NGC 5248

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

NGC 5248
Image illustrative de l’article NGC 5248
La galaxie spirale intermédiaire NGC 5248.
Données d’observation
(Époque J2000.0)
Constellation Bouvier
Ascension droite (α) 13h 37m 32,0s [1]
Déclinaison (δ) 08° 53′ 07″  [1]
Magnitude apparente (V) 10,3 [2]
11,0 dans la Bande B [2]
Brillance de surface 13,91 mag/am2 [a]
Dimensions apparentes (V) 6,2 × 4,5 [2]
Décalage vers le rouge 0,003839 ± 0,000002 [1]
Angle de position 122° [2]

Localisation dans la constellation : Bouvier

(Voir situation dans la constellation : Bouvier)
Boötes IAU.svg
Astrométrie
Vitesse radiale 1 151 ± 1 km/s  [b]
Distance 16,1 ± 1,1 Mpc (∼52,5 millions d'a.l.)[c].
Caractéristiques physiques
Type d'objet Galaxie spirale intermédiaire
Type de galaxie SAB(rs)bc[1] SABb[3] SBbc[2] SBbc?[4]
Dimensions 95 000 a.l. [d]
Découverte
Découvreur(s) William Herschel  [4]
Date  [4]
Désignation(s) PGC 48130
UGC 8616
MCG 2-35-15
CGCG 73-54
IRAS 13350+0908 [2]
PGC 140202[4]
Liste des galaxies spirales intermédiaires

NGC 5248 (Caldwell 45) est une galaxie spirale intermédiaire située dans la constellation du Bouvier à environ 52 millions d'années-lumière de la Voie lactée. NGC 5248 a été découverte par l'astronome germano-britannique William Herschel en 1784.

NGC 5248 par le télescope spatial Hubble.

NGC 5248 a été utilisé par Gérard de Vaucouleurs comme une galaxie de type morphologique (R')SAB(rs)bc dans son atlas des galaxies[5],[6].

La classe de luminosité de NGC 5248 est II-III et elle présente une large raie HI. Elle renferme des régions d'hydrogène ionisé. De plus, c'est une galaxie active de type Seyfert 2[1]. Selon la base de données NASA/IPAC, NGC 5248 est une galaxie du champ, c'est-à-dire qu'elle n'appartient pas à un amas ou un groupe et qu'elle est donc gravitationnellement isolée. Ce n'est pas l'avis de Richard Powell qui place cette galaxie dans le groupe de NGC 5248, un groupe de l'amas de la Vierge III[7].

À ce jour, huit mesures non basées sur le décalage vers le rouge (redshift) donnent une distance de 9,353 ± 5,205 Mpc (∼30,5 millions d'a.l.)[8], ce qui est à l'extérieur des distances calculées en employant la valeur du décalage[c].

Un double disque entourant le noyau[modifier | modifier le code]

Grâce aux observation du télescope spatial Hubble, on a détecté deux disques de formation d'étoiles autour du noyau de NGC 5248. La taille du demi-grand axe de premier disque est de 150 pc (~490 années-lumière) et celle du second de 650 pc (~2 125 années-lumière)[9].

Trou noir supermassif[modifier | modifier le code]

Selon une étude publiée en 2009 et basée sur la vitesse interne de la galaxie mesurée par le télescope spatial Hubble, la masse du trou noir supermassif au centre de NGC 5248 serait comprise entre neuf cent mille et 5,1 millions de [10].

Groupe de NGC 5248[modifier | modifier le code]

NGC 5248 est la galaxie la plus brillante d'un petit groupe de galaxies. Selon Richard Powell, le groupe de NGC 5248 comprend deux autres galaxies : UGC 8575 et UGC 8614[7].

Les sous-groupes du groupe de la Vierge III.

Le groupe de NGC 5248 fait partie de l'amas de la Vierge III. L'amas de la Vierge III comprend huit groupes et 13 galaxies en dehors de ces groupes. Toutes les galaxies de cet amas font partie du superamas de la Vierge[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La brillance de surface (S) se calcule à partir de la magnitude apparente (m) et de la surface de la galaxie selon l'équation
  2. On obtient la vitesse radiale d'une objet céleste à l'aide de l'équation v = z×c, où z est le décalage Doppler (redshift ou bleushift) et c la vitesse de la lumière. L'incertitude relative de la vitesse Δv/v est égale à celle de z étant donné la grande précision de c.
  3. a et b On obtient la distance qui nous sépare d'une galaxie à l'aide de la loi de Hubble-Lemaître : v = Hod, où Ho est la constante de Hubble (70±5 (km/s)/Mpc). L'incertitude relative Δd/d sur la distance est égale à la somme des incertitudes relatives de la vitesse et de Ho
  4. On obtient le diamètre d'une galaxie par le produit de la distance qui nous en sépare et de l'angle, exprimé en radian, de sa plus grande dimension.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e  (en) « NASA/IPAC Extragalactic Database », Resultats pour NGC 5248 (consulté le )
  2. a b c d e et f « Les données de «Revised NGC and IC Catalog by Wolfgang Steinicke» sur le site ProfWeb, NGC 5200 à 5299 »
  3. (en) « NGC 5248 sur HyperLeda » (consulté le )
  4. a b c et d (en) « Site du professeur C. Seligman » (consulté le )
  5. Atlas des galaxies de Vaucouleurs sur le site du professeur Seligman, NGC 5248
  6. (en) « The Galaxy Morphology Website, NGC 5248 » (consulté le )
  7. a b et c « Un Atlas de l'Univers, Les Groupes de la Vierge III » (consulté le )
  8. « Your NED Search Results », sur ned.ipac.caltech.edu (consulté le )
  9. S. Comerón, J. H. Knapen, J. E. Beckman, E. Laurikainen, H. Salo, I. Martínez-Valpuesta et R. J. Buta, « AINUR: Atlas of Images of NUclear Rings », Monthly Notices of the Royal Astronomical Society, vol. 402#4,‎ , p. 2462-2490 (DOI 10.1111/j.1365-2966.2009.16057.x, Bibcode 2010MNRAS.402.2462C, lire en ligne)
  10. A. Beifiori, M. Sarzi, E.M. Corsini, E. Dalla Bontà, A. Pizzella, L. Coccato et F. Bertola, « UPPER LIMITS ON THE MASSES OF 105 SUPERMASSIVE BLACK HOLES FROM HUBBLE SPACE TELESCOPE/SPACE TELESCOPE IMAGING SPECTROGRAPH ARCHIVAL DATA », The Astrophysical Journal, vol. 692, no 1,‎ , p. 856-868 (DOI 10.1088/0004-637X/692/1/856, lire en ligne [PDF])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Orion Nebula - Hubble 2006 mosaic 18000.jpg     •  NGC 5240  •  NGC 5241  •  NGC 5242  •  NGC 5243  •  NGC 5244  •  NGC 5245  •  NGC 5246  •  NGC 5247  •  NGC 5248  •  NGC 5249  •  NGC 5250  •  NGC 5251  •  NGC 5252  •  NGC 5253  •  NGC 5254  •  NGC 5255  •  NGC 5256