Quasi-étoile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Quasar.
Une quasi-étoile comparée à certaines des plus grandes étoiles connues.

Une quasi-étoile (également appelée étoile trou noir) est un type hypothétique d'étoile extrêmement massive qui aurait pu exister très tôt dans l'histoire de l'Univers. Contrairement aux étoiles actuelles, qui sont alimentées par la fusion nucléaire dans leurs cœurs, l'énergie d'une quasi-étoile proviendrait de matière tombant dans un trou noir central[1].

Une quasi-étoile se serait formée lorsque le noyau d'une proto-étoile massive s'effondre dans un trou noir et tandis les couches externes de l'étoile seraient suffisamment massives pour absorber l'explosion résultant de l'énergie sans être emportés (comme elles le sont dans les supernovas actuelles). Une telle étoile devait avoir au moins mille fois la masse solaire. Des étoiles d'une telle masse n'ont pu se former que très tôt dans l'histoire de l'Univers avant que l'hydrogène et l'hélium n'aient été contaminés par des éléments plus lourds; voir les étoile de population III.

Une fois le trou noir formé au cœur de la protoétoile, il aurait continué à générer une grande quantité d'énergie rayonnante à cause de la chute continuelle de matière stellaire. Cette énergie aurait contrecarré la force de la gravité, en créant un équilibre semblable à celui qui maintient les étoiles actuelles basées sur la fusion[2]. Une quasi-étoile aurait eu une durée de vie maximale d'environ un million d'années après lequel le noyau trou noir aurait atteint environ dix mille masses solaires. Les quasi-étoiles auraient eu une température de surface comparable à celle du Soleil, mais avec des diamètres d'environ 10 000 000 000 km soit plus de sept mille fois celui du Soleil; chacune devait produire autant de lumière qu'une petite galaxie. Il a été suggéré que ces trous noirs de masse intermédiaire seraient à l'origine des trous noirs supermassifs actuels.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Stephen Battersby, « Biggest black holes may grow inside ‘quasistars’ », sur New Scientist (consulté le 21 mai 2016)
  2. Begelman, Mitch; Rossi, Elena; Armitage, Philip (2008). "Quasi-stars: accreting black holes inside massive envelopes". MNRAS 387