », Chinese Journal of Astronomy and Astrophysics, vol. 5,‎ , p. 347–355 (ISSN 1009-9271, DOI 10.1088/1009-9271/5/4/002, lire en ligne, consulté le )
  190. (en) « A Rotating Compact Nuclear Stellar Cluster in NGC 4244 », Gemini Observatory,‎ (lire en ligne, consulté le )
  191. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  192. « Validate User », sur academic.oup.com (consulté le )
  193. (en) Amy E. Reines, Gregory R. Sivakoff, Kelsey E. Johnson et Crystal L. Brogan, « An actively accreting massive black hole in the dwarf starburst galaxy Henize 2-10 », Nature, no 470,‎ , p. 66-68 (lire en ligne) DOI:10.1038/nature09724
  194. (en) Brent Belland, Evan Kirby, Michael Boylan-Kolchin et Coral Wheeler, « NGC 6822 as a Probe of Dwarf Galactic Evolution », The Astrophysical Journal, vol. 903, no 1,‎ , p. 10 (ISSN 1538-4357, DOI 10.3847/1538-4357/abb5f4, lire en ligne, consulté le )
  195. Abdel-Fattah Attia, H. A. Ismail, I. M. Selim et A. M. Osman, « Stellar Population Analysis of Galaxies based on Genetic Algorithms », Chinese Journal of Astronomy and Astrophysics, vol. 5,‎ , p. 347–355 (ISSN 1009-9271, DOI 10.1088/1009-9271/5/4/002, lire en ligne, consulté le )
  196. (en) Jenny E. Greene, « Low-mass black holes as the remnants of primordial black hole formation », Nature Communications, vol. 3, no 1,‎ , p. 1304 (ISSN 2041-1723, DOI 10.1038/ncomms2314, lire en ligne, consulté le )
  197. Bradley M. Peterson, Misty C. Bentz, Louis-Benoit Desroches et Alexei V. Filippenko, « Multiwavelength Monitoring of the Dwarf Seyfert 1 Galaxy NGC 4395. I. A Reverberation-based Measurement of the Black Hole Mass », The Astrophysical Journal, vol. 632,‎ , p. 799–808 (ISSN 0004-637X, DOI 10.1086/444494, lire en ligne, consulté le )
  198. « ATel #3108: IGRJ12580+0134, a flaring Seyfert 2 galaxy », sur ATel (consulté le )
  199. (en) Monica Valluri, Laura Ferrarese, David Merritt et Charles L. Joseph, « The Low End of the Supermassive Black Hole Mass Function: Constraining the Mass of a Nuclear Black Hole in NGC 205 via Stellar Kinematics », The Astrophysical Journal, vol. 628, no 1,‎ , p. 137–152 (ISSN 0004-637X et 1538-4357, DOI 10.1086/430752, lire en ligne, consulté le )
  200. Laurent Sacco, « L'étrange trou noir intermédiaire HLX-1 ? Un ancien noyau de galaxie naine dit Hubble », sur Futura (consulté le )
  201. Jong-Hak Woo, Hojin Cho, Elena Gallo et Edmund Hodges-Kluck, « A 10,000-solar-mass black hole in the nucleus of a bulgeless dwarf galaxy », Nature Astronomy, vol. 3, no 8,‎ , p. 755–759 (ISSN 2397-3366, DOI 10.1038/s41550-019-0790-3, lire en ligne, consulté le )
  202. Hua Feng, Luis C. Ho, Philip Kaaret et Lian Tao, « A Luminous X-ray Flare From The Nucleus of The Dormant Bulgeless Spiral Galaxy NGC 247 », The Astrophysical Journal, vol. 807, no 2,‎ , p. 185 (ISSN 1538-4357, DOI 10.1088/0004-637X/807/2/185, lire en ligne, consulté le )
  203. David Merritt, Laura Ferrarese et Charles L. Joseph, « No Supermassive Black Hole in M33? », Science, vol. 293, no 5532,‎ , p. 1116–1118 (ISSN 0036-8075 et 1095-9203, DOI 10.1126/science.1063896, lire en ligne, consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]