Fuzzball (théorie des cordes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fuzzball.
Selon la théorie, les fuzzballs, tout comme les trous noirs classiques, déforment l'espace-temps et courbent la lumière. Ici, le bord de la tache noire centrale, l'horizon des événements, correspond non seulement à la surface où sa vitesse de libération est égale à la vitesse de la lumière mais aussi la surface physique de la fuzzball. (Vue d'artiste.)

En physique théorique, une fuzzball (mot anglais qui peut se traduire par « pelote ») est une description théorique des trous noirs proposée, dans le cadre de la théorie des supercordes, par certains scientifiques[Qui ?], en particulier par Samir Mathur, du département de physique de l'université d'État de l'Ohio, qui l'a introduite en 2002[1],[2].

Cette théorie résout deux problèmes majeurs que les trous noirs de la physique classique posent à la physique actuelle :

  1. le paradoxe de l'information, dans lequel toute l'information quantique contenue dans la matière et l'énergie tombant dans un trou noir disparaît dans une singularité ; c'est-à-dire que le trou noir ne subit aucun changement physique, quelle que soit la nature de ce qui tombe dedans ;
  2. la singularité au cœur du trou noir, où, dans la théorie classique du trou noir, la courbure de l'espace-temps diverge vers l'infini à cause d'un champ gravitationnel dont l'intensité, censée provenir d'un espace de volume nul, diverge elle-même vers l'infini. La physique moderne fait face à une impasse lorsque ces paramètres deviennent infinis et nuls

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Samir D. Mathur et Oleg Lunin, « AdS/CFT duality and the black hole information paradox », Nuclear Physics B, vol. 623, no 1,‎ , p. 342-394 (DOI 10.1016/S0550-3213(01)00620-4, Bibcode 2002NuPhB.623..342L, arXiv hep-th/0109154v1, lire en ligne [PDF])
  2. (en) Samir D. Mathur et Oleg Lunin, « Statistical interpretation of Bekenstein entropy for systems with a stretched horizon », Physical Review Letters, vol. 88, no 21,‎ (DOI 10.1103/PhysRevLett.88.211303, Bibcode 2002PhRvL..88u1303L, arXiv hep-th/0202072v2, lire en ligne [PDF])